topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

15/11/2012

Le premier Théophile célèbre que j'ai connu n'est plus... Adieu Abéga... Adieu "Docteur"

Pour des raisons mystérieuses, le premier président camerounais, Ahmadou Ahidjo, se méfiait de la télévision. En 1984, les Camerounais ont donc suivi la finale de "leur" première Coupe d'Afrique des nations de football à travers leurs postes transistors.

Je pense que c'est le premier match qui m'a vraiment intéressé. J'avais sept ans. Mon frère aîné, fan de football déjà, en avait neuf. Sur la véranda de notre maison, il avait installé le vieux poste radio des parents (à l'époque, ces machines étaient solides). Une bible. Position à genoux obligatoire, après l'ouverture du score par le Nigeria. Et on priait pour gagner le match, en imaginant ce qui se passait à travers les commentaires souvent un peu trop "marseillais" des journalistes-vedettes Abel Mbengue (en français) et Zackarie Nkwo (en anglais). Egalisation. Et deuxième but camerounais, qui signe la marche vers la victoire.

"Abéga... Milla... Milla... Abéga... goaaaal !"

Et nous dansons dans la véranda, persuadés que nos prières innocentes nous ont apporté la victoire.

Persuadés que Théophile Abéga est vraiment un docteur en sciences footballistiques.

A l'époque, encore plus que Milla, la star, le héros, c'était lui. L'enfant de Yaoundé. Théophile.

Il vient de mourir à 58 ans. Trop tôt. Il meurt alors que les Lions indomptables sont devenus des chats édentés et capricieux tels des divas pomponnées. Incapables de gagner un match contre le Cap-Vert.

Et, l'espace d'une larme, ce sont nos souvenirs qui ressuscitent, brûlants, dans nos coeurs.

Adieu l'artiste, le docteur. Comme on dit à Abidjan, "tu connaissais ballon".

Le portrait complet de Théophile Abega par le site footafrica365 ici.

Les commentaires sont fermés.