topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

02/04/2010

Selon Newsweek, l'Afrique devient "la nouvelle Asie" au point de vue économique

J'ai lu avec intérêt cet article de Newsweek dont la thèse est que l'Afrique est un des nouveaux moteurs de la croissance mondiale et il m'a interpellé. Je l'ai traduit (bien entendu le travail est loin d'être parfait) pour que nous puissions en discuter tous.


africa rising.jpgLa Chine et l'Inde font la « Une » des médias pour leurs prouesses économiques, mais il ya une autre histoire de la croissance mondiale qui est souvent oubliée : celle de l'Afrique. En 2007 et 2008, l'Afrique australe, la région des Grands Lacs du Kenya, en Tanzanie et en Ouganda, et même les victimes de la sécheresse Corne de l'Afrique avaient des taux de croissance du PIB comparables à ceux de ces deux puissances asiatiques l'Asie. L'année dernière, dans les profondeurs de la récession mondiale, le continent a réalisé une croissance de près de 2%, une performance à peu près égale aux taux observés dans le Moyen-Orient, et au-delà de celle observée partout ailleurs, en dehors l'Inde et la Chine. Cette année et en 2011, l'Afrique connaîtra une croissance de 4,8%, taux le plus élevé de la croissance hors Asie, et plus encore que les économies « survendues » du Brésil, de la Russie, du Mexique et de l’Europe de l'Est, selon de nouvelles estimations du FMI. En fait, si on prend pour mesure chaque habitant, les Africains sont déjà plus riches que les Indiens, et une douzaine d'Etats africains ont un revenu national brut par habitant plus élevé que la Chine.


Plus surprenant, c'est qu'une grande partie de cette croissance n'est pas portée par la vente de matières premières, comme le pétrole ou les diamants, mais par un marché « domestique » (le plus important en dehors de l’Inde et de la Chine). Au cours des quatre dernières années, la hausse de la consommation privée de biens et services a représenté les deux tiers de la croissance du PIB africain. La classe moyenne africaine, qui émerge très rapidement, doit compter jusqu'à 300 millions d’individus, sur une population totale d’un milliard de personnes, selon l’expert en développement Vijay Majahan, auteur du livre Africa Rising, sorti en 2009. Bien que peu d'entre eux un revenu comparable à leurs « homologues » d’Asie et d’Occident, ces comptables, enseignants, femmes de chambre, chauffeurs de taxi, et même vendeurs de rue en bordure de route, font grimper la demande de biens et services comme les téléphones cellulaires, les comptes bancaires, les produits alimentaires haut de gamme,
et l'immobilier. En fait, dans les dix économies les plus importantes d’Afrique, le secteur des services représente 40% du PIB, pas très loin de l'Inde – 53 %. « La nouvelle histoire qui vaut d’être racontée en Afrique, c’est celle de la consommation», explique Graham Thomas, responsable en chef des investissements à Standard Bank Group, qui opère dans 17 pays africains.

Une grande partie de l'essor de cette nouvelle classe de consommateurs peut être attribuée à des forces extérieures : l'évolution des courants commerciaux, en particulier d'une demande accrue venant de la Chine, et l'innovation technologique à l'étranger qui stimule la productivité locale et la croissance comme les réseaux de fibre optique coûtant plusieurs milliards de dollars qui relient désormais l’Afrique et le monde développé
. D'autres changements sont internes et s’expliquent par la volonté des Africains eux-mêmes. Malgré une réputation non usurpée qui l’assimile à la corruption et à la mauvaise gouvernance, une bonne partie du continent a tranquillement vécu cette renaissance économique dans un contexte de stabilité politique sans précédent. Encouragés par des investisseurs avides, les gouvernements ont progressivement libéralisé des secteurs relevant de l’industrie et du développement des infrastructures. En conséquence, les pays comme le Kenya et le Botswana comptent maintenant des hôpitaux privés de classe mondiale, des écoles privées à financement public, et des routes à péage qui sont réellement sûres. Selon une étude réalisée par un programme de la Banque mondiale, l'amélioration des infrastructures de télécommunications en Afrique ont contribué à 1% du PIB par habitant, un rôle plus important que les changements dans les politiques monétaire ou budgétaire. L’activité boursière des compagnies aériennes locales, des entreprises de transport et de télécommunications ont grimpé en flèche.

L'esprit d'entreprise a avancé dans le même temps, alimenté en partie par le retour au pays des travailleurs qualifiés. Tout comme les vagues d'expatriés retournés en Chine et en Inde dans les années 1990 pour démarrer une entreprise ont à leur tour attiré plus de talents et de capitaux étrangers, il y a maintenant des signes qu'une diaspora africaine entreprenante contribuera à transformer le continent. La fuite des cerveaux reste toujours un problème chronique dans les pays comme le Burundi et le Malawi, parmi les plus pauvres dans le monde. Mais les économies les plus robustes d’Afrique, telles que celles du Ghana, du Botswana et de l'Afrique du Sud, commencent à voir un « gain de cerveaux » sans précédent. Selon certains rapports, environ 10.000 professionnels qualifiés sont rentrés au Nigeria l'année dernière, et le nombre d'Angolais formés qui cherchent un emploi au pays a été multiplié par dix au cours des cinq dernières années. Bart Nnaji a laissé une chaire de professeur titulaire à l'Université de Pittsburgh pour revenir au Nigeria en 2005 et dirige désormais Geometric Power, la première compagnie d'électricité premier privée en Afrique sub-saharienne. Sa centrale de 188-mégawatts, d’une valeur de 40 millions de dollars, sera opérationnelle cet automne et sera le seul fournisseur d'électricité pour Aba, une ville de 2 millions dans le sud du Nigeria. Afam Onyema, un diplômé de 30 ans, de Harvard et de Stanford Law, a refusé des salaires à six chiffres dans des cabinets de droit des affaires pour construire et exploiter un hôpital ultramoderne de 50 millions de dollarscavec un volet « bienfaisance pour les pauvres » dans le sud Nigeria.

lagos.jpgDe nombreux experts estiment que l’Afrique, avec sa base large de nouveaux consommateurs peut très bien être sur le point de devenir la prochaine Inde, grâce à l'urbanisation frénétique et au type de coup de pouce aux services et aux infrastructures qui a transformé le sous-continent asiatique il y a 15 ans. Tout comme l'Inde une fois attelés et sa population laborieuse nombreuse et bon marché, l'Afrique a tout à gagner à croissance rapide de ses grandes villes. Déjà, le continent possède le plus fort taux d'urbanisation, et peut espérer une croissance passant par l'industrialisation et les économies d'échelle. Aujourd'hui, seulement un tiers de la population africaine vit dans les villes, mais ces urbains comptent pour 80% du PIB, selon les Nations unies. Au cours des 30 prochaines années, la moitié de la population du continent vivra dans les villes.

Nulle part cette relation entre la classe des consommateurs et de l'urbanisation n’est aussi claire qu’à Lagos, au Nigeria, une mégalopole de 18 millions d'habitants qui a tout de Chongqing (Chine) ou Mumbai (Inde). Sur l'île Victoria, au centre commercial de la ville, l'immobilier est aussi cher que dans Manhattan. Partout où vous regardez, il y a des constructions : condominiums de luxe, immeubles de bureaux, routes, et même une ville flambant neuve née du dragage de la mer qui contiendra un demi-million de personnes. « La pénurie est partout, donc les opportunités de forte croissance sont partout », explique Adedotun Sulaiman, un capital-risqueur et président d'Accenture au Nigeria. « En termes d'opportunités, c'est juste hallucinant. »

Aliko Dangote, plus riche entrepreneur d'Afrique noire s’est aussi enrichi sur cette culture de la consommation, avec une fortunealiko dangote.jpg d’une valeur nette de 2,5 milliards de dollars, selon Forbes. Son empire, qui a débuté en 1978 comme une entreprise commerciale qui a importé, entre autres, les aliments pour bébés, le ciment et le poisson congelé, est centré sur le Nigeria et sa croissance intérieure en plein essor : la production de ciment pour créer des centres commerciaux et des bureaux ; la location de villas de luxe; la manufacture de nouilles, de farine et de sucre, et maintenant les services tels que les réseaux mobiles 3G et les transports. « Il n'y a nulle part, vous pouvez gagner de l'argent, comme au Nigeria», affirme Dangoté, 53 ans. « C’est le secret le mieux gardé du monde. »

Plus tout à fait. Une récente étude de l'économiste d’Oxford Paul Collier Oxford, portant sur les 954 sociétés cotées dans les bourses africaines entre 2000 et 2007 a révélé que leur retour sur investissement a été en moyenne à 65% plus élevé que ceux des entreprises similaires en Chine, en Inde, au Vietnam ou en Indonésie, parce que les coûts du travail montent en flèche en Asie. Leur marge bénéficiaire médiane, à 11%, était également plus élevée qu'en Asie ou en Amérique du Sud. Les opérateurs de téléphonie mobile en Afrique, par exemple, ont eu les marges bénéficiaires les plus élevées dans l'industrie mondiale. Les rapports des multinationales étrangères comme Unilever, Nestlé, et Swissport International attestent qu’une partie de leur taux de croissance les plus élevés se trouve en Afrique. Ainsi, si les investissements étrangers directs ont chuté de 20 pour cent dans le monde entier en 2008, les flux en capitaux en Afrique ont fait un bond de 16%, à 61,9 milliards de dollars, leur plus haut niveau, selon un rapport de l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE). Même les entreprises chinoises envisagent de faire de la sous-traitance en Afrique (pour l’industrie de base). La Banque mondiale est en train d’aider la Chine à mettre en place une zone industrielle en Ethiopie, sans doute la première parmi de nombreux centres offshore s'apparentant aux zones de libre-échange tentaculaires qui ont ouvert l'économie chinoise dans les années 1980.

Pourtant, l'Afrique demeure à la frontière des marchés émergents. En dépit des gains qu’on peut y faire, la difficulté et le coût de gestion d'une entreprise y sont les plus élevés dans le monde, selon les données du Fonds monétaire international.
Ajoutez à cela la corruption omniprésente, qualifiée par Transparency International de "problème endémique" dans 36 des 53 Etats africains et l’on comprend pourquoi l’Afrique est souvent considérée comme un lieu « toxique ». Mais le président de la Banque mondiale Robert Zoellick affirme que, dans le sillage de la crise économique, les investisseurs à long terme ont reconnu que "les marchés développés comportent de gros risques aussi." Comme la Chine et l'Inde, l'Afrique profite de cette situation. Et illustre sans doute mieux que n’importe quelle autre région, un nouvel ordre mondial dans lequel les nations les plus pauvres vont continuer à trouver l’énergie nécessaire pour aller de l’avant.

Commentaires

Merci beaucoup, Théo, pour ce superbe travail de traduction. L'article en valait la peine. A mon avis, ce sont des informations qui montrent que l'Afrique n'est pas un continent maudit, mais qu'elle regorge de potentialités qui n'attendent que les opportunités et un cadre légal sécurisé pour s'exprimer convenablement. D'un autre côté, je crois qu'il ne faut pas non plus verser dans une euphorie injustifiée ! Malgré toutes ces statistiques, qui ne concernent qu'à peine une dizaine de pays, l'Afrique demeure le continent le plus pauvre de la terre. Et puis, l'autre danger qui nous guette, c'est que ce genre de "publicité", loin de démontrer une quelconque performance, est plutôt destiné à faire des africains rien de plus que de simples débouchés pour les entreprises occidentales et asiatiques, ce qui représente un risque pour la production continentale. Voici, à chaud ma première réaction. La réflexion continue...

Écrit par : Karl | 03/04/2010

Avant tout je tiens moi aussi à te remercie pour cette traduction impeccable.
L’Afrique, notre cher continent! Que dire de plus qu’il ne peut aller plus bas que terre. CAD que ce continent ne peut que s'améliorer. Cela fait des années pour ne pas dire une décennie que les chinois ont compris qu’il ne reste que ce grand bébé a assouvir. Pendant que les pays industrialises se repliaient sur eux même pour faire face à la crise qu'ils ont déterminé mondial. car a vrai dire la crise n'est que européenne et américaine. ni l Asie entière ni l'Afrique ont réellement subi le revers de la crise autant que ces pays dits modernes. Par conséquent on ne peut dire qu’elle soit mondiale. Revenons à notre sujet principal qui est l'essor de l'Afrique. Avec les maux, de mal gouvernance, de corruption, de guerre, l'Afrique arrive cependant a faire une croissance de +2% ce qui est énorme. je ne suis pas réfractaire a l'investissement occidentale ou orientale par ailleurs, car j'ai découvert une chanson ivoirien qui dit "c'est l’homme qui fait l'homme" a l'échelle mondiale on peut extrapoler en disant « c'est un pays qui fait un autre pays ».
J’ai bien compris que l’Afrique est un eldorado pour le reste du monde alors pourquoi pas en profiter nous même de notre chère terre natale. Profiter ici a une consonance de "gagnant gagnant". Nous apportons la matière grise dont elle a besoin (ce qui n’enlève pas aussi ses compétences a elle) et que nous avons acquis dans les pays riches. En contrepartie l'Afrique nous nourris. Ce qui se passe tout naturellement en Europe ou en Amérique.
Alors cet article ne peut être aussi encourageant pour les expatriés comme pour les investisseurs étrangers.
Je te remercie d avoir poster ce article et vive l Afrique de demain.
Il faut positiver pour ce continent que tout le monde traite de "traine savate" et que tout le monde en abuse sans vergogne.

Écrit par : nanandhan | 03/04/2010

Les commentaires sont fermés.