topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

13/11/2012

Où va l'opposition ivoirienne [édito paru dans Le Nouveau Courrier]

pat sacko.jpg

Les chanteurs de zouglou qui ont décidé de mettre un terme à leur exil parisien pour rejoindre «la caravane de la réconciliation» financée à grands frais par le régime Ouattara sont-ils des «traîtres» à la cause patriotique ivoirienne ? Faut-il les «punir» en boycottant leurs concerts et leurs oeuvres discographiques ? Ces questions ont agité les réseaux sociaux ces derniers jours et suscité de nombreux commentaires avec leur corollaire d’excès. Au-delà de l’écume de la polémique, ces échanges vifs devraient susciter des interrogations de fond. En réalité, cette foire d’empoigne soulève plusieurs problématiques. Premièrement, celle du rapport entre les artistes engagés et l’univers de la politique. Dès lors qu’ils ont pris des positions politiques, les chanteurs et autres vedettes doivent-ils être considérés comme des activistes, voire des militants soumis à la discipline du parti ? Doit-on donner plus de sens qu’ils n’en méritent à leurs choix de carrière qui répondent, après tout, à des considérations qui relèvent aussi et surtout de leur désir de survivre et de continuer à créer dans un environnement réceptif ? Quel message faiton passer aux artistes qui voudraient, le temps d’une ou de deux mélodies, faire des petites incursions en politique pour exprimer leurs indignations légitimes, leurs sentiments de citoyens, leur adhésion à des causes spécifiques ? Voudrait-on leur dire qu’en le faisant, ils s’engagent dans la sphère partisane et seront surveillés, lâchés voire lynchés à l’avenir s’ils s’écartent du droit chemin ? L’art, et plus particulièrement le zouglou, est une affaire d’hommes et de femmes libres. On peut être frustré ou déçu que Pat Sacko ou Petit Yodé aient choisi d’offrir une (petite) fleur à un régime Ouattara qui fait de l’événementiel pour mieux masquer son incapacité à réaliser la réconciliation. Mais il faut en toute chose savoir raison garder, respecter leur liberté, qui est également la liberté de nous surprendre voire de nous irriter par moments. En réalité, l’opposition ivoirienne, dans ses différentes composantes, doit gérer intelligemment le passage à vide, la traversée du désert. Elle fait face à la difficulté de s’organiser en alternative face à un pouvoir qui n’a d’autre rempart qu’une dictature épouvantable rendue possible par le silence des censeurs moraux occidentaux –les seuls qui intéressent plus ou moins le régime. Elle expérimente l’angoisse du temps qui passe et n’apporte pas de fenêtre d’opportunité immédiate, dans un contexte où elle sa structuration même – une «section » en prison, une «section» en exil, une «section» sur le terrain à Abidjan

– est porteuse de divisions, d’incompréhensions et de scissiparités. Jusqu’ici, elle a réussi ce qui relève quasiment du miracle. Elle a maintenu le lien avec une base politique qui n’a pas été atteinte et des relais au sein de la société civile qui n’ont pas tous basculé dans la flagornerie vis-à-vis des nouveaux maîtres d’Abidjan. Elle a préservé son unité derrière le symbole vivant qu’est devenu pour elle Laurent Gbagbo. C’est là sa principale force. C’est là la principale angoisse du clan Ouattara qui ne cesse de repousser le retour à la vie démocratique normale parce qu’il s’agirait aussi d’un retour aux vrais équilibres du pays. Cette force est aussi patrimoine. C’est elle qui, mise en branle dès l’apparition d’une vraie fenêtre d’opportunité politique, changera la donne. Mais l’opposition perdrait cet atout considérable si elle cédait à la tentation de la radicalité improductive et d’une quête de pureté se résumant à la posture, voire à la pose. Quand on est lancé dans une course de fond, il faut économiser son énergie D’autant plus que, dans le cas d’espèce, il n’y a aucune forme d’enjeu politique. Le retour à Abidjan de Petit Yodé et de Pat Sacko ne constitue pas un signal exploitable de manière judicieuse à l’international. Il n’apportera pas le moindre électeur à un régime qui prend l’eau de toutes parts et dont le caractère profondément sectaire apparaît quotidiennement, comme on l’a encore vu avec les agressions injustifiées subies par l’église des Assemblées de Dieu de Cocody, sur laquelle le ministre Cissé Bacongo s’est incroyablement acharné la semaine dernière. Ce n’est donc pas un enjeu. L’opposition ivoirienne, naturellement menée par le Front populaire ivoirien (FPI), est engagée dans un combat dont elle ne maîtrise absolument pas les échéances les plus importantes. Le vrai enjeu pour elle est de maintenir et de renforcer ses outils idéologiques structurants. Ce n’est pas pour rien que le régime travaille au corps à corps le FPI, flattant certains hiérarques, jetant d’autres en prison pour faire place nette et obtenir une entrée au gouvernement qui serait, pour le coup, une véritable trahison. Dans quelle mesure ce travail patient porte-t-il ses fruits, crée-t-il de mortelles suspicions et des ambitions inavouables, entrave-t-il les nécessaires pressions destinées à contraindre le pouvoir à laisser libre cours à une activité politique normale et contradictoire ? Qu’est-ce qui relève, dans la diaspora, de l’activisme de positionnement ou de «défoulement», et qu’est-ce qui participeà éclairer les consciences sur la nature réelle de la dictature ivoirienne, à rallier les alliés objectifs, à faire bouger les lignes chez les autres ? Ces questions sont incontournables. Quand on est lancé dans une course de fond, la question des économies d’énergie est centrale. Question angoissante : si le destin impose à la Côte d’Ivoire une échéance présidentielle anticipée, l’actuelle opposition déploiera-t-elle immédiatement une stratégie de reconquête du pouvoir pensée à l’avance ? En effet, tout se passe comme si un homme manœuvrait par tous les moyens pour neutraliser le FPI certes, mais aussi le PDCI, dans une stratégie globale de la terreur, tout en poussant ses pions et en préparant son avenir. Comme s’il voulait prendre tout le monde de court. Cet homme ne s’appelle pas Alassane Ouattara.

Il s’appelle Guillaume Soro.

Théophile Kouamouo

Commentaires

Cher frère, la question que tu poses implicitement est celle de savoir "Quel est le rôle de l'Artiste dans une société où la dictature, les spoliations sont érigées en système de gouvernance".
Je te sais éminent littéraire pour y répondre. En cela, tu trouveras la réponse: "Que fut le rôle des négritudiens...?

Écrit par : LOBE BOLI FREDERIC | 13/11/2012

analyse tout à fait objective

Écrit par : anidie | 14/11/2012

Bonjour Theo et merci pour cet article. Pourrais-tu m'aider à mieux comprendre ce que tu veux dire par:
" Le vrai enjeu pour elle est de maintenir et de renforcer ses outils idéologiques structurants."?
Merci.

Écrit par : affairage | 14/11/2012

Il y a vraiment longtemps que j'ai lu pareille article. C'est tout ce qu'on demande aux journalistes et à tous ceux qui veulent s'essayer à ce noble métier. Tous mes encouragements.....

Écrit par : Pacome | 14/11/2012

Les commentaires sont fermés.