topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

18/04/2009

Où l'on reparle du PPTE

La fabrication d'amnésie est un sport difficile. Là où notre ami Venance Konan accusait récemment le grand méchant Gbagbo d'être celui qui a fait de la Côte d'Ivoire un pays pauvre très endetté, les économistes du parti dont il est proche (le PDCI) publient des déclarations justifiant le fort endettement de la Côte d'Ivoire au nom du développement, et affirment que ce sont eux les pères de l'initiative PPTE tant raillée par un certain nombre de chroniqueurs de leur bord.

"La Côte d'Ivoire, bien que classée pays à revenu intermédiaire a pu se rendre éligible en 1998, en faisant admettre et prévaloir le ratio service de la dette sur recettes budgétaires (50%) au lieu du ratio habituel service de la dette sur recettes d'exportations(25%), C'est le coup d'Etat de 1999, qui a empêché la réduction effective de la dette, prévue en mars 2001. Par conséquent l'Initiative PPTE ne date pas d'aujourd'hui!"


Nous avons donc perdu du temps dans un faux débat, complètement superficiel, sur la politique économique du pays des Eléphants. Par ailleurs, il me semble vain de parler de la Côte d'Ivoire comme d'un pays isolé évoluant en dehors d'un certain contexte. Quasiment tous les pays africains sont passés par les Programmes d'Ajustement Structurel (mises sous tutelle de pays qui n'arrivent pas à payer leurs dettes), et par l'initiative PPTE. Pourquoi cette forme de fatalité ?

Mon point de vue est que c'est tout simplement parce que l'Afrique subsaharienne a échoué dans la construction d'Etats modernes. Les Etats modernes ne contractent pas des dettes tous azimuts, pour des projets inutiles, à des taux usuraires. C'est bien ce qui s'est passé pourtant en Côte d'Ivoire et ailleurs. Les Etats modernes ne font pas tout et n'importe quoi et laissent le secteur privé créer de la valeur ajoutée au lieu de monter des usines clé en main sans la moindre étude pour "aider" des amis à Paris ou d'acheter des usines abandonnées aux Etats-Unis. Des Etats modernent savent collecter l'impôt, organiser le secteur financier. Nous avons trop laissé nos pays dans les mains des multinationales et maintenu toute la production nationale de richesses dans les marges de l'informel. Nous avons persécuté les créateurs de PME, encouragé les secteurs économiques non "normés", le pillage postcolonial et le parasitisme de l'administration.

Si nous maintenons cette "économie politique du masochisme", l'initiative PPTE ne servira à rien. Au Cameroun, par exemple, malgré les "milliards" du PPTE, le taux de croissance ne cesse de baisser, et les prévisions pour cette année sont d'environ 2%.

Peut-être tout cela arrive parce qu'on n'a pas tiré les leçons du passé, et que le niveau des querelles politiques locales empêche le grand nombre - et l'élite ! - de prendre conscience de la nature du problème, qui dépasse bien les considérations "messianiques" et les diverses manoeuvres de propagande de la gauche ou de la droite.




20:57 Publié dans Analyse | Lien permanent | Commentaires (27)

Commentaires

Suis-je encore censuré sur ce Blog ? J'aimerais bien intervenir dans ce billet ci-dessus puisqu'il s'agit de l'économie ivoirienne.

Écrit par : Krathos | 18/04/2009

Pour ma part, je crois qu'il faille faire la nuance entre le Statut "institutionnel" de PPTE défini selon des critères numériques par les IFI ( institutions financières internationales) et celui de pays DEVENU réellement pauvre et très endette, tel que Venance Konan l'évoque dans ses articles.

Pour le debat politique ivoirien à proprement parler, il ne faut pas se leurrer car la Cote d'Ivoire de Bédié ( 1994-1999) est très différente économiquement et socialement de celle qu'on a aujourd'hui( 2000-2009). Quelque regard sur les taux de croissance économique, les budgets d'investissement annuels, les réalisations sociales annuelles, le service annuel de la dette suffisent à établir le gap entre les gestions Bédié et Gbagbo du pouvoir d'Etat. Là n'est pas le débat à mon avis.

Nous ne cesserons de le répéter, le PRINCIPAL - à différencier des intérêts adossés aux variations des taux d'intérêts- de la dette ivoirienne dans les années 70 n'a jamais été colossal au départ; le renchérissement de la dette du pays, et de bon nombre de PVD est dû principalement à la hausse des taux d'intérêts du début des années 80 et non à un endettement IRRESPONSABLE des gouvernements africains de l'époque. J'espère que la correction est faite.

Le grand Frère Théo a eu effectivement la perspicacité d'aborder la question de l'impact du PAS (ajustement structurel) et de l'initiative PPTE sur les pays africains. Nous constatons tous que les formules et panacées magiques du FMI et de la banque mondiale n'ont pas forcement tenu leurs promesses, et cela n'est pas seulement le fait des exécutants, à savoir les États à qui les IFI ont imposé ces mécanismes de dépendance du financement extérieur.
A mon avis, ces IFI ont échoué dans leur mission et n'ont pas su , voire voulu accompagner SAINEMENT les PVD (pays en voie de développement) vers l'émergence économique.

Si déjà, africains que nous sommes, de cultures et d'idéologies politiques différentes, respectons-nous l'exercice démocratique et la primauté de la LOI, je crois que nous tracerons PROGRESSIVEMENT les sillons d'une véritable structure d'Etat moderne, tel que voulu par le grand frère Théo.

Le peuple africain qui n'a pas été suffisamment éduqué et instruit s'englue très facilement dans l'apologie des conflits ethniques, des coups d'Etat et des rebellions; ces negreries étant de véritables poisons au cadre social de paix et de quiétude naturellement propice à la définition de projets de société viable.
Quand le grand frère Théo parle d'accaparement du tissu économique et industriel par les occidentaux, j'ose me permettre de lui dire que le transfert de technologie ne se fait pas d'un coup de bâton magique et que la compétitivité commerciale ne s'acquiert du jour au lendemain. Idem pour la consolidation des infrastructures de base. Idem pour le potentiel humain nécessaire à l'industrialisation de l'économie, dont les pays africain très riche en matières premieres ont besoin.
C'est tout un travail de longue haleine qui ne s'inscrit pas dans un ordre conjoncturel mais plutôt dans le moyen et long terme.
Plébiscitons des gouvernements sérieux et non des slogans populistes et démagogues, ainsi "l'état moderne à la Théophile Kouamouo" pourra être construit petit à petit.

En conclusion, le Programme d'ajustement structurel, l'initiative PPTE, les programmes de prêts des IFI ne serviraient à rien si nous , pays africains, ne les insérions pas dans un véritable projet d'émergence économique, et surtout de développement.

Écrit par : Krathos | 18/04/2009

Il est triste de voir les partis politiques ivoiriens se disputer la paternité de notre admission à l'initiative des PPTE. Triste.
C'est à croire que nous devrions en être fiers...

Pourtant, cela ne nous apportera rien d'autre que des soucis supplémentaires et la prolongation de notre dépendance. Partisans du moindre effort et manquant terriblement de visibilité (et de vision), nous cherchons une solution à court terme (et donc palpable pour des raisons politico-électorales) là où de pronfonds changements (certes requis par le DSRP, mais de manière imposée par l'extérieur) sont nécessaires.

L'impéritie ivoirienne à penser d'elle-même est une fois de plus à mettre en cause.

La Côte d'Ivoire à besoin d'architectes, et non de bricoleurs de dimanche.

Écrit par : Poukoi | 19/04/2009

Si une ame charitable peut m'expliquer la teneur du communique du PDCI sur l'initiviative PPTE je ne lui en saurai gre car je n'y comprends absolument rien. Le communique semble dire que l'endettement est recours normal dans le cadre du developpement economique d'un pays. Soit, mais personne n'est dupe, c'est l'endettement excessif qui est mis en cause et non pas le recours a l'endettement. Par ailleurs, le communique reconnait que c'est sous le PDCI que les premieres demarches en vue de l'initiative PPTE ont ete realisees par consequent la CIV pays pauvre tres endette cela ne date pas de 2000 et donc de l'avenement de Gbagbo. Ainsi le communique semble a la fois jusfitier l'endettement eleve de la CIV et le recours au mechanisme PPTE en oubliant bien evidemment de mettre en lumiere les torts economiques considerables causes par notre dette colosalle. Cela est certainement de bonne guerre, il n'appartient pas au PDCI de relever ces propres turpitudes mais a vouloir jusfier l'injustifiable on finit par etre ridicule. Non notre endettement a tout le moins le niveau qu'il a atteint n'a pas ete une bonne chose pour notre economie car derriere la prosperite ou le mirage selon ( 1965-1980) se cachaient les difficultes a (1980-20..) venir qui sont celles que nous connaissons encore aujourd'hui.
En revanche le PPTE n'est pas une panacee ( je rejoins Theo et Krathos) et je suis surpris qu'a part cette remarque de Theo sur le Cameroun ( sauf erreur ou omission de ma part) aucune symetrie n'ait ete faite avec des pays nombreux ( la CIV fait partie des derniers wagons) qui beneficient deja de cette initiative et dont le sort economique ne s'est guere ameliore. Cela releve encore une fois le caractere sterile de certains debats. Car le plus important il me semble a ce stade, c'est de savoir qu'est ce qu'on fait maitenant qu'on y est (PPTE) comment utilise t-on de facon optimal les ressources a venir c'est sur ces points que l'on attend les experts economiques des differents partis politiques. Mais encore faudrait-il qu'ils exisitent.

Écrit par : advocatus | 20/04/2009

S'il faut a chaque fois que des gens viennent faire l'effort de déformer les termes usités par les responsables du PDCI, ce n'est vraiment pas la peine de discuter...
Qui se discute la paternité de l'initiative PPTE ?
Qui est venu accuser ses prédécesseurs de s'être endettés de manière irresponsable?
D'ailleurs, qui a dit que la Côte d'ivoire s'est endetté MASSIVEMENT ?

En 1983, la plupart des PVD(pays en Voie de Développement) ont crié à l'escroquerie parce que autant ils sont devenus insolvables (incapables de rembourser les INTERETS devenus faramineux de la dette extérieure), autant leurs principales sources de revenus ( à l'exportation) se sont amenuisés du fait de la baisse des cours, à l'international, des matières premières.

Le PDCI n'aurait jamais fait des mises au point si Gbagbo, l'incompétent-menteur en chef, n'était pas venu jouer à l'intéressant et au génie quant à cette initiative PPTE.

de 1994 à 1999, le PDCI remboursait 500 milliards de Franc CFA par an mais cela n'empêchait le pouvoir de dépenser plus de 400 milliards par an au titre de l'investissement public, de faire des réalisations à utilité sociale.
Au temps de Gbagbo ( 2000-2009), ce n'est qu'en 2006 que le service de la dette a repris avec ça les gens viennent accuser le PDCI d'avoir sur-endetté le pays !!!

Mais quand tu ne rembourses pas une dette, les intérets non payés et les pénalités y afférentes viennent encore plus renchérir la dette.

De 2000 à 2006, le FPI n'a rien remboursé au titre du service de la dette. Demandez leur ce qu'ils ont fait du budget surtout quand il n'y a plus que 40 % du territoire a considérer dans le budget annuel de l'Etat...

Pour ceux qui ne le savent pas, Advocatus en particulier, la Cote d'Ivoire avait un statut de PRI (Pays à Revenu Intermédiaire) et souhaitait seulement etre admis à cet allègement de dette pour mieux utiliser ces 500 milliards annuellement engloutis dans le service de la dette. Deja malgré ce trou au budget de plus de 500 milliards, les depenses du gouvernement Bédié n'étaient pas reduites à la masse salariale publique. Il y'a eu des réalisations sociales, d'infrastructures et surtout une fiscalité avantageuse malgré tout pour favoriser l'initiaive privée.
Dites moi ce qu'il en est aujourd'hui dans le règne du FPI.

Ne comparons pas l'incomparable, il faut arrêter de reprendre des slogans creux qui ne veulent ABSOLUMENT rien dire ...

L'initiative PPTE n'apporte pas des gains de centaines de milliards par an, il évite tout simplement à l'état de consacrer plus de 40 % de ces recettes budgétaires au désendettement extérieur.
Cependant, quand je vois deja comment ces incompétents du FPI utilisent les recettes budgétaires, je ne peux en aucun cas être optimistes quant au succès de l'initiative PPTE.

L'Ouganda par exemple a réussi entièrement le programme PPTE mais ce pays ne réalise pourtant pas des taux de croissance MIROBOLANTS, ni un développement exceptionnel depuis. La preuve que le mérite revient aux Etats respectifs dans la définition d'un projet de développement qui soit VIABLE.

Advocatus, le débat n'est pas stérile. Il faudrait que tu cherches le discours de Gbagbo, relativement à l'admission de la cote d'ivoire a l'initiative PPTE, afin de comprendre pourquoi le PDCI par l'entremise de son président à faire une mise au point ÉCONOMIQUE aux mensonges du président incompétent.

PS: voir mon billet " le financement de l'économie ivoirienne par endettement extérieur"

Écrit par : Krathos | 21/04/2009

L'afrique digne sur ce site se résume à chanter l'hymne à la gloire koudou Ier l'incompétent.

Même ceux qui ne savent rien de l'histoire du développement économique relatif de ce pays jouent aux donneurs de leçons.

L'afrique digne, c'est certainement toute cette incompétence avec son corrolaire de misère intolérable que nous croisons chaque jour sur notre chemin.

QUid de l'enquête dans le café cacao? Afrique digne, est ce un slogan de plus?

Écrit par : Eppix | 21/04/2009

@ Eppix,

Au-delà de tes jurons indistincts, peux-tu nous instruire un peu plus sur "l'histoire du développement économique relatif de ce pays" ? C'est facile de faire croire qu'on en sait beaucoup en ne disant rien et en parlant d'autre chose.

Écrit par : Théo | 21/04/2009

@Eppix,

Je suis toujours surpris et parfois amusé par certaines réactions, à ce titre celle d'Eppix m'interpelle. En particulier la notion de développement relatif qui j'en suis sur fera pâlir de honte et/ou de jalousie tous les économistes qui ce sont contentes de catégories simplistes telles que pays développés, sous développés alors qu'on peut atteindre le "développement relatif". Je suppose que dans l'entendement de son concepteur (j’accorde volontiers la paternité de ce nouvel concept a Eppix), le développement relatif correspond a ce que certains, jaloux, certainement les mêmes qui font l'apologie de Koudou l'incompétent, ont appelé le mirage économique de la CIV. Ceux sont les mêmes décidément aveugles qui ont écrit un rapport intitule "Growth and crisis in CIV" que l'on peut consulter sur le site de la Banque Mondiale lequel, en guise d’introduction dit ceci , je ne ferai l'affront a personne de traduire ce qui va suivre :"This volume analyzes the decline of Cote d'Ivoire's celebrated development miracle of the 1960s and 1970s into a major macroeconomic crisis at the beginning of the 1980s and persistent recession thereafter. C6te d'lvoire's initial growth performance was based upon comparative advantages in agricultural commodities, an extensive use of land, foreign labor, and foreign capital. The limitation on further land use and the consequent need to adopt a different development strategy had become apparent by the mid 1970s. However, the coffee and cocoa booms, and the esulting expectations of a permanent improvement in the terms of trade, led the authorities to postpone the necessary economic adjustments." Si dire que la crise en CI ne date pas de 2000 et de l'avènement de Gbagbo, mais des années 1980 c'est faire l'éloge de Koudou alors on n'a pas fini. Personnellement je ne trouve pas plus de compétences à Gbagbo, qu'a Bedie ou Ouattarra, je ne vois pas bien ce qui les distingue politiquement ou économiquement. Mais ce qui est irritant et dommage, c'est cette volonté de ramener les maux qui transcendent le cadre d'une simple personne à celle-ci, ou l’inverse croire que la solution se trouve en une personne.
L'enquête sur le cacao, c'est certainement parce qu'il s’agit d'une affaire médiatique que certains s'en inquiètent sinon j’ai connu des personnes qui ont fait plus de temps en détention sans que cela ne crée l'émoi. Le problème du fonctionnement de la justice également ne date pas d'aujourd'hui. Je ne conseille a personne de se retrouver dans une affaire en instruction, même lorsqu’elle avoue sa culpabilité, l'attente d'un jugement peut durer 1 an avant, alors qu'elle clame son innocence cela prend encore plus de temps.
Je crois qu'il y beaucoup de choses à dire sur la gestion actuelle des affaires de l'Etat mais de grâce argumentons, argumentons et prenons du plaisir.

Écrit par : advocatus | 21/04/2009

@ Krathos,
Ta colère te fais oublier des notions basiques. Dire que le PDCI payait 500 milliards au titre de la dette c’est erroné. La CI remboursait ce montant, avec les impôts payés par ses contribuables. Soutenir que c’est le PDCI qui payait c’est tendre la perche a ceux qui pensent qu’au temps du PDCI il y avait une confusion entre patrimoine privé et public. Ce genre d’amalgame entre le Parti et l’Etat pourrait justifier leur assertion.
Je persiste et signe je crois que ce débat ne nous n’avance guerre. En tout cas dans la façon dont il est conduit. Moi n’étant ni militant du FPI ni du PDCI les attaques politiciennes ne m’intéressent pas réellement. Concernant la réponse du PDCI au discours du PR, j’ai trouvé qu’elle était de mauvaise qualité en fait. Peut être que dans un souci d’équilibre aurai je du dire que l’allusion du PR n’était pas nécessaire.
En tout état de cause, c’est avec plaisir que je lirai ton billet sur « le financement de l’économie ivoirienne » et le discours du PR.

Écrit par : advocatus | 21/04/2009

La mascarade de l'arrestation des barons du café cacao n'a servi que a faire plaisir à la BM et au FMI dans le cadre de la bonne gouvernance liée au PPTE. C'est purement politique. Cela prouve à quel point le prince est machiavelique......et ses suiveurs, des moutons de panurge....L'afrique digne et libre? oui, mais pour en faire quoi? Pour prendre la place du colon et asservir encore plus le peuple?

Écrit par : Eppix | 21/04/2009

Abidjan était une ville très propre. Il y avait au début la SITAF, société aussi bien équipée que les entreprises de nettoyage aux standards européens, avec des voitures qui balayaient les routes...Ensuite il y eu ASH international; On était sous bédié avec les sacs poubelles et des camions modernes.....A l'arrivée des incompétents, des gens avides d'argent dans leur cercle ont monté une histoire grotesque sur hamed bassam pour le pousser à l'exil et casser son entreprise, soit disant que c'était un financier de la rebellion. Ils ont crée une multitude d'entreprise "clean bor" et compagnie; On voit le résultat! Nous sommes revenu à l'air des camions et des bennes avec filet; On voit ce qu'est devenue la lagune ébrié; On le voit au quotidien;

Ils ont dernièrement utilisé la menace pour s'accaparer yara west africa! Et demain, on s'étonnera que les investisseurs fuient;

C'est une mafia votre afrique digne, un cancer! un vrai cancer qui gangrène la société par la corruption, l'incompétence et la violation des droits civiques et le vice! Où est passé guy kieffer? Et vous osez parler d'Afrique digne ...!

N'importe quoi....

Écrit par : Eppix | 21/04/2009

c'est fou comment des gens vivent dans le passé!
théo vous explique que le cameroun a eu le ppte et n'est pas plus avancé!
la vraie question alors (en dehors de celle de savoir si ado est le véritable père de la rébellion et dans ce cas ne pas perdre son temps à faire campagne car même son élection n'apporterait pas la paix) c'est à qui confier la cote d'ivoire du PPTE lors de la prochaine élection pour que cette opportunité donnée à la cote d'ivoire fasse d'eelle un pays émergent? point barre!
parce que si c'est une question de paternité, l'honnêteté impose de citer les rebelles aussi!

Écrit par : marianne | 22/04/2009

Marianne, il y'a longtemps que j'etais pas venu sur ce blog. Je constate que le temps passe mais votre haine pour ADO demeure.. Qui vous dit que être le père ( s'il etait prouvé que c'etait ADO) de la rebellion derange tous les Ivoiriens. J'aimerai bien vous lire quand ADO sera au pouvoir.... vous serez un Faux Logo, ou N'zi paul Bis ?

Que Dieu vous perdonne.... votre haine...

Écrit par : Momo | 22/04/2009

Gbagbo n'a pas besoin d'avocats lui qui a déjà une pléthore de conseillers de tout genre pour sa défense. Nous sommes en droit d'attendre des analyses un peu plus sérieuses et élaborées que simplement des chants de caisses d'enregistrement ou des fables.

Vous faites marrer à parler d'afrique digne, une afrique digne de démagogies, de fantasmes et de rhétoriques nationalistes. Mais une fois le colon parti, vous ne savez plus quoi faire de l'autonomie. La mauvaise gouvernance, les abus en tout genre. Arrêtez la démagogie, Gbagbo, votre champion de l'Afrique digne a fait allégeance depuis des lustres aux puissances de l'argent! Donc arrêtez de nous prendre pour des idiots.
Votre combat pour la liberté est plutôt un combat pour le ventre. Et rien d'autres. Triste constat.

Écrit par : Eppix | 22/04/2009

Pardonnez moi cette intrusion, mais je suppose que sur les blogs de la rebellion, vous célébrez des messes d'action de grâce pour Gbagbo.

Je pense que en terme d'intolérance, le RDR et ses suppôts rafflent de loin la palme d'or.
Ado a eu des déclarations dans le genre rendre le pays ingouvernable, il a également dit que il frapperait le pouvoir de Bédié, il a introduit la carte de séjour au mépris des textes fédérateurs de la cedeao sur la libre circulation des personnes, il fait voté une loi anti casseur contre l'opposition, koné zacharia dans une vidéo lui a attribué la paternité de la rebellion......et la liste est longue. Je pense que tous ces actes ne sont pas ceux d'un démocrate. Quand il aura éteint le feu qu'il a contribué à allumer et à entretenir en jouant avec la fibre ethno-réligieuse, alors il n'y aura plus de haine contre lui parce que les ivoiriens ne sont pas des gens haineux!
Et même si par miracle votre mentor arrivait au pouvoir, je ne pense pas qu'il aurait la paix pour gouverner, car comme dit le diction, "qui sème le vent récolte la tempête"

Écrit par : Eppix | 22/04/2009

Advocatus, tu dois prendre un plaisir fou a jouer avec les mots.
J'espère au moins que tu sais ce que signifie figure de style (métonymie).
En fait, je crois que tu es un peu hors-sujet. Je t'ai humblement demandé de lire le discours SOLENNEL de Gbagbo lorsque la Cote d'Ivoire a été admise au PPTE pour comprendre pourquoi le PDCI a réagi(je dis bien RE-agi) pour apporter la VERITE au moulin du boulanger-incompétent.
Alors Mr Advocatus,retournez dans ce contexte, mémorisez les mots accusateurs balancés (INUTILEMENT, le contexte ne s'y pretant pas)) par Gbagbo contre ses prédécesseurs et vous comprendrez aisément que j'image mon propos tel une comparaison ARGUMENTEE PDCI vs FPI, au-dela de l'exercice public du pouvoir exécutif qu'elle revêt naturellement.

Vous faites erreur en entrant dans des considérations burlesques de confusion de patrimoines public et privé. PERSONNE ne parle de ça ici. On parle de PPTE, et on essaie de retablir la vérité si ce qu'il en est en Cote d'ivoire depuis 1998, où la Cote d'Ivoire a été INJUSTEMENT écartée du programme si on se refere au poids de sa dette public sur ses recettes budgetaires( et non recettes d'exportation).

Nous avons fait une distinction entre statut institutionnel de PPTE et situation véritable de Pays Pauvre et Tres endetté, tel que que Venance Konan en parle dans ses articles.
Nous avons démontré que le programme a démarré sous le gouvernement Bédié. Nous avons démontré que le 1/3 des recettes budgétaires était consacré au désendettement au temps de Bédié (500 milliards par an), ce qui n'a pas été le cas au temps de Gbagbo qu'il n'a repris le service de la dette qu'en 2006 sous prétexte ÉVIDEMMENT de la guerre.
Nous avons montré que malgré le poids du service de la dette, le gouvernement Bédié investissait au moyen d'un budget spécial dans son économie et dans des projets SOCIAUX.

Je reste dans le cadre ECONOMIQUE de l'initiative PPTE, parce que c'est de ce sujet qu'il s'agit ici. Les adeptes illuminés du "messie" Gbagbo qui parle a chaque fois de haine ne m'intéressent surtout pas.

Théophile Kouamouo doit sortir de son silence pour nous expliquer l'interet des allusions à Venance Konan, nous détailler le service de la dette en cote d'Ivoire de 2000 à 2006, nous montrer en quoi, avec chiffres à l'appui, les gouvernements d'avant 1999 se sont endettés MASSIVEMENT ????
Les modalités PRAGAMTIQUES de la construction d'un Etat moderne, si possible

Il faut sortir du bal stérile des gueux et patricons du FPI.
Il faut plébisciter la demonstration argumentée et CHIFFREE.
Nous attendons l'emerite journaliste Théophile Kouamouo pour éclairer notre ignorance.

Écrit par : Krathos | 22/04/2009

C'est avec un peu de gene que je suis vos échanges. Apparemment on est encore tres loin de nous entendre sur l'essentiel et c'est vraiment dommage...Le PPTE, aucun d'entre nous ne devrait en etre fier...c'est la matérialisation de l'echec des classes dirigeantes d'Houphouet a Laurent Gbagbo, mais aussi de toutes les forces vives de la "Nation" ivoirienne. Des dirigeants toujours plus riches dans des pays toujours tres pauvres...c'est l'image miséreuse de l'Afrique anno 2008 !

Je vous conseilles ces quelques lignes de Venance Konan...

http://www.connectionivoirienne.net/index.phpmact=News,cntnt01,detail,0&cntnt01articleid=6444&cntnt01detailtemplate=CI2&cntnt01returnid=15

Écrit par : Gbansé | 22/04/2009

Bien dit Gbansé on ne doit pas etre fier d'etre PPTE

Écrit par : Etum | 22/04/2009

je n'éprouve aucne haine pour ado, je dis simplement que je ne peux pas voter por quiconque est l'instigateur de la reellion.

être ppte je ne le vois qu'en terme d'opportunité car son adoption impose une rigueur budgetaire et des économies sur le service de la dette.

il ya quand meme quelque chose de pas très clair dans notre élection en tant que ppte: elle survient au moment où toute la presse autre que bleue présentait le pouvoir actuel comme le champion incontesté de la malgouvernance depuis l'indépendance.

de grâce aux élections, étudions les programmes des candidats tempérés par le passé de leur leader et non leurs patronymes!

Écrit par : marianne | 22/04/2009

@marianne ppte une opportunité. je reve je rappelle que le cameroun et la civ etaient des pays à revenus intermédiaires il y'a quelques decennies et que maintenant on parle de le redevenir au cameroun dans 20ans ca ne me rejouit pas mais alors pas du tout.

Écrit par : Etum | 23/04/2009

Je suis parfois peiné en parcourant ce blog que j’apprécie tant.
la posture de polémiste que certains adoptent leur confère un devoir de pertinence dont ils doivent prendre toute la mesure à l’occasion de chacune de leurs déclarations. En s’érigeant en censeurs qui veulent sauver la nation et faire avancer le débat ils doivent faire l’effort de se tenir à équidistance des chapelles politiques, au risque de passer pour de vulgaires insulteurs public et ce serait tellement triste.
Les affirmations pas toujours vérifiées qui polluent certaines contributions cachent mal leur haine, et font plutôt apparaître l’image de personnes qui veulent en découdre avec le régime en place et tous ceux qui lui manifeste un attachement quelconque.
En attendant je cherche désespérément le recul nécessaire dont ils devaient faire preuve dans leurs écrits pour les rendre crédibles je n’en trouve pas. Peut-on raisonnablement, dans le cas qui nous intéresse passer pour perte et profit les origines de notre dette ? pourquoi les évoquer provoque l’ire incontrôlable.

Écrit par : Zaga Christ | 23/04/2009

Zaga Christ, une odeur de théophile Kouamouo dans l'air.
De toute manière,, à lire la première phrase du billet de Théo on se rend bien compte de celui qui engage la polémique dont il ne maîtrise d'ailleurs pas les contours...
L'initiative PPTE n'est pas une panacée aux maux des pays africains, c'est tout et comme Bédié, l'a dit "les patricons" qui pavoisent la dessus procèdent à une danse de sorcières ...
Il n'y a aucun merite à appauvrir un pays pour ensuite chanter sous tous les toits qu'on est PPTE.

Que ceux qui ne savent rien de l'endettement du pays, aillent à nouveau rencontrer leur "ami" Bohoun Bouabré(qu'ils peuvent voir a toute heure) il va le leur expliquer.

"Zaga christ", c'est quand même la première fois qu'on lit un tel pseudo sur cette plate-forme.

Écrit par : Krathos | 24/04/2009

Non je ne suis pas à ma première. Fouillez les archives vous trouverez.

Écrit par : Zaga Christ | 24/04/2009

Ok, nous vous prenons au mot sinon le style ressemble trait pour trait à celui de Kouamouo. Bravo pour ce doigté si ressemblant à la digne et imaginative plume du grand frère Théo !!!

1- Vous parlez de polémique, je vous ramene aux 2 premières phrases de Théo. Nous répondons à ce qui semble des contre-vérités, c'est tout. Parce qu'on l'expression FORT ENDETTEMENT n'est nullement justifié.

2- Concernant la véracité des chiffres usités dans notre argumentaire, c'est très simple. Il faut peut être se referer à une TRES GRANDE réplique argumentée de Gbagbo pour démentir l'effort du PDCI a rembourser la dette extérieure du pays.

C'est trop facile de venir nous balancer des propos erronés sur l'économie du pays. Accuser, "les gens" de s'être endettés massivement alors qu'il n'en est rien.
A ce que je sache, Mr Théophile est une connaissance du ministre Bohoun Bouabré, j'imagine qu'il peut avoir TRES FACILEMENT accès aux chiffres du service de la dette EXTERIEURE de 1994 à 1999, et de 2000 à 2006 au ministère du Plan.

Écrit par : Krathos | 24/04/2009

Mon idée ici n'est pas de mener la guérilla FPI vs PDCI, mais de plaider pour un débat un peu moins manichéen. Et le préalable pour toute réflexion intelligente, c'est d'admettre que la crise économique ivoirienne date des années 80, a été pour quelques années un peu "masquée" par les effets mécaniques de la dévaluation du FCFA (c'est ainsi qu'après la forte croissance de 1994 à 1998, on est retombé à 1,9% en 1999). Quelles sont les raisons profondes de cette crise ? Qu'est-ce qui n'a pas fonctionné avec l'endettement pour que le pays se retrouve dans l'incapacité de payer ses dettes et ses dépenses courantes ?
Ces questions sont essentielles parce que si le débat reste en l'état, dans dix ans, après s'être battus comme des chiffonniers chacun dans son bord politique, les Ivoiriens commenteront de nouvelles erreurs dans la gestion de la dette contractée après les PAS et le PPTE.
Bien entendu, je n'ai rien à voir avec Zaga Christ. Ce sont les gens aux multiples pseudos qui pensent que tout le monde fait comme eux.

Écrit par : Théo | 24/04/2009

"Quelles sont les raisons profondes de cette crise ? Qu'est-ce qui n'a pas fonctionné avec l'endettement pour que le pays se retrouve dans l'incapacité de payer ses dettes et ses dépenses courantes ?" dixit Kouamouo.

Beau "recadrage", contrairement aux allusions à Venance Konan. Pendant que des gens organisent des fêtes pour l'initiative PPTE , la richesse annuelle produite en Cote d'ivoire ne fait que baisser .
Il n'y a pas de querelles de chiffonniers dans la mesure où dans le débat argumenté, on fait ressortir les traits caractéristiques de chaque camp politique et de sa gestion du Pouvoir.

L'utilité de l'endettement dans l'économie, cette question a été largement abordé par certains ici quand bien même d'autres sont venus déverser les mêmes rengaines d'illuminé et de plume achetée.

Écrit par : Krathos | 24/04/2009

ce qui est parfois marrant sur ce site c'est que tu va prendre deux polémistes dès leurs premières échanges, tu va revenir au bout de 1000 échanges ils n'auront pas bougé d'un iota de leurs positions respectives!

personnellement je différentie le pdci du père de la nation, qui qu'on le veuille ou non à fait de l'ivoirien ce mirage (ou miracle c'est selon) qu'il a été du pdci de nzueba qui a passé tout ses mandats à nous démontrer que ado est un burkinabé pur sang...

Écrit par : marianne | 24/04/2009

Les commentaires sont fermés.