topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

17/05/2010

Jacques Chirac : l'aveu

" On oublie seulement une chose. C’est qu’une grande partie de l’argent qui est dans notre porte-monnaie vient précisément de l’exploitation, depuis des siècles, de l’Afrique, pas uniquement, mais beaucoup vient de l’exploitation de l’Afrique. Alors, il faut avoir un petit bon de bon sens, je ne dis pas de générosité, de bon sens, de justice, pour rendre aux Africains ce qu’on leur a pris… "

Le blogueur Nino n'est pas convaincu par l'argumentaire de l'ancien président français.

"Voilà le type, qui quand il était président, n'a évidemment pas pu faire tout ce qu'il propose dans cette interview (vidéo ci-dessous). Maintenant qu'il n'a plus de pouvoir, il lui vient subitement des envies de combats pour un monde plus juste. Il se souvient que quand il était président, il a participé à piller l'Afrique (après tout, c'était son travail de président français, j'en conviens). Mais, sa pseudo-repentance de merde, qu'il se la carre où je pense (et c'est un euphémisme)." Pour lire son post en intégralité, cliquez ici.

17/11/2009

Pasqua accuse Villepin d’avoir tenté de renverser Gbagbo

Il n’y a pas qu’en Côte d’Ivoire que les « petits meurtres entre amis » sont furieusement tendance. Au sein de la droite française, on se déchire, on hurle… Menacé par les développements judiciaires de l’Angolagate, Charles Pasqua commence à parler en ne disant presque rien, en mode « arrêtez cette procédure judiciaire ou je mets en lumière notre misérable tas de secrets ». Extrait d’un article de François Soudan dans la dernière livraison de Jeune Afrique :

« Dans Le Journal du dimanche du 8 novembre dernier, le sénateur des Hauts-de-Seine accuse Dominique de Villepin d’avoir « planifié le renversement de deux chefs d’Etat africains », ajoutant que ce dernier, alors secrétaire général de l’Elysée, avait chargé le très sulfureux Jean-Charles Marchiani de s’en occuper.

Prié, quatre jours plus tard, de citer les noms des deux « cibles » de Villepin, Pasqua répond : « Je ne sais pas », tout en ajoutant : « J’imagine mal que le président de la République [Jacques Chirac] n’ait pas été mis au courant. » Quoi d’autre ? Rien. Il faut confesser, off the record, l’un de ses avocats, pour en savoir plus sur cette grave accusation que son auteur, apparemment, hésite à assumer : « L’un des deux, c’est Laurent Gbagbo ;l’autre, je l’ignore », confie ce proche sous le couvert de l’anonymat. »

Intéressant… Tout cela va bien finir par se savoir…