topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

08/11/2012

Voici les pays qui "mangent" dans les opérations de l'ONU

Il y a des tableaux qui parlent plus que des milliers de pages de démonstrations. Comme ce graphique publié par le site Internet du quotidien britannique The Guardian, et qui fait le point sur les pays qui commercent avec l'ONU, c'est-à-dire qui profitent financièrement de ces opérations inutiles et dispendieuses qui prolifèrent de manière inquiétante en Afrique.

tableau onu.JPG

Sans surprise, les Etats-Unis, plus gros contributeur abritant de plus le siège de l'Organisation, se taillent la part du lion (10,81%). Ces bénéfices sont très nettement contrebalancés par leurs contributions (22% de l'ensemble). La France est dans la même configuration. Elle est le septième fournisseur de l'ONU (3,08% de part du gâteau), et le cinquième contributeur avec 6,30% du budget. Ces pays utilisent l'ONU comme levier de puissance. Ils paient beaucoup, ils vendent un peu. Ils commandent.

principaux contributeurs onu.JPG

Qui sont les pays pour lesquels l'ONU représente un vrai business ? La Suisse, qui ne fait partie des dix premiers donateurs, mais est le deuxième "vendeur". La Suisse est suivie par l'Inde et la Russie (1,2% des contributions pour 4,21 % des ventes), qui fournissent pour la première des médicaments, des vaccins et du matériel médical (low cost), et pour la deuxième de la nourriture... et des moyens de transport aérien.

Le cas de la Russie montre toute la schizophrénie des relations internationales, au-delà de la posture. Quand la Russie cesse de s'opposer à la grande manoeuvre sarkozyste en Côte d'Ivoire (2010-2011), elle perd (un peu) la face mais elle gagne un marché. C'est à elle que l'ONU loue les hélicoptères ! A chaque fois que l'ONU "ouvre" une nouvelle succursale dans un pays africain, un "marché" naît pour la Russie.

La Chine, de son côté, ne "mange" pas vraiment dans "affaire de ONU". Elle contribue à 2,67% du budget mais ne fait pas partie des 19 premiers vendeurs. C'est conforme à sa stratégie globale. Les Chinois paient pour avoir la "paix" et vendre directement leurs produits bon marché aux consommateurs. Ils financent l'ONU comme ils soutiennent le dollar et l'euro avec leurs gigantesques réserves. Soft power.

Il y a des pays dont les entreprises savent "profiter" de "l'occupation" onusienne, qu'elle les concerne ou qu'elle concerne le voisinage. Exemples : l'Afghanistan, le Soudan et le Kenya. La Côte d'Ivoire est "petite joueuse" sur ce terrain aussi. Elle vend moins à l'ONU que l'Ouganda par exemple. D'une manière générale, les pays d'Afrique de l'Est se débrouillent bien pour "manger l'argent" de l'ONU (Ouganda, Tanzanie, Kenya, Ethiopie...) Question, sans doute, de subtilité dans la négociation des accords d'établissement !

On peut multiplier les commentaires à l'infini mais une chose frappe : les pays émergents, les fameux BRICS, sont fort peu investis dans le financement de l'ONU. Certains d'entre eux profitent bien des prébendes qu'elle offre. Compliqué quand on entend mener une stratégie d'influence ! Si celui qui paie commande, c'est que l'ONU est bel et bien contrôlée par les pays occidentaux - ils sont sept dans le "top 10" des pays contributeurs !

Commentaires

Donc avec tout ceci comment mon gbagbo comptait gagner cette battaille?Cela implique tout simplement que la battaille etait perdue d avance.
Poor AFRICA........

Écrit par : ASSOGBA | 09/11/2012

Les commentaires sont fermés.