topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

11/08/2012

Après l'attaque d'Akouédo, les nervis armés du régime Ouattara martyrisent les civils pro-Gbagbo

Ils sont d'abord allés "punir" les villages ébriés de Bingerville, la commune qui jouxte le camp militaire attaqué par des inconnus armés. Pour en lire plus, cliquez ici.

Désormais, c'est le tour de Yopougon, commune estampillée "pro-Gbagbo". Qui est martyrisée par Koné Zakaria, chef de la police militaire de Ouattara (et "boss" de plusieurs camps de torture), pointé du doigt par les défenseurs des droits de l'homme pour des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité supposés pendant la guerre post-électorale. Pour en lire plus, cliquez ici.

Et c'est à Yopougon que le rédacteur en chef adjoint du Nouveau Courrier, a failli se faire embarquer par des FRCI estimant qu'avoir un ordinateur, c'est vraiment trop suspect. Sa mésaventure ici.

08/08/2012

Nouvelle attaque contre les FRCI à Agboville : trois morts selon APA, deux blessés selon l'AFP

Selon une dépêche de l'agence APA (basée à Dakar), il y a eu trois morts et plusieurs blessés.

"Au moins trois éléments des Forces Républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) auraient été tués dans la nuit de mardi à mercredi, dans des affrontements avec des éléments non identifiés à Agboville (54km d’Abidjan), cité réputée favorable à l’ex-chef de l’Etat Laurent Gbagbo, transféré à la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye en novembre 2011.

Les affrontements qui ont eu lieu précisément à Erimakoudjé, village situé à 3 km d’Agboville, se sont déroulés aux environs de 3 heures du matin pour ne prendre fin que vers 5 heures.

« Des personnes habillées en tenue militaire, en provenance d’Abidjan, sont arrivées au corridor d’Erimakoudjé et se sont mis à tirer des rafales sur les militaires en poste », a dit une source militaire à APA.

« Les échanges de tirs ont duré plus de 2h, c’est-à-dire entre 3h du matin et 5h du matin et trois militaires ont trouvés la mort tandis que plusieurs blessés ont été enregistrés dont trois dans un état grave, ont été transférés à Abidjan », a-t-il dit sans autre précision."

Selon une dépêche de l'AFP, qui relaie une source officielle, il y a eu deux blessés.

"Des inconnus armés ont attaqué un poste de contrôle de l`armée à l`entrée de la cité d`Agboville, à quelque 80 km au nord d`Abidjan, dans la nuit de mardi à mercredi, faisant deux blessés, a-t-on
appris de source militaire. "Une dizaine d`assaillants ont attaqué le poste d`observation des Forces
républicaines (FRCI) à Erymakouguié", village voisin d`Agboville, a déclaré une source FRCI jointe par l`AFP sur place.

Lancée vers 01H00 du matin (locale et GMT), "l`attaque a duré deux heures. Le bilan fait état de deux blessés, dont un blessé grave qui a été hospitalisé", a-t-elle indiqué.

"Les assaillants ont ensuite pris la fuite mais nous avons arrêté quelques suspects", a-t-elle ajouté, sans plus de précision. Cette attaque a été confirmée à l`AFP par plusieurs habitants et un
journaliste local."

Que valent les assurances du ministre de l'Intérieur d'Alassane Ouattara, Hamed Bakayoko, qui prétend que la situation est sous contrôle ?

hamed bakayoko.jpg


Côte d'Ivoire : la mode des "défileurs" encagoulés vient d'Amérique latine - et s'il y avait quelque chose à cacher ?

Nous avons tous été surpris par ces images des "Forces spéciales" lors du défilé militaire du 7 août à Abidjan.

frci encagoulés.jpg

forces spéciales abidjan.JPG

Une petite recherche nous montre qu'en Amérique latine, la pratique est courante.

En Colombie par exemple, comme nous le montre l'image qui suit.

forces spéciales colombie.jpg

Toutefois, certaines mauvaises langues disent que les différentes techniques de camouflage du 7 août pourrait bien être fort opportun pour masquer les visages de mercenaires étrangers, originaires de certains paysans voisins de la Côte d'Ivoire.

D1.jpg

"Cerveau" présumé de l'attaque d'Akouédo : voici la photo que brandit le régime !

hervé blé.jpg

"L'heureux élu" s'appellerait Hervé Blé alias "Gédéon". Et serait en contact avec Abel Naki, leader de mouvement patriotique basé à Paris - et qui s'est fait remarquer en déposant récemment une gerbe de fleurs devant la résidence d'Alassane Ouattara à Mougins. Crime de lèse-majesté. Cette accusation vise-t-elle à faire obtenir une extradition de la part de l'administration Hollande ?

07/08/2012

Attaque d'Akouédo : un média accrédité au siège de l'ONU met en cause Koenders et l'ONUCI

Inner City Press est un site Internet spécialisé dans l'investigation sur les coulisses de la Maison de Verre des Nations unies à New York. Après l'attaque du camp d'Akouédo, Inner City Press met très clairement en cause l'ONUCI et ses rapports sur la situation en Côte d'Ivoire, qu'il estime biaisés. Et attaque, bille en tête, Bert Koenders, représentant spécial de Ban Ki Moon à Abidjan.

"L'ONU relaie l'information selon laquelle le "chef de l'ONUCI, Bert Koenders, a fermement condamné l'attaque" [ndlr : d'Akouédo] sans mentionner qu'il y a moins de trois semaines, Koenders proposait allègrement de réduire d'un bataillon complet les troupes positionnées à Abidjan, en expliquant que la situation s'était tellement améliorée là-bas", écrit Inner City Press.

Lire la suite sur le site du Nouveau Courrier.


Attaque d'Akouédo : un diplomate européen parle de frous-frous internes aux FRCI

- « L'attaque ressemble bien à une action de supplétifs FRCI qui n’ont toujours pas été pris en compte par le pouvoir. C’est une sorte de signal qu’ils donnent au gouvernement pour accélérer la réforme du système de sécurité et de l’armée (RSSA), en panne depuis plusieurs mois », affirme un diplomate européen à Jeune Afrique.

- « Les assaillants ont bénéficié de complicités internes au camp, confie Paul Koffi Koffi à Jeune Afrique. Des arrestations de pensionnaires de la caserne ont été effectuées et nous poursuivons l'enquête ».

- « Tous les supplétifs sont laissés pour compte. Aujourd’hui, seuls les éléments des Forces armées des forces nouvelles (FAFN, armée de l’ex-rébellion du Nord), ainsi que quelques éléments des ex-FDS constituent l’ossature du système de sécurité. Cela crée des frustrations », explique un militaire onusien.

L'intégralité de l'article ici.

31/07/2012

Décryptage vidéo de l'interview d'Alassane Ouattara sur TV5

Le petit exercice est de retour... 


Kouamouo prend Ouattara en flagrant délire - 30... par legrigriinternational

28/07/2012

"La victoire aux mains nues" de Sidiki Bakaba, disponible sur YouTube

Une fois de plus, mes larmes ont coulé en regardant ce documentaire de l'irremplaçable Sidiki, qui a gravé pour l'Histoire la quasi-guerre franco-ivoirienne de novembre 2004, et qui a rendu hommage à la mémoire des jeunes martyrs qui sont tombés sous les balles de l'armée française.

Avec le recul, quelques réflexions me viennent à l'esprit à la vue de ce film :

- L'image est radicalement révélatrice à certains moments. Et celles qui montrent les jeunes Ivoiriens pleurant leurs amis tués par la force Licorne rappellent irrésistiblement celles, entrées dans les mémoires, du massacre de Soweto en 1976.

- Les jeunes qui se sont battus, les mains nues, pour la souveraineté de la Côte d'Ivoire sont des authentiques héros. Ces images ne montrent que cela. Maintenant que le "bruit" éhonté des médias français prétendument progressistes sur les "miliciens" rémunérés a disparu, et qu'il ne reste plus que ces images, impossible de ne pas le voir de manière nette. L'Histoire leur rendra justice, qu'ils soient aujourd'hui morts ou vivants. Il est grand temps qu'un mouvement citoyen se mette en place en France afin que la France reconnaisse son crime d'Etat, indemnise les vivants et les familles des morts. Je pense que l'association Survie est disposée à mener ce combat.

- Le criminel revient toujours sur les lieux du crime. Si on ne se remémore pas novembre 2004, on ne peut comprendre la pluie de missiles qui s'est abattue en avril 2011 sur la Résidence présidentielle d'Abidjan, l'atmosphère de terreur et les violences sans scrupules qui se sont abattues sur les patriotes, dont beaucoup ont été une fois de plus assassinés (les supplétifs FRCI aidant, les Licorniens ne se sont pas trop salir les mains). Il y avait visiblement comme une revanche à prendre, des symboles à humilier profondément... comme pour se convaincre et se convaincre encore que la Françafrique pouvait renaître de ses cendres. Les contre-symboles déployés depuis le 11 avril 2011 par le sarko-ouattarisme, notamment l'indécent "sacre de Yamoussoukro", l'ont été à dessein.

Mais peut-on arrêter le cours de l'Histoire ? Regardons et partageons le docu de Bakaba.

27/07/2012

En Côte d'Ivoire, on peut être admis à un concours sans avoir été admissible

Pour en savoir plus, regardez cette vidéo...

Et suivez le lien... Ici.

24/07/2012

Un documentaire qui en dit long sur les coups tordus et les faux-semblants franco-ivoiriens

Il raconte l'épopée ratée de Ibrahim Coulibaly dit "IB" (l'homme qui a été tué par le duo Ouattara-Soro sous fond de complicités franco-onusiennes parce qu'il en savait trop) et d'une équipée de barbouzes françaises, qui avaient pour projet de faire un coup d'Etat fin 2007 à Abidjan contre le président Gbagbo. Une des nombreuses tentatives de coup d'Etat ratées contre le seul chef d'Etat de l'histoire de l'Afrique indépendante dont la Résidence a été mitraillée par deux fois par des hélicoptères français (2004 et 2011). Et qui a désormais été conduit à la Cour pénale internationale par la France officielle et son allié local Alassane Ouattara.

Manipulations sous haute tension (partie 1/2) from JeanMarc Froissart on Vimeo.

Manipulations sous haute tension (partie 2/2) from JeanMarc Froissart on Vimeo.