topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

08/09/2012

Florent Geel de la FIDH et ses ambiguités sur le massacre de Nahibly (décryptage vidéo)


Kouamouo démontre à la FIDH que l'armée de... par legrigriinternational

Commentaires

Cher ami,
je comprends votre démarche pour tenter de voir dans mes propos sur France 24 des "ambiguités", mais les enquêtes dont j'ai parlé à France 24 se sont effectivement déroulées et les conclusions sont claires. J'espère que vous avez pu voir le Focus sur France 24 qui est passé hier, 19 octobre 2012 à 21h15 heure française (lien disponible bientôt) où on peut voir la FIDH (en l'occurence moi aussi) en action enquêter sur le massacre de Nahibly et agir notamment lors de la découverte de la fosse commune du quartier Toguei de Duekoué où 6 corps de victimes des exécutions sommaires après l'attaque du camp ont été découverts. Un rapport sera bientôt disponible sur cette affaire et nous accompagnons les victimes devant la justice pour que justice soit faite, quelque soit le camp, l'appartenance des victimes.
Vous comprendrez donc que le temps des enquêtes comme le temps judiciaire n'est pas le même que le temps médiatique et qu'il ne faut pas trop vite dénoncer des partis pris qui ne sont souvent que de la prudence sur des affaires sensibles où les preuves valent mieux que les paroles depuis Paris. A ne voir que des options politiques chez les uns et chez les autres, vous ne crédibiliser pas les actions impartiales. J'espère qu'à l'avenir vous serez moins prompte à accuser la FIDH ou moi-même d'une partialité dont vous ne semblez vous même, cher ami - puisque nous nous connaissons - pas entièrement départis.
Je vous remercie de votre compréhension et de publier in extenso ce commentaire comme preuve de votre bonne foi.
Florent GEEL

Écrit par : Florent GEEL | 20/10/2012

Florent Geel, qu'en tant qu'éditorialiste j'exprime mes points de vue et mes convictions est tout à fait légitime. Ce qui l'est moins, c'est que derrière le voile de la défense des droits de l'homme, X ou Y défende autre chose, ou protège X ou Y de manière plus ou moins subtile. Et nous nous comprenons.
Nous avons été ensemble sur un plateau TV où vous avez expliqué que les Ivoiriens qui se trouvaient en novembre 2004 face aux troupes françaises à l'hôtel Ivoire étaient "agressifs", bref vous avez défendu la barbarie de l'armée française. Et comme par hasard vous n'êtes pas aux côtés de ces victimes ivoiriennes-là. A part Amnesty International, aucune grande "firme" des droits de l'homme ne parle d'eux.
Vous avez dit à SlateAfrique qu'en mars 2011 à Duékoué, il s'agissait d'un "contre-massacre préventif", en essayant d'attribuer toute la responsabilité du massacre à Amadé Ouérémi pour mieux dédouaner Ouattara et ses tueurs.
Nous continuons d'observer, donc.

Écrit par : Théo | 27/10/2012

Les commentaires sont fermés.