topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

12/04/2010

Cette maladie obscure qui tue l'Afrique

Joseph-Antoine Bell est une grande gueule. On peut ne pas l'apprécier, estimer qu'il n'est jamais content, qu'il "parle trop", mais il a souvent le mot juste. J'ai bien aimé l'analyse de la fameuse "mentalité africaine" qu'il a développée dans la dernière livraison du magazine "Ici les gens du Cameroun". Il évoque notamment la haine des "têtes qui dépassent" et le recours permanent aux "sorciers blancs" (mais on peut aussi dire coopérants/assistants techniques). Je la partage avec vous.

bell.jpg"Je crois que les Africains souffrent tous d'une même maladie, d'une certaine aversion pour [ceux qui ont de] la personnalité, puisque la colonisation recherchait à nous dénier de la personnalité. Donc, elle nous a légué ce management qui tend à dépouiller les gens de leur personnalité et de faire en sorte qu'on ait toujours affaire à des gens incolores.

(...)

Ce qui me désespère, c'est l'Afrique en elle-même. C'est-à-dire que si on a peur de son ombre, on n'avancera pas. On ne peut avancer qu'avec des gens qui ont des idées et qui ont de la personnalité pour les développer. Tout le monde reproche toujours à ceux qui auraient eu une idée de ne pas insister. Si on n'a pas de personnalité, on ne peut pas appuyer et essayer ses idées, les soutenir contre vents et marées (...). Nous voyons les "sorciers blancs" débarquer chez nous et partir avec tout le fric. Et souvent ils nous narguent. Il y en a qui démissionnent en insultant nos ministres et la République. Si la conscience collective africaine n'en est pas au point où un citoyen s'offusque de voir un étranger insulter un ministre de la République, je ne vais pas le faire tout seul. Accepter que de petits voyous parisiens arrivent chez nous, se comportent en voyous parce qu'ils auraient la peau blanche."

 

Je ne suis pas sûr de l'origine de ce "complexe de la tête qui dépasse" (on attribue souvent à la colonisation des tares pré-existantes qui l'ont tout juste facilité), mais je sais qu'il est réel et puissant pour l'avoir souvent subi.

16/01/2010

La CAN peut (re)devenir sucrée

J'ai retrouvé un post mi-sérieux mi-badin que j'avais écrit il y a deux ans après le premier match des Lions indomptables, qui s'était soldé par une défaite contre l'Egypte, qui n'a pas empêché le Cameroun d'aller jusqu'en finale. Avec leur entrée ratée dans la compétition et leur défaite contre le Gabon, les Lions refont-ils le coup du "moteur diesel" - lent à démarrer, puis très puissant ?

Rigolons un peu en relisant ce post, "Lettre de consolation à un jeune Camerounais".