topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

19/11/2010

Le livre que je déguste en ce moment

IMG00134-20101118-1921-1.jpg

"La décolonisation africaine n'aura-t-elle été qu'un accident bruyant, un craquement à la surface, le signe d'un futur appelé à se fourvoyer ?" Cette première phrase de la quatrième de couverture de "Sortir de la grande nuit", que je suis en train de déguster entre deux reportages sur l'élection présidentielle ivoirienne ou l'économie ouest-africaine, explique à elle seule pourquoi j'aime son auteur, Achille Mbembe.

- Le style est beau, incandescent, incantatoire... même si des fois la langue de bois universitaire reprend le dessus, avant de se ramollir et de se faire poétique et puissante.

- Achille Mbembe est un des intellectuels les plus en vue de sa génération, mais il n'écrit pas pour poser et pour tenir son rang. Il vit son écriture. Elle est le signe de son attente inquiète du moment historique où son continent se lèvera pour assumer son destin. Veilleur de son époque, il scrute les premiers signes de l'aube, avec lucidité, perplexité et persévérance. On sent un bouillonnement, une espérance, une authenticité qui manque chez trop de rhéteurs de nos contrées.

- Professeur d'histoire et de science politique, Mbembe n'a pas peur de décloisonner les savoirs et de s'appuyer sur la littérature, la musique, l'économie, les symboles, dans son grand travail d'explicitation d'aujourd'hui et de décryptage de demain.

Promis, je ferai pour vous une critique de "Sortir de la grande nuit". Mais donnez moi, par pitié, le temps de le lire. Au rythme d'un reporter pressé de toutes parts par une actualité qui va dans tous les sens...

Qui parmi nous a déjà lu le livre ?

Qui a l'intention de l'acheter ?

Commentaires

Acheté mais pas encore lu mais dans la file de lecture pour Noel

Écrit par : Etum | 19/11/2010

En train de le lire, et c'est très bien écrit comme tu le dis... J'apprécie en particulier que Mbembe parle à la France en lui rappelant qu'elle n'a pas su faire sa décolonisation; il était temps que quelqu'un rappelle à la France que la décolonisation était censée être un processus mutuel, et en rien unilatéral...Cela dit, Théo, j'aimerais vraiment savoir ce que tu appelles "la langue de bois universitaire"... :-)

Écrit par : Enrico | 19/11/2010

Je l'ai et comme tous les ouvrages de Mbembé, il faut prendre le temps de lire au delà des lignes car la pensée est souvent inscrite dans la poétique des mots.
Alors je prends mon temps.
Par contre j'ai vite parcouru la partie autobiographique question de comprendre un peu l'homme et disons qu'il a vécu des choses...

Écrit par : Romuald M. | 22/11/2010

moi pas encore, mais pour le simple fait des commentaires que tu en fais,Theo, je cours à la librairie dans les prochaines heures, dès que je ferme mon ordi.
A plus et merci pour l'info.

Écrit par : Carbey | 29/11/2010

Salut,

Je le lirai, bien sûr. Le temps que je paye au CERAP et à l'Université d'Abidjan-Cocody ce que je leur dois. Cela me revient à 200 000fcfa! Beaucoup pr moi, surtout par ces tps qui courent!

Comme Ivoirien aime trop cadeau...
@Romuald M Vous étiez en poste à Dakar?

Écrit par : Lévy | 05/12/2010

Salut Théo !!! Bonne lecture. C'est sûr, je l'achèterai...C'est pour noël. Mais en attendant, je te prie de me faire parvenir sur boehi_benoit@yahoo.fr le discours de OBAMA à Accra que tu avais qualifié en son temps d'historique.

Écrit par : BOEHI Benoit | 08/12/2010

Je l'ai et comme tous les ouvrages de Mbembé, il faut prendre le temps de lire au delà des lignes car la pensée est souvent inscrite dans la poétique des mots.
Alors je prends mon temps.

Écrit par : Go ped | 03/03/2011

Les commentaires sont fermés.