topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

05/09/2010

Profondément ému...

... De voir pour la première fois ces images de la webtv ivoirienne djibitv.com, qui témoignent du combat âpre que les journalistes de tout bord ont mené pour notre libération de prison.

Emu et un peu intimidé face aux responsabilités que cette mobilisation induit naturellement. MERCI A VOUS, CONFRERES !

Commentaires

Je comprends fort bien ton émotion en visionnant les images du soutien que vous ont apporté vos confrères. Ce que je déplore pour ma part, c'est qu'en marge de ce combat visant à garantir la liberté de la presse en Côte d'ivoire - liberté que tu as toi-même vivement saluée dans ton dernier article avant votre arrestation - certains aient clamé le manque de liberté de presse en Côte d'Ivoire. Lutter pour garantir un acquis et lutter pour dénoncer l'absence de liberté sont deux choses tout à fait différentes. Les Ivoiriens doivent se réjouir de cet acquis formidable dans leur pays, et les autorités assumer pleinement la responsabilité de leur décision qui a abouti à cette liberté qui les honore. Encore merci pour ton bel article de juillet dernier.

Écrit par : St-Ralph | 06/09/2010

C'est vrai que la loi de 2004 portant regime juridique de la presse constitue un pas de geant vers une presse plus libre donc plus independante en depenalisant les delits de presse,mais elle reste encore insuffisante meme si la liberté de la presse n'est jamais totalement acquise.Cette insuffisance qui n'a jamais attiré l'attention des professionnels dela presse(syndicats,patrons,structures de régulation et d'autorégulation) a été revelée au grand jour à la suite de l'arrestation des journalistes de le "nouveau Courrier".Et lors de la conférence de presse qui a suivi leur libération,Saint-Claver Oula,rédacteur en chef de ce quotidien,ne croyait pas si bien dire:"on veut assimiler la presse ivoirienne à une sous presse.Car si c'était un confrere panafricain qui avait publié ces documents ,il n'aurait pas été inquieté".Ces propos en disent long sur le chemin à parcourir pour esperer avoir une presse libre.Car un des articles de cette loi que les proffessionnels des médias ont applaudi des deux mains par igorance ou par laxisme ,interdi aux journalistes ivoiriens de publier des documents encore dans le sécret de l'instruction.Contrairement aux normes standars internationales.
Donc la liberté de pratiquer le metier de journaliste en coted'ivoire,au dela de la dépénalisation qui est une avancée majeure,n'est pas garantie par cette loi.Bien au contraire elle constitue un frein à l'essence du journalisme qui est d'informer mais aussi et surtout une ménace au journalisme d'investigation.
D.M.Anderson

Écrit par : diedri anderson | 12/09/2010

Les commentaires sont fermés.