topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

31/10/2011

Rony Brauman et ses vérités bien senties sur la Libye

Le site d'information français Mediapart a interviewé récemment Rony Brauman, l'ancien président de Médecins sans frontières (MSF) qui a assené quelques vérités frappées au coin du bon sens sur la virée libyenne des Occidentaux en Libye. Pour vous, quelques extraits.

Rony-Brauman.jpg"Les défaites politiques qui ont suivi des victoires militaires sont incalculables. Les guerres, on sait très bien quand cela commence, mais très mal quand cela finit. Je me garderais donc bien de parler du moment actuel en Libye comme d’un dénouement, encore moins d'un dénouement démocratique, car cette histoire est loin d'être terminée."

"Sur les circonstances du déclenchement de la guerre en Libye, je conserve le même scepticisme. Je dirais même qu’il se renforce. Je constate que le massacre allégué – on parlait de 6.000 à 15.000 personnes tuées par les hommes de Kadhafi –, au moment où la décision de l’ONU a été prise, n'a jamais été commis. Il s'agissait de propagande, comme il y en a d’ailleurs dans toutes les guerres. Les enquêtes approfondies d’Amnesty et de Human Rights Watch, effectuées depuis, ont mis en évidence, avant mars, cent à trois cents morts, en majorité des victimes de combat. On n’est donc pas dans le cas de figure du carnage en cours qui nous avait été annoncé pour justifier d’ouvrir le feu.

Les tenants de cette guerre s’en tirent avec une pirouette en disant qu’un autre massacre serait, de toute façon, arrivé, puisque Kadhafi avait promis de transformer les rues en rivière de sang. Nous n’avons pas pourtant, aujourd’hui, d’éléments probants attestant que des forces en nombre se dirigeaient vers Benghazi pour en tuer tous les habitants. S’en tenir à une lecture littérale de la parole d’un dictateur comme Kadhafi me semble bien léger pour déclencher une guerre, qui plus est une guerre préventive.

Le passé des guerres préventives, de la guerre des Six Jours à la guerre d’Irak, doit nous rappeler que les menaces qu’elles sont censées conjurer sont, très largement, fabriquées. A Benghazi, j’ai l’impression que c’était également le cas, mais je ne peux pas le démontrer. Quoi qu’il en soit, je trouve dangereuse cette réhabilitation, en Libye, des concepts de guerre préventive et de guerre juste, qui re-légitiment la guerre comme mode de règlement des conflits.

La disqualification de l’idée de guerre juste, et de l’idée que la guerre peut résoudre des situations de conflit, a été un progrès politique. On peut, on doit, me semble-t-il, faire confiance aux peuples pour aller vers la démocratie sans en passer par la guerre. L’actualité des vingt dernières années montre que le rejet des formes d’accaparement autocratique du pouvoir est bien à l'œuvre dans le monde. Le scénario libyen, qui réhabilite jusqu’au bout la violence comme mode légitime de saisie du pouvoir, procède au contraire d'une sorte de néo-maoïsme selon lequel la démocratie est au bout des missiles du «monde libre»."

"Je ne reproche donc pas à Nicolas Sarkozy de nous avoir menti sur l’objectif. Je lui reproche de nous avoir entraînés dans une guerre civile, en nous plaçant devant une alternative verrouillée : soit vous êtes contre la guerre, et donc pour le tyran et les massacres, soit vous êtes pour la guerre, et donc pour les civils et la démocratie.

Je constate que cette rhétorique d'intimidation a fonctionné au-delà de toute raison. Voyez par exemple les chiffres annoncés à différentes reprises par le Conseil national de transition, selon lequel ce conflit aurait fait 50.000 victimes. Soit le CNT ment, ce qui me semble d'ailleurs probable, et on est en droit de lui demander des précisions sur ce qui n'est pas un détail de cette histoire. Soit il dit la vérité, et cela constitue un véritable réquisitoire contre l’OTAN dont la mission était de protéger les civils libyens.

Je ne sais pas s’il s’agit de propagande ou d’un échec, mais quoi qu’il en soit, j’aimerais en savoir plus. La presse, tout à son euphorie de la victoire et à sa mise en scène d’une Libye libérée, ne semble guère s’intéresser à cette information. Si ces chiffres étaient exacts, la guerre en Libye aurait pourtant d'ores et déjà provoqué dix fois plus de victimes que la répression syrienne..."

L'article en entier ici, uniquement disponible pour les abonnés.

26/10/2011

Selon Le Canard Enchaîné, Kadhafi a été "condamné à mort par Washington et Paris"

Pour ceux qui ne vivent pas en France et ne peuvent pas se procurer l'indispensable hebdomadaire du mercredi, voici l'intégralité d'un article qui apparaît d'ores et déjà comme une "pièce" historique. Quand la "civilisation" ressemble à s'y méprendre à la barbarie...

Obama et Sarkozy ne voulaient pas qu’il s’en sorte vivant. De crainte qu’il ne parle trop lors de son procès devant la Cour pénale internationale.

Mercredi, 19 octobre en fin d’après-midi, un colonel du Pentagone téléphone à l’un de ses correspondants au sein du service secret français. Chargé du dossier « Kadhafi », l’une des priorités actuelles des généraux de l’équipe Obama, l’Américain annonce que le chef libyen, suivi à la trace par des drones Predator US, est pris au piège dans un quartier de Syrte et qu’il est désormais impossible de le « manquer ». Puis il ajoute que laisser ce type en vie le transformerait en « véritable bombe atomique ». Son interlocuteur comprend ainsi que la maison Blanche a rendu son verdict, et qu’il faut éviter de fournir à Kadhafi la tribune internationale que représenterait son éventuel procès.

Depuis quelques jours d’ailleurs, des commandos des forces spéciales américaines et françaises participaient ensemble à cette chasse au Kadhafi. À Paris, au Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO), à la Direction du renseignement militaire (DRM) et au service action de la DGSE, plusieurs officiers évaluaient à une cinquantaine de membres du COS (Commandement des opérations spéciales) les militaires présents à Syrte.

Leur mission : porter assistance aux unités du CNT qui investissaient la ville, quartier par quartier, et, selon le jargon maison utilisé par un officier du CPCO, « ´´traiter´´ le guide libyen et les membres de sa famille ». Une formule codée en cours à la DGSE : « livrer le colis à Renard », et agir en sorte que Kadhafi n’échappe pas à ses poursuivants (une unité du CNT baptisé « Renard ?».

Hypocrisie internationale.

À l’Élysée, on savait depuis la mi-octobre que Kadhafi et l’un de ses fils s’étaient réfugié à Syrte, avec gardes corps et mercenaires. Et Sarko avait chargé le général Benoit Puga, son chef d’état-major particulier, de superviser la chasse à l’ancien dictateur. Ce qu’il a fait en relation avec la « Cuve », le bunker souterrain où des officiers du CPCO sont en contact permanent avec tous les militaires engagés à l’étranger et les services barbouzards. À la DGSE comme à la DRM on ne se gêne pas d’ailleurs pour évoquer l’ «élimination physique »du chef libyen, à la différence des formules bien plus convenables employées par l’Élysée, s’il faut en croire un conseiller du Président.

« La peine de mort n’était pas prévue dans les résolutions de l’ONU qui ont permis à l’OTAN d’intervenir, ironise un diplomate français. Mais il ne faut pas jouer les hypocrites. À plusieurs reprises, des avions français et britanniques avaient déjà tenté de liquider Kadhafi en bombardant certains de ses repaires, à Tripoli ou en détruisant notamment un de ses bureaux. » Et le même de signaler que, lors d’un procès devant la Cours pénale internationale, « ce nouvel ami de l’Occident aurait pu rappeler ses excellentes relations avec la CIA ou les services français, l’aide qu’il apportait aux amis africains de la France, et les contrats qu’il offrait aux uns et aux autres. Voire plus grave, sait-on jamais ? ».

Le 20 octobre à 8h 30 du matin, l’objectif allait être atteint. Trois avions de l’OTAN s’approchent de Syrte. Rien à voir avec une mission de reconnaissance effectuée par hasard : une colonne de 75 véhicules fuit la ville à vive allure. Un drone américain Predator tire des roquettes. Un mirage F1CR français de reconnaissance suit un Mirage 200-D qui large deux bombesGBU-12 de 225 kilos guidées au laser. Bilan : 21 véhicules détruit et Kadhafi seulement blessé.

Soupirs de satisfaction.

Des forces spéciales françaises sont alors présentes sur les lieux. L’histoire ne dit pas à quelle distance de ce qui va survenir, et que raconte avec abondance de détails un officier des services militaires de renseignements : « Il est capturé vivant par des combattants surexcités. La foule scande ῞Allah Akbarˮà pleine poumons, le menace de ses armes et se met à le tabasser pendant que d’autres combattants qui peinent à prendre le dessus, crient de le maintenir en vie ».

On connait la suite, quelques images de ce lynchage suivi d’une exécution par balles sont apparues sur les écrans de télévision et dans la presse écrite. Mais la disparition de Kadhafi n’est pas la fin de l’histoire car, en croire une analyse barbouzarde, « la Libye est entrée dans un no man’s land politique, une zone de turbulences imprévisibles. » Voilà qui devrait inquiéter ceux qui, dans plusieurs capitales occidentales et arabes, ont poussé des soupirs de satisfaction que Kadhafi ne serait jamais la vedette d’un procès international.

Claude Angeli

19/10/2011

Comment appeler de France en Côte d'Ivoire sans se ruine

 

simplicitel.png

Les originaires d'Afrique vivant en France redoutent plus que les autres l'arrivée de leurs factures de téléphone. Et pour cause : la "douloureuse" monte très vite quand on a appelé trop longtemps le pays. Or, mille raisons, notamment familiales, nous poussent à passer de longues minutes au téléphone pour régler des urgences, gérer des problèmes, etc... En général, on achète des cartes prépayées qui nous permettent d'appeler moins cher. Mais il peut arriver que les unités téléphoniques achetées soient terminées et qu'on se rabatte sur le téléphone fixe, parce que ça ne peut pas attendre.

 

En réalité, on peut appeler de son téléphone fixe sans se ruiner. Plus précisément de sa box ADSL. Simplicitel nous permet de réduire notre facture téléphonique tout en continuant de profiter des destinations gratuites. Sans changer d’opérateur et sans facture supplémentaire. Cet opérateur alternatif  permet d’économiser jusqu’à 80% sur les destinations payantes.

Il suffit d'appeler le 3299 depuis le téléphone de la box, et au signal de composer le numéro de votre correspondant au pays. Les appels passés seront facturés par votre fournisseur d'accès Internet, mais au tarif - léger - de Simplicitel.

Pour avoir une idée des économies réalisées avec Simplicitel sur la destination Côte d'Ivoire, cliquez sur ce comparatif.

[Post sponsorisé]

16/10/2011

Un samedi électrique à Yopougon

Ce samedi était jour de tension à Yopougon, Abidjan, Côte d'Ivoire. Et pour cause. Le régime d'Alassane Ouattara a tout mis en oeuvre pour empêcher une manifestation des pro-Gbagbo dans ce fief historique du FPI. Au final, le meeting a été annulé, des irréductibles ont bravé l'interdiction, et une répression violente s'est abattue sur certains quartiers. Quelques liens et une vidéo.

Meeting annulé de Yopougon : Justin Koua dénonce un complot sur le site du Nouveau Courrier.

Des centaines de jeunes pro-Gbagbo dispersés, alors que les femmes pro-Ouattara manifestent sur le site du Nouveau Courrier.

Le quartier Sicogi Bloc assiégé, des jeunes tabassés par des FRCI qui veulent "enlever Gbagbo dans leurs têtes" sur le site du Nouveau Courrier.

 

 

15/10/2011

L'alternance est-elle impossible au Cameroun ?

J'étais un des invités du Journal des auditeurs de la radio Africa n°1 autour de cette thématique. Ecoutez l'émission ici.

 

14/10/2011

Monsieur Wade, libérez notre camarade Noël Malick !

Qui, en Côte d'Ivoire, se souvient de Noël Malick Seck, ce jeune activiste et homme politique sénégalais qui a courageusement choisi de dire sa part de vérité sur ce qu'il est convenu d'appeler la "crise postélectorale", et de faire le voyage d'Abidjan malgré l'hallali international ?

Qui se souvient de son émouvant texte de révolte après le funeste 11 avril, "l'armée française ne gagne contre des Nègres", et que vous pouvez écouter, dit par Grégory Protche du Gri-Gri International, ici bas ?

 

Eh ben, ce jeune espoir de la politique sénégalaise, Abdoulaye Wade l'a fait arrêter et veut le juger ce vendredi pour... rien. Ou plutôt pour un motif fallacieux : menaces de mort, outrage à magistrat et offense au chef de l'Etat. C'est un délit, au Sénégal, d'attirer, par courrier, l'attention du Conseil constitutionnel sur l'inéligibilité constitutionnelle de Wade. Voici l'objet du délit ici, il n'a rien d'injurieux.

Préparons-nous donc à nous mobiliser pour Noël Malick, partout où besoin se fera sentir. Il risque trois à cinq ans de prison. C'est une honte !

13/10/2011

Comment gagner (un peu) d'argent avec votre blog sur Ivoire-Blog

Dans deux mois, la plateforme de blogs Ivoire-Blog aura quatre ans. Aujourd'hui, c'est quoi Ivoire-Blog ? Plus d'une centaine de blogs régulièrement mis à jour. Plus de 300 000 visites par mois. Près de 600 000 pages vues par mois. Une forte communauté d'internautes actifs, souvent présents sur les réseaux sociaux, et qui diffusent... Un très bon référencement naturel sans aucun artifice, qui fait "monter" vos posts très vite dans les moteurs de recherche.

Vous avez donc de bonnes raisons de bloguer sur Ivoire-Blog. Beaucoup de blogueurs passionnés se découragent parce qu'ils s'interrogent sur le sens de leur effort. Le blogging est gourmand en temps passé sur Internet et ne rapporterait pas. On peut aussi publier sur les réseaux sociaux et se trouver vite une "audience".

Mais un blog n'est pas un groupe Facebook qui n'est ouvert qu'aux membres du groupe, qui dépend du bon vouloir des administrateurs du réseau social. Un blog, c'est plus que cela. Et son contenu vous appartient. De plus, si vous avez un "angle" intéressant, vous pourrez très vite fidéliser une audience et gagner (un peu) d'argent.

Pour payer ses frais techniques qui lui permettent d'être assez stable, la plateforme Ivoire-Blog a placé quelques espaces de publicité sur l'ensemble des blogs. Mais chaque blogueur a le loisir de placer ses propres espaces de publicité, en utilisant Google Adsense, Africawin ou d'autres régies. De nombreux blogueurs sur Ivoire-Blog le font déjà.

Un blog, c'est un contenu original, un service rendu. Ainsi, le blog boulorapide a choisi de compiler des offres d'emploi, le blog des NTIC aide les mobinautes à débloquer leur téléphone, souvent importé, le blog E-learning recense les bourses à l'étranger, opportunités d'études à distance, etc... Ils sont spécialisés, apportent un vrai plus, et sont du coup plus intéressants pour les régies pub.

Je pense que les blogs d'information communautaire, de proximité, sont un bon créneau et sont encore trop peu nombreux. Il y en a quelques-uns comme Echos du Zanzan, le blog de Tiobli. Ils sont un bon créneau parce que s'ils "prennent", leur promoteur peut toujours diffuser des publi-reportages, des annonces sponsorisées liées à la zone qu'il "couvre", etc.

Vous pouvez aussi créer un blog lié à votre communauté religieuse, au sport que vous pratiquez, à votre passion, et mobiliser des partenariats.

Les "vendeurs", artistes et autres personnes ayant un besoin d'exposition peuvent aussi créer un blog sur la plateforme Ivoire-Blog, la plus visitée en Côte d'Ivoire, pour entrer en contact avec leur public, leur audience, et transformer ces contacts en opportunités d'affaires.

 

 

 

11/10/2011

Comment va la Côte d'Ivoire, six mois après le 11 avril

Le match du storytelling pro-Ouattara contre la réalité du terrain bat son plein.

Dans la famille du storytelling, je vous présente un pays où souffle "un vent d'optimisme", où même ceux qui ont voté pour Gbagbo se réjouissent que "les choses commencent bien" sous le règne de Ouattara où l'opération pays propre bat son plein et où les pelleteuses et les grues virevoltent. C'est le pays du bonheur, et aucun jugement foncièrement négatif n'a droit de cité, malgré la violence politique et sociale qui règne. Cette fable-là est racontée par le correspondant local du quotidien La Croix. Lire ici.

- Dans la famille de la réalité, je vous présente cette vidéo d'Action contre la faim (destinée certes à collecter des fonds...), qui décrit un pays où l'exode d'une bonne partie de la population dans certaines zones durant la période des semailles a créé les conditions d'une insécurité alimentaire inédite qui s'étalera sur l'année prochaine, où un grand nombre de personnes ont vu leurs maisons détruites par les "sauveurs" du pays et ont besoin d'une aide au retour - ce qui rend encore plus irresponsable la destruction dans ce contexte des quartiers précaires -, où l'insécurité effraie les entreprises et où il est moins question de création que de destruction d'emplois. Regardez.

 

Dans la famille de l'âpre réalité, je vous présente encore cette dépêche (sérieuse) d'Irin News sur l'état de l'économie ivoirienne. Qui indique qu'à Abidjan, les emplois disparaissent et les prix alimentaires explosent. Et ce post préoccupant d'Israël Yoroba sur l'angoisse des nouveaux bacheliers et des étudiants, l'université étant fermée depuis l'avènement du nouveau régime, et aucune date n'étant fixée pour la reprise.

 

Et maintenant, que vais-je faire ?

 

le penseur.jpg

Le site du Nouveau Courrier étant lancé, ce blog a pour vocation à redevenir un blog - et non un espace d'exposition sur Internet à un titre papier qui tardait à bâtir sa case sur la Toile.

 

Un blog, c'est-à-dire un espace plus personnel, au ton moins journalistique, moins conventionnel, plus intimiste. Pour tout dire, j'ai un peu la nostalgie de mon blog d'il y a deux, trois ans, au contenu plus... surprenant. Plus éclectique. Cet espace redevient donc un blog, un vrai, comme pour donner raison à John James qui estime qu'un post de blog doit être :

- personnel, évoquant ce que nous vivons au quotidien ;

- bien écrit sans tomber dans l'académisme et le formalisme, et succint ;

- mis à jour régulièrement ;

- en chantier permanent.

Bien entendu, ça parlera toujours politique par ici, et mes opinions seront toujours aussi "sharp" pour ceux que ça énerve un peu (pardonnez !). Mais je ferai aussi ma revue du web, des articles liés à l'entreprenariat sur Internet et au contenu web, des petites réflexions personnelles, quelques points sur mes lectures, etc... Continuons à marcher d'un même pas.

En avant, prêts, partez !

 

 

02:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

04/10/2011

Le site du Nouveau Courrier est prêt !

 

ScreenShot166.jpg

Je suis très fier de présenter à vous, lecteurs, et à toute la communauté, le tout nouveau site du "Nouveau Courrier". Nous avons longtemps hésité avant de le lancer. Parce que le modèle encore indéfini des médias en ligne en Côte d'ivoire fait qu'on se demande toujours si ce qu'on a à perdre n'est pas plus grand que ce qu'on a à gagner quand on plonge dans la grande marmite du numérique.

 

Plus qu'un site, nous espérons, à moyen terme, former une vraie et forte communauté autour du site du "Nouveau Courrier", qui sera un complément idéal à l'offre papier. La première chose que nous vous demanderons, c'est d'imposer le leadership de ce site en le faisant connaître. A travers un travail de diffusion des liens qui vous semblent le plus intéressants sur les réseaux sociaux, dans les forums et dans vos sites et blogs.

Mais arrêtons de parler. Cliquez ici pour découvrir notre site. Que dis-je, votre site !