topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

08/02/2009

Affaire des 65 millions : deux signaux contradictoires

Aimable_Mpore.jpgLe Tout-Abidjan débat ces derniers jours de ce que l'on appelle désormais "l'affaire des 65 millions". Au départ, c'est l'histoire d'une des secrétaires du chef de l'Etat ivoirien qui, munie d'un papier à en-tête de la Présidence de la République de Côte d'Ivoire, escroque le directeur général de MTN Côte d'Ivoire en lui faisant croire que le président de la République lui demande 100 mille euros destinés à faire des dons en nature à un village sinistré par une intoxication alimentaire. Informé par le directeur général de MTN, curieux de ne pas recevoir de remerciements présidentiels, Laurent Gbagbo jette sa secrétaire en prison et se fend, le 4 février, d'un communiqué présentant cette dernière comme la coupable et le patron qui a permis à la vérité d'être sue de tous comme la victime.

Madame BLEHON Emilienne épouse Gomé Gnohité, en service au Secrétariat du Président de la République, est poursuivie par la Section de Recherches de la Gendarmerie Nationale pour escroquerie portant sur la somme de 65. 542.610 F CFA, au préjudice de la société de téléphonie mobile MTN.

Ce forfait a été réalisé en usant de sa qualité de Secrétaire à la Présidence et du nom du Président de la République.

Madame BLEHON Emilienne épouse Gomé Gnohité a été déférée ce jour, devant le Parquet du Tribunal de Première Instance d’Abidjan Plateau.

En conséquence, le Président de la République informe l’ensemble de la population que Madame BLEHON Gomé Gnohité ne fait plus partie des effectifs du personnel des Services de la Présidence de la République.

Le Président de la République tient à signifier qu’il n’a mandaté personne à l’effet de solliciter en son nom et pour son compte, des sommes d’argent auprès des opérateurs économiques.
Par ailleurs, le Président de la République rappelle à ses collaborateurs, parents et amis, que ceux d’entre- eux qui se rendraient coupables de faits de cette nature, subiront la rigueur de la loi.
Le Président de la République exhorte donc les opérateurs économiques à plus de vigilance face à toutes sollicitations tendant au versement de sommes d’argent pour quelque motif que ce soit, en son nom et pour son compte.

Le Président de la République rappelle à toutes fins utiles, que le financement des activités de la Présidence de la République relève uniquement des fonds de l’Etat. Le Président de la République n’accepte pas et n’acceptera jamais que ses nom et qualité soient utilisés pour dépouiller les honnêtes citoyens exerçant leurs activités en Côte d’Ivoire.

Il invite par conséquent, les opérateurs économiques, les personnes physiques ou morales, à dénoncer systématiquement auprès des Services compétents de la Police et de la Gendarmerie, ce type d’agissements.


La morale est sauve. Désormais, la peur est du côté des racketteurs se prévalant de prétendus ordres présidentiels. Le lendemain, coup de tonnerre ! Le ministère de l'Intérieur annonce qu'il a pris un arrêté d'expulsion contre celui que la Présidence présentait comme une victime, pour légèreté, voire pour malveillance. Plus bas, le communiqué signé par le porte-parole du ministre Tagro.

Ce jour, 05 février 2009, suite au communiqué en date du 04 février 2009 lu à la Télévision Nationale par Monsieur le Porte-Parole du Président de la République faisant état de la mise en cause de Madame BLEHON Emilienne épouse GNOHITE, Secrétaire à la Présidence de la République, dans une affaire d'escroquerie au préjudice de la société MTN CI portant sur la somme de 65.542.610 FCFA, le Ministre de l'Intérieur a accordé une audience à Monsieur MPORE Aimable, Directeur Général de la société MTN Côte d'Ivoire.

Au cours de l'entretien, Mon MPORE Aimable a déclaré avoir fait la connaissance de Madame BLEHON Emilienne épouse GNOHITE par l'intermédiaire d'une autre dame se faisant appeler METE Elise qui lui a été présentée comme étant «interprète» à la Présidence de la République.
Monsieur MPORE a affirmé que leurs rapports ont été des rapports suivis jusqu'au jour où, Madame BLEHON l'a entrepris à l'effet de le voir venir en aide aux populations d'AHOUNIENFOUTOU suite à l'intoxication alimentaire dont elles avaient été victimes. L'ex-Secrétaire de la République a promis, aux populations d'AHOUNIENFOUTOU, la réfection du dispensaire et l'octroi d'une ambulance.

Il affirme avoir donné son accord pour venir en aide aux populations d'AHOUNIENFOUTOU à condition qu'une demande officielle lui soit adressée en ce sens par courrier émanant de la Présidence de la République et que les fonds soient effectivement utilisés au bénéfice desdites populations.

Sur ce, Monsieur MPORE dit avoir reçu de Madame BLEHON, une première lettre adressée à la société MTN Côte d'Ivoire par la société EMIKA Entreprise demandant que les fonds à verser le soient sur les comptes de ladite entreprise.

Monsieur MPORE affirme avoir refusé pareille requête au motif que la société EMIKA Entreprise n'était pas habilitée à écrire au nom et pour le compte du Président de la République.

C'est alors qu'il a affirmé avoir reçu une autre lettre à en tête de la Présidence de la République et signée de Madame BLEHON Emilienne épouse GNOHITE laquelle précisait sa qualité de Secrétaire et lui demandait de verser les fonds destinés au Président de la République et indiqués par des factures jointes en annexes, sur les comptes de la société EMIKA Entreprise.

Monsieur MPORE Aimable a indiqué alors avoir donné Instructions à ses services de mettre à la disposition de la société EMIKA Entreprise la somme de 65.542.610 FCFA
Pour sa part, le Ministre de l'Intérieur fait remarquer à Monsieur MPORE Aimable ce qui suit :

Premièrement, les Secrétaires, fussent-elles celles du Président de la République, n'ont aucune compétence pour écrire aux correspondants du Président de la République quels qu'ils soient

Deuxièmement, Monsieur MPORE qui a affirmé avoir refusé la demande de fonds émanant d'une lettre de la société EMIKA Entreprise, a finalement accepté que ces mêmes fonds soient versés sur les comptes de la société EMIKA Entreprise.

Troisièmement, alors qu'il savait que les fonds dont il s'est défait aussi facilement avaient été virés sur les comptes de la société EMIKA Entreprise et non à la Présidence de la République, il a fait figurer, gratuitement, dans les livres comptables de la société MTN Côte d'Ivoire, la mention «Don au Chef de l'Etat» correspondant à la remise de ces fonds.

Enfin, Monsieur MPORE qui n'a pas pris soin de vérifier que Madame METE Elise se disant interprète à la Présidence de la République et qui l'a mis en contact avec Madame BLEHON Emilienne épouse GNOHITE, était, en réalité, inconnue dans les effectifs des services de la Présidence de la République.

Le Ministre de l'Intérieur estime qu'une telle attitude et un tel comportement, outre la légèreté évidente qui les caractérise au regard des fonctions de Monsieur MPORE Aimable, visent, en réalité, à tenter de jeter le discrédit sur une institution de la République de Côte d'Ivoire en l'occurrence le Président de la République.

C'est purquoi, il a pris ce jour, 05 février 2009, un arrêté portant expulsion du territoire national du nommé MPORE Aimable, en lui donnant un délai de 5 jours pour s'exécuter après en avoir informé au préalable la Représentation diplomatique du pays dont il est le national. Ladite décision lui a été notifiée ce soir.


Mon point de vue est qu'on peut effectivement considérer qu'Aimable Mporé a été léger dans cette affaire. Je peux juste dire que je connais un homme qui a été responsable d'une multinationale dans un pays d'Afrique de l'Ouest et dont une des tâches était de convoyer des sacs d'argent au président de la République himself. L'Afrique est riche de toutes sortes de pratiques curieuses au sommet...

Cela dit, quelle est la conséquence du deuxième communiqué sur le premier ? Désormais, il est clair que ceux qui, à la Présidence, ont grugé des opérateurs économiques sont certes en danger, mais ils le sont tout autant que les opérateurs économiques "légers" qu'ils ont grugé. Qui, après l'épisode M'Poré, osera aller révéler au chef de l'Etat une des escroqueries faites en son nom ? La loi du silence peut continuer de prévaloir, et c'est dommage.