topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

29/09/2009

En Guinée, l'Histoire se répète

Je remonte pour nous tous un papier publié le 25 décembre 2008 à la demande de Nino (@yn3 sur Twitter). "L'histoire s'est répétée, tristement, froidement, hélas. (...) Moussa Dadis a fait tuer plus de 150 guinéens qui manifestaient. Des femmes ont été violées (...) Désormais, c'est clair, la voie de la libération en Guinée sera tracée dans le sang, ou ne sera pas tracée. Il n'y a plus aucune alternative crédible. La jeunesse guinéenne en est actuellement consciente. (...) La Guinée vient d'hériter d'un second Conté, et si les jeunes ne font rien, ils vivront misérablement", écrit-il.


guinea_moussa-camara.jpg2008, année terrible pour l'Afrique ? En tout cas, elle a débuté avec l'élection présidentielle meurtrière du Kenya, et elle s'achève avec le décès d'un Lansana Conté qui a réussi son "coup" - s'accrocher au pouvoir jusqu'à ce que mort s'en suive et laisser dans son pays une situation explosive annonciatrice de tous les tourments.

Si l'Afrique des humbles et des classes créatives (arts, techno et business) est souvent imaginative et battante, l'Afrique politique reste franchement désespérante (n'oublions tout de même pas le Ghana qui nous fait plaisir avec sa présidentielle sans heurts). La Guinée mythique du "non" à De Gaulle voit son Histoire se répéter péniblement, cyniquement. En 1984, après la mort de Sékou Touré, un officier supérieur faisait un coup d'Etat "sur cadavre chaud" en dénigrant son prédécesseur. En 2008, après la mort de Lansana Conté, un autre officier supérieur prend le pouvoir de manière anticonstitutionnelle en jouant du rejet d'un pouvoir - militaire - au bilan tragique.

La Guinée fait un remake de sa propre Histoire certes, mais joue une fois de plus une pièce de théâtre tragique témoignant d'une certaine conception du pouvoir "à l'africaine". Que l'on soit "révolutionnaire" comme Sékou Touré et Robert Mugabe ou réactionnaire comme Félix Houphouët-Boigny ou Paul Biya, le pouvoir est une rente à vie, l'objectif ultime. La devise est "après moi, le déluge". L'on se fiche complètement de ce que l'on laissera à la postérité. Comme des braconniers ou des forestiers voyous, l'on n'a aucun souci des générations futures. L'on se fait d'ailleurs un devoir de miner sa succession. L'on répète à l'envi les recettes qui ne marchent pas. Certes, l'Afrique n'est pas monolithique. Léopold Sédar Senghor et Nelson Mandela l'ont bien montré. Mais ce sont de belles éclaircies dans un ciel noir.

L'on ne peut pas se contenter d'accuser l'Occident devant ce qu'on doit bien appeler par son nom : une culture politique. Il faut, à mon avis, relire l'Histoire précoloniale, coloniale et postcoloniale, pour comprendre vraiment notre tendance générale au statu quo voire au suicide politique. Je n'ai aucune certitude, mais je pense que l'énorme absence de confiance qui traverse nos pays est un des noeuds qui nous enserrent. Il n'y a pas plus afropessimiste que les Africains eux-mêmes. Pourquoi changer, pourquoi se sacrifier, pourquoi penser en priorité aux générations futures, quand on est persuadé que l'avenir n'a pas d'avenir, qu'il est urgent de s'extraire et d'extraire nos descendants du Titanic en garnissant assez nos comptes dans les banques suisses ?

Le vin est tiré, il faut le boire et espérer que Moussa Dadis Camara soit un nouvel ATT, organise une transition faisant vraiment avancer la démocratie et s'en aille la tête haute. Mais comment ne pas avoir à l'esprit le précédent mauritanien, où les militaires ont organisé une transition, laissé élire un président civil puis renversé ce président pour conduire une nouvelle transition ?

Commentaires

Le vrai macon on ne l'apprecie qu'au pieds du mur...Le capitaine Dadis et ses camarades nous les aurons s a l'oeil...Il m'inspire personnellement confiance, issu d'une ethnie minoritaire il es a mesure de faire le consensus, ma seule crainte vient du paysage politique guineen, volatile et imprevisible, rancunier et clanique, corrompu et clienteliste un peu comme notre continent dans sa totalité.

Sinon la Guinée recolte ce que le despote Conté le "Patriote" de notre PR Gbagbo a semé.

Écrit par : Gbansé | 26/12/2008

Bonjour Théo.
L'analyse que tu fais ici sur ce qui arrive en Guinée, est plus que claire et assez professionnelle.Je n'en ai jamais douté.
Puisse, vraiment que le capitaine Moussa Dadis Camara s'inscrive dans la logique de réunification des Guinéens et du developpement du pays.Puisse pour lui , prendre exemple et conseils auprès de ATT et ne se fasse pas avoir par ceux qui pensent que, si quelqu'un de mon groupe accède au pouvoir, alors le pouvoir nous revient.
Bon discernement au capitaine-président

Écrit par : hilaire kouakou | 26/12/2008

Salut,

Ce discours (se voulant politiquement correct) tenu par Camara me fait désesperer de SA gestion du pouvoir politique qu'il vient de cueillir (si) facilement. "L'argent ne m'intéresse pas"!

Le tigre ne chante pas sa tigritude. En le fixant droit dans les yeux (à travers l'écran bien sûr), il me donne l'impression de vouloir se rassurer lui-même. Pourquoi s'évertuer, dès les premiers discours, à se faire passer pour un saint?

A quelques pas de Conakry, 9 ans en arrière, Guéi Robert tenait le même discours. La suite, nous la connaissons TOUS.

Personnellement, j'espère que le peuple guinéen trouvera en lui le ressort nécessaire pour rebondir et devenir, à nouveau, maître de son destin. Qu'il se prépare à bomber sa poitrine pour faire face à ces putschistes au cas où...

Écrit par : Lévy | 26/12/2008

Oui, maintenant que le "vin est tiré",il faut le boire et boire le calice jusqu'à la lie.La mort de Lansana conté au pouvoir était sans doute inévitable.Un scénario tel qu'on a pu le voir avec cette prise de pouvoir militaire était a postériori envisagé dans l'imaginaire des guinéens qui savaient leur président très malade et commençaient depuis déjà quelques années à s'interroger sur son "successeur des armes" bien que la constitution prévoyait l'intérim du président de l'assemblée en cas de décès du chef de l'état. c'est désormais chose faite et les basses prédictions du peuple a fini par avoir raison.

Il faut dire que Lansana Conté a lui même connu une série de coup de forces qui on toutes échouées et qui démontre l'habitude qu'à ce peuple des putschs justifiant si je puis affirmer le calme qui l'a accompagné après la déclaration du capitaine Dadis Camara.La grande majorité des Guinéens il parait soutienne ce nouveau comité pourvu comme on s'accorde tous à le dire que le nouveau président tienne parole pour que enfin ce pays reprenne la voie démocratique indispensable à son développement.Mais c'est toujours une mauvaise image d'une Afrique dans lequel l'application des règles parait si difficile.

Écrit par : mohamed billy | 26/12/2008

@ Gbansé,

Gbagbo a raison d'avoir dit ce qu'il a dit, en tant que président ivoirien. Lansana Conté a été le seul et unique voisin de la CI à ne pas entrer dans le complot françafricain que nous ne devons pas oublier. Ceci dit, Conté n'a pas apporté la prospérité à son peuple. Mais il a été un voisin pacifique, et je pense que les pays pacifiques ont toujours leur part de bénédiction.
@ tous,

Une partie de l'armée conteste sourdement Dadis, et sa transition commencera à mon avis par une purge à la Robert Gueï. Cela dit, je ne suis pas sûr qu'un pays voisin acceptera de servir de base armée à une éventuelle rébellion. A part la CI du Nord de Soro, par solidarité tribale envers un des candidats à la présidence et par envie de faire des trafics. La CEDEAO a vraiment intérêt aujourd'hui à un vrai désarmement du Soroland... qui peut accoucher d'autres zones de tension. Ouaga IV, qui ne dit rien de clair, peut favoriser un déménagement de rebelles en armes... Mais on nous dit que l'ONUCI veille...

Écrit par : Théo | 26/12/2008

Rassures toi théo, je connais bien la guinée et les guinéens. Ces militaires qui viennent d'arriver ne pensent qu'à une chose, s'en mettre plein les poches pendant les 2 ans de transitions et s'offrir de belles mercedès. Il y aura peut etre une tentative contre le nouveau régime, s'il échoue, il sera durement réprimé.

Les guinéens ne sont pas comme les ivoiriens, le politiquement correct, c'est pas leurs affaire. Une rébellion comme en côte d'ivoire ne peut pas exister en guinée. Ils passent leurs temps à se quereller, mais dès qu'une menace survient de l'extérieur, ils font bloc. C'est dans leur mentalité. Il ne sont pas traître à leur patrie comme certains ivoiriens...

L'ideal serait que Dadis soit le rawlings Guinéen, car Rawling est l'exception qui confirme la règle. Les hommes politiques en trellis sont une catastrophe pour toute nation. Seul Rawlings jusqu'a present s'est démarqué en sortant sont pays du trou. Les autres l'y jette...

Écrit par : xada | 26/12/2008

@Xada

Toi( si tu permets) tu connais vraiment le guinéen, à parler de belles voitures et du temps qu'ils passent (soussou, malinka comma poulah) à se quereller sans grande méchanceté au fond. Mais pour la petite situation, les guinéens n'ont pas oublié l'exemple de guéï qui a aussitôt changé de fusil d'épaule une fois la crème du pouvoir au bout de la langue.En bon intelligence, ils sauront s'en servir.je le souhaite vivement pour le guinéen que je suis également.

@théo

Tout à fait, on peut s'attendre à un complot des anciens généraux qui ne se soumettront pas longtemps à cette junte composées de moins gradés et qui si je ne m'abuse pourront avoir le sentiment à tort bien entendu de s'être fait voler le "commandement" du pays.Culture militaire mêlée d'un prétendu droit hiérarchique qui me fait penser cela.
Cela dit il est vrai de quand même reconnaitre à Conté son pacifisme envers la côte d'ivoire tel que tu l'as souligné.Aussi il est important de dire que y a pas un Guinéen qui ne se sent pas meurtri de la situation en CI.Et pendant ce temps, le nombre d'ivoiriens en guinée s'accroit comme une trainée de poudre.Non , espérons que tout cela se passe pour le mieux, le meilleur s'il le faut dans l'intérêt supérieur du peuple guinéen et de la sous-région.

Écrit par : mohamed billy | 26/12/2008

Très enrichissant ce débat...Puisse un jour , voir à la télévision ivoirienne, et en direct, ce genre de débat de haut niveau ....Merci chers blogueurs

Écrit par : hilaire kouakou | 26/12/2008

le discours du nouveau chef de la junte pour que chacun ici se fasse une opinion:
http://gn.telediaspora.net/fr/visuelvideo.asp?Idmedia=6492&idchaine=28&cat=0

Bien sur ce serait tres speculatif de predire ce qui va se passer par la suite. Mais au moins c'est un premier contact avec ce nouveau president qui se dit incorruptible. Contrairement a Levy je suis partisan d'annoncer des le depart qu'on est contre la corruption et surtout de le montrer par les actes. Sankara l'a fait et avec succes !

Quant a Theo, je suis d'accord avec ton papier. Je preciserai simplement que l'afropessisme dont tu parles ne concerne pas seulement les dirigeants, mais aussi la grande majorite des acteurs de la societe civile (operateurs economiques surtout). et c'est un afropessimisme inconscient tant les gens sont concentres sur "tout" ce qui leur permettra de garder la tete hors de l'eau comme ils disent eux-memes. l'avenir c'est a horizon de 1 an pas plus ! c'est tres decevant et inquietant de constater que beaucoup d'operateurs economiques fonctionnent dans ce paradigme du "tout-toute-suite" et combien c'est contagieux. J'ai vu des partenaires africains debarques de l'occident et rempli de bonnes intentions sombrees au bout de 2 ans dans le meme "realisme" comme ils disent. Que faire ? en attendant de tomber sur ceux qui sont conscients et epousent la meme vision, tu prends note et tu en tiens compte pour la suite.

Écrit par : hormheb | 26/12/2008

Théo,
Vu la suite des choses en CI depuis 2002 je ne pense pas que le soutien de la guinée ait été autant décisif. La CI s'enfonce selon mes analyses dans la crise...

Je pense plutot que Gbagbo et Conté ont formé un bloc contre leur ennemis communs Taylor et Compaoré, on peut ajouter a cette alliance classique (ennemis-amis) en politique, la "rumeur" qui dit que certains aeronefs de l'armée ivoirienne soient "cachés' ou aient transité par la Guinée. On peut aussi ajouter la connexion Ouattara, Compaoré, Sidya Touré (ancien d.Cab de Ouattara a la Primature et oppposant farouche a Conté) De la a parler de patriote conté (Jammeh, Dos Santos etc...sont des degres divers dans le meme cas que Conté), je laisse ce vocable au président Gbagbo...il a ses raisons qui ne sont pas forcement celles du peuple souverain de Cote-d'Ivoire.

Les faits par contre nous enseignent que toute la zone frontaliere (400 a 500km) CI-Guinée est sous controle de la rebellion de Soro.
Les contrebandes dans lesquelles des economiquement puissants du clan Conté sont impliqués n'ont ma foi pas ete stoppés ou meme été attenués par le patriote conté...

Pour Dadis, les 3 a 4 prochaines semaines nous aideront a comprendre son action. Sinon, les quelques guineens venus etudiés en Europe (Ex communistes) restés sur place ici que je connais, et qui eux aussi connaissent le tout nouveau capitaine-president, me font depuis avant-hier comprendre que ses chances de réussiste sont reelles.

Pour le reste seul le temps pourra nous situer...la tache est immense pour les nouvelles autorités de ce pays frere !

Écrit par : Gbansé | 26/12/2008

J'attends de voir le macon au pied du mur, mais je n'ai pas du tout confiance...

Écrit par : Etum | 27/12/2008

Quelques soient ses résultats, je vomis ce capitaillon de mes bottes.
Il dissout la constitution, le gouvernement, s'auto-proclame, et en pratiquement 24h, tous les africains l'acceptent dans un désormais sempiternel "On va faire comment?"

Non d'un chien, on envie la Thaïlande, l'Ukraine, etc.. Ce sont des peuples qui ont eu le courage de leurs idées, et on résisté dans la durée.

En 24hrs, le soldat Camara a conquit le pays.

Mes chers guinéens, RDV en 2030 avec le même capitaine. La Guinée a choisi la voie du hasard, et de l'autoproclamation, qui devient de facto la "seule façon d'accéder au pouvoir". Il en sera désormais ainsi tous les 25-30 environ.

Moussa Camara, digne successeur de Lansana Conté.

Écrit par : Nino | 27/12/2008

@Nino,
Tu as raison mais le peuple veut peut etre croire en lui mais moi non et comme Conté etait tellement mauvais le peuple guinéen veut peut etre lui faire confiance.

Écrit par : Etum | 27/12/2008

@Nino
Ton commentaire est très juste et très réaliste.
Seulement, que donnes tu comme alternative à un peuple, qui a ses dirigeants incapable de mettre en place des institutions et de les faire respecter.Lansana CONTE n'avait plus dépuis longtemps, la capacité de diriger, il existe tout e même dans la constitution de ce pays une ligne qui fait obligation aux dirigeants d'en faire le constat et de le remplacer.Rien a été fait, nous avons assisté à un semblant de "remettons nous à DIEU".Ce qui se passe, résulte de nos incapacité dans nos pays , à avoir des règles et de les faire appliquer correctement pour que nul ne soit au dessus.Juste à côté , au GHANA, comment se fait-il que l'on puisse arriver à des successions par la voie des urnes dépuis des années , sans que cela ne paraisse anormal et ne soulève des émeutes.

Écrit par : hilaire kouakou | 29/12/2008

Il faut se rendre à l'évidence, les peuples ont les dirigeants qu'ils méritent!

Écrit par : marianne | 29/12/2008

Je reviens sur cet article de Théophile (est-il possible de le remonter Théo, plutôt que d'en créer un autre..)..

L'histoire s'est répétée, tristement, froidement, hélas.

@Etum, voilà le maçon au pied du mur. Je ne sais pas quel mur on attendait qu'il construise, mais à un moment, on ne peut plus se jeter les yeux fermés et "attendre de voir"..

Moussa Dadis a fait tué plus de 150 guinéens qui manifestaient. Des femmes ont été violées (j'espère sincèrement qu'il mourra ce Dadis, et que ceux qui viennent me dire qu'on ne souhaite pas la mort des gens me laissent tranquilles. Les cimetières sont remplis de morts, et le monde continue de tourner...).

Désormais, c'est clair, la voie de la libération en Guinée sera tracée dans le sang, ou ne sera pas tracée. Il n'y a plus aucune alternative crédible. La jeunesse guinéenne en est actuellement consciente.

Dadis ne partira, et s'il part parce qu'une partie de l'armée le chasse, cette partie là sera comme lui ou pire.

La Guinée vient d'hériter d'un second Conté, et si les jeunes ne font rien, ils vivront misérablement.

Aux dernières nouvelles, la situation ne va pas se calmer dans les prochains jours. Il y aura peut-être une accalmie, mais ça ne sera que reculer pour mieux sauter.

Écrit par : oniN | 29/09/2009

@oniN,
On a vu Dadis maintenant il n'est pas à la hauteur comme je le craignait. Il va tirer sur la foule, le sang va couler... Dommage, dommage

Écrit par : Etum | 29/09/2009

Merci Théo d'avoir remonté l'article...
Il n'y a rien à changer, presque 9 mois plus tard.

La gestation a produit un monstre, comme on le prévoyait, dans cette fécondation contre-nature.

Écrit par : oniN | 29/09/2009

Les commentaires sont fermés.