topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

15/04/2011

Sarkozy confond Gbagbo et Guei

L'information n'est pas de premier plan mais elle est assez éclairante. Sur le peu de sérieux avec lequel le président français Nicolas Sarkozy traite ses dossiers en général et les dossiers africains en particulier. Mais aussi sur la volonté sans limite de diaboliser Laurent Gbagbo, qui permet de faire feu de tout bois. Le Canard Enchaîné rapporte une conversation au sein du Conseil des ministres en France. Durant laquelle pour convaincre que "Laurent Gbagbo est en état de folie", Sarkozy affirme : "Gbagbo, ne l'oublions pas, c'est celui qui a emprisonné son équipe nationale de football parce qu'elle avait perdu un match."

Et pourtant, les moins informés d'entre les Africains férus de foot savent bien que le chef de l'Etat qui avait interpellé, pour un temps, en 2000, les membres de l'équipe nationale, c'était bien Robert Guei. Cette sortie douteuse de Sarkozy rappelle tous les commentaires de presse où Laurent Gbagbo est présenté comme le concepteur de l'ivoirité, rendue célèbre par Henri Konan Bédié.

 

27/08/2010

Sorciers blancs et pensées noires

Publié dans Le Nouveau Courrier du 27 août 2010.

La Côte d’Ivoire vient d’effectuer un saut dans le vide. En faisant signer un contrat de deux ans à l’entraîneur François Zahoui, la Fédération ivoirienne de football (FIF) s’engage à aller à la Coupe d’Afrique des nations 2012 avec un entraîneur local. National. Autochtone. «Mélaniné à gogo». De père et de mère eux-mêmes «100% Noirs». C’est un grand risque et une petite révolution dans une certaine Afrique qui a peur de décider pour elle-même, n’arrive pas à créer des consensus et appelle au secours le «toubab», le «nassara», la raison hellène pour les choses importantes. Comme la défense nationale… et le foot !

Alors, Zahoui échouera-t-il ou pas ? En tout cas, les quolibets volent déjà très bas. Anouma aurait fait son marché… à Adjamé ! Furieux d’un certain nombre de commentaires, Alain Gouaméné est monté au créneau et a administré un coup de tête aux satanés journalistes que nous sommes : «Certains écrits de la presse dans le débat qui fait actuellement rage sont proprement frustrants et dévalorisants. Je suis déçu de constater que c’est la presse qui entretient encore le complexe du Blanc», a-t-il fulminé. Les journalistes sont-ils entièrement responsables de la « maladie obscure » qui rend les Nègres de Côte d’Ivoire et d’ailleurs si frileux ?

En tout cas, ce débat me fait penser à un coup de gueule de Joseph-Antoine Bell datant d’il y a quelques mois. Un Bell qui a longtemps espéré être le coach du Cameroun, mais qui a toujours été écarté… parce qu’il parle trop ! Je vous livre quelques extraits de sa… colère ! «Je crois que les Africains souffrent tous d'une même maladie, d'une certaine aversion pour [ceux qui ont de] la personnalité, puisque la colonisation recherchait à nous dénier de la personnalité. Donc, elle nous a légué ce management qui tend à dépouiller les gens de leur personnalité et de faire en sorte qu'on ait toujours affaire à des gens incolores. (...) Ce qui me désespère, c'est l'Afrique en elle-même. C'est-à-dire que si on a peur de son ombre, on n'avancera pas. On ne peut avancer qu'avec des gens qui ont des idées et qui ont de la personnalité pour les développer. Tout le monde reproche toujours à ceux qui auraient eu une idée de ne pas insister. Si on n'a pas de personnalité, on ne peut pas appuyer et essayer ses idées, les soutenir contre vents et marées (...). Nous voyons les "sorciers blancs" débarquer chez nous et partir avec tout le fric. Et souvent ils nous narguent. Il y en a qui démissionnent en insultant nos ministres et la République. Si la conscience collective africaine n'en est pas au point où un citoyen s'offusque de voir un étranger insulter un ministre de la République, je ne vais pas le faire tout seul. Accepter que de petits voyous parisiens arrivent chez nous, se comportent en voyous parce qu'ils auraient la peau blanche !»

Que pensez-vous des «coups de gueule» de Gouaméné et de Joseph-Antoine Bell ? Un «Noir tout Noir» peut-il donner la CAN 2012 à la Côte d’Ivoire ? Si Zahoui échoue, cela signifierait-il que c’est l’option même des «entraîneurs locaux» qui doit être bannie à jamais ? Pourquoi cette option profite-t-elle donc à des sélections comme l’Egypte et l’Algérie ? Zahoui peut-il réussir alors qu’il est en déphasage «technologique» et «financier» avec ses joueurs, qui évoluent dans un environnement autrement plus sophistiqué que lui et sont capables de dépenser chaque jour les économies de toute sa vie ? Faut-il arrêter de considérer le problème des sélectionneurs d’un point de vue purement idéologique ?

23/06/2010

Ce que nos «dieux du stade» nous révèlent

Mon édito du 23 juin dans Le Nouveau Courrier.

La Coupe du monde 2010 bat son plein, suscite les passions les plus folles et célèbre, sans que l’on s’en rende toujours compte, le capitalisme et son corollaire obligatoire – le marketing. Comme une sorte de parabole sportive, elle nous parle du monde, de notre monde tel qu’il se porte aujourd’hui. Elle nous révèle ou nous rappelle un certain nombre de réalités, qui nous ramènent très souvent aux grands enjeux politiques et de «civilisation» de notre temps.

Lire la suite

12/04/2010

Cette maladie obscure qui tue l'Afrique

Joseph-Antoine Bell est une grande gueule. On peut ne pas l'apprécier, estimer qu'il n'est jamais content, qu'il "parle trop", mais il a souvent le mot juste. J'ai bien aimé l'analyse de la fameuse "mentalité africaine" qu'il a développée dans la dernière livraison du magazine "Ici les gens du Cameroun". Il évoque notamment la haine des "têtes qui dépassent" et le recours permanent aux "sorciers blancs" (mais on peut aussi dire coopérants/assistants techniques). Je la partage avec vous.

bell.jpg"Je crois que les Africains souffrent tous d'une même maladie, d'une certaine aversion pour [ceux qui ont de] la personnalité, puisque la colonisation recherchait à nous dénier de la personnalité. Donc, elle nous a légué ce management qui tend à dépouiller les gens de leur personnalité et de faire en sorte qu'on ait toujours affaire à des gens incolores.

(...)

Ce qui me désespère, c'est l'Afrique en elle-même. C'est-à-dire que si on a peur de son ombre, on n'avancera pas. On ne peut avancer qu'avec des gens qui ont des idées et qui ont de la personnalité pour les développer. Tout le monde reproche toujours à ceux qui auraient eu une idée de ne pas insister. Si on n'a pas de personnalité, on ne peut pas appuyer et essayer ses idées, les soutenir contre vents et marées (...). Nous voyons les "sorciers blancs" débarquer chez nous et partir avec tout le fric. Et souvent ils nous narguent. Il y en a qui démissionnent en insultant nos ministres et la République. Si la conscience collective africaine n'en est pas au point où un citoyen s'offusque de voir un étranger insulter un ministre de la République, je ne vais pas le faire tout seul. Accepter que de petits voyous parisiens arrivent chez nous, se comportent en voyous parce qu'ils auraient la peau blanche."

 

Je ne suis pas sûr de l'origine de ce "complexe de la tête qui dépasse" (on attribue souvent à la colonisation des tares pré-existantes qui l'ont tout juste facilité), mais je sais qu'il est réel et puissant pour l'avoir souvent subi.

25/01/2010

CAN 2010 : le proviseur du lycée d'Issia (Côte d'Ivoire) meurt après l'égalisation de l'Algérie

Le proviseur du lycée municipal d’Issia, Semian Dalo Serges a subitement trouvé la mort dimanche des suites d’un arrêt cardiaque provoqué par le deuxième but des Fennecs d’Algérie face aux Eléphants de Côte d’Ivoire (3-2), dans le cadre des quarts de finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football en Angola.

Après s’être écroulé devant son poste téléviseur, M. Semian a rendu l’âme au moment de son évacuation à l’hôpital, a relaté à l’AIP une source proche du défunt. "Il était convalescent et n’a pas supporté le rythme du match. Après le but de Kader, il était sûr de la victoire de notre équipe nationale. Mais à l’égalisation des Algériens, quelques minutes seulement après, il a poussé un cri de désespoir et son cœur a lâché ", a ajouté cette source.

Source AIP