topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

17/03/2009

Ravalomanana s'en va, victoire du chantage militaire

L'Afrique politique marche la tête en bas ces derniers mois. Les coups d'Etat redeviennent la mode, sanctifiés par une "communauté internationale" qui n'aime les démocrates que quand elle les a choisis, ce qui advient très rarement. A Madagascar, une coalition hétéroclite dont le visage, le "maire-DJ", a été protégé de manière inouïe par l'ex-colonisateur. L'Histoire retiendra que Andry TGV a organisé son coup depuis l'ambassade de France.
Ce n'est pas la victoire du jeune maire, c'est la victoire des militaires qui, partout sur le continent, prennent la place du peuple : celui d'arbitre et de délégataire du pouvoir.
Gageons que bientôt, Andry augmentera les soldes des hommes en armes de son pays, véritables mercenaires sans patrie qui s'offrent au plus offrant. Pauvre Afrique !

Commentaires

@Théo,
Tu as raison, mais il ne faut pas non plus que les chefs d'Etat donnent des munitions aux militaires. Pourquoi Rava a commencé le désordre?

Écrit par : Etum | 17/03/2009

Théo, je suis d'accord avec ton texte.J'ai mal quand dans un pays africain des militaires se désolidarisent de cette façon de leur chef. La garde républicaine qui a tiré sur la foule en défendant le palais présidentiel où était le président de la république était dans une situation de légitime défense.Il faut rappeler que suite aux ordres de son "DJ" de leader,cette marée humaine fonçait sur le palais après avoir, auparavant, fait sauter les barrages des policiers.Derrière ce putsch singulier qui vient de se produire sur la grande île, la maison de la France est très visible. On se demande si l'ex-puissance coloniale, pour faire face à la crise financière qui donne du fil à retordre à tous les pays,n'a pas décidé de recourir à ce qu'elle sait faire de mieux:la déstabilisation des pays africains.

Écrit par : inza | 17/03/2009

Franchement triste pour Ravalomanane et la ''démocratie'' malgache. Mais mille fois hélas pour le continent noire qui apparaît aux yeux du monde comme le champion des raccourcis pour parvenir au pouvoir. C'est à croire qu'on doit inscrire dans les manuels scolaires que la prise de pouvoir par les armes ou d'autres moyens anticonstitutionnels. De quoi apporter de l'eau au moulin de ceux qui depuis des décennies soutiennent que l'Afrique n'est pas prête pour la démocratie. Les derniers événements qui ont cours dans le berceau de l'humanité viennent malheureusement confirmer que René Dumont a eu raison de dire que "l'Afrique noire est mal partie". Une phrase qui avait fait couler tant d'encre et de salive à l'époque. Mais le ''péril kaki'' est là pour nous ramener à la réalité. Hélas!

Écrit par : Concept | 17/03/2009

Le Dj-Maire ne voulait pas entendre parler d'Assises Nationales, encore moins de Référendum.
Le Président légal démissionne donc et laisse le pouvoir à un Directoire militaire devant toiletter la Constitution (afin de rendre le Dj-Maire éligible?) et le Code électoral en 24 mois maximum. Nouveau refus du Dj-Maire qui estime que c'est le peuple de la rue qui donne le pouvoir.

Dans cette affaire où le prix du Dj TGV aurait été de 50 millions de $ U.S., une partie de l'armée a trahi la nation malgache.
Il y a eu un putsch réussi à Madagascar. Le chapitre n'est pourtant pas clos...

Écrit par : Thabo | 18/03/2009

@ Etum,

Si à chaque fois qu'un chef d'Etat se comportait mal, il fallait faire un coup d'Etat, il y en aurait tous les jours. Les élections, c'est pas pour les chiens. Personne ne saura jamais si Andry TGV aurait pu gagner des élections.

Écrit par : Théo | 18/03/2009

Je n'exposerai pas mon opinion personnelle sur cette situation hormis que c'est un VRAI calvaire pour les Malgaches pris en otage entre ces deux partis .... Merci de publier sur cette tragédie les amis

Écrit par : joan | 18/03/2009

Les faits sont sacrés, les commentaires sont libres. Mon petit apport personnel ici est de dire que Andry TGV Rajoelina n'a jamais été un DJ. En tant que journaliste, nous devons bien faire des recoupements et ne pas se contenter des mythes véhiculés par des spin doctors et relayés par le net.

Écrit par : Randy Donny | 18/03/2009

Si le franco-malgache TGV n'était pas Dj, puis organisateur de soirées, avant que des caciques (dont un ancien ministre de Ratsiraka) du système politique d'avant 2001 ne le transforment en entrepreneur, qu'est-ce qu'il était alors ?

En tout cas, l'entrée de Madagascar dans la production pétrolière en 2010 s'annonce d'une manière étrange.

Écrit par : Thabo | 18/03/2009

@Théo,
Il ne faut pas s'attaquer aux interets de quelqu'un qui peut te chasser du pouvoir avec la complicité de l'armée.

Écrit par : Etum | 18/03/2009

@ Etum,

Dans ce cas de figure, ce n'est plus la République, c'est le chantage militaire dans toute sa splendeur. Et les élections ne servent plus à rien. Tu es conviens avec moi...

Écrit par : Théo | 18/03/2009

Pour une fois, je pense que je suis d'accord avec Rajoelina, et je constate une prise de pouvoir sans déploiement de l'armée dans les rues de Tananarive.
Les seules tueries viennent finalement de la garde présidentielle, qui a tiré sur les manifestants.

Vous dites ce que vous voulez, mais il existe des moyens de défendre un président sans tirer à balles réelles sur sa propre population, par exemple (au hasard, le déplacer vers un endroit sécurisé, ou faire intervenir des forces anti-émeutes qui se servent souvent de gaz lacrymogènes et de matraques, plutôt que de balles réelles, ou engager des négociations plus rapidement, etc.).

Le seul à avoir tué, c'est le président démissionnaire, pourquoi le regretter?
L'armée a demandé (si je me souviens bien) aux politiques de s'entendre vite pour le bien du pays, sinon, elle devrait intervenir.
Il y'a eu mutinerie et les mutins ont rejoint le camp de Rajoelina. MAIS, les non mutins ont refusé de soutenir le président.

Rajoelina va peut-être augmenter leurs salaires, mais il semble évident que Ravalomanana leur a proposé aussi secrètement des contreparties (personne n'est dupe), pourquoi ont-ils refusé et accepté plutôt l'offre de Rajoelina?

Pourquoi n'y a t-il pas eu de facteurs ethniques dans cette crise, alors que le pays compte 18 ou 19 ethnies différentes? Le ras-le-bol était-il généralisé? Les populations étaient-elles unanimes toutes confondues? Dans ce cas, le président devait-il rester ?

Pour moi, Madagascar démontre sa maturité politique. L'armée n'est pas là pour tirer sur les populations qui manisfestent. Elle joue un peu le même rôle que l'armée en Turquie; sorte de garant de la stabilité et de la continuité des institutions par delà les partis politiques, et ne prend position que quand la situation politique semble insoluble. Mais avec le risque qu'elle se prononce selon sa propre sensibilité.

Quand un jeune de 34 ans réussit à soulever la population et retourner l'armée de tout le paus pour prendre le pouvoir après des mois de lutte politique, ça ne peut pas être que par hasard.
Et je crois aussi que la tournure des articles sur les journaux occidentaux est très trompeur.

Écrit par : Nino | 18/03/2009

Bonjour,

C’est dégoutant tous ca !! On croyait toute ces pratiques révolu quand soudain le DJ se mis a remixer le présent de sonorité du passe très 45 tours version Mobutu.
Que se passe t-il ? ils se sont passer le mots ou c’est juste une tendance retro anti-démocratique , rempli d’impulsion juvénile a qui l’on n’a pas appris le sens du mots « patience ! »
Afrique, Yako !! je suis déçu mais pas décourager …le combat continu.. tu as dit Afrique digne …ben allons-y..
http://dolindacafe.blogspot.com/

Écrit par : Olivier N'da | 18/03/2009

@ Nino,

C'est la même armée qui a tiré sur les manifestants aux portes du palais, c'est la même armée qui a renversé le président... On verra si Rajoelina poursuivra ces militaires !
Essayons de prendre du recul. Quand Rajoelina a donné "l'ordre" aux militaires d'arrêter Ra8, s'il n'était pas parti et qu'une foule de militants étaient restés devant le Palais en boucliers humains, que se serait-il passé ? Demain,quand un autre zozo retournera les militaires qui installeront un putschiste civil sans l'aval du peuple et sans élections, que dirons-nous ?
Avec quelques millions de dollars, on peut créer une atmosphère insurrectionnelle dans tout pays africain et alimenter un chaos sans fin là où il nous faut de la stabilité et des alternances pacifiques. Il faut s'accrocher aux principes démocratiques et savoir que chaque événement est un précédent.
Pourquoi Rajoelina a-t-il donc refusé un référendum ? Pourquoi veut-il s'asseoir deux ans dans le fauteuil avant d'organiser des élections ? Tana est-il Madagascar ? Dans tout pays africain, des personnes minoritaires (à 3 ou 4%) peuvent soulever leurs partisans et proclamer ainsi qu'ils ont soulevé le peuple.
Bref, moi j'attends la suite. Bientôt, on aura le fin mot de tout ça.
Au fait, pourquoi la France cache Andry dans son ambassade au cours de son putsch et laisse tuer de sang-froid un opposant tchadien qui n'a rien fait ? Hors de cette protection diplomatique, qu'aurait fait Andry avant le basculement de l'armée ? Andry effectivement est une sorte de David Dacko, arrivé au pouvoir dans les fourgons de l'armée française...
Il faut rendre la souveraineté au peuple et non à une partie du peuple incomptable.

Écrit par : Théo | 18/03/2009

Theo,

La garde présidentielle ne dépend pas de l'armée, mais de la présidence pour son fonctionnement, son budget, son déploiement et ses activités. Le chef d'Etat-Major n'est pas responsable quand la garde présidentielle tire sur les populations. L'ordre n'est pas passé par lui.

Tu sembles dire que Rajoelina déversé des millions de dollars aux militaires. Ravalomanana est un milliardaire malgache, il l'était avant de devenir président et sa fortune s'est accrue une fois président. Si c'est une question d'argent, il est 10 fois plus riche que Rajoelina.....

Depuis que les affrontements politiques ont débuté, il n'a jamais été question pour l'un de tuer l'autre. Rajoelina est même allé aux négociations avec Ravalomanana bien avant que l'armée n'annonce qu'elle le soutenait. S'il s'était agi de barbarie, Ravalomanana l'aurait fait arrêté à ce moment là.

Quand Rajoelina a demandé aux *forces de l'ordre* (pas aux militaires.....c'est très différent) d'exécuter son ordre d'arrêt, l'armée a clairement dit qu'elle ne *marcherait pas* sur le palais car elle ne souhaitait pas de nouveaux affrontements (http://www.afrik.com/article16432.html ). L'armée n'a pris le palais *qu'après* le départ de Ravalomanana.

Lundi dernier, Rajoelina a demandé à ses partisans de manifester pour contraindre le président à la démission. Il n'a pas demandé à l'armée de le faire, il n'a pas demandé de foutre le feu à Tananarive, il voulait le faire à la loyale.

Le referendum en question, politiquement, Rajoelina n'a pas à l'accepter. On parle justement de politique, pas de force. L'opposition n'a pas intérêt à l'accepter. Si la position du président était si forte, il n'avait qu'à l'imposer.

Tu finis par voir la France partout. Ravalomanana est à l'ambassade USA actuellement, ce sont donc les ricains qui l'ont mis au pouvoir dans les années 2000 contre Ratsiraka?

Ce qu'il faut faire, c'est rentrer au source du problème. Comprendre pourquoi et comment Rajoelina s'est brusquement dressé en Décembre dernier contre Ravalomanana...La France n'a rien à voir là-dedans, elle tire juste son épingle du jeu, et je ne vois même pas ce qu'il y'a à attendre d'elle. La France a une dent contre Ravalomanana, si tu te rappelles, c'est lui qui a renvoyé l'ambassadeur français (celui qui était passé par la Cote d'ivoire et le Congo) en disant que là où il passe, la guerre suit...

Écrit par : oniN | 18/03/2009

Les malgaches et les africains en general ont une mentalité de delinquant. On viole la constitution quand ça nous arrange. Les Malgaches sont irresponsables, ils ont élus Ravalomanane démocratiquement. ils auraient dû assumer leur choix jusqu'au bout et le destituer legalement si nécéssaire et non laisser l'armée s'ingerer dans la vie politique de leur pays. Ils ne sortiront pas de l'auberge sitôt...

Écrit par : xada | 18/03/2009

@ Onin,

Pourquoi il n'avait pas intérêt politiquement à accepter le référendum, ce DJ président ?
Au fait, qui l'a mis au pouvoir celui là ? Ses partisans dans la rue ? L'armée ? La France ?
C'est avec des phrases comme "tu vois la France partout" que les Africains n'arrivent même pas à écrire leur histoire.
J'écris régulièrement sur ce blog. J'ai écrit sur le Kenya, le Zimbabwe, le Cameroun, la CI sans voir la France... Je vois la France quand elle est là. Et à Tana, elle était là. Je ne déteste pas la France, je suis Français. Mais je n'aime pas quand elle fout la merde dans ses ex-colonies.
Après, on va pleurnicher en regardant des documentaires 50 ans après sur les implications internationales dans cette affaire... Comme d'hab...

Écrit par : Théo | 18/03/2009

Salut,

Chacun y va avec son expérience (intellectuelle, associative, physique, spirituelle...) J'ai beau fouiller, je n'arrive à m'expliquer cette soif du pouvoir de ce DJ!

En fait, quand on est désespéré, on tente de s'accrocher à toute feuille; fût-elle sèche. Il ya pour l'instant trop de brouillard dans l'histoire malgache.

D'ici peu, nous verrons les propositions concrètes de ce putschiste pour améliorer les conditions de vie et de travail des différentes souches de la Grande Ile.

Je suis presque rassuré d'une chose: le petit DJ putschiste saura bientôt la différence entre se faire applaudir par une foule affamée et trouver des solutions économiques à cette grave crise économique que traversent tous les Continents! Il ya de fortes chances qu'il quitte le pouvoir comme il y est parvenu!

Écrit par : Lévy | 18/03/2009

Les commentaires de la blogosphère malgache. http://www.rue89.com/2009/03/18/a-madagascar-on-saffronte-aussi-via-internet

Écrit par : Théo | 18/03/2009

Poor Africa! la mode des coups d'Etat "militaires" sous couvert de notre chere France a le vent en poupe en ce moment. Et c'est devenu un phénomène quasi banal. Tout le monde voit faire et laisse faire. Même l'UA qui convoque une réunion de crise se contente d'observer et ensuite de constater la démission forcée de Marc. De toutes les manières, que peut faire l'UA? RIEN. Peut on toujours rêver d'une Afrique digne, indépendante et imaginative, comme tu le prônes si bien, Théo? En attendant le prochain coup d'Etat, que pouvons nous faire?

Écrit par : Motricy | 19/03/2009

Théo,

Regardes la page Wikipedia sur Ravalomanana et le déroulement des élections dans les années 2000...

Tu comprendras pourquoi Rajoelina n'a pas intérêt à accepter un référendum (je parle politiquement....toi, tu parles idéologiquement).
C'est comme si Paul Biya disait qu'il y aura une élection en 2011, et qu'il fallait qu'on attende 2011. Seuls les dupes croieraient à son jeu (il fixe la constitution, les dates d'élection, le nombre de partis, le mode de financement et c'est ça que les autres doivent respecter?).

Si la France est impliquée, il faut nous dire où. Peut-être que tu as des infos ou des interprétations intéressantes. Il ne suffit pas de dire "la France est impliquée" pour que ça soit vrai ou partagé par tout le monde.

Au fait, Ravalomanana n'a pas démissionné, il a remis les pleins pouvoirs à l'armée. Et l'armée a décidé de le remettre à la Haute autorité de transition. Après tout, le chef de l'Etat Major aurait pu garder ce pouvoir; il est l'armée. Mais il l'a transmis à Rajoelina. Je pense qu'il y'a matière à se poser des questions.

En parlant de précédent, Ravalomanana s'est autoproclamé président en 2002 (lui aussi maire de Tananarive), puis il y'a eu négociation, et la Haute Cour constitutionnelle (cella là qui vient d'accepter Rajoelina comme président à 34 ans dans un pays où la constitution dit au moins 40 ans pour être président) l'a reconnu président. Cette haute cour semble coutumière de ce genre de faits, si on regarde bien, ce sont probablement les mêmes personnes qui y sont encore.

Le précédent existe déjà, ce n'est parce qu'on découvre une histoire maintenant qu'elle est nouvelle. Ravalomanana part exactement (peu ou prou) comme il a fait partir son prédécesseur. Rajoelina partira peut-être (probablement?) de la même façon.
Il faut qu'il se demande comment et pourquoi en 2 ans, un ex DJ a réunit toute la classe politique de la capitale à sa cause, même les haut gradés de l'armée, et les juges de la cour consitutionnelle.

Écrit par : oniN | 19/03/2009

Theo,
je suis d'accord avec toi sur toute la ligne et je trouve serieusement regrettable que tu sois obligé de fournir autant d'efforts pour defendre ta position. Nous devons apprendre à respecter les règles que nous nous sommes fixés. C'est aussi simple que cela et s'appliquerait à tous les aspects de notre société. Il y a des règles qui ont été définies et on s'en tient. S'il y a problèmes avec les règles, on s'assoie et on les redefinit, mais on ne viole les règles sous aucun pretexte. Cela semble pourtant evident.

Écrit par : Cafezinho | 19/03/2009

je suis malagasy et j'étais toujours à pendant ces périodes de crises mais d'après moi l'origine de cette crise c'est la france, si ce pays n'a pas melé de nos affaire tout ça n'était pas arrivé, vous savez que nous sommes pauvres et la france a profité de la situation pour payer de bonne somme à monsieur le dj et voilà le résultat, on vera la suite

Écrit par : colette | 19/03/2009

Je crois qu'un nouveau mode d'accès au pouvoir est né, c'est la RUROCRATIE. Au moins, cette RUROCRATIE a l'avantage d'être totalement encouragée par la "communauté internationale".
En effet, pendant toute cette période de troubles à Madagascar, les médias occidentaux (la "communauté internationale") se sont appliqué pour ne jamais utiliser un qualificatif désobligeant à l'endroit de leur poulain. Il faut comprendre! le TGV est le produit phare de leur industrie, il ne peut qu'être bienfaisant.
Mieux, le dj est subitement devenu dans leur bouche, le jeune homme d'affaires qui réunissait un million de personnes sur la place du 13 mai.
Suffit-il de disposer de un million de personnes pour pratiquer la RUROCRATIE?
Si dix millions d'électeurs votent pour deux candidats, et que le gagnant remporte le scrutin avec 60% des électeurs, c'est à dire 6 millions de personnes, le perdant lui, en a bien eu 4 millions. Lui suffirait-il de réunir un million de personne sur une place pour être pris en considération par la "communauté internationale" et gagner par RUROCRATIE?
EH bien non, détrompez vous, la RUROCRATIE marche contre les présidents qui ont oser battre à des élections, le poulain de la grande france.
Marc Ravalomanana avait osé battre Didier Ratsira... contre la volonté de Chiraque, il paye cash, c'est tout.

Écrit par : GAZA Louis | 19/03/2009

@randy donny tu fausses tout la, je suis de sa génération, je peux confirmer que Andry Rajoelina était un DJ hors paire donc voila.

@théo je suis tout à fait d'accord avec toi et c'est malheureux.

Écrit par : pakysse | 20/03/2009

Kenya, Zimbabwé, Mauritanie, Guinée Conakry, Darfour, Congo démocratique, Congo, Sierra Leone, Liberia, Togo, Niger, Madagascar, Cameroun, Côte d'ivoire, Gabon, Tchad, Centrafrique, Angola, Afrique du Sud (leur part arrive..), Somalie, Ethiopie, Algérie, Tunisie, tous ces pays sont en grave instabilité politique.

Il y'a peut-être un président actuellement, élu avec des règles pour certains, contre les règles pour d'autres. Ce manque de consensus, doublé de la réduction au silence des voix dissonantes fait le lit des émeutes et autres coups d'Etat.

Au lieu de résoudre les problèmes, on les tait, en espérant que le temps va les résoudre par miracle (tiens, ça me fait penser au problème anglophone au Cameroun), ou que subitement, les gens respecteront aujourd'hui les lois que personne ne respectait hier (je ne sais pas pourquoi, ça me fait encore penser au problème anglophone au Cameroun) dans une sorte de constitutionnalité à géométrie variable.

Soit nos intellectuels (ce qu'ils en restent) jettent rapidement les bases de sociétés consensuelles et apaisées dans une approche bottom-up (comme le Bénin, le Ghana, le Botswana ou la Tanzanie) en tenant compte des spécificités socioculturelles de chaque pays, soit on va encore s'émouvoir de coups d'Etat (civils ou militaires, meurtiers ou pacifiques) pendant quelques décennies.

La question n'est plus comment on pleure, mais qu'est-ce qu'on fait. S'il n'y a rien à faire, alors autant en rire.

Écrit par : oniN | 20/03/2009

Moi je pense,carrément,qu'en Afrique il y a une vraie fuite de conscience et plein d'immaturité politique.A en voir ce qui se passe également dans mon pays,au parlement,je pense qu'il nous faut encore trop apprendre de la gestion d'un pays.
Il faut qu'on apprenne à dialoguer à fin de trouver des solutions durables à nos problèmes.
Et de toute façon,la démocratie nous est venue d'ailleurs prenons nous mal en patience et nous y arriverons.Je rêve aussi d'une Afrique digne,indépendante et créative.
Si tu peux me faire plaisir de visité ce blog:www.bamanisajean.unblog.fr

Écrit par : Jean | 20/03/2009

J'aimerais exprimer une inquiétude. Le terme de DJ président me choque. Il a quelque chose de péjoratif qui vise à discréditer la personne Rajoelina. Ce dernier peut être critiqué sur de nombreux aspects sans qu'une forme de dérision s'exprime sur son métier initial. Je n'ai su que Beregovoy était un ancien ouvrier spécialisé titulaire d'un CAP, qu'à l'occasion de son décès. Et ce dernier a été un grand homme d'état, probe et compérent.
Rajoelina est un ancien DJ et alors? Cela lui retire-t-il un intérêt pour la politique et le souci de ses compatriotes? Au Congo Brazza, on a eu un président généticien, je peux vous affirmer que ça ne change pas grand chose...

Je voudrais soulever la question des deux ans de transition. Pourquoi, Rajoelina a besoin de deux ans pour organiser des élections libres? Craint-il le suffrage universel? Est-il conscient que Tana ce n'est pas Madagascar et que la légitimité de son mouvement n'est circonscrit qu'à Antananarive? Cette amùbiguïté dès son investiture laisse supposer que la misère n'est pas prêt de déménager la Grande Ile.

Écrit par : Gangoueus | 20/03/2009

La France se positionne pour le pétrole malgache, en 2010. C'est tout le fond de ce coup d'Etat qu'elle condamne HYPOCRITEMENT! quelle vraie peste, cette France.

Faisons gaffe, Ivoiriens, à l'effet de contournement mené par la France. Le coup d'Etat militaire en Guinée (nous y avons du matériel militaire en positionnement), avec une main obscure de la sus-nommée. La mort du Président Viera de Guinée Bissau, un allié sûr de la Côte d'Ivoire. Avec l'arrivée d'un nouveau chef d'Etat que nous ne connaissons pas et que nous ne sommes pas sûr d'avoir pour allié, au même niveau.Surtout quand une certaine France s'y active désormais.

Madagascar tombe dans la cagnotte pour son pétrole, par un coup d'Etat, à la plus grande honte de toute l'Afrique.Au moment où le président ELU Ravalomanana était en difficulté devant Andry Rajoelina, la presse française disait (trompette et confetis): RAVALOMANA S'ACCROCHE AU POUVOIR! Hônnetement, j'ai été profondément choqué d'entendre de telles incongruités d'une nation adoubée démocrate!!! Quoi de plus normal qu'un président élu veuille rester au pouvoir jusqu'aux échéances suivantes? C'est plutôt d'un régime illégitime qu'on aurait pu dire une telle chose! Pas de celui de RAVALOMANA. Même si on ne l'aime pas ou qu'on estime qu'il a mal géré son pays et pas tenu ses promesses électorales. Il aurait fallu attendre de le battre aux prochaines élections présidentielles. C'est cela démocratie! Pa sautre chose. Ou peut-être que l'Afrique est finalement impropre à la démocratie. Avec la bénédiction d'un peuple majoritairement analphabète et manipulé à des fins politiciennes et impérialistes.

Mais, finalement, est-ce vraiment étonnant de la part de LA PREDADRICE PATENTEE de l'Afrique entière? Point du tout! Ivoiriens, gardez l'oeil ouvert. La France est actuellement dans une dynamique. Les appels à l'insurrection de certains hommes politiques, en ce moment, dans le pays et les folles rumeurs de coup d'Etat en préparation pour l'avant Pâques, ne sont pas fortuits! Pas plus que l'alerte actuelle de l'Armée ivoirienne et les nombreuses raffles noctures qui s'opèrent, actuellemnt dans tout Abidjan. Il y a péril en la demeure! Vous êtes avertis!

Écrit par : Dindé | 21/03/2009

Certains par aveuglement pour tout ce qui sent du francais, perdent leur esprit de discernement et d'objectivité. Vraiment dommage. Un pr qui ordonne de facon macabre de faire tuer plus de 100 de ces compatriotes,c'est aussi en afrique que ca se voit et ca se tolere...un PR qui viole la constitution en leguant le pouvoir de facon contraire aux dispositions constitutionnelles, c'est afrique que ca se voit. Alors svp prenons la totalité des evenements qui ont conduit au coup-d'etat rempant a Madagascar.

Cette propagande anti-francaise ne doit pas etre un fourre-tout svp ! ca devient degueulasse et de grace un DJ ou pas peut bel et bien diriger un pays, point besoin d'aligner des doctorats ou des PHD ! N'ironisons pas sur les metiers.

Écrit par : Gbansé | 23/03/2009

J'hallucine ! "Propagande anti-française" ? Certains par aveuglement politicien en sont à cautionner la structuration du désordre perpétuel en Afrique !!!
Un changement de régime sans élections après trois mois de crise, au milieu d'un mandat, si cela se reproduit deux ou trois fois, c'en est fini pour une île déjà très pauvre.
Critiquer vivement ce coup d'Etat ne signifie pas qu'on est un avocat de Ravalomanana, dont je ne suis pas sûr qu'il ait un sens politique très fort. Mais les principes, qu'en fait-on ?
Et puis, je ne sais pas comment on peut débattre sur l'implication de Paris lorsqu'on sait que durant les derniers mois de son coup d'Etat au long cours, Andry vivait sur le territoire français (ambassade ou résidence diplomatique) et sortait pour organiser son coup, rencontrer des milos, etc...
Comment on appelle ça ? Si dire ça, c'est de la propagande anti-française, les bras m'en tombent.
On va finir par dire ici que la France n'a jamais colonisé l'Afrique. Pour je ne sais quelle raison étrange.
Il est idiot d'être pro-Français ou anti-Français de manière systématique. Mais il est honteux de parler de propagande et de se rendre ainsi complice d'une opération visant à donner des complexes à tous ceux qui, Africains, Français ou Franco-Africains, en ont marre de la Françafrique.

Écrit par : Théo | 23/03/2009

L'Histoire ne s'est pas arrêtée à Madagascar. Andry tabasse des autorités religieuses, menace et intimide l'ambassadeur US, et des manifs contre lui s'organisent. Après trois mois et le ralliement d'une partie des militaires, et bien entendu des morts, on fait quoi ? Bis repetita ?
Regardez le modèle politique que des frères lucides soutiennent....
http://www.midi-madagasikara.mg/midi/index.php?option=com_content&task=view&id=12549

http://www.topmada.com

Écrit par : Théo | 23/03/2009

Moi je pense que quand on a un problème et qu'on ne lui trouve pas de solution on lui cherche immédiatement un coupable.c'est la politique de la victimisation qui plus souvent fait de très bons résultats émotionnels mais qui dans le fond n'améliorent pas efficacement la condition qui a prévalue.Je crois, quelque soit la responsabilité de la France dans ce changement survenu à Madagascar,celle des Malgaches n'est pas moins haute.Dire le contraire ou nier l'évidence serait d'une analyse pour le moins dangereuse parce qu'elle déresponsabilise les actions d'un peuple et implicitement les désigne comme des "incapables".Le nouveau Président se voit déjà aussi contester.La faute à qui ?

Écrit par : mohamed billy | 24/03/2009

bonjour à tous. je pense que tous ici avons un minimum d'intelligence, de recul et d'informations non-filtrées et recoupées dans le cadre de la crise grave actuellement à madagascar.

je suis né à La Réunion mais mes parents sont malgaches.

ici à La Réunion, diffusion hertzienne avec volonté tenace du "avant et pendant" coup d'état, sentiment d'approbation évident, puis non-diffusion avec volonté tenace de la manifestation massive sans précedent actuelle de la population malgache depuis samedi 21 mars 2009 contre le coup d'état. ou sinon je suis le seul sur l'île à l'avoir remarqué.

Rappel: La Réunion = Département Français.

Rappel: La Réunion = esclaves malgaches.

je pense qu'il n'est pas nécessaire de faire grande école pour pondre un petit syllogisme, et comprendre donc le comportement des chaines hertziennes réunionnaises.

Peu importe, voici un scénario:

monsieur DELANOHE, déjà destitué de son poste de Maire de PARIS par monsieur Le Président de La République de FRANCE Nicolas SARKOZY (car monsieur DELANOHE a dégradé volontairement l'état de la ville de PARIS), est sous mandat d'arrêt car monsieur DELANOHE, sur sa chaine de télé à lui et qui a été suspendue par monsieur SARKOZY, a fait des propagandes hors-la-loi aux parisiens pour les convaincre de renverser monsieur SARKOZY, car celui-ci possède un yacht, une Rolex, salaire personnel augmenté jusqu'à pas moins de 170% et j'en passe, alors que les parisiens sont de plus en plus pauvres à cause de la crise mondiale et fouillent dans les poubelles pour manger, et monsieur DELANOHE a également brûlé TF1 par taquinerie et dit aux pompiers de Paris de ne pas aller éteindre. monsieur DELANOHE fuit la police et se cache dans l'Ambassade de MADAGASCAR, bizarrement... il n'est pas content, donc il va "chercher" de l'argent pour devoir "payer" l'armée nationale, des mercenaires, des voyous parisiens qui ont faim ça et là, la garde de SARKOZY, ainsi que des légionaires de MADAGASCAR, pour aller attaquer monsieur SARKOZY avec des civils manipulés, des armes et DES TANKS pour que ce dernier dégage les lieux et prendre sa place, et tout celà à coup de kidnapping des membres du gouvernement SARKOZY, de leurs enfants au Lycée MALGACHE pour menace, pillages, viols, meurtres, tortures bestiales, casse de la Banque de France, destruction et pillage de tout ce qui appartient à monsieur SARKOZY et son gouvernement, muselage et menace proférée à la presse ainsi que Reporters Sans Frontières, agression à l'encontre de l'Ambassadeur des ETATS-UNIS, kidnapping et torture d'un représentant d'Eglise à qui les sauvages de DELANOHE ont forcé de boire sa propre urine, et j'en passe... Il y a même de simples soldats sans grades ou carrément des civils qui arrêtent des Généraux militaires avec armes et sans motif légal, comme dans de vieux westerns que plus personne ne regarde. motivations de monsieur DELANOHE: Pétrole sur sol français ainsi que investissements étrangers arrivés au sommum, s'en accaparer, acheminer l'Ambassadeur de MADAGASCAR dans la foulée pour invasion malgache, libération de TOUS les prisonniers politiques dont monsieur SARKOZY avait ordonné leurs arrestations pour dictature et meurtre, suspension du Parlement et du Sénat, la langue enseignée à l'école devient par magie le malgache alors que la FRANCE est indépendante et française, transformation brutale de la constitution en abaissant l'âge de candidature présidentielle de 40 à 35 ans (monsieur DELANOHE a 34 ans), etc... action avant Coup d'Etat: seulement quelques semaines, action après Coup d'Etat: seulement quelques jours, "Travailler plus pour Gagner à Volonté (TGV)". mais AUCUN VOTE DEMOCRATIQUE par les urnes de TOUTE la population française, réduite au silence et à la censure des journaux...

Si celà s'est réellement passé, les gens seraient scandalisés, une vraie Science-Fiction inédite, et monsieur DELANOHE jugé et puni sur le champ sans délai.

Pourtant ce scénario a bien existé, mais en version malgache.

Mais là bizarrement, les gens ne sont pas choqués, pire, c'est tout à fait normal...

On devient très vite stupide rien qu'en zappant d'un pays à un autre, c'est juste une question de réglage de la couleur de la télé...

P.S.: vous avez bien suivi le scénario, vous avez donc compris que tout ce qui est FRANCAIS devient par conséquent MALGACHE...

A bon entendeur.

(véracité du scénario version malgache: site internet TIM madagascar ainsi que les liens médias s'y figurant)

Écrit par : jean-yves | 25/03/2009

Article de Michel Collon
paru sur anarkismo.net et Madagascar Magazine

Les médiamensonges de Madagascar - 25/03/2009 @ 14h44 - Paris

Les médiamensonges de Madagascar

southern africa | imperialism / war | non anarchist press Wednesday March 25, 2009 14:27
by Michel Collon

Quelle image avez-vous de Madagascar? Celle d'un beau pays, peuplé d'animaux endémiques et de plantes aux formes incroyables. Celle aussi d'un pays pauvre, l'un des plus pauvres du monde en fait. Si vous êtes un observateur un peu intéressé vous saurez également que la si belle nature malgache subit depuis de nombreuses années les effets de l'augmentation drastique de la population. Si vous êtes allé sur place, vous gardez alors également toujours à l'esprit l'accueil chaleureux de cette population malgache, ses sourires, sa disponibilité, malgré les difficultés de la vie quotidienne.

Cette image est cependant tronquée. Derrière le décor se jouent des luttes de pouvoir qui ne s'expliquent que par la richesse même de cette île-continent. Pendant que Didier Ratsiraka était au pouvoir, de 1975 à 2001, rares étaient les reportages relatant ces richesses. De l'or, il y en avait très peu, des pierres peut-être mais semi-précieuses. Les exportations officielles de matières premières étaient extrêmement réduites. Quelques années avant que Didier Ratsiraka soit chassé du pouvoir, sa famille était à la tête de mines de saphir gardées jour et nuit par des milices armées. Pendant ce temps là, le pays s'endettait pour devoir, en 2002, plus de 4 milliards de dollars.

Prenons donc comme acquis que Madagascar est riche en matières premières, en biodiversité, en sites touristiques, en immenses espaces cultivables, en main-d'œuvre, etc. La qualité de son université jouit même d'une bonne renommée régionale. La position géostratégique de l'île en fait aussi un atout.

Trois types de personnes ont donc avantage à maîtriser le pouvoir pour que le développement politique et économique de Madagascar n'ait jamais lieu: les grandes entreprises étrangères qui peuvent profiter de l’exploitation des richesses naturelles à moindre coût ; la mafia malgache constituée de grandes familles s'entraidant pour maîtriser des réseaux de marché noir ; et les individus qui peuvent, en maîtrisant la corruption, faire fructifier leurs petites affaires pour obtenir à moindre frais une qualité de vie qu'ils ne retrouveraient pas ailleurs.

Ce sont ces intérêts-là qui maîtrisent les médias et qui, depuis le début de la crise et même avant, forgent notre vision.

Ravalomanana, l'homme à abattre ?

En 2002, un industriel hors des cercles habituels est parvenu à se faire élire grâce à sa notoriété, notoriété accumulée au travers de ses produits laitiers distribués dans tout le pays. Il devait aussi son élection à sa fortune qui lui a permis d'envoyer des émissaires dans tous les bureaux de vote pour déjouer les systèmes de manipulation des résultats.

Alors que l'ensemble de l'opposition contestait son élection depuis le début mais également après que son parti ait gagné les législatives puis les communales, les médias français l'ont tout de suite dépeint comme un arriviste, un nouveau-riche sans envergure.

Ravalomanana est pourtant l'un des très rares industriels malgaches ayant fait prospérer une industrie dans le pays. Il est l'un des seuls, sinon le seul, à ré-investir dans ce pays. Elu maire de la capitale, il est parvenu à transformer son visage en quelques années.

Après avoir finalisé les accords permettant à Madagascar d'effacer une grande partie de ses dettes, Marc Ravalomanana a très tôt mis sur pied un système de gestion et de contrôle des actions du gouvernement d'une rare qualité: le Madagascar Action Plan (1). Qui en a parlé dans nos médias ?

Durant son premier mandat, Marc Ravalomanana a déjà essuyé une tentative d'assassinat orchestrée par Pety Rakotoniaina, alors maire de Fianarantsoa, et par le général Randrianafidisoa dit « Fidy », le 18 novembre 2006, à la veille des élections présidentielles (2).
Cette tentative de coup d'État fut soutenue par de nombreux « opposants » qui pour la plupart n'obtiendront même pas le minimum de voix pour se voir retourner leur caution. Ce sont ces mêmes opposants que l'on retrouve autour de Andry Rajoelina aujourd'hui. Citons par exemple Monja Roindefo qui, après avoir obtenu 29 voix sur toute l’île en 2006, a été proclamé « Premier ministre » du « gouvernement de transition » de Rajoelina.

Andry Rajoelina, la dernière carte

L'élection à la mairie d'Antanananarivo d'Andry Rajoelina en 2007 a été initialement saluée par de nombreux observateurs comme un signe de la pluralité politique à Madagascar. Les Tananariviens critiquaient la gestion de l'ancien maire du parti présidentiel. Ils ont massivement boudé les urnes.

Jeune entrepreneur audacieux, ancien DJ de boite de nuit huppé, Andry Rajoelina jouissait d'une certaine popularité notamment auprès des jeunes. Plusieurs observateurs politiques ont cependant remarqué en 2008 un changement de comportement avec le retour sur le devant de la scène de plusieurs « vieux caïmans », proches de Didier Ratsiraka et des familles mafieuses. Les brouilles se sont multipliées jusqu'à la diffusion, à la mi-décembre et sur la chaîne privée appartenant au maire, d'une interview de l'ancien président en exil appelant à la désobéissance civile. Cette diffusion a été jugée comme portant atteinte à la sécurité de l'Etat et a conduit à la fermeture de la station.

Les médias ont présenté cette fermeture comme une atteinte à la liberté de la presse. Mais ils se sont bien gardés d'indiquer ce qu'avait dit l'ancien président dans cette interview réalisée en France, pays dans lequel il est autorisé à séjourner sous réserve de s'abstenir de toute activité politique.

Utilisant le prétexte de la fermeture de la télévision Viva, Andry Rajoelina a tout de suite émis un ultimatum auprès du pouvoir en demandant sa ré-ouverture et la démission de ministres sans quoi, « après le 13 janvier, il ne répondrait plus de ce qui allait arriver ». Parallèlement, une réelle campagne de diabolisation du Président était lancée profitant de deux autres faits divers: la prospection de terrain agraire par une société Sud-Coréenne et l'achat d'un nouvel avion présidentiel remplaçant l'ancien.

Dans les médias, le mouvement d'Andry Rajoelina a été montré, depuis le début et jusqu'aux derniers rebondissements de la mi-mars, comme une contestation populaire du pouvoir, le cri d'un peuple voulant se débarrasser de son président.

Si, jusqu’au 24 janvier, une partie de la population pensait encore participer à une manifestation contre la vie chère, cela n'était plus possible dès le 26, après que les manifestants eurent détruit des bâtiments stratégiques et pillé des magasins de produits de première nécessité. Les jours qui suivirent, le mouvement ne comptait plus que quelques milliers de partisans. Pourtant les journalistes français se pressaient au portillon pour interviewer le « jeune président », tout comme les diplomates et jusqu'à l'émissaire des affaires étrangères françaises, M. Joyandet.
Toutes les dépêches et tous les reportages de la radio et des télévisons de France Monde (France 24, RFI…) étaient au diapason. Plusieurs interviews de Andry Rajoelina, plusieurs dizaines de minutes d'explication justifiant son mouvement. Quelques secondes seulement pour le véritable Président de la République, Marc Ravalomanana.

Le parti présidentiel a organisé successivement deux meetings pacifiques regroupant jusqu’à 50 000 personnes au stade de Mahamasina (3). La seule explication présentée par le JT de France 2 : le président a payé l'assistance. « Témoignage » douteux. Pas de preuve.

Lorsque le 7 février Andry Rajoelina enjoint ses partisans à prendre possession du palais présidentiel d’Ambohitsorohitra et que cette tentative se solde par la mort de plusieurs dizaines de personnes, les médias accusent aussitôt le Président d'avoir fait massacrer des manifestants. Si l'on peut regretter le résultats et condamner la manière dont les forces de l'ordre ont réagi, la mise en accusation du Président dans cette affaire est un raccourci trop facile. Tout le monde savait ce qui allait arriver. On se demandait seulement comment? La presse n'a pas fait un large écho du fait que le Président a, dès le lendemain, demandé à ce qu'une commission d'enquête indépendante fasse la lumière sur les circonstances du drame.

Les « causes officielles » de la crise

Depuis le début de la crise, les reproches adressés par Andry Rajoelina sont présentés comme autant de vérités que les médias s'abstiennent de chercher à vérifier.
Présentée comme un fait avéré, la nouvelle du prétendu « don » de 1.3 million d'hectares de terrain agraire à la société Daewoo a fait le tour du monde en quelques jours (4). Des démentis ont été publiés dès le lendemain par la Présidence et par la société Daewoo (5) mais ils n'ont pas eu le même écho. Cette affaire a été utilisée par Andry Rajoelina pour justifier son mouvement.

L'achat d'un avion présidentiel de 60 millions de dollars a également fait grincer des dents. Ce qu'on oublie de dire, c'est que de nombreux pays possèdent de tels avions et que cela est d'autant plus utile à Madagascar qu'il y a très peu de routes et encore moins de voies aériennes internationales. Un avion est le seul moyen pour le Président de s'affranchir de la dépendance aux bailleurs de fonds ou à la France. Ce qu'on a oublié de dire également, c'est que l'avion précédent a été cédé à la compagnie aérienne nationale qui en avait un besoin urgent (6).

Andry Rajoelina reproche également au Président de mélanger les affaires de l'État avec ses propres affaires, mais il se garde bien de dire clairement ce qu'il pourrait y avoir d'illégal dans les agissements du Président (et il pense encore moins ester en justice…)

Finalement, la presse étrangère continue à faire l'impasse sur les réalisations du gouvernement ces dernières années (7). Ces réalisations restent cependant la meilleure carte du Président et la raison pour laquelle la population reste soudée derrière celui qu'elle considère comme un héros national. Des gens portent encore les T-shirts « électoraux » dans les rues…

Le recours à la force

La prise d'otages dans des écoles publiques puis au lycée français d'Antananarivo (8) a marqué un tournant dans la situation. Andry Rajoelina ne pouvait dès lors plus être considéré comme une carte valable. Après s'être caché plusieurs jours, il est réapparu « sous la protection de l'ONU, de la France et du Vatican » dans un joli imbroglio diplomatique: il aurait peur d'être arrêté.

Quelques jours auparavant, dès le 4 mars, les forces de l'ordre avaient enfin commencé à faire leur devoir pour rétablir l'ordre. Plusieurs manifestants étaient arrêtés, des pillards désarmés. La presse française parlait de « répression ».

Ce que nous cachent encore les médias c'est que, depuis le début de la crise et de manière de plus en plus intense, ce sont les proches du Président qui font l'objet de menaces et qui sont obligés de vivre cachés: les journalistes de l'anicenne télévision du président, mise à sac le 26 janvier, les membres dirigeants du parti présidentiel, les ministres, le Président de la Délégation Spéciale ayant remplacé le maire déchu. La maison de ce dernier a récemment été incendiée par les partisans de Rajoelina(9). Aucune mention n'a été faite sur le fait que les artistes malgaches qui devaient se produire lors des meetings en faveur du président auraient reçu des menaces (10).

Aucune mention sur le fait que, régulièrement, la radio d'Andry Rajoelina diffusait des menaces à peine voilées envers des personnes ciblées. Aucune enquête n'est faite auprès des familles malgaches qui vivent dans l'anxiété la plus totale depuis bientôt deux mois. Andry Rajoelina n'a donc rien à craindre du Président qui a promis plusieurs fois qu'il ne serait pas inquiété (11).

Le jeudi 12 mars devait marquer le début d'assises nationales placées sous la médiation d'un émissaire de l'ONU et du conseil des églises chrétiennes. Le Président avait accepté d'y participer et d'écouter les doléances de l'opposition. Andry Rajoelina a fait savoir qu'il boycotterait ces assises (12). Pendant ce temps, une fraction de l'armée malgache se mutinait. La sécurité des biens et des personnes n'étaient plus assurées. Un meeting en faveur du Président se terminait mercredi soir par des tirs sur plusieurs manifestants poursuivis, selon des témoins, par des soldats mutins (13). Pas un mot dans les médias français.

Ou presque. Mercredi soir, France 24 posait la question de savoir si les soldats mutins qui quadrillaient la ville poursuivaient les pillards ou les manifestants pro Ravalomanana. La télévision montrait le corps d'un manifestant tué par balles.

Posté par : Madagascar Magazine | Source : anarkismo.net |

Écrit par : jean-yves | 26/03/2009

1) Et pourtant le démocrate Laurent GBAGBO a dit concernant le coup d'état en côte d'ivoire qu'il y a des coups d'état qui font avancer la démocratie. Peut être que celui là en fait partie.

2) Et pourtant, Hitler a été aussi élu....

3) Et pourtant pendant que le peuple a faim, marc ravano s'est fait livrer un deuxième avion a plus de 60 millions de $ US.

3) Il a signé un contrat avec daewo pour la location de plus de 500 000 Ha de terre pendant 90 ans sans en referer au peuple malgache.

4) etc. Et Malheureusement, la rue malgache en a décidé pour le moment autrement.

Écrit par : Eppix | 27/03/2009

Eppix:

à ta place, j'irai d'abord bien me renseigner avant de parler, surtout sur un forum où on ne peut plus supprimer son commentaire au cas où... mais c'est sûr et certain que si ta culture n'est limitée qu'aux médias français, ne t'étonne pas si beaucoup t'ont déjà devancé. et devine qui sera le plus ridicule?

Écrit par : jean-yves | 27/03/2009

la situation devient très très grave à madagascar.

à l'extérieur, étrangement, pas un mot, ni aucune réaction.

sur place, l'anarchie est absolue et barbare.

dernier évènement grave en date: les militaires de TGV (ce dernier soutenu assidument par la france) ont ouvert le feu sur les manifestants démocratiques (28 mars 2009).

suivez cette crise inhumaine sur les médias malgaches, notament sur topmada.com

Écrit par : jean-yves | 28/03/2009

@ jy,

Toi qui est cultivé, tu t'informes sur quel média? STP donne moi la reference afin que je sois toujours dans le vrai.

A priori, tu dois être un des conseillers du PR madagascar ou bien même tu vis certainement sur la grande île.

Non! Tu dois être le voisin de ce monsieur, avec qui il partage toutes ses confidences!

J'ai besoin d'être éclairé stp.

Écrit par : Eppix | 30/03/2009

soit vous etes miopes ou sans partie pour la population de masse qui vit au jour le jour a madagascar, lisez tt ce qui a ete ecrit,il est nettemnt affiche que l avenenment de l exploitation petroliere de 2010 reste le seul motif de tte cette violence,de tte cette desinformation( soit on s en fiche ttlmt de le la realite),il est prouve a la population que tgv a ete cachee dans une des residences de l etat francais, que mnt seul la france intervient directement dans cette crise soit pour supporter tgv soit pour le lacher si cela tourne mal pour la france, tt ceci est clair pas besoin d etre mpiandry ou politicien pour le voir ,
il reste une majorite dds le peuple qui n est pas dupe qui reconnait que si ravalomanana tenait a ecarter la france c est qu elle en est digne d affronter la mondialisation,une majorite consciente que le tgv n est qu une marionnette que cela ne finira jamaisque la population africaine ne vivra que sacrifice et condamne a etre les marches ou le meilleur moyen d ecceder au pouvoir rien qu en lancant de fausses informations et des armes

Écrit par : gasy | 04/04/2009

bjr theo ,
je suis malagasy et je suis tout à fait d'accord avec toi que l'ex-colonisateur pense encore à manipuler madagascar en soutenant le DJ andry rajoelina(quel con)Puchiste!

Écrit par : RAZAFINDRAMIARINA Denis | 01/02/2010

bjr,je sius très interessé de vous lire.au fait je veux travailler sur le thème:l'implication de l'armée dans la politique en afrique;pouvez-vous m'envoyer des infos?(c'est pour mon mémoire de maîtrise

Écrit par : marc | 16/07/2010

Les commentaires sont fermés.