topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

09/10/2010

"Mode" du blanchissement de la peau : bientôt plus de Noires en Afrique ?

khessal.jpgJe partage avec vous le "coup de gueule" d'un ami photographe, qui - comme beaucoup d'entre nous - n'arrive pas àFemmeNoire_small.jpg comprendre pourquoi de nombreuses femmes d'Afrique s'obstinent à se blanchir la peau pour des résultats désastreux, aux points de vue sanitaire et esthétique.

"ll y avait l'exode des cerveaux d'Afrique, il y a maintenant l'exode des belles filles (via internet et autres moyens). Sur un casting de cinq belles filles pour mon travail, deux partent en Europe se marier avec des Européens et ceci en moins de quelques jours. C'est dingue et surprenant car ce sont des filles au teint bien noir qui partent ! Ne resteront bientot que les laides décolorées à cause de cette selection génétique faite en Occident ! Bientôt pour voir une vraie fille bien noire, il faudra plutôt aller à Paris qu'à Abidjan ou Lagos."

01/10/2010

Ecosystème du web en Afrique : le post salutaire de Mohamed Diaby

J'ai lu avec beaucoup d'intérêt un post d'un de mes blogueurs préférés. Mohamed Diaby, consultant marketing mobile et innovation. Il cite ses "dix propositions clés pour le mobile en Afrique". Et elles sont toutes très pertinentes. Malheureusement, nous sommes dans un contexte où l'innovation ne "challenge" pas assez les cadres bossant dans la téléphonie mobile sous nos cieux, qui en réalité ne font qu'adopter, un peu par suivisme, des applis qui sont en général pensées en Asie pour des Asiatiques. Ou, pire, en Occident pour des Occidentaux. Je choisis deux propositions qui m'ont particulièrement inspiré.

La proposition 2 : L’Internet mobile en Afrique, c’est fournir l’accès à Internet sur les téléphones mobiles. Mais c’est aussi rendre accessible informations et contenus du Web directement sur le mobile sans nécessairement avoir besoin de recourir à une Connexion Internet. Je pense par exemple à des initiatives qui permettent d’embarquer du contenu Web dans des cartes memoires et ainsi les rendre disponibles offline. J’en parlais déjà dans un article précédent où je disais que le Web en Afrique est offline. (Mon commentaire : Merveilleuse idée notamment pour les encyclopédies, les tutoriels voire les médias, mais il faudrait un bon circuit de distribution et de promo).

La proposition 4 : L’Afrique a besoin de produire plus de contenu local, surtout via les téléphones mobiles si on tient compte du taux de pénétration très fort du mobile comparé aux ordinateurs. Pour celà, il faut mettre en place plus de plateformes permettant de produire et publier du contenu local via le mobile.Il faut favoriser l’essor des Mobile blogs, Mobile photoblogs et autres plateformes de questions réponses, petites annonces et services aux particuliers. (Mon commentaire : Les plateformes de mise en relation de particuliers ont un potentiel qu'on n'imagine pas).

La proposition 5 : Le Mobile Health en Afrique, ce n’est pas uniquement de la télémédecine. C’est aussi un accès facile et rapide à des informations fiables et de qualité dans l’environnement de la santé et des soins. Les services géolocalisés tels les pharmacies de garde, les centres de soins les plus proches, etc ou la diffusion de conseils utiles en cas d’urgences devraient se vulgariser et être accessibles au citoyen lambda via le mobile. (Mon commentaire : les services géolocalisés de manière générale peuvent être utilisés, y compris pour trouver un vulcanisateur, un blanchisseur, un resto, etc... Pas besoin d'applis compliquées en plus).

Maintenant, je pose une question. Où sont les espaces où créateurs de contenus, développeurs, marketeurs et opérateurs doivent se retrouver pour défricher l'avenir ? Et si le problème était les opérateurs, trop contents de gagner facilement leur vie pour aller plus loin ?

Et je vous envoie vers le post complet de Mohamed. Cliquez ici.

 

Expressions culturelles et progrès

Que disent nos chants, que racontent nos sketchs ? Quelles valeurs véhiculent notre manière de vivre et nos expressions artistiques populaires ? Il faut par exemple s’interroger sur l’émergence et le succès du phénomène du «coupé-décalé» avec toutes ses implications. Pourquoi et comment, à un moment précis de notre histoire, notre jeunesse a-t-elle glorifié l’art de l’arnaque, de l’esbroufe, de l’argent facile et de la cupidité amorale ? Pour quelles conséquences dans les domaines sociaux, économique, voire politique ?

Lire la suite de cet édito sur le blog des Amis du Nouveau Courrier.