topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

07/04/2011

Témoignage sur les crimes des FRCI pro-Ouattara à Daloa

L’arrivée des rebelles à Daloa rime désormais avec exactions et pillages. Les langues commencent maintenant à se délier de plus en plus pour raconter l’ignominie, l’inhumain et l’incroyable. Je vous rapporte pour l’instant quelques faits :

- Un fonctionnaire de l’UFR, l’université de Daloa a été sauvagement poignardé par les rebelles. Celui-ci essayait de résister au pillage de sa maison ;

- Une femme habitant le quartier Soleil est à la recherche de ces deux jeunes enfants. Ceux-ci ont été enlevés par les rebelles parce qu’ils étaient coiffés (précision : coiffés signifie « les cheveux complètement rasés »). Aujourd’hui à Daloa, il ne fait pas bon d’être jeune d’une autre ethnie que Dioula et être coiffé. Les rebelles les assimilent systématiquement aux « miliciens de Gbagbo qui attaquent les dioulas » A leur arrivée, les rebelles ont écumé la ville pour les rechercher et les tuer. Un homme m’a raconté qu’un groupe d’une dizaine de jeunes a été tué parce que soupçonné de « miliciens ».

- Des jeunes animateurs des agoras ont été surpris sur indication de jeunes dioulas et ont été tués par les rebelles au quartier Soleil, quartier majoritairement habité par les ressortissants de l’ouest, notamment les Guérés et Wobés. L’on fait état d’une vingtaine de tués.

- Au camp militaire de Daloa, deuxième bataillon, une tête de « milicien de Gbagbo » tué à San Pédro y est exhibée en ce moment comme trophée de guerre.

- Des FDS, au nombre de quatre ont été égorgés au rond point du quartier commerce parce qu’ils ont refusé de se rallier. Ceux qui l’ont fait ont eu la vie sauve mais sont pris en otage par les rebelles. Ils vivent une sorte de liberté surveillée. Leurs armes et treillis leur ont été arrachés.

- Au quartier Lobia, village Bété devenu quartier de Daloa, deux personnes ont été tuées par les rebelles. Les corps seraient en décomposition en ce moment dans ledit quartier.

De plus en plus les rebelles font des excursions dans les villages bété toujours sur indication des jeunes dioulas. Nous n’avons pas écho de leurs exactions dans ces villages. Dès que nous les aurons nous vous les transmettrons.

 

Jean à Daloa

Commentaires

Nous les Ivoiriens, nous sommes les gros PEUREUX. On aime la danse, chanter, manger dormir, et courir apres les grosse fesses.

Voila de quoi nous sommes capable.

Notre president est en prison á cause de notre bien, et nous, nous regardons, QUI ?

Nous sommes NULS depuis les temps.

Nous avons peur, peur.

onuci et licorne circule dans abidjan sans inquietude… nigeria bravoooooo cote d »ivoire….

pauvre ivoirien vous n’avez rien compris encore…

continuer de pleure et de plernicher au lieu mener des action qui vont faire craindre la licorne et l onuci… vous faite trop pitie… on dirait des gens qui ne save pas ceu qu »il veule….

Écrit par : abou | 27/08/2011

Les commentaires sont fermés.