topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

15/05/2012

Pour Jean-Baptiste Placca, contre la direction de RFI

Placca_1_0.jpg

L'éditorialiste Jean-Baptiste Placca vient d'être contraint à arrêter sa chronique hebdomadaire sur RFI, "la radio mondiale". Pourquoi ? Il a eu le malheur de s'en prendre à Denis Sassou Nguesso, chouchou de la Françafrique, dans une de ses chroniques. Qu'a-t-il donc dit de si grave ? L'intégralité du texte "à problèmes".

"Une petite pensée pour les femmes de Brazzaville, pour toutes les mères du Congo, à nouveau endeuillées par ce qu’il faut bien appeler une lourde faute politique. Une pensée, aussi, pour ces milliers d’enfants, qui vont devoir grandir sans leurs parents, dans un environnement national dur où, pour prendre part au banquet de la colossale manne pétrolière, il faut, au moins, graviter dans la périphérie immédiate de la galaxie du pouvoir. Un habitué des champs de guerre, venu en renfort médical, assimile le spectacle qu’il a vu aux dégâts d’un terrible bombardement. Une semaine après, des centaines de blessés n’ont toujours pas reçu les soins appropriés, tant est grand le dénuement des hôpitaux brazzavillois.

Et voilà le peuple congolais une fois encore piégé par ses propres dirigeants. Une poudrière en plein milieu des habitations des populations civiles ! Ne nous parlez pas d’accident, non ! Si ce n’est pas délibéré, alors, c’est de l’inconscience, et c’est encore pire ! Ailleurs, le chef d’état-major de cette armée-là aurait déjà été limogé. Le ministre de la Défense aurait donné sa démission, et tous ses supérieurs seraient à genoux, en train d’implorer le pardon de la nation.

Le général Denis Sassou Nguesso est chef de l’Etat congolais depuis 1979 (trente-trois ans !). Congédié par les urnes en 1992, il a repris le pouvoir par les armes, en 1997. Quinze ans plus tard, il a encore manifestement toujours besoin d’un arsenal conséquent au cœur de la capitale, pour protéger son pouvoir.

Le scandale, ici, ne réside pas uniquement dans le fait que l’on investisse des centaines de milliards dans l’armement, dans un pays qui n’a jamais été en guerre avec personne. Le scandale, c’est qu’un Etat pétrolier de ce rang, peuplé d’à peine 4 millions d’habitants, ne puisse pas investir quelques dizaines de millions dans les pansements, compresses et autre Bétadine dont ont cruellement besoin les hôpitaux du Congo.

«Le sous-équipement des hôpitaux de Brazzaville est tel que, en quelques heures, ils étaient dépassés», dit le célèbre chirurgien français Alain Delloche, bouleversé par l’ampleur de la catastrophe.

Et voilà le général Sassou Nguesso, si sourcilleux sur tout ce qui touche à son image, trahi par sa propre poudrière. La colère, contenue, des Congolais, peut se résumer à ce cri du cœur d’une femme – d’une mère –, qui a hurlé, dans le micro de RFI, que le régime en place dans son pays est un régime militaire.

Elle aurait tout aussi bien pu dire, en écho au cri de ralliement de la jeunesse du Sénégal : « Y en a marre ! Vraiment, vraiment marre ! »."

Doit-on punir ou décorer un éditorialiste pour avoir dit ces phrases fortes et pleines de bon sens ? C'est ce type d'incidents qui montre aux yeux du monde le type de dirigeants africains qu'une certaine France chérit jusqu'à la déraison. C'est le réflexe de protection qui s'est exprimé à cette occasion qui explique la longévité de nos tyrans. Doit-on rappeler que Denis Sassou N'Guesso a été réinstallé au pouvoir en 1997 au prix d'une guerre impitoyable financée par la multinationale d'Etat française Elf Aquitaine ?

Jean-Baptiste Placca mérite, sur ce coup, qu'on le soutienne. C'est pour cette raison que j'ai signé la pétition en la faveur de ce journaliste et entrepreneur de presse courageux, qui a été mon premier patron à 'L'Autre Afrique' et qui a généreusement parachevé ma formation. Et que je vous exhorte à faire de même. En suivant ce lien : http://www.gopetition.com/petitions/p%C3%A9tititon-en-fav...

25/08/2008

Blogcamps à Abidjan : l'idée diffusée sur la Toile et à la radio

Une chose est sûre, c'est que notre idée d'organiser un "blogcamp" à Abidjan, à peine exprimée sur ce blog, a eu un retentissement assez fort au point de vue international, qui est encourageant. Le très influent portail de l'ONG GlobalVoices, qui a pour objectif de briser les barrières de langues afin de permettre à tous ceux qui le souhaitent de participer à la "grande conversation mondiale", a relayé le projet. Nous avons eu des contacts poussés avec des membres de Rising Voices, le "département" de Global Voices s'occupant d'aider les "voix montantes" des pays en développement à se faire entendre.
Philippe Couve, présentateur de la web-émission L'Atelier des médias sur RFI, nous a également donné la parole pour nous entendre expliquer notre démarche. Vous pouvez écouter notre conversation ici.