topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

06/03/2008

Je vous présente...

... ma page publique Netvibes, que vous pouvez consulter pour naviguer, avec moi, sur mes blogs et sites favoris organisés autour des onglets suivants :

- Ivoire-Blog (les blogs les plus dynamiques).
-Kmer-blogs (les blogs camerounais les plus dynamiques, notamment lors de la dernière crise.
-Mon info (quelques sites d'info sympas).
- Villageois et associés.
- L'homme ne vit pas que de pain (l'onglet de la foi en Christ).

Visitez ma page publique Netvibes, et créez les vôtres.

http://www.netvibes.com/kouamouo

04/03/2008

Un grand merci...

... à Ben. C'est émouvant !

13/02/2008

Discours de Dakar : l'Afrique répond à Sarkozy

Ce livre, qui vient de sortir, va sans doute alimenter nos débats. C'est une bonne chose que des intellectuels africains se mettent ensemble pour dire la parole du continent après le fameux discours de Nicolas Sarkozy au sujet de "l'homme africain". Plus bas, la couverture du livre et le texte de présentation de l'éditeur.

3bf0c78886356e0dc77ebf6f53922b05.jpg


Le 26 juillet 2007 à Dakar, lors de sa première visite en Afrique subsaharienne, Nicolas Sarkozy a prononcé son discours fondateur de la nouvelle politique africaine de la France. Le ton se voulait amical, un salut fraternel adressé aux jeunes d’Afrique. Mais derrière les paroles lénifiantes sur « l’âme de l’Afrique » ou la « Renaissance africaine » qu’il appelait de ses vœux, le président français a tenu des propos qui ont profondément blessé les Africains. Il y a eu, bien sûr, le désormais légendaire « paysan africain », selon Sarkozy, qui « ne connaît que l’éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles »… Mais aussi, comme certains l’ont noté, dans le ton parfois conciliant du discours, une manière sournoise de réévaluer l’œuvre de la colonisation : « [Le colonisateur] a pris, mais je veux dire avec respect qu’il a aussi donné. Il a construit des ponts, des routes, des hôpitaux, des dispensaires, des écoles. » Aucun signe de repentance qui aurait libéré le dialogue… Par contre le ton, à la fois paternaliste et arrogant, avait surpris et irrité...

Passé ce moment d’exaspération, un groupe d’intellectuels africains ont décidé de donner la réplique en attirant l’attention sur les vrais enjeux, sur les questions essentielles qui interpellent le vieux continent... Quelle est la responsabilité réelle des Africains dans les souffrances intolérables qu’endurent les populations (violences génocidaires, guerres fratricides, dictatures, gaspillage et pillages des ressources, persistance du pacte colonial, etc.) ? Quelle place pour l’Afrique dans la mondialisation ? Comment lutter contre la collusion de l’État français avec les dictateurs du continent ? Comment mettre un terme aux affreuses manipulations des Indépendances par la classe politique française? Comment combattre le révisionnisme sournois qui réécrit l’histoire de la Traite négrière et de la colonisation ? Pourquoi des arguments racistes peuvent-ils être développés en terre africaine par le chef d’État d’une puissance moderne, d’un pays colonisateur de surcroît ? Quels effets de tels propos peuvent-ils avoir sur la jeunesse africaine en risquant de l’enfermer dans des clichés éculés ?

Ces vingt penseurs et artistes ont décidé de combattre avec vigueur (et rigueur !) les arguments de Nicolas Sarkozy et, surtout, d’élargir le débat aux véritables défis pour l’Afrique d’aujourd’hui et de demain.

Liste provisioire des auteurs

• Zohra Bouchentouf-Siagh : professeur de linguistique et de littérature française et francophone (Alger, Vienne)
• Demba Moussa Dembélé : économiste (Dakar)
• Mamoussé Diagne : essayiste, professeur (Université Ch. Anta Diop, Dakar)
• Souleymane Bachir Diagne : essayiste, professeur (Dakar, Chicago)
• Boubacar Boris Diop : écrivain (Dakar)
• Babacar Diop Buuba : professeur (Université Ch. Anta Diop, Dakar)
• Dialo Diop : médecin biologiste (Dakar)
• Makhily Gassama : essayiste (Dakar)
• Koulsy Lamko : écrivain, professeur (N’Djaména)
• Gourmo Abdoul Lô : avocat, professeur (Nouakchott, Le Havre)
• Louise-Marie Maes Diop : géographe (Dakar)
• Kettly Mars : romancière (Haïti)
• Mwatha Musanji Ngalasso : essayiste, professeur (Université Montaigne, Bordeaux)
• Patrice Nganang : écrivain, essayiste, professeur (Cameroun, USA)
• Djibril Tamsir Niane : écrivain, historien (Conakry)
• Théophile Obenga : égyptologue, linguiste, historien, professeur (France, Université d’État de San Francisco USA)
• Raharimanana : écrivain (Madagascar)
• Bamba Sakho : docteur en sciences, chercheur (France)
• E. H. Ibrahima Sall : économiste
• Mahamadou Siribié : doctorant en Science politique (Nice, France)
• Adama Sow Diéye : professeur (Université Ch. Anta Diop, Dakar)
• Odile Tobner : professeur (Cameroun, France)
• Lye M. Yoka : professeur (Kinshasa)

22/01/2008

Des petits copains qui viennent souvent dire b'jour

Notre petite plateforme a ses amis ailleurs, qui passent dire bonjour et font notre promo. Atalaku spécial pour Madison et Kwaame. On est ensemble !

19/01/2008

Vox Africa, la télé panafricaine qui arrive !

Avant la diffusion en clair sur les écrans de télévision, Vox Africa, créée par le banquier camerounais Paul Fokam, lance une opération de communication sur sa marque à travers la diffusion des "à-côtés" de la CAN sur Internet, comme l'explique Hervé Kouamouo, responsable des sports de la nouvelle chaîne de télévision.
Pendant ce temps, 3A Télésud s'autodétruit. Des associés chassent d'autres associés à grands renforts de policiers. Personnellement, cela me rappelle quelque chose.

13/01/2008

Pourquoi il faut suivre Nino !

Je le dis souvent : comparé au web 2.O d'Afrique anglophone, celui d'Afrique francophone fait pitié. Disons que les pionniers francophones sont bien peu nombreux, comme le montre cette image réalisée avec beaucoup de talent par White African.

17995e41a4f5132867d0f22ea016cd31.jpg


Pour cette raison, nous sommes astreints au devoir de solidarité, dont la moindre manifestation est de faire "buzzer" nos initiatives. Il faut valoriser ceux qui font preuve d'inventivité sur le net, comme Nino, qui est promoteur d'un certain nombre d'initiatives, comme la plateforme akopo.

Mais il n'y a pas qu'akopo. Nino a lancé 20mai.net, le 378c1f75defa8f8b9308f6f6830fe42a.jpgmédia citoyen camerounais, un peu dans l'esprit d'Agoravox. Il est également partie prenante de Kerawa, qui se veut une Craiglist africaine : c'est en tout cas un site sur lequel vous pouvez poster GRATUITEMENT des petites annonces concernant de nombreux pays africains, dont la Côte d'Ivoire.

A quand des business angels qui vont investir sur le potentiel de telles initiatives africaines, et les aider à se développer de manière maximale ? On attend... Entretemps, bon vent à Nino !

11/01/2008

Découvrir Ivoire-Blog

Prenons tous le temps de découvrir Ivoire-Blog. Ivoire-Blog, c'est un portail de blogs où tous ceux qui le désirent peuvent ouvrir leur petite fenêtre sur le net. C'est le premier portail de blogs animé depuis la Côte d'Ivoire.
Ivoire-Blog abrite, bien entendu, notre petit village. Mais quelques tours dans les alentours nous en font découvrir d'autres :
- L'observatoire des campagnes com' à Abidjan, Babiwatch, qui a déménagé de Wordpress à chez nous.

- Le blog de Yoro, qui évoque l'actu, mais toujours avec un petit regard décalé.

- L'actu de Côte d'Ivoire en continu, pour savoir tout avant tout le monde sur ce qui se passe dans le pays, et aussi l'actu africaine en continu.

- Y-Voir-Plus, un blog qui regarde nos réalités contemporaines d'un oeil artistique particulier.

- Cafémobile, qui nous raconte l'actu des télécoms en Côte d'Ivoire.

- Le I-Monde de Cartunelo, orienté web 2.O.

- Ceux qui veulent s'exprimer sur Ivoire-Blog sans créer leur blog à eux peuvent envoyer des mails à l'adresse suivante : opinionsdiverses@gmail.com, et ils seront publiés sur le blog Opinions diverses.

- Les fans de vidéo peuvent regarder une sélection de vidéos dans la sélection faite quotidiennement par Ivoire-Blog.

Vous voyez que vous pouvez faire votre marché et garnir les achalandages.