topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

18/06/2014

"Le Crocodile et le scorpion" de Jean-Christophe Notin : un livre de désinformation sur les relations entre la France et la Côte d'Ivoire

C'est un bouquin dangereux pour les générations futures, qui tente de réécrire l'Histoire récente et multiplie les absurdités grossières et les contre-vérités. Ce qui ne l'empêche pas de s'imposer en France comme un « livre de référence » dont on peuplera les bibliothèques et instituts spécialisés. Et pourtant !

 

Lire la suite

21/09/2011

La réédition de "La Recolonisation de l'Afrique - le cas de la Côte d'Ivoire" désormais disponible à l'achat sur Internet

Présenté pour la première fois au Canada, dans une forme imparfaite (pardon aux premiers acheteurs !) qui a beaucoup évolué aujourd'hui, la première réédition de mon livre "La Recolonisation de l'Afrique - le cas de la Côte d'Ivoire" paru en 2007 et dont le titre s'est avéré prémonitoire, est désormais disponible pour qui veut l'acheter, en format papier, ou en format PDF. Merci à tous ceux qui ont sollicité cette réédition, qui y ont travaillé et qui m'ont soutenu dans ce projet. Le livre est à vous.

Acheter La Recolonisation de l'Afrique

Acheter La Recolonisation de l'Afrique

 

17:55 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (4)

16/07/2009

"La République de l'imagination", nouveau livre de Patrice Nganang

livre nganang.jpg
Présentation de l'éditeur
L'Afrique rêve-t-elle encore ? Terre traversée par l'infamie tout au long de son histoire récente et actuelle -- esclavage, colonisation, dictatures, libéralisme sauvage -, ses enfants pensent-ils encore y bâtir leurs rêves ? Et y fonder leurs avenirs ? " L'homme meurt en ceux qui se taisent devant la tyrannie ", écrivait le prix Nobel Wole Soyinka. Patrice Nganang est de ceux qui ne supportent pas le silence complice. En cinq lettres adressées au benjamin qui ne rêve plus que de l'Occident, l'auteur reprend ici parole et écriture pour patiemment reconstituer ces rêves assassinés. Ceux d'Um Nyobè qui rêvait d'une humanité entièrement libre de tout oppresseur, ceux de Njoya visionnaire d'une bibliothèque idéale et qui désirait inscrire le continent africain dans les archives collectives de l'humain et ceux d'une jeunesse fracassée par la dictature...Un livre, une voix, nécessaires, sans concession, dans le sillage de cette parole africaine qui n'a jamais cessé de croire en ses rêves et d'imaginer le possible, une véritable république... Car qui ne rêve pas son avenir le subit...

Que dire sinon que je suis impatient de le lire pour partager mon expérience de lecteur ? L'essai La République de l'imagination - Lettres au benjamin est paru aux Editions Vents d'Ailleurs.

 

18/08/2008

Citoyen Drogba

b001e4a7e7950902003fd5607839d6a2.jpg
Parmi les livres que j'ai lus durant ces vacances, figure un ouvrage sur un sujet qui ne fait pas forcément partie de mes "gros" centres d'intérêt : le football. Mais ce n'est pas n'importe quel livre : il s'agit de C'était pas gagné, écrit par notre star nationale Didier Drogba - qui a collaboré avec l'ami Hervé Penot, journaliste à L'Equipe et bien introduit dans les cercles du football africain. Quoi de plus normal que d'être attiré par un ouvrage écrit par "DD", d'autant plus que les footballeurs ne sont pas en général considérés comme de grands intellectuels.
Au final, C'était pas gagné m'est apparu comme un livre passionnant, qui permet de mieux cerner la personnalité de Didier Drogba. Un émotif, qui carbure aux grands sentiments, qui considère la fidélité comme une valeur - ce qui peut le faire souffrir dans un milieu du foot où l'argent est roi et la mobilité souvent traumatisante.
Didier Drogba s'exprime aussi dans son livre sur la crise politique qui a déchiré la Côte d'Ivoire. Il livre sa part de vérité, sans prétention - mais l'on sent bien que sa double appartenance française et ivoirienne a souvent été difficile à gérer, notamment en novembre 2004. Comme beaucoup d'entre nous, en tout cas, il considère que la politique ivoirienne de Jacques Chirac a été, pour utiliser une litote, problématique, et il le dit dans le chapitre "Côte d'Ivoire - France : la guerre inutile". Extraits.

Lire la suite

20:14 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (50)

13/08/2008

Quand des Africains font de la prospective

a79f4ae77089da53807e52b5e6d60a5d.jpg
Je viens de terminer un livre que je distribuerais bien - si je le pouvais - à tous nos chefs d'Etat, lors du prochain sommet de l'Union Africaine. Son titre ? Intellectuels africains face à la mondialisation. C'est un ouvrage collectif coordonné par Jacques Bonjawo, ingénieur informaticien camerounais, qui a été le premier Africain à accéder à un poste de manager au siège social de Microsoft, il y a dix ans.
Neuf experts africains de haut niveau s'y expriment sur des sujets divers, dont le point commun est qu'ils relèvent de la stratégie et de la prospective à moyen terme. Ils constituent un début d'articulation de propositions pour inverser le cycle négatif dans lequel l'Afrique semble plongée depuis deux décennies.
Didier Acouetey, patron d'une boîte de recrutement, consacre son article au défi des ressources humaines, qu'il est indispensable de relever en prenant à bras le corps la "crise de compétences", liée à un système éducatif "inadapté", parce que totalement coupé des besoins exprimés par l'économie réelle. En effet, ne trouvez-vous pas aberrant qu'en Côte d'Ivoire, pays agricole par excellence, il n'y a ni CAP ni BTS en techniques agricoles et qu'on ne forme quasiment que des ingénieurs-fonctionnaires ?
Le Pr Fernand Sanou de l'Université de Ouagadougou fustige, quant à lui, un enseignement à finalité sélectionniste et plaide pour une démocratisation de l'apprentissage libre à distance, notamment grâce aux TIC (un aspect sur lequel le Pr Peter Kinyanjui consacre de longues pages), mais également - ce qui n'est pas contradictoire - pour la formation, non pas d'élites administratives, mais de vrais visionnaires.
Lucie Bourthoumieux, avocate au barreau de Paris, quant à elle, consacre un long développement au rôle irremplaçable de l'Etat dans le défi économique. Un Etat qu'il faut participer à renforcer dans son rôle régalien. "Pouvons-nous continuer à ignorer que les différentes tentatives de déstabilisation dont sont victimes les Etats africains et les souffrances des populations qui s'ensuivent sont l'une des causes fondamentales de la misère économique et sociale de ce Continent ?"
Yves Ekoué Amaïzo, économiste à l'ONUDI, revient, quant à lui, sur le projet de monnaie unique africaine. Il ne se contente pas d'incantations mais fixe une voie : une banque centrale électronique, organisée grâce à un vaste réseau informatique uniformisé qui améliorerait, dans la phase transitoire, les mécanismes de la compensation qui, mal maîtrisés, tueraient le projet.
Jacques Bonjawo lui-même évoque l'enjeu des biotechnologies agricoles et médicales. Bien adaptées, bien diffusées, fruit de consensus régionaux, elles pourraient avoir un véritable effet de levier.
J'ai refermé ce livre en me disant que l'Afrique a déjà à sa disposition le matériau programmatique de base nécessaire à sa renaissance. Il reste à le mettre en musique. Pour cela, il faudrait déjà améliorer la visibilité des idées indispensables à l'accouchement de lendemains meilleurs. Pour cela, quoi de mieux qu'un blog participatif à la fois élitaire et grand public, engagé et ouvert, comme il en existe plusieurs aux Etats-Unis ?

21/07/2008

"La Chinafrique" : un livre que je conseille à tous

0034e278345860950705bcdf74d77d5e.jpgIl est rare, aujourd'hui, de lire un livre sur l'Afrique, écrit par des Européens, qui ne se contente pas de répéter ad nauseum des clichés éculés, mais qui fait le pari de l'investigation patiente et pertinente. "La Chinafrique : Pékin à la conquête du continent noir" fait partie de ces livres trop rares et très utiles. Je l'ai acheté, motivé par un des débats que nous avons eu sur ce blog à propos de la présence chinoise en Afrique. Et je l'ai dévoré.
Ce livre m'a appris des choses et a nourri ma réflexion. En effet, une des leçons de "La Chinafrique" est que la présence chinoise en Afrique résiste à toutes les idées toutes faites. Ceux qui ne considèrent les Chinois que comme des exportateurs de pacotille bon marché se raviseront : de plus en plus, les Chinois s'installent en Afrique, rachètent ou construirsent des usines, notamment au Nigeria, où l'industrie fait face à des obstacles décourageants pour de nombreux investisseurs. Ceux qui voient l'aventure chinoise comme une initiative étatique organisée ou comme la manifestation d'initiatives désordonnées de candidats à l'émigration se trompent aussi. Les "aventuriers" sont encouragés par l'Etat, qui les voit comme des "défricheurs", mais bien moins "coachés" que des expatriés occidentaux. Les Chinois ne sont ni des anges envoyés par le dieu de la coopération sud-sud et ils sont autant, sinon plus raciste que les Occidentaux vivant en Afrique - d'autant plus qu'ils sont souvent des authentiques paysans aux manières rustres et à la vision du monde limitée. ils ne sont pas non plus des démons. Ils sont souvent le reflet des limites des Africains - qui ont du mal à créer de la valeur ajoutée sur leur propre terre et vivent très mal le dynamisme et l'expansionnisme des citoyens de l'Empire du Milieu - mais aussi des Occidentaux - qui ont trop longtemps méprisé un continent noir qui apprend à se passer d'eux.

Lire la suite

15:00 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (13)

11/03/2008

Connaissez-vous le Code Noir de Louis XIV ?

ed025b13d331902e351dbaddcd70ce5f.jpg
Peut-être que oui, peut-être que comme moi vous en avez une idée vague. L'Ivoirien Léandre Sahiri a publié, aux éditions Menaibuc, une pièce de théâtre qui nous donne de revisiter un "document d'incontournable référence", au coeur "de l'histoire de la France, de l'Afrique, de l'esclavage, de la colonisation et de toute l'humanité."

Léandre Sahiri sera au Salon du Livre de Paris, et nous invite tous à venir lui rendre visite sur son stand.

"A l’occasion de la sortie de mon livre «Le Code Noir de Louis XIV , aux Editions Menaibuc, je suis invité au Salon International du Livre de Paris qui se tient à la Porte de Versailles du 13 au 19 mars 2008.
J’y serai effectivement présent tous les après-midi des 15, 16, 17 et 18 mars pour la dédicace (ou signature) et vous invite très cordialement à cet éminent rendez-vous du donner et du recevoir.
Ne ratons pas cette occasion exceptionnelle, n’est-ce pas, de nous rencontrer, de rencontrer des femmes et des hommes de Lettres, de Sciences, de Médias, d’Edition, de Presse du monde entier…
Saisissons cette grande opportunité qui nous est ainsi offerte de nouer de nouvelles relations, de débattre, d’échanger nos opinions et d’en savoir encore plus sur le pourquoi et le comment du Code Noir, ainsi que sur d’autres sujets."

17/02/2008

Célestin Monga : de la prison de New-Bell à la Banque mondiale

c64e1ce9bb5eed198ac2a7761b773acf.jpgIl y a des attentes qui vous semblent insupportables. Après avoir appris par le net la publication du dernier livre de Célestin Monga, "Un Bantou à Washington", et l'avoir commandé dans une grande librairie de la place d'Abidjan, il a fallu plus de deux mois pour qu'il arrive - je ne sais pas pourquoi. Mais je l'ai finalement eu, et je l'ai dévoré en moins de deux jours. Un régal ! Un régal esthétique d'abord, parce que Célestin Monga écrit très bien.

Lire la suite

23/01/2008

Le livre sur la crise ivoirienne qui n'est jamais sorti

ed0c067ffbd4f80759d4897d024f5ee0.jpgC'est curieux. J'ai longtemps attendu le livre "France-Côte d'Ivoire : le double jeu" sous-titré "La fin de la Françafrique" de Fabrice Lhomme, journaliste-enquêteur de renom. Quasiment mis en vente sur les sites de vente en ligne comme Amazon ou Fnac, annoncé par son éditeur pour le 5 septembre 2006, il n'est jamais sorti. Sans explication.
Par curiosité, j'ai contacté Guy Birenbaum, qui a longtemps dirigé les Editions Privé. Où est donc passé ce livre, lui ai-je demandé. "Je ne suis plus chez privé depuis mai. Il ne l'a jamais écrit. Il a changé de sujet. Désolé", a-t-il répondu. Je lui ai demandé si c'était courant qu'un livre soit ainsi promu et ne sorte jamais. "Très courant puisque cela se fait en amont. Aucun complot", a-t-il répondu, ironique.

Lire la suite

09:00 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (4)