topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

17/10/2012

Ghana : l'affaire Katinan s'enlise - nouveau report au 24 octobre 2012 (récit Idriss Ouattara)

katinan.jpg

Le juge Ali Baba de la Ama Court n'a pas prononcé ce matin comme il se devait la jonction attendue des 2 affaires. Les débats furent longs. Le juge a demandé au procureur de fournir les preuves du meurtre dont il accuse Katinan Koné. Le procureur répond qu'il n'a pas encore fini ses investigations et qu'il souhaite un report. Le juge proteste contre cette position du procureur. Selon lui on ne peut pas accuser quelqu'un de meurtre et puis mettre autant de temps et de difficultés à apporter les preuves. Pour lui, à partir du moment où vous accusez quelqu'un les preuves doivent être disponibles. Le juge estime par ailleurs que Katinan bénéficie d'un statut de refugie et n'est pas un vulgaire criminel que l’on peut promener comme ça et maintenir longtemps en prison. Le Ghana, précise-t-il, a des règles. Finalement le juge Ali Baba enjoint le procureur d'apporter les preuves dans une semaine au plus tard sinon il libèrera Katinan automatiquement. Il décide de reporter la prochaine audience au 24 octobre 2012.

Apres cette étape nous nous sommes rendus à Osu Court pour informer le juge de la décision de son collègue Ali Baba. Lui aussi n'a pas apprécié la démarche boiteuse du procureur qui fait trainer inutilement cette affaire entre les deux juridictions alors qu'elle aurait dû saisir directement Osu Court sur cette deuxième affaire. Il a décidé de reporter à son tour le procès au 24 octobre en attendant que son collègue Ali Baba, au regard des preuves attendues le 24 octobre, prononce le rattachement des deux affaires au bénéfice de Osu Court.

Commentaires

Que Dieu seul libère tout les citoyens ivoiriens où qu'ils soient. Car le peuple ivoirien et tous les autres de l'afrique de l'ouest ont besoin de vivre en paix. Je suis triste de constater que tous ceux qui meurent, sont ou vont en prison sont des créatures personnelles de Dieu. Alors nul n'a le droit d'être heureux de fêter pour la mort ou l'emprisonnement d'un ivoirien.
Je suis triste de constater que pendant que nous autres soffrons de faim pour avoir tout perdu à cause de la politique et la guerre, des sommes énormes sont dépensées au Ghana pour seulement vouloir emprisonner un seul individu. Il serait pourtant mieux de se servir de tous ces montants pour sécuriser notre cher pays.

Écrit par : seraph | 18/10/2012

Les commentaires sont fermés.