topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

01/03/2011

De quoi Alassane Ouattara est-il le nom ?

J'ai bien aimé cet article paru dans Le Nouveau Courrier d'aujourd'hui et dont je reprends des extraits... Pour lire en intégralité, cliquer ici.

"De quoi Alassane Ouattara est-il donc le nom ? Il est frappant de constater qu’il existe un continuum entre le type de «réformes» que cet homme a promu, en tant que Premier ministre de Côte d’Ivoire et directeur Afrique du Fonds monétaire ivoirien (FMI) et les ressorts que ses alliés utilisent aujourd’hui afin de «l’imposer» au pouvoir. Le fringant «technocrate» qu’il était en 1989, il y a 22 ans, est arrivé en Côte d’Ivoire avec un agenda très clair. Redresser l’économie à travers les privatisations des entreprises et des filières contrôlées par l’Etat – qui étaient, pour la plupart, mal gérées au demeurant. La filière café-cacao, l’eau et l’électricité, les télécommunications, les banques d’Etat… ont été progressivement «attaquées», dans une sorte de plan d’action qui a survécu à son départ à Washington, après sa débâcle de 1993.

Une des caractéristiques des privatisations en Afrique subsaharienne est qu’elles ont eu un effet généralisé : faire reculer l’emprise des nationaux sur l’économie de leurs pays. A l’époque, tout le monde s’est dit : qu’importe ! Le secteur productif et la politique, ce sont deux choses différentes ; une filiale de multinationale bien gérée rapporte des impôts au Trésor public tandis qu’un mastodonte étatique coûte cher à entretenir. Ces arguments relevaient du bon sens élémentaire jusqu’à ce que l’on se rende compte que des instruments économiques «neutres» peuvent être utilisés pour parachever, sur le terrain politique, la recolonisation financière qu’incarnaient au fond les plans d’ajustement structurel.

Pour continuer la lecture, cliquer ici.

Commentaires

Entre la peste et le choléra que choisir ?

Écrit par : news d'afrique | 19/03/2011

donc je cool.and viendra time.thanks prochaine.

Écrit par : pas cher air max tn | 07/04/2011

Les commentaires sont fermés.