topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

07/05/2013

Les propos incroyables d'un journaliste malien ignorant !

le reporter mali.jpg

La profession de journaliste est occupée, en Afrique, par des personnes sans culture. Et c'est malheureux ! Voici ce que je lis sous la plume de Hamady Tamba, du journal malien Le Reporter. "«Je préfère un report de quelques mois à un conflit post-électoral à l’ivoirienne» ! C’est la crainte exprimée par le président du Cnid-Fyt, Me Mountaga Tall, par apport à la date des prochaines élections au Mali. Il était interrogé par une radio internationale. Après l’écoute de son intervention, on se demande : de quoi Me Tall a-t-il réellement peur ? Il sait pertinemment que la situation du Mali est totalement différente de celle de la Côte d’Ivoire où la prolongation de la transition a causé plus de problèmes. En fait, le problème a été de laisser Laurent Gbagbo être juge et partie : c’est lui qui a organisé les élections, tout en étant candidat à sa propre succession. Et comme beaucoup de tyrans africains, il s’est accroché à la philosophie qu’«en Afrique, il faut être fou pour organiser les élections et les perdre». Le refus du camp Gbagbo de reconnaître sa défaite est la cause fondamentale de la dernière crise post-électorale qui a secoué la Côte d’Ivoire jusqu’au 11 avril 2011. Ce qui est arrivé à la Côte d’Ivoire est le résultat de la phobie (islam) et de l’exclusion (Dioulas) érigées en système politique : l’Ivoirité !"

Certes, mieux vaut lire cela qu'être aveugle ou analphabète mais tout de même ! Cette prose confuse est non seulement bourrée de contrevérités, mais caractéristique du chauvinisme idiot et de l'absence de mise en perspective qui poussent l'Afrique à reproduire les mêmes erreurs - parce que d'un pays à l'autre, on croit à une "exceptionnalité bien dérisoire" !

Commençons, sans nous énerver, à corriger l'affirmation centrale du confrère bien mal inspiré. Ce n'est pas Gbagbo qui a organisé le scrutin de 2010 en Côte d'Ivoire, mais une Commission électorale aux mains de l'opposition politique et de la rébellion armée. Les différentes crises post-électorales qui ont éclaté à l'occasion des élections locales, et les preuves multiples de fraudes qui existent aujourd'hui au sujet des différents scrutins sont là pour édifier les citoyens et les journalistes qui savent qu'il ne suffit pas de se contenter d'écouter RFI pour comprendre les tenants et les aboutissants de l'actualité africaine.

Poursuivons en nous étonnant d'un tel raisonnement venu d'un citoyen du Mali, pays sur lequel il est désormais à la mode de gloser au sujet de l'exclusion, des persécutions et du racisme dont seraient victimes les Touaregs - qui prennent, dans le récit dominant, la place occupée par les "Dioulas" en Côte d'Ivoire. Intellectuellement, il est tout à fait incongru de légitimer la rébellion armée ivoirienne et de s'en prendre au MNLA, comme le fait ce journaliste.

Aveuglé par un micro-nationalisme totalement déconnecté de la réalité, Hamady Tamba écrit : "Même si nous avons frôlé le pire, nous ne pensons pas que notre décadence ait atteint le seuil dépassé par la Côte d’Ivoire à un certain moment récent et critique de son histoire politique. Quoi que l’on dise ou qu’on pense, la haine ethnique n’est pas aussi exacerbée dans notre pays." Sérieusement ! Il suffit de lire les rapports sur le Mali des ONG qui ont "théorisé" la haine ethnique comme problème numéro un de la Côte d'Ivoire pour se persuader du contraire. De plus, la "décadence" malienne a été si fulgurante et les institutions maliennes si peu préparées à ce qui n'a pas fini de leur arriver qu'on aurait pu penser que certaines fausses certitudes auraient disparu. Par dessus le marché, le Mali, qui en est à sa cinquième rébellion touarègue depuis l'indépendance, n'est pas très bien placé pour donner des leçons d'unité nationale à une Côte d'Ivoire qui a attendu son 42ème anniversaire pour avoir sa première insurrection armée !

Tant que les journalistes africains auront un niveau de "concept" aussi bas que celui d'Hamady Tamba, ceux qui dominent le continent pourront dormir tranquilles.

D'une naïveté déconcertante, Hamady Tamba écrit : "La France ne peut pas non plus rester indéfiniment au Mali. Se retirer sans la tenue des élections, c'est exposer le pays à une autre crise politique qui risque de nous ramener à la case départ". 

Qui lui rappellera que si l'opération Epervier est présente "provisoirement" au Tchad depuis février 1986, la France peut rester 30 ans, donc "indéfiniment" au Mali, tant qu'elle estime que c'est dans son intérêt ?

Qui lui expliquera que l'intérêt de l'ex-puissance coloniale n'est pas de rendre aux Maliens un pays sans crise politique, mais de se retirer militairement (éventuellement) quand elle aura imposé, d'une manière ou d'une autre, son "nouvel ordre politique" dans l'ancien Soudan français ?

  

Commentaires

Est-ce que ce journaliste a fait une ecole de journalisme? Vit-il au Mali ou sur Mars? La cote d'ivoire et le mali c'est comme le jour et la nuit en ce qui concerne les crises.

Écrit par : illahry | 07/05/2013

L'ignorance et l'inculture sont séparément deux maladies extrêmement graves quand on cumule les deux cela devient honteuse et mortelle

Écrit par : lassey othniel | 07/05/2013

Merci Theo pour ce coup de ...plume! Plus que necessaire. C'est a deseperer de nous même; mais heureusement le nombre d'africains lucides et decomplexés ne fait que croitre. Time will tell!

Écrit par : malek | 08/05/2013

Ce journaliste malien réagit ainsi parce que -j'en suis certain-il n'a pas un bon niveau d'etude, mais surtout il est animé comme un nombre de ses concitoyens,par une haine viscèrale quidétruit en lui tout raisonnement logique.

Écrit par : lewouei | 08/05/2013

Moi je crois que ce pseudo journaliste hamady tamba doit commencer à admettre que les Touareg au Mali,ne sont pas islamophobes et donc ils ont le droit d’indépendance car ils sont loin d'une culture bambara .Mr hamady tamba ,devrait dans le mauvais rapprochement qu'il fait du cas ivoirien dont il n'a aucune connaissance d’après ses analyses livrées être selon ses dit conséquent avec lui-même de reconnaître que cette session réclamée par les touareg est aussi acceptable . je suis surpris qu'il ne fait pas l'analyse de cette façon ce pauvre petit journaliste qui à l'instar de certains de ses confrères maliens jaloux de la cote d'ivoire du fait de leur dé-favoritisme naturel veulent s'accaparer la cote d'ivoire par une immigration jamais vue dans le monde avec comme indignation le vol de la nationalité ivoirienne .

Écrit par : LAUENT ASSI | 08/05/2013

Autant expliquer de façon simple en malinké moieux il le comprendra qu'on lancera un morceau de soukouya à son toutou...

Écrit par : Roger KOUE | 08/05/2013

Yes merci théo
Pour ce cours de journalisme que tu as donné à cet idiot de malien la.

Écrit par : arnaud | 08/05/2013

Il fait preuve dune naivete et dune malhonettete intelectuelle ce "journaleux" malien la.

Écrit par : Fdebronze | 08/05/2013

Il fait preuve dune naivete et dune malhonettete intelectuelle ce "journaleux" malien la.

Écrit par : Fdebronze | 08/05/2013

Merci grand-frère. Rien à ajouter et à retrancher; C'est propre comme on le dit chez nous.

Écrit par : Djalo kouadjo | 08/05/2013

Quelle Ignorance et on se proclame journaliste ? Ce noble métier de nos est devenu de nos jours grâce au blogs et autres machins du charlatanisme. N'importe qui peux prévoir l'avenir et de débiter m'importe quoi ! Quand on ne sait pas on s'informe en consultant plusieurs sources: cela s'appelle la "documentation" qu'il faut ensuite comparer et au besoin trier pour extraire le Vrai du faux....
Sur la crise ivoirienne la documentation est très fournie tant en photos en vidéos qu'en témoignages (les récentes sont fournies par les sites web dont la réputation n'est plus à démontrer.

Écrit par : Guy Frotto | 08/05/2013

Monsieur hamady tamba est en service commandé pour faire avaler le concept d'une présence française permanente. rappelez-vous, les maliens ne demandaient que leurs armes confisquées en côte d'ivoire et en guinée pour liberer leur pays et ne souhaitaient pas de troupes étrangers sur leur sol.Le capitaine sanogo écarté, il ne reste qu'à vendre le produit france. heureusement qu'il y a encore des aminata traoré au mali.

Écrit par : tisen | 08/05/2013

Théo, tu sais, si un journaliste ne tire ses infos que d'un autre journaliste (RFI) sans faire ses propres recherches et mener ses propres questionnements, c'est ce genre d'idioties qu'il finira par pondre. Et dire qu'il y a des gens pour lire et croire ce genre de contre-vérités. Mais bon, et c'est malheureux pour les maliens qui sont des frères, lorsque la France aura obtenu ce qu'elle cherche, tous verront qu'elle ne cherchait pas forcément le bien du Mali...

Écrit par : Charlie | 09/05/2013

merci nous même en tant que lecteur avons une saine appréciation des situation politique mondial hamady tamba est de la meme trempe que les journalistes françafrique comme les artiste tiken dja alpha etc..

Écrit par : thierry kouai thierry | 11/05/2013

Les commentaires sont fermés.