topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

01/11/2009

Le blues des fonctionnaires de l'ONUCI

onuci250809.jpg

Pauline, qui tient le blog West africa wins always/No food for lazy man, vient de publier un post très intéressant, où elle raconte une de ses conversations avec un de ses amis qui bosse sur l'ONUCI. Après avoir évoqué avec lui sur les derniers potins de l'ONU ("qui couche avec qui, qui se drogue, qui est  alcoolique, qui touche des commissions occultes de qui..."), Pauline lui a posé trois questions, et ses réponses en disent long sur le fonctionnement de ce que De Gaulle appelait "le machin" et un certain état d'esprit. Je traduis l'échange pour vous...

Pourquoi pensez-vous que le personnel de l'ONU se comporte parfois si mal?

Voici ma théorie : l'ONU est une représentation du monde. Des gens venant tous d'endroits différents tentent de travailler ensemble et de s'entendre, mais en fin de compte, ils n'y arrivent pas. Les clashs dans un environnement multiculturel. Par exemple, une fois je suis entré dans le bureau d'un collègue d'Afrique occidentale pour prendre quelque chose dans son bureau. J'ai vu qu'il était occupé, je n'ai pas voulu le déranger et je suis allé directement vers à l'armoire. Il m'a dit: "Vous savez, d'où je viens, on dit bonjour quand on entre dans une pièce." Je lui ai dit : "Oui, vous avez raison, mais dans ma culture, nous ne voulons pas déranger quelqu'un qui est occupé pour quelque chose de banal." C'est ce qui explique un peu pourquoi il y a parfois des malentendus. Pire encore, nous sommes dans une situation où vous pouvez pratiquement faire tout ce que vous voulez. L'impunité est totale. Si vous êtes convaincu de relations sexuelles avec des filles mineures dans votre propre pays, les autorités vont probablement vous envoyer en prison. Ici, le pire qui puisse arriver, c'est que l'on vous rapatrie. Ou peut-être, seulement peut-être, vous pouvez perdre votre emploi. Le problème que je viens de décrire s'applique également aux ONG étrangères où les membres du personnel sont payés beaucoup plus que la population locale. Je veux dire, si je veux qu'une fille devienne ma petite amie, tout ce que j'ai à faire est de lui acheter un cadeau.


Est-il trop difficile de se faire virer de l'ONU?

Ils peuvent décider de ne pas renouveler votre contrat, mais il est vraiment difficile de se débarrasser de quelqu'un. Disons que vous êtes africain et que votre chef est un blanc d'Europe et qu'il se plaint de ce que vous êtes retardataire ou absentéiste. S'il ya quelqu'un de votre pays dans une position plus élevée, vous pouvez rechercher l'appui de cette personne et crier à l'injustice, lui dire que vous êtes victime de harcèlement parce que votre chef est raciste ou sexiste. Il existe d'étroites relations au sein de la plupart des missions entre gens du même pays se protègent mutuellement et se recrutent entre eux. En plus de cela, les minorités ont toujours cette carte à utiliser. L'ONU est très sensible à ça.


Rien à dire pour sa
défense?


"L'ONU est unique en ce sens qu'elle est souvent appelée à faire un travail qui n'a jamais été fait auparavant, comme la reconstruction d'une nation ou d'un gouvernement. (...) Ici, en Côte-d'Ivoire, c'est une situation différente, cependant. Il ya un gouvernement qui fonctionne donc je ne sais vraiment pas pourquoi nous sommes ici. Le gouvernement a volontairement mis sur la touche notre mission de maintien de la paix. Nous sommes complètement en dehors du coup. Peut-être que le seul bénéfice de notre présence dans le pays est le fait que nous injectons beaucoup d'argent dans l'économie. La plupart des employés de l'ONU ont des nounous, des cuisiniers et des blanchisseurs. Imaginez tous les loyers que nous payons et les personnes que nous employons. Ce qui me fait un peu peur, c'est d'imaginer ce qui va se passer pour ces gens quand l'ONU se retirera. Peut-être que nous sommes juste ici pour les relations publiques. Et puis, si nous n'étions pas là, je serais sans emploi. Donc, je ferais mieux de me taire, haha.

Commentaires

les gens vivront mieux après le départ de l'onuci! justement c'est leur présence qui fait apparaitre la rci comme une destination à risque, de toutes les façons comme ils le disent, ils se tournent les pouces à abidjan si ce n'est pas s'inviter de façon incongrue dans des débats hors de leur compréhension!

je m'explique: les acteurs politiques "perdent" des semaines à se mettre d'accord sur un mode opératoire de la liste électorale en décidant du croisement d'un certain nombre de fichiers historiques pour venir nous dire qu'il faut prendre tout le monde!! à quoi a donc servi ce temps perdu et probablement une partie de ces 140 milliards gaspillés?

Au lieu de s'accuser, ces acteurs devrait proposer, s'ils ont un semblant de respect pour les ivoiriens et une suite dans les décisions des solutions intelligentes, en avouant d'abord aux ivoiriens qu'après avoir écrit des bêtises à marcousis, après avoir pris des décisions bêtes pour les élections qui ont fait de nos élections les plus chères du monde, qu'ils viennent encore bêtement (on ne change pas des acteurs politiques qui sont c...) de prendre des décisions concernant un mode opératoire qui nous a fait perdre et du temps et de l'argent pour rien!!

le seul mode opératoire qui vaille est celui qui reposent sur deux exigences adossées sur la loi: récupérer tous les ivoiriens sans exception et uniquement tous les ivoiriens.

je ne connais pas un seul ivoirien qui aurait peur de se présenter à une commission parce qu'il y a une erreur sur son nom ou celui de ses parents ou parce qu'il n'est sur aucun fichier historique, à moins que...

Écrit par : marianne | 01/11/2009

Des nounous, des jardiniers et des loyers versés... Si c'est ce que l'ONU appelle injecter de l'argent dans l'économie d'un pays, c'est risible !
Je retiens pour ma part que la présence de cet organisme en Côte d'Ivoire est bien futile. Sur cette question, j'ai produit un article démontrant que l'ONU n'a jamais résolu de problème entre deux nations !

Écrit par : St-Ralph | 01/11/2009

L'ONU a déjà aidé qui on a vu?
En 1960 quand "on" zigouillait les indépendantistes à gauche, l'ONU regardait à droite. Quand les bombes rasaient les villages à droite, l'ONU regardait ses pieds, quand le sang des patriotes coulaient et tachait ses belles chaussures, l'ONU regardait en haut.
On sait très bien que c'est une caisse de résonnance, sans plus. Organisation maudite.

Écrit par : Eddy | 03/11/2009

Les commentaires sont fermés.