topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

25/05/2010

De vous à moi, par Théophile Kouamouo

Le premier éditorial du Nouveau Courrier, quotidien ivoirien né le 25 mai 2010.

 

la Une numéro 1.jpg

Pour les éditeurs, le lancement d’un titre est toujours un moment de grande émotion, une sorte d’accouchement douloureux, plein d’espoir et d’appréhensions. La grande et exigeante communauté des lecteurs de presse écrite adoptera-t-elle le petit dernier ? Serons-nous à la hauteur ? Nos erreurs de départ seront-elles regardées avec bienveillance ou sévèrement jugées ?

 

 

Pour les amateurs de journaux – voire pour les confrères déjà « installés » dans d’autres titres –, la naissance d’un quotidien est forcément un moment de délectation curieuse. Alors, qui est dans l’équipe ? Qu’est-ce qu’ils apportent de nouveau ? A quoi ressemblent leur maquette et leurs rubriques ? Cela vaut-il la peine d’ajouter 200 FCFA à mon budget « presse » quotidien, ou dois-je tout simplement passer mon chemin ?

Dans le cas particulier du premier numéro que vous avez en main, la curiosité se portera forcément sur le nom du journal – qui en rappelle un autre, qui a tiré sa révérence en 2007. D’autant plus que certaines des signatures d’hier sont de retour. Alors, nouvelle naissance ou tout simplement nouveau départ ?

Les deux, mon capitaine ! « Ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre », sommes-nous tentés de répondre. Nous n’avons pas changé, mais le contexte a évolué. Le souffle qui portait le grand-frère aujourd’hui disparu nous anime toujours. Nous sommes toujours persuadés de la nécessité de l’existence en Côte d’Ivoire d’un quotidien indépendant mais engagé, qui choisit ses combats sans peur mais sans pour autant déifier des leaders politiques, quels qu’ils soient. Nous croyons que le premier devoir du journaliste est d’avoir souci de ceux qui choisissent d’acheter son titre, de leur information quotidienne et de leur plaisir de lecture. Nous croyons à un journalisme d’investigation, mais aussi d’analyse, d’éclairage et de décryptage. Nous voulons respecter, chaque jour, l’intelligence du lecteur. Nous défendrons nos points de vue, car nous ne croyons pas en un journalisme « neutre », désincarné, sans odeur et sans saveur. Cela dit, nous ferons un effort d’objectivation, sans lequel le débat citoyen dégénère en invectives sans fin, répétées machinalement et qui, après un certain temps, sont trop prévisibles pour intéresser quiconque. Nous croyons en la possibilité d’un espace public de qualité en Côte d’Ivoire.

Le Nouveau Courrier a bien l’intention d’innover, pour s’imposer dans un univers caractérisé par une concurrence féroce. Le sondage exclusif sur l’image du gouvernement ivoirien au sein de sa propre opinion, dont nous publions les résultats aujourd’hui et demain, est pour nous une promesse d’audace. Nous tenterons de donner corps à notre vision d’un journalisme de presse écrite qui se renouvelle et s’améliore au contact d’Internet,  souvent considéré par notre profession comme un monstre à abattre. C’est dans cet ordre d’idées que nous avons créé notre rubrique « revue du web », qui sélectionnera des contenus pertinents en ligne que vous n’avez pas peut-être eu le temps de consulter dans vos moments de navigation. Dans les jours qui viennent, nous essaierons également de vous convaincre par des rubriques témoignant d’un souci de spécialisation et de pertinence, et que nous dévoilerons progressivement.

L’environnement de la presse est difficile, voire périlleux. Les marges sont faibles, et les dépenses gigantesques. Créer un quotidien en 2010 en Côte d’Ivoire relève du défi, voire de la folie. Mais si nous nous engageons dans cette voie, c’est parce que nous avons parié sur vous, sur votre capacité à nous adopter et à nous renforcer tous les jours, par vos achats et par vos recommandations. Au-delà d’un quotidien, nous envisageons Le Nouveau Courrier comme une communauté. Nous espérons que vous voudrez bien en faire partie.

Commentaires

Bienvenu au Nouveau Courrier! La croyance en un espace public de qualité en Côte d'Ivoire: cette croyance-là renferme toute une vision de l'avenir, et nous sommes beaucoup à la partager. Je souhaite de toute mon âme que le public ivoirien réserve un bel accueil à ton nouveau journal, Théo. Beaucoup de courage, car c'est selon Périclès, le secret de la liberté.

Écrit par : Enrico | 25/05/2010

Salut Théo!

Je souhaite la bienvenue au nouveau courrier.Personnellement j'ai connu et beaucoup apprécié le courrier, l'aîné du dernier né. Sa disparition a laissé un vide qui, j'espère, sera comblé par celui ci. Juste pour dire que je suis de ceux des lecteurs qui rêvent d'une presse responsable,laquelle presse respecte les lecteurs et qui soit un cadre de réflexion et de partage d'opinions autour d'une société sécouée et balafrée; une nation qui cherche ses marques pour elle même dans un contexte international fortement globalisé. Ainsi dit Théo, ton défi n'en sera que plus facile.

Merci!

Écrit par : Eloi K. | 26/05/2010

Je suis très heureux que Le Courrier revienne,car j'ai beaucoup apprécié ce canard.Théo,j'espère que tu n'es pas associé à des gens qui vont encore te les bâtons dans les roues,parce que tu es un professionnel.
Du courage!!!

Écrit par : Alexis Deschamps | 26/05/2010

je suis très content que le nouveau vienne prendre la place jamais occupée du défunt courrier d'abidjan. tes édito ont longtemps manqué aux lecteurs tiens. c'est certainement avec beaucoup de joie qu'ils accueillent à nouveau ta plume.il s'agit maintenant pour toi de pouvoir mériter la confiance des lecteurs en pointant encore vers le haut cette plume, pour la dignité de l'Afrique.
j'ai été de ceux qui ont souffert de la disparition du courrier d'Abidjan, et dont la réaction a suscité les explications de ton ancien DP. merci de revenir. salut résistant à toi le frère.
Akai.

Écrit par : akai mambo | 10/06/2010

Les commentaires sont fermés.