topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

29/12/2009

Des terminaux spécifiques pour Internet en Afrique ?

L'Internet peut-il connaître en Afrique une forte croissance, à l'image de la téléphonie mobile ? Je pense que oui. Les mêmes causes - besoin vital d'être connectés pour des raisons économiques et familiales - vont produire les mêmes effets. D'autant plus que le téléphone mobile peut sembler limité dans ses fonctionnalités. Dès lors que les fournisseurs d'accès Internet (FAI) choisissent de mettre en place des formules prépayées grand public en plus des formules illimitées, une des plus importantes barrières à l'entrée disparaît.

cherrypal africa.jpgLe salarié qui gagne 100 000 FCFA par mois et qui n'est pas capable de se payer une connexion qui lui reviendrait à 25 000 FCFA par mois peut avoir une connexion à la maison grâce à une clé 3G ou à un modem wimax à bas prix... et payer chaque mois 3000 F pour avoir, disons, 10 heures de connexion... Au Cameroun, Camtel et Ringo l'ont compris. En Côte d'Ivoire, Aviso lance un forfait assez compliqué à comprendre mais dont il ressort qu'il sera possible d'avoir 50 heures de connexion à 10 000 FCFA en payant progressivement avec des cartes de recharge allant de 2000 FCFA à 5000 FCFA... si j'ai bien compris ce qu'explique le site Internet du FAI.

Au-delà de l'évolution de la tarification, il me semble qu'un Internet populaire passe par une réflexion profonde sur les terminaux les plus adaptés au contexte de l'Afrique subsaharienne. Le web, le PC... ont été tout de même fabriqués en Occident pour des Occidentaux éduqués, alphabétisés, à l'aise avec la complexité... là où le téléphone mobile est fondé sur l'oralité et quelques notions simples en matière de chiffres.

Au moment où en Occident, la créativité se déchaîne et nous offre régulièrement de nouveaux terminaux voués à la navigation web, pensés pour un usage mobile et simplifié, souvent spécifique (Internet des objets), pourquoi ne réfléchirions-nous pas sur le terminal le mieux adapté aux différents publics qui gagneraient à être connectés au-delà du simple téléphone ?

La mère de famille de Bamako ou de Bangangté (Cameroun) qui a ses enfants dans le monde entier et aimerait voir leurs photos et leur parler par Skype sans trop s'éloigner de l'expérience utilisateur du téléphone mobile, le planteur ghanéen ou ivoirien dont les opportunités dépendent de sa capacité à être bien informé, le petit commerçant qui veut passer ses commandes de manière simplifiée, le technicien ou le pasteur voulant bénéficier d'une formation continue le soir en regardant des vidéos en ligne sur sa télévision... toutes ces personnes peuvent trouver leur bonheur avec des terminaux spécifiques adaptés à des technologies mobiles comme la 3G ou le wimax. Des terminaux bien entendu moins coûteux que l'Iphone ou le Blackberry.

La firme Cherrypal a annoncé un netbook dénommé "Africa" à 99 dollars (image d'illustration). C'est bien. Mais il faut aller plus loin en brisant les codes, en regardant les Africains vivre et en essayant de comprendre quels terminaux low cost conviennent le mieux à leurs usages. S'ils n'existent pas encore, il faudra les créer. Tout simplement.

Gros problème à l'horizon : nos FAI et opérateurs de téléphonie mobile font-ils de la recherche-développement ? Je n'ai pas l'impression.