topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

24/02/2009

Gmail : la grosse panne

Avez-vous remarqué que pendant plusieurs dizaines de minutes au moins aujourd'hui, il était impossible d'entrer dans le service de messagerie de Google, Gmail, et dans les services de messagerie utilisant le logiciel Gmail en marque blanche ?
Grosse panique chez moi en tout cas. Et sans doute chez Google. On se souvient du plantage de Google Chrome il y a quelques jours.
Le dicton populaire dit : "Qui trop embrasse mal étreint."
En Afrique, on dirait que Jerry Yang de Yahoo a gbassé les ingénieurs de Google.

22/02/2009

"Objectifs Hebdo" dans les kiosques !

gview (2).jpg Le numéro 1 d'Objectifs Hebdo, le premier hebdomadaire consacré au monde de l'entreprise en Côte d'Ivoire, sort en kiosques ce lundi 23 février 2009 à Abidjan.
L'équipe d'Objectifs Hebdo, dirigée par le journaliste Théophile Kouamouo, vous appelle à découvrir le nouveau bébé, encore tout fripé, mais déjà prometteur.

Au sommaire :

Business buzz :

- Agro-industrie : Des lauriers pour Charles Kader Gooré
- UEMOA : une bourse au Sénégal pour concurrencer la BRVM ?
- Bouaké : Trituraf, la résurrection ?
- Uranium : Le plus grand gisement d'Afrique pour Areva
- Com' de crise : MTN, survivre au feu

La vie des entreprises :

- Uniwax relève la tête
- Huiles et savons, la redistribution des cartes
- Alerte Info, le scoop numérique
- OPV d'Ecobank, les raisons d'un échec
- Les ambitions de Nationale Télécom
- Guillaume, 23 ans, livreur de pain à domicile

Interview de Gilles Grébo (Initiactives) : "Durant mon stage, j'ai appris sur le tas"

... Et trois pages d'offres d'emploi.

17/02/2009

La démocratie est un jeu, par Armand Brice Tchikamen

Je suis heureux de partager avec vous un court métrage plein d'humour d'Armand Brice Tchikamen, réalisateur plein de talent. Le titre ? La démocratie est un jeu. La démocratie devrait être un jeu en Afrique, loin des violences meurtrières que nous avons vécues en Côte d'Ivoire, mais aussi au Kenya, au Zimbabwe et à Madagascar.


15/02/2009

"Objectifs Hebdo" : premier numéro reporté

Prévue pour ce lundi, la sortie du premier numéro de "Objectifs Hebdo" est décalée d'une semaine, pour des raisons essentiellement administratives. Nous continuons à nous préparer pour offrir un bel hebdomadaire à tous les Ivoiriens désireux d'avoir un regard de pros du journalisme sur l'actualité des entreprises et de l'économie.
Let's keep in touch !

12/02/2009

Affaire des 65 millions : le juge va plus loin que le procureur

Mme Gomé Hilaire (1).JPG
Le tribunal des flagrants délit est allé au delà des douze mois d’emprisonnement requis par le procureur de la République, contre la principale inculpée. Cinq années d’emprisonnement ferme assorties d’une amende de 300.000 F, de dix ans de privation des droits civiques et d’une interdiction de paraître et de séjour pendant cinq ans ! Telle est la peine infligée hier sur le coup de 14 h, par le tribunal des flagrants délits d’Abidjan à Mmes Gomé Gnohité née Bléhon Emilienne, secrétaire particulière du Président de la République et Umviga épse Metté Elise.

Si la première a été déclarée coupable d’escroquerie, la seconde a été sa complice dans la commission du délit. Le tribunal qui a fait droit à la requête du Président de la République a aussi condamné les deux femmes à lui payer chacune à titre de dédommagement, le franc symbolique. Au terme du procès qui s’est tenu avant-hier mardi, le parquet d’Abidjan, à travers ses représentants à l’audience, avait requis à l’encontre de Mme Gomé Emilienne la peine de 12 mois de prison ferme et 300.000 F d’amende. Et la relaxe pure et simple pour délit non établi en ce qui concerne Mme Umviga épse Metté Elise. Un réquisitoire particulièrement clément au regard du jugement qui vient d’être rendu. Jugement auquel, les avocats de la défense des deux condamnées entendent relever appel. Ce qui constitue une lueur d’espoir pour non seulement, les deux concernées, mais aussi pour leurs parents, amis et connaissances qui, arrivés massivement hier au tribunal, ont élevé des cris de vive protestation au prononcé du jugement qu’ils estiment injuste et trop sévère. Beaucoup de femmes ont tout simplement fondu en pleurs.

Pour rappel, disons que Mmes Gomé Gnohité née Bléhon Emilienne, secrétaire particulière du Président de la République et Umviga épse Metté Elise se disant, « collaboratrice extérieure » du Président ont été traduites devant la justice pour s’être fait remettre par le directeur général de la société de téléphonie mobile Mtn, M. Rwi Yegura Mporé Aimable, la somme de 65.542.610 F. Cette remise de fonds s’est faite autour au nom du Président de la République. La substance des débats à l’audience établit que Mme Gomé a été contactée par Mme Metté Elise, Ivoirienne d’origine rwandaise, pour solliciter pour le compte du DG de Mtn, son compatriote rwandais, une audience auprès du Chef de l’Etat. Une véritable polémique s’est engagée entre les deux femmes à la barre sur l’objet de l’audience demandée. Pour Mme Metté, la demande d’audience répond à la volonté du DG de Mtn, Mporé Aimable, d’aller présenter au Président Laurent Gbagbo un trophée acquis à l’extérieur par sa société. Question pour lui de se faire connaître par le Chef de l’Etat, qu’il dit n’avoir jamais eu l’occasion de rencontrer. Les déclarations de Mme Metté ont été corroborées à l’enquête préliminaire par le DG de Mtn, lequel, expulsé de la Côte d’Ivoire à cause de cette affaire n’était pas présent au procès. Toujours selon dame Metté Elise, l’initiative du don est venue de la secrétaire qui, en acceptant de transmettre la demande d’audience du DG de Mtn, aurait demandé que ce dernier ne vienne pas voir le Président les mains vides. Pour lui permettre de faire don d’une ambulance et la réfection du dispensaire d’un village sinistré. Mme Metté soutient que c’est bien Mme Gomé Gnohité qui a fait parvenir au DG une facture de construction, à partir de laquelle il a procédé à la détermination du montant et à son décaissement de la comptabilité de sa société. Ses déclarations font état de ce que la secrétaire du Président, une fois en possession des fonds qu’elle a reversés sur son compte personnel, aurait oeuvré pour ne pas faire aboutir l’audience demandée. Et donc, c’est face à tous les obstacles constitués, que Mme Metté Elise dit avoir, avec le DG de Mtn, utilisé d’autres voies qui ont permis à Mporé d’être reçu finalement par le Président Gbagbo. Sitôt informé de toutes les manigances faites dans son dos, le Chef de l’Etat, a lui-même actionné les poursuites judiciaires. Sur l’objet de l’audience demandée par le DG de Mtn au Président de la République, l’ex-secrétaire particulière donne une version contraire à celle de sa co-accusée. Elle déclare en effet, que c’est bien pour faire un don au Président de la République que le rendez-vous a été sollicité. Et si elle a offert sa contribution pour faire aboutir le décaissement, c’est pour marquer son soutien à l’action. Raison pour laquelle elle a accepté la garde des fonds. Elle dit n’en avoir pas soufflé mot au Président parce que le donateur voulait que ce soit une surprise. Quel est alors l’objet de l’audience pourtant validée par le Président Gbagbo ? Cette question essentielle est restée hélas, sans réponse précise.

Pour le gouvernement, le DG de Mtn, «alors qu’il savait que les fonds dont il s’est défait aussi facilement avaient été virés sur les comptes de la société Emika Entreprises et non à la Présidence de la République, il a fait figurer, gratuitement, dans les livres comptables de la société Mtn Côte d’Ivoire, la mention «Don au chef de l’Etat» correspondant à la remise de ces fonds» (confère communiqué du ministre de l’Intérieur). Il est accusé d’avoir fait preuve d’une «légèreté évidente» et tenté «de jeter le discrédit sur une institution de la République de Côte d’Ivoire, en l’occurrence le Président de la République». Il a été expulsé par arrêté du ministre de l’Intérieur. Et depuis avant-hier, il a quitté le territoire ivoirien.

Landry Kohon (Frat-Mat)

09/02/2009

Joseph Ndiaye : un combattant de la mémoire s'en va

joseph ndiaye.jpg
Joseph Ndiaye, le conservateur de la Maison des Esclaves de Gorée, s'est éteint vendredi dernier. Je l'ai vu une seule fois, à l'occasion d'un reportage sur l'île commandé par le quotidien français L'Humanité. Il m'est apparu comme un personnage de légende, pénétré d'une idée "missionnaire" de son travail, cabotin, susceptible, passionné, un peu fou, comme habité par une Histoire qu'il n'a cessé de raconter, envers et contre les critiques estimant que le rôle de Gorée durant la traite a été exagéré. Extraits de cet article, qu'on peut toujours lire en entier sur le site de L'Huma :

"Le petit homme courbé à casquette de base-ball qui fait frissonner un public de touristes, à l’intérieur de la maison des Esclaves, à l’évocation de trois siècles de traite, est un des conservateurs les plus célèbres de la planète. Il a voué près de quarante années de sa vie à ce qu’il appelle son " sacerdoce ". Ancien parachutiste dans l’armée française, natif de Gorée, il a découvert sa " vocation ", aidé par l’ancien président Léopold Sédar Senghor, après la guerre d’Indochine. C’est après quatorze années de travail acharné qu’il a obtenu, comme d’autres, la reconnaissance de Gorée comme " patrimoine mondial de l’humanité ". Rien ne l’énerve plus que toutes les critiques des " nostalgiques du passé " qui minimisent la place occupée par Gorée dans la traite négrière. " Ils n’ont qu’à dire que Gorée était un petit nid d’oiseau, ça m’est égal ", s’emporte-t-il. Que pense-t-il de tout le mouvement réclamant une réparation à l’Afrique pour l’outrage commis pendant trois siècles. " Le sang ne se répare pas. L’Occident a bouleversé l’équilibre démographique de l’Afrique, sa civilisation. Ce qu’il doit faire désormais, c’est participer à notre développement ", tranche-t-il. Les photos, les petites phrases qui tapissent les murs de son bureau, sa verve, sa colère… La lutte pour la mémoire est sa vie. Joseph Ndiaye existe. Gorée existe."

18:04 Publié dans Vite dit ! | Lien permanent | Commentaires (5)

08/02/2009

Affaire des 65 millions : deux signaux contradictoires

Aimable_Mpore.jpgLe Tout-Abidjan débat ces derniers jours de ce que l'on appelle désormais "l'affaire des 65 millions". Au départ, c'est l'histoire d'une des secrétaires du chef de l'Etat ivoirien qui, munie d'un papier à en-tête de la Présidence de la République de Côte d'Ivoire, escroque le directeur général de MTN Côte d'Ivoire en lui faisant croire que le président de la République lui demande 100 mille euros destinés à faire des dons en nature à un village sinistré par une intoxication alimentaire. Informé par le directeur général de MTN, curieux de ne pas recevoir de remerciements présidentiels, Laurent Gbagbo jette sa secrétaire en prison et se fend, le 4 février, d'un communiqué présentant cette dernière comme la coupable et le patron qui a permis à la vérité d'être sue de tous comme la victime.

Madame BLEHON Emilienne épouse Gomé Gnohité, en service au Secrétariat du Président de la République, est poursuivie par la Section de Recherches de la Gendarmerie Nationale pour escroquerie portant sur la somme de 65. 542.610 F CFA, au préjudice de la société de téléphonie mobile MTN.

Ce forfait a été réalisé en usant de sa qualité de Secrétaire à la Présidence et du nom du Président de la République.

Madame BLEHON Emilienne épouse Gomé Gnohité a été déférée ce jour, devant le Parquet du Tribunal de Première Instance d’Abidjan Plateau.

En conséquence, le Président de la République informe l’ensemble de la population que Madame BLEHON Gomé Gnohité ne fait plus partie des effectifs du personnel des Services de la Présidence de la République.

Le Président de la République tient à signifier qu’il n’a mandaté personne à l’effet de solliciter en son nom et pour son compte, des sommes d’argent auprès des opérateurs économiques.
Par ailleurs, le Président de la République rappelle à ses collaborateurs, parents et amis, que ceux d’entre- eux qui se rendraient coupables de faits de cette nature, subiront la rigueur de la loi.
Le Président de la République exhorte donc les opérateurs économiques à plus de vigilance face à toutes sollicitations tendant au versement de sommes d’argent pour quelque motif que ce soit, en son nom et pour son compte.

Le Président de la République rappelle à toutes fins utiles, que le financement des activités de la Présidence de la République relève uniquement des fonds de l’Etat. Le Président de la République n’accepte pas et n’acceptera jamais que ses nom et qualité soient utilisés pour dépouiller les honnêtes citoyens exerçant leurs activités en Côte d’Ivoire.

Il invite par conséquent, les opérateurs économiques, les personnes physiques ou morales, à dénoncer systématiquement auprès des Services compétents de la Police et de la Gendarmerie, ce type d’agissements.


La morale est sauve. Désormais, la peur est du côté des racketteurs se prévalant de prétendus ordres présidentiels. Le lendemain, coup de tonnerre ! Le ministère de l'Intérieur annonce qu'il a pris un arrêté d'expulsion contre celui que la Présidence présentait comme une victime, pour légèreté, voire pour malveillance. Plus bas, le communiqué signé par le porte-parole du ministre Tagro.

Ce jour, 05 février 2009, suite au communiqué en date du 04 février 2009 lu à la Télévision Nationale par Monsieur le Porte-Parole du Président de la République faisant état de la mise en cause de Madame BLEHON Emilienne épouse GNOHITE, Secrétaire à la Présidence de la République, dans une affaire d'escroquerie au préjudice de la société MTN CI portant sur la somme de 65.542.610 FCFA, le Ministre de l'Intérieur a accordé une audience à Monsieur MPORE Aimable, Directeur Général de la société MTN Côte d'Ivoire.

Au cours de l'entretien, Mon MPORE Aimable a déclaré avoir fait la connaissance de Madame BLEHON Emilienne épouse GNOHITE par l'intermédiaire d'une autre dame se faisant appeler METE Elise qui lui a été présentée comme étant «interprète» à la Présidence de la République.
Monsieur MPORE a affirmé que leurs rapports ont été des rapports suivis jusqu'au jour où, Madame BLEHON l'a entrepris à l'effet de le voir venir en aide aux populations d'AHOUNIENFOUTOU suite à l'intoxication alimentaire dont elles avaient été victimes. L'ex-Secrétaire de la République a promis, aux populations d'AHOUNIENFOUTOU, la réfection du dispensaire et l'octroi d'une ambulance.

Il affirme avoir donné son accord pour venir en aide aux populations d'AHOUNIENFOUTOU à condition qu'une demande officielle lui soit adressée en ce sens par courrier émanant de la Présidence de la République et que les fonds soient effectivement utilisés au bénéfice desdites populations.

Sur ce, Monsieur MPORE dit avoir reçu de Madame BLEHON, une première lettre adressée à la société MTN Côte d'Ivoire par la société EMIKA Entreprise demandant que les fonds à verser le soient sur les comptes de ladite entreprise.

Monsieur MPORE affirme avoir refusé pareille requête au motif que la société EMIKA Entreprise n'était pas habilitée à écrire au nom et pour le compte du Président de la République.

C'est alors qu'il a affirmé avoir reçu une autre lettre à en tête de la Présidence de la République et signée de Madame BLEHON Emilienne épouse GNOHITE laquelle précisait sa qualité de Secrétaire et lui demandait de verser les fonds destinés au Président de la République et indiqués par des factures jointes en annexes, sur les comptes de la société EMIKA Entreprise.

Monsieur MPORE Aimable a indiqué alors avoir donné Instructions à ses services de mettre à la disposition de la société EMIKA Entreprise la somme de 65.542.610 FCFA
Pour sa part, le Ministre de l'Intérieur fait remarquer à Monsieur MPORE Aimable ce qui suit :

Premièrement, les Secrétaires, fussent-elles celles du Président de la République, n'ont aucune compétence pour écrire aux correspondants du Président de la République quels qu'ils soient

Deuxièmement, Monsieur MPORE qui a affirmé avoir refusé la demande de fonds émanant d'une lettre de la société EMIKA Entreprise, a finalement accepté que ces mêmes fonds soient versés sur les comptes de la société EMIKA Entreprise.

Troisièmement, alors qu'il savait que les fonds dont il s'est défait aussi facilement avaient été virés sur les comptes de la société EMIKA Entreprise et non à la Présidence de la République, il a fait figurer, gratuitement, dans les livres comptables de la société MTN Côte d'Ivoire, la mention «Don au Chef de l'Etat» correspondant à la remise de ces fonds.

Enfin, Monsieur MPORE qui n'a pas pris soin de vérifier que Madame METE Elise se disant interprète à la Présidence de la République et qui l'a mis en contact avec Madame BLEHON Emilienne épouse GNOHITE, était, en réalité, inconnue dans les effectifs des services de la Présidence de la République.

Le Ministre de l'Intérieur estime qu'une telle attitude et un tel comportement, outre la légèreté évidente qui les caractérise au regard des fonctions de Monsieur MPORE Aimable, visent, en réalité, à tenter de jeter le discrédit sur une institution de la République de Côte d'Ivoire en l'occurrence le Président de la République.

C'est purquoi, il a pris ce jour, 05 février 2009, un arrêté portant expulsion du territoire national du nommé MPORE Aimable, en lui donnant un délai de 5 jours pour s'exécuter après en avoir informé au préalable la Représentation diplomatique du pays dont il est le national. Ladite décision lui a été notifiée ce soir.


Mon point de vue est qu'on peut effectivement considérer qu'Aimable Mporé a été léger dans cette affaire. Je peux juste dire que je connais un homme qui a été responsable d'une multinationale dans un pays d'Afrique de l'Ouest et dont une des tâches était de convoyer des sacs d'argent au président de la République himself. L'Afrique est riche de toutes sortes de pratiques curieuses au sommet...

Cela dit, quelle est la conséquence du deuxième communiqué sur le premier ? Désormais, il est clair que ceux qui, à la Présidence, ont grugé des opérateurs économiques sont certes en danger, mais ils le sont tout autant que les opérateurs économiques "légers" qu'ils ont grugé. Qui, après l'épisode M'Poré, osera aller révéler au chef de l'Etat une des escroqueries faites en son nom ? La loi du silence peut continuer de prévaloir, et c'est dommage.

02/02/2009

Diégou Bailly : mort d'un doyen de la presse ivoirienne

baillydjegou.jpgHier, le malheur a frappé la corporation des journalistes ivoiriens. Notre doyen Diégou Bailly, président du Conseil national de la communication audiovisuelle (CNCA), s'est éteint. Il nous manquera.
L'Histoire retiendra qu'il est un des pères de la nouvelle presse africaine, libérée du joug du parti unique. Il est un des fondateurs du Nouvel Horizon, le journal historique du FPI. Par la suite, il a dirigé l'hebdomadaire de gauche "Notre Temps", puis "Le Jour" des grands jours.
Diégou Bailly a également été un romancier et un essayiste prolifique, mais aussi un dramaturge talentueux, dont les pièces Monoko Zohi et Heremankono ont été montées avec talent par Sidiki Bakaba au Palais de la Culture de Treichville.
Diégou Bailly le journaliste avait une belle écriture, simple et percutante. Diégou Bailly le dramaturge était grave et drôle, populaire et exigeant.
Qu'il repose en paix dans la grâce du Seigneur.

01/02/2009

"Objectifs Hebdo" : le compte à rebours a commencé

4x3objectifs (2).jpg
Le lundi 16 février ! Sauf gros contretemps, c'est à cette date que naîtra mon nouveau bébé, "Objectifs Hebdo". Il s'agira, comme je l'ai déjà dit sur ce blog, d'un hebdomadaire qui sera édité à Abidjan et couvrira l'actualité des entreprises et du monde économique en Côte d'Ivoire. Dès lundi, la (petite) campagne d'affichage commence avec un certain nombre de panneaux dans le district d'Abidjan.
Bien entendu, comme il se dit, le "village" devait avoir l'exclusivité. Et il l'a. Vous l'avez deviné, le visuel choisi pour le lancement de l'hebdo est celui que vous voyez plus haut.