topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

27/05/2011

Grande interview de Mamadou Koulibaly à Frat-Mat (2ème partie)

koul.jpgVous avez dit dans un récent entretien sur les antennes d’une radio que vos médiations au plus fort de la crise se sont heurtées au refus des faucons des deux camps. Pensez-vous pouvoir aujourd’hui faire fléchir les faucons pro-Gbagbo au point d’accepter le principe de la réconciliation nationale?

 

Je crois sincèrement que chacun est animé d’une volonté de réconciliation nationale. Une tâche importante est aujourd’hui entre les mains de M. Konan Banny et de l’équipe qu’il va former autour de lui, pour faire en sorte que chacun se retrouve dans la responsabilité et le pardon pour avancer vers une solide réconciliation. Cependant, dans le même temps, le Président de la République qui affiche sa volonté de réconciliation parle fréquemment de justice. Ce qui est une bonne chose. Mais de quel concept de justice s’agit-il ?

S’agit-il d’une vengeance justicière qui conduit le vainqueur d’une guerre à imposer aux vaincus et à eux seuls les punitions et autres humiliations ? S’agit-il d’une justice réconciliatrice qui implique que, soit l’on amène tout le monde en justice, soit l’on n’y amène personne ? La réconciliation ne peut être sélective comme le préconise le Président

Ouattara. Soit l’on part sur la piste d’un forum de réconciliation où chacun vient faire son mea culpa et recevoir son absolution, soit l’on traîne tout le monde en justice et chacun paie le prix à payer à la hauteur de ses crimes, sans exception. S’agit-il d’une justice sécurisante qui devrait permettre de rétablir tous les citoyens dans la puissance de tous leurs droits. Elle doit mettre un terme à la violation récurrente et systématique des droits individuels des populations? Cette dernière conception me semble mieux à même d’aider à la reconstruction politique, économique, morale et sociale de la Côte d’Ivoire.

 

Le Fpi que vous dirigez, aujourd’hui, en l’absence de son président, Affi N’Guessan, incarcéré, est-il prêt à entrer dans le gouvernement d’union proposé par le Président Alassane Ouattara? Si oui, quels sont les noms de vos cadres «ministrables»?

Le Comité central du Fpi élargi à la haute direction du Cnrd vient de décider que les conditions n’étaient pas remplies pour sa participation à un gouvernement d’union nationale. Les conditions de sécurité de ses membres en liberté, celles de ses membres en exil ne militent pas en faveur d’une participation au gouvernement d’union. De plus, la question du statut exact des membres incarcérés à la Pergola, à Katiola, à Odienné, à Bouna et à Korhogo ne rassure guère pour un parti invité à la table du Conseil des ministres. Les militants disent ne pas avoir peur de se trouver franchement dans l’opposition vraie. Ils disent qu’ils ne peuvent pas avoir critiqué les modèles de gouvernement Nzassa et venir maintenant en faire la promotion. De plus, ils ne veulent pas être comptables des politiques que le régime du Rhdp mettra en place. Ils ne veulent pas servir de faire valoir à un régime qui a décapité leur parti. Ils souhaitent que la démocratie s’ancre en profondeur dans notre pays et souhaite une alternance véritable sans gouvernement d’union dans les conditions actuelles. Ils m’ont donné mandat de discuter de toutes ces questions avec les autorités. Ils m’ont demandé de faire savoir que, pour eux, les urgences aujourd’hui ont trait au statut de la Commission électorale? avec la disparition de nombreuses composantes que sont le Mpci le Mpigo, le Mjp. Ils estiment que la commission électorale centrale est très déséquilibrée en leur défaveur. Ils aimeraient parler du nombre de places à l’Assemblée nationale, compte tenu de la démographie qui a évolué ces dix dernières années. Ils aimeraient comprendre le statut actuel de l’Accord de Ouaga que le Président Ouattara appelle accord inter-ivoirien, après que l’un des signataires a été capturé, déporté etincarcéré. Ils veulent comprendre la logique de la construction de la nouvelle armée. Ils ont de nombreuses autres urgences ayant trait à la liste électorale, au découpage électoral, etc. Dans ces conditions, voyezvous, le Fpi n’a pas de ministrables pour le moment. Nous avons d’abord besoin de nous restaurer, de comprendre ce qui nous est arrivé et nous aviserons, si besoin est, quand nous serons mieux adaptés à notre environnement.

 

L’on spécule assez sur les notions: gouvernement d’ouverture; gouvernement d’union; gouvernement de large ouverture, etc. Quelle pourrait être la bonne formule, pour vous?

Mon point de vue est que quelle que soit l’appellation que l’on souhaite donner à l’ouverture, le partage du pouvoir est une mauvaise chose. L’expérience africaine a pu le mettre en évidence de nombreuses fois. On voit également où a mené le partage du pouvoir sous Gbagbo. Comment voulez-vous gouverner dans ce contexte ? L’équipe du Président Ouattara devrait gouverner seule pour à la fois avoir une chance d’appliquer son programme mais également pour en assumer toutes les responsabilités. C’est le point de vue de Koulibaly Mamadou. Je leur suggère de ne pas s’inquiéter, nous ne souhaitons pas quémander des postes ministériels. Ils pourront travailler à leur programme que nous critiquerons ou soutiendrons en fonction des orientations.

L’opposition n’est pas un groupe de perdants qui restent assis jusqu’au prochain scrutin. Nous avons une vision moderne d’une opposition active et constructive.

Bientôt, les élections législatives. Comment évaluez-vous les chances du Fpi décapité à cette bataille électorale?

Comme je viens de vous le dire, les chances du FPI sont minimes, tant le parti est affaibli.

Aujourd’hui, quand vous regardez la Refondation, que vous dites-vous: on a échoué, on a dévié…

La Refondation est un mot très utilisé mais vide de sens puisque le programme n’a jamais été appliqué. Nous avons d’abord fait l’erreur de nous orienter vers un partage du pouvoir, pour ensuite nous retrouver face à une rébellion armée, un pays ingouvernable, puis un Premier ministre issu des Forces nouvelles, ex-rébellion, et nous étions largement minoritaires dans l’équipe gouvernementale. La Refondation restera donc un programme intéressant qui n’a jamais été appliqué.

De la réunion du Comité central du Front populaire ivoirien que vous avez présidée mercredi dernier, le Comité pose de nombreuses conditions pour entrer dans le prochain gouvernement. Parmi elles, la question de la libération de vos camarades posée comme condition sine qua none. N’est-ce pas une manière de consacrer l’impunité? Les nombreuses conditions du Fpi, ne peuvent-elles pas être vues comme une sorte de chantage?

 

Peut-on parler de conditions ? Nous ne posons pas de conditions réellement. Nous avons simplement fait un constat. Nous jugeons que, compte tenu de l’insécurité actuelle pour les opposants politiques en Côte d’ivoire et du fait de la détention de nos camarades, l’environnement n’est pas propice à l’entrée du FPI au gouvernement. Poser des conditions voudrait dire que nous sommes indispensables au nouveau gouvernement. Nous ne pensons pas que ce soit le cas. Nous ne pensons pas non plus que les missions qui nous ont été réservées au sein de la nouvelle équipe soient essentielles. Donc, dans ce contexte, je ne pense pas que nous puissions parler de chantage ou de condition sine qua none. Quant à la libération de mes camarades du FPI, vous savez que je n’ai jamais consacré l’impunité. Pour cette raison, certains me trouvent très dérangeant. Je ne souhaite pas non plus m’ériger en juge et déterminer les responsabilités de mes camarades. Ce qui est certain, comme je vous le disais dans votre précédente question, c’est que s’il y a jugement et qu’ils sont les seuls jugés, une part de justice sera faite et si l’on s’arrête là, ce sera une forme de justice du vainqueur animée de vengeance.

D’évidence, comme d’ailleurs semblent le prouver différents rapports, tous les camps ont commis des crimes graves. Je ne dis pas cela pour minimiser les crimes de mon camp mais pour faire une place nécessaire à l’objectivité qui semble brutalement manquer au pays. Je ne crois pas trop au clan des gentils et à celui des méchants. Ainsi, limiter la justice aux perdants de l’élection pourrait profondément saper le processus de réconciliation. Nous pensons d’ailleurs, mes camarades et moi, que la participation du FPI au gouvernement n’est pas franchement une démarche réconciliatrice ou alors ce genre de réconciliation serait une coquille vide. On peut se réconcilier sans partager le « gâteau». Nous ne courrons pas après des postes. Par contre, la manière dont la justice se prononcera dans les mois qui viennent sera au coeur de la dynamique de réconciliation. La justice sélective est profondément injuste et ne peut conduire au pardon et à la réconciliation.

 

Aujourd’hui, avec du recul, qu’est-ce qui a bien pu expliquer le refus du camarade Gbagbo d’accepter le verdict des urnes? L’en aviez-vous dissuadé?. Auquel cas, de quoi aviez vous eu peur?

- Que votre discours d’homme libre soit mal vu par les autres camarades?

- D’être... tué dans le pire des cas?

 

Je ne peux me prononcer à la place de Laurent Gbagbo. Il est déjà emprisonné. Je ne vais pas m’octroyer sa liberté d’expression ! Quant à nos conversations privées avant sa chute, elles demeurent de l’ordre du privé. D’évidence, mon parcours politique répond à votre question: est-ce que j’ai peur? Quant à mon statut de libéral, je l’assume et le FPI est un parti ouvert au sens où notre indépendance de penser est respectée. C’est dans la diversité et l’échange que l’on grandit, même si la différence peut parfois réveiller des susceptibilités. Malheureusement, les gouvernements d’union, la rébellion et les différents accords de paix qui l’ont accompagnée, ont brisé la machine et les pensées sont restées sur papier, car nous étions minoritaires au sein des gouvernements. Je reste un libéral avant tout, car je suis persuadé que seule une politique libérale peut apporter le progrès au pays.

 

Aujourd’hui, vous tentez de redonner vie au Fpi, revenu au pays. Est-ce la fin de votre exil? D’ailleurs, l’on se demande encore, pour quoi cet exil au Ghana?

Je ne me considère pas comme un exilé. Je fais certes des séjours en famille à Accra… Ici, le gouvernement de réconciliation avait totalement marginalisé l’Assemblée nationale et le pays était géré par ordonnances. Cette situation m’a laissé du temps pour faire des allers et retours sur Accra. Parler d’exil est un bien grand mot!

Volet économique. Où en êtes-vous avec votre monnaie flottante?

Effectivement, je pense qu’après plus de 50 ans d’indépendance, il serait nécessaire de revoir les accords monétaires liant les pays de la zone franc à la France, de manière à rendre l’institution monétaire adaptée à la mondialisation et à l’ouverture.

La monnaie est un pilier de l’économie et il est difficile de progresser sans liberté à ce niveau. De plus, l’inflation qui se profile pour les années à venir dans les pays européens expose les pays de la zone à ce risque, alors que l’argument des défenseurs du Cfa est bien souvent la stabilité et la faible inflation. Je crois que dans les années à venir, les pays de la zone franc vont devoir s’asseoir pour aborder sans tabou ces problèmes avec les autorités françaises.

Sinon, nous continuerons à avoir une bancarisation faible et des investissements privés faibles comparés aux flux de l’aide publique au développement. Le monde est aujourd’hui à la flexibilité, au libre marché et à l’ouverture. Le système du franc CFA est protectionniste, appauvrissant et moralement et économiquement indéfendable.

 

Considérez-vous encore que l’Afrique et ses Cfa arrimés à l’euro devait s’en éloigner, pour trouver la voie d’une indépendance économique?

Je reste convaincu de la nécessité de revoir la parité entre le franc Cfa et l’euro. Mais je vous invite à poser la question aux industriels des pays africains membres de la zone franc.

Commentaires

la question que j'aimerais poser au professeur est de savoir son opinion sur le véritable gagnant des élections en cote d'ivoire.

Écrit par : alexis gogou | 29/05/2011

un curieux contrat avec les Ivoiriens. une vision politique fantasque. on enjambe le Kanegnon ivoirien prive de liberte. Sangare, Ehivet, Affi en prison. on ne revendique plus la posture de la chaise vide. on ne fait plus la guerre des principes et des valeurs a l'Etat negrier francais. on collabore pour eviter que la politique de Dr Dramane Allassane Ouattara le pantin ivoirien echoue.
tout ca me dit que le Pr Mamadou Koulibaly est un honorable esprit brouillon. la gauche resistante doit quitter dans ca.

Le jour se leve toujours
Lette naa Lette

Écrit par : lettê naa Lettê | 08/06/2011

J'ai fini par comprendre que ce monsieur n'a pas sa place ni au FPI et ni en politique.Il peut continuer à parler de théories économiques et peut-être obtenir le prix Nobel de cette discipline,un jour, mais en politique,il est nul.

Écrit par : oscar48 | 18/06/2011

Les commentaires sont fermés.