topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

21/12/2008

Côte d'Ivoire : grâce présidentielle pour Alafé

Le directeur du quotidien ivoirien (indépendant) l'Intelligent d'Abidjan, Wakili Alafé, dit Assé Alafé, condamné à 18 mois de prison ferme pour s'être prévalu de la nationalité ivoirienne, a été libéré jeudi soir, a-t-on appris vendredi auprès de son journal.

"Il a été libéré hier (jeudi) soir mais pour le moment il se repose un peu. Nous comptons organiser une réception pour dire merci à tous ceux qui ont oeuvré pour sa libération", a déclaré à l'AFP le rédacteur en chef de l'Intelligent d'Abidjan, Valéry Foungbé.

M. Alafé, deuxième vice-président de l'Union nationale des journalistes de Côte d'Ivoire (Unjci), a été gracié par un décret du président Laurent Gbagbo signé mercredi, a précisé M. Foungbé.

Il avait été condamné le 7 novembre à 18 mois de prison ferme et 100.000 FCFA (152 euros) d'amende par le tribunal de première instance d'Abidjan qui statuait sous la procédure des flagrants délits.

Le tribunal n'avait pas suivi le ministère public qui avait requis trois ans ferme, la peine maximale prévue pour le délit de "faux et usage de faux" retenu contre le journaliste.

Le directeur général de L'Intelligent d'Abidjan avait été interpellé sur dénonciation anonyme, pour avoir produit de faux extraits d'acte de naissance lui donnant la nationalité ivoirienne alors qu'il serait, bien que né en Côte d'Ivoire, de nationalité nigériane par ses parents.

Commentaires

personnellement je suis satisfait de cette évolution pour au moins trois raisons:
-je suis contre toute toute peine privative de liberté pour fraude sur la nationalité , qui en passant ne doit pas être considérée comme une simple fraude. Ne dit on pas que l'étranger est une bénédiction de dieu? je préfère des mesures humaines à la souffrance d'un individu comme la reconduction dans son pays en collaboration avec son ambassade et surtout à une décision au cas par cas. C'est plutôt l'état qui doit mettre de l'ordre dans son administration. Comment voulez vous lutter contre la fraude sur la nationalité si vous n'avez aucun registre d'état civil sécurisé et centralisé? Il faut déjà sanctionner sévèrement tous ces officiers d'état civil de nos mairies et sous préfectures qui sûrs de leur impunité, s'en donnent à cœur joie!!

-le journaliste en question est manifestement intégré à la société ivoirienne qu'attendons nous d'autres d'un étranger lorsqu'on étudie son dossier de demande de naturalisation?

-cet exemple démontre qu'on peut traiter de façon civilisée la question de la nationalité par la négociation sans avoir recours aux armes qui bien souvent ne servent qu'à parvenir au poste de primus, à gerer des zones à son seul profit et accessoirement à casser des banques en s'illusionnant d'un destin national!

Notons en passant la mauvaise foi de certains qui ont pris des armes ou des plumes pour défendre d'autres qui avaient des passeports neufs de leurs aïeuls, des papiers officiels à "république variable" dans des organismes internationaux, mais qui n'ont pas levé leur habituelle litanie de xénophobie simplement parcequ'alafé n'est un de leurs sofas!!

Écrit par : marianne | 21/12/2008

BIEN DIT,MARIANNE! Juste une petite précision car l'AFP a le don de jouer sur certaines terminologies puisque la R.C.I. est et doit demeurer xénophobe,n'est-ce pas! Le Code de Nationalité prévoit les actions en contestation de nationalité ou en repression de fraude sur la nationalité. Assé Wakili n'a pas été poursuivi pour "s'etre prévalu de la nationalité"mais pour faux et usage de faux dans un document administratif,meme si cela impliquait une fraude sur sa filiation,voire son identité.Cela pourrait etre le cas de footballeurs"bien nourris"qui le seraient pour faux et usage de faux dans un extrait de naissance impliquant une fraude sur l'age.Ce n'est jamais superflu de discuter ou de commenter mais il le faut sur la base de données réelles et non tronquées.Autre exemple savez-vous qu'en 2000,la Cour Suprême a retenu 2 autres motifs d'inéligibilité contre ADO?(mauvaise moralité et prévalence avérée d'une autre nationalité).Grâce aux médias inter,l'opinion publique n'en connait qu'1 seul:nationalité douteuse!

Écrit par : Atlante | 21/12/2008

Ne détournons pas le message...

Écrit par : Etum | 22/12/2008

Il faudra penser a tous ces milliers d'anonymes dans la meme situation qu'Alafé ! Il faut en la depolitisant, absolument chercher a epuiser cette question. L'article 49 de la Constitution et les dispositions du décret 61-423 du 29 Décembre 1961 nous permettent d'avancer dans le bon sens.

Écrit par : Gbansé | 22/12/2008

@ Tous,

J'ai du mal à vous suivre. Quelqu'un a fraudé consciemment (Alafé est majeur). Il a été découvert. Il est passé au tribunal où il n'a eu aucun argument intelligible pour se défendre. Reconnu coupable, il est emprisonné pour 18 mois.
Sollicité, le Pr le fait libérer (campagne présidentielle, envie de "purification de la souillure xénophobe" obligent?). Et tout le village de sautiller de joie!

Or donc emprisonner quelqu'un qui a fraudé sur la nationalié est mauvais? Pourquoi avons-nous "résisté" à l'Occupation? A vous lire, Alafé méritait un cortège après son procès et le (petit) juge qui a osé prononcer ce verdict devrait être banni de ce corps si noble qu'il venait de salir!

@ Marianne: va demander à Alafé pourquoi il a fraudé sur la nationalié au lieu d'en faire simplement la demande. C'est quoi "gérer de manière civilisée la nationalité"? C'est plutôt aux non-nationaux d'avoir une approche "civilisée" de NOTRE nationalitée en suivant les procédures d'acquisition de la nationalité ivoirienne qui n'est pas à comparer aux filles de joie(s?) qu'on trouve à tous les carrefours abidjanais!

@ Gbansé: Instruis nous sur la procédure à suivre pour "dépolitiser" la question de la nationalité. A ce que je sache, la question de la nationalité est, par essence, une question politique. Il n'y e qu'en CI où la nationalité est une question affective; pis, commerciale!

Ce que je retiens de cette affaire: encore une fois, certains ont gagné quelques galons au détriment de la...Mère-Patrie. Que cela soit retenu: le cas Alafé servira de JURISPRUDENCE!

Écrit par : Esther G | 22/12/2008

Censure ?

Écrit par : xada | 22/12/2008

DURA LEX, SED LEX

Alafé devrait être gracié parce que journaliste ?
S'il avait fait cela en Europe, il serait encore en prison. J'ai dis un jour à un agent de police lors d'un controle de routine qui se plaignait d'un nombre elevé de faux papiers en Côte d'ivoire, que ce sont les ivoiriens eux même qui vendent leur pays et qui viennent ensuite jouer les victimes.

Un etranger ne peut pas s'etablir de documents ivoiriens sans la complicité de nationaux. Pourquoi arreter seulement ceux qui font usage de faux documents ? Que fait on de ceux qui les delivrent en echange de quelques miettes ?

Kouamouo qui n'est pas blanc à suivi les procédures legales en France pour obtenir la nationalité française. S'il avait fait usage de faux, personne ne l'aurait gracié, tu le sait et nous le savons tous.



Assalé Tiémoko n'a beneficié d'aucune grace pour son delit d'opinion, mais un fraudeur, c'est normal. Ne vous plaignez pas ensuite que des violeurs et eventreurs de femmes enceintes soit amnistiés voire même nommés ministres

Ce pays est pourri, les mentalités encore plus...

A+

Écrit par : xada | 22/12/2008

DURA LEX, SED LEX

Alafé devrait il être gracié parce que journaliste ?
S'il avait fait cela en Europe, il serait encore en prison.

Théo qui n'est pas blanc a suivit les procedures legales en France pour obtenir la nationalité, s'il avait fraudé, il serait allé au trou et n'aurait beneficié d'aucune grace...

Pourquoi reflechir en nègre quand ça nous arrange ? Ce sont les ivoiriens qui vendent leur pays en delivrant fraudulesement des documents administratifs pour des miettes et qui viennent ensuite jouer les victimes...

Assalé Tiemoko n'a beneficié d'aucune grace pour son delit d'opinion, mais un truand qui a fait usage de faux si...

Ce pays est pourri et l'injustice demeurera tant qu'on verra les choses sous le prisme déformé de nos sentiments personnels, mais non sous celui de la raison, qui veut que tous faussaires soit punit et condamné pour ses actes.

Dans ces condittions, faut pas crier au loup et à l'injustice quand des violeurs et eventreurs de femmes enceintes sont amnistiés voire même promus premier ministre, parce que notre mentalité de nègre qui domine notre intellect nous permet d'accepter des choses que la raison et la logique refusent...

A+ et Joyeux Noël J-2

Écrit par : xada | 22/12/2008

Je comprend parfaitement les ressentiments des uns et des autres et je trouve leurs réactions normales.
mais quittons l'émotionnel et voyons l'avenir. Dépassons alafé et posons les problèmes de fond

A vous lire c'est comme s'il était normal qu'en france on parque des gens dans des coins de transit ou qu'on les mettent dans le premier avion en direction de l'afrique sans tenir compte de leur pays etc...comment peut on comparer cette tragedie sociale à des violeurs ou autres

la côte d'ivoire, de part sa spécificité historique est et doit rester une terre d'espérance. La côte d'ivoire est un géant qui s'ignore: en matière d'intégration nous avons la responsabilité de montrer le chemin aux autres y compris le monde entier car historiquement nous en avons la légitimité.

ça me peine de le dire mais celui qui rêve à une cote d'ivoire débarrassée de ces millions de personnes "entre ciel et terre" juste en les mettant en prison se trompe lourdement! dire simplement que la fraude sur la nationalité en côte divoire est une simple histoire de faux et d'usage de faux, c'est avoir une cécité politique, aucune prison ne peut recueillir ces millions de personnes! la voie repressive pour ces millions de personnes qui sont bien identifiées ne mènera à rien!

C'est même pour cela que j'éprouve une profonde aversion pour soro et son mentor ado: ils ont réveillé cette épine sociale uniquement pour conquérir le pouvoir! parce que nulle part dans l'identification, ces personnes ne sont prises en compte malgré le tapage! Pire, les mêmes uniquement pour avoir des voix leurs confectionnent de faux papiers pour l'identification.

regardez autour de vous, il ya des gens qui apparemment sont des ivoiriens car bien intégrées honnêtes et participant au développement du pays, mais qui en réalité ont du faire du faux pour s'intégrer. est ce que ces personnes doivent aller en prison ou être expulsées uniquement pour cela? moi ça me choque!

malheureusement tant que les gens lieront les progrès sur ce dossier à une échéance électorale immédiate, les esprits chargées de passions ne pourront pas accepter cette intégration...

Écrit par : marianne | 22/12/2008

Encore un fraudeur en liberté! Finalement, je suggère que la compassion naïve du nègre remplace nos textes de lois! La justice à interprétation variable, senghor avit bien raison, l'émotion est nègre, la complaisance face aux délits est devenue la règle d'or.

Tout le monde peut faire ce qu'il veut! Même quand les politiciens détournent des milliards, ils se trouvent des gens pour réclamer la grâce présidentielle!

Plus rien ne m'étonne car c'est bien sur ce site que des gens ont dit qu'il fallait libérer les voleurs du café cacao parce que, ils avaient tout de même financer l'achat d'arme pour le pouvoir en place avec leurs salaires (sic!)!

OH vraiment, la négrogénitude est une pathologie génétique qui continuera à niveller le continent vers la bas.

Comment s'étonner après de l'immobilisme de la justice et de la mort de la contrainte publique quand l'exécutif peut casser à volonté la décision judiciaire !

vraiment, dans ce pays, le vice et la fraude sont devenus les filles de la vertu, pauvre de nous !

Écrit par : Eppix | 23/12/2008

Nous nous retrouvons dans une vraie spirale sans boucle par notre manque de rigueur.Nous Africains avons pris la décolonisation pour une parti de poker et avons minimiser le danger ou du moins la lourde tache qui nous attendait.Si seulement nos ainés avait pensé un peu l'avenir et la postérité dans un esprit d'intérêt collectif, ma foi on aurait résolu pas mal de choses à commencer par ce problème d'identité.En lisant les interventions des uns et des autres, et loin de faire une synthèse, je crois que tous ici avez raison de défendre une position propre .Pour ou contre le décret de grâce présidentielle à l'endroit d'Assé Alafé?Difficile d'y répondre si on ne cherche pas à comprendre la motivation de cet acte. je dirai qu'au vu des turbulences qu'a connu notre pays sur ce terreau identitaire et qui n'a pas manqué même de faire de "nombreux Assé Alafé", bien malheureusement, On ne peut pas traiter de façon égale des situations inégales.Partant de ce fait, des mesures spécifiques s'imposent d'où à mon sens ce décret présidentielle tout bien pesé.
Marianne nous fait un bel appel à regarder vers l'avenir, et il y a pas meilleur conseil pour qui espère meilleur son lendemain.Surtout quand il s'agit d'une Nation.Pour ceux qui pensent que la raison a été offusqué au bénéfice de l'émotion dans cette affaire , on peut comprendre sérieusement leur indignation. Mais peuvent-ils aussi comprendre que parfois le cœur a ses raisons que la raison elle ignore? Allons-y comprendre la portée de ce décret qui veut surement dire beaucoup. les décrets ça sert aussi à ce genre de situations complexes où il faut passer parfois en force et s'il le faut contre l'avis majoritaire dans un intérêt spécifique et parfois symbolique.C'est le cas de ce brillant journaliste Ivoirien.

Écrit par : mohamed billy | 23/12/2008

Vous conviendrez avec moi que si l'on fait le décompte des personnes grâciées ou amnystiées pour motifs divers depuis 1999, ca commence à faire beaucoup!

Apprentis faiseurs de coup d'état, rebelles repentis, déserteurs de rang etc.

Finalement, l'exception est tellement banalisée que elle en devient la règle. Si c'est sur ces bases hypocrites que nous voulons construire un état de droit, je dis bien que nous sommes mal barrés!

Le sentimalisme nuit à la raison, pervertit la vertu citoyenne. ce monsieur s'est prévalu fraudulement de la nationnalité ivoirienne pour en tirer profit !

Il en est de même des faussaires de tout genre, nous pouvons donc conclure ce qui suit: la faim justifie les moyens!

Tant que je fraude pour me faire une place au soleil, je peux recevoir l'absolution.

ceci expliquant cela, les étudiants peuvent s'acheter des parchemins et se présenter aux portes des entreprises, il n'y a plus aucun problème, c'est comme cela que nous construirons une CIV moderne et prospère.

Vraiment, le nègre est bien le seul à penser autrement !

N'en voulons donc plus à ceux qui refusent de respecter la constitution au motif de vouloir devenir président.

On aura tout entendu, on aura tout lu. Tant que il n'y a pas mort d'hommes, tout est donc permis.

Écrit par : Eppix | 23/12/2008

je pense qu'une main qui n'est pas juste ne peut être ferme jusqu'au bout même quand elle le veut! le décret implicitement vient en reconnaissance d'un manquement de l'état dans sa gestion avec son administration.

la loi sur la citoyenneté n'était plus en accord avec la nouvelle image que représentait la côte d'ivoire ainsi donc sont nés de nombreux "Assé Alafé"auxquels l'état n'a pas prévu de statut.Cela me parait tellement évident de reconnaitre ces cas de situations pénibles pour ces personnes parce qu'il y a eu un vide juridique.

Dites moi cher eppix, très franchement, ne trouvez vous pas un manquement de l'état dans cette gestion de ce dossier lié aux étrangers? Il ne s'agit pas simplement de porter des gangs de fer au nom d'une loi mais de s'interroger à un moment donné sur la question du droit commun et d'y songer à son amélioration. Si on pratiquait le droit comme tu sembles le suggérer Eppix, jamais la jurisprudence n'aurait existé. Ce sont ces cas qui font avancer le droit dans un pays.Mais je ne t'apprend rien!

Écrit par : mohamed billy | 23/12/2008

C'est tout de même inquiétant ca. Que veut dire exactement :

" (..) Cela me parait tellement évident de reconnaitre ces cas de situations pénibles pour ces personnes parce qu'il y a eu un vide juridique."

Il n'y a aucun vide juridique sauf dans l'esprit de ceux qui trouvent des excuses à tout ou dans l'esprit de ceux qui fraudent. C'est pourtant assez clair dans le texte.Le code de nationalité dit que on est ivoirien:

- soit de père ou de mère
- soit par naturalisation
- soit par adoption.

Et pendant des années beaucoup ont refusé la naturalisation, se contentant juste de la "carte PDCI" du parti unique pour avoir la tranquilité. La naturalisation était à portée de bras. Il y a des familles béninoise, des burkinabé, des maliens etc. qui ont bénéficié de plein droit de cette facilité.

Où est alors le vide juridique ? ceux qui ont refusé cette démarche sont aujourd'hui victimes de l'exploitation politicienne de cette crise identitaire.

Mais voyons ? a qui la faute?, à l'état ? aux ivoiriens ? ou à eux même ?

Si tu ne déclare pas ton enfant à sa naissance et que ton voisin le fait, tu deviens responsable de la situation inhérente et cela n'a rien à voir avec un quelconque vide juridique.

Contentons nous d'appliquer la loi et la respecter en tant que citoyen.

Si tu n'as pas de passeport, tu ne voyages pas ! Si tu n'as pas de visa, tu ne voyage pas, je pense que le civisme doit prendre le dessus sur le laisser aller fort des africains!

Ca marche comme cela ailleurs, et tu le sais!

Écrit par : Eppix | 23/12/2008

j'ai usé d'un abus de langage j'en conviens pour dénoncer le grand fossé qui existe entre l'écriture des textes et leur application dans la société civile.c'est un fait auquel tu ne te fera pas réfractaire, je suppose . Sauf que, et c'est là où le bat blesse grièvement, c'est qu'on devrait penser à désengorger ces administrations bondées de "feuilles mortes" et faciliter la production de documents officiels accompagnés de toute une sécurité digne d'un bureau d'état-civil moderne.Si nous voyons que du côté du fraudeur, nous ne sommes pas au bout de nos peines.Disons que le fraudeur peut être considéré d'un point de vue technique comme "le testeur" de la fiabilité d'un arsenal mis en place.on observe bien que la loi indique clairement le cadre et les modes d'acquisitions, personne ne s'emmerde puisqu'il suffit de le contourner par le biais de l'état-civil et le tour est gagné.

Si l'extrait d'acte de naissance peut être falsifié assez facilement alors je crains que les trois modes d'acquisitions de la nationalité que tu as énuméré ci-haut ne passent pour un "pipi de chat", inutiles en terme de moyens et de rapidité car se diront-ils, Pourquoi faire compliquer quand on peut faire facile en prenant l'autre bout de la même administration.Je passe le nombre incalculable d'ivoiriens qui ont usé de cette même légèreté pour se refaire des extraits sur mesure.Puis je te reprends:

Mais voyons ? a qui la faute?, à l'état ? aux ivoiriens ? ou eux même?

Nous sommes tous responsables Cher Eppix à commencer par l'état et j'insiste lourdement; la raison simple pourquoi j'évoquais ce cercle vicieux au début de ma toute première réaction.Si on ne pouvait pas fraudé l'acte de naissance,je me demande bien par quel bout cela aurait pu se faire.

Quand je disais que l'Etat commence par l'état civil, je récidive et là sur un autre terrain mais toujours dans la même direction , que notre développement passera à mon sens par beaucoup et en urgence par une pratique générale de la lecture en tout genre au quotidien. enfin...on pourrait y consacrer du temps!!!! j' y crois fermement!!! Allez @+

Écrit par : mohamed billy | 23/12/2008

Contrairement à ce que mes écrits pourraient laisser penser, je ne suis pas un adepte de la logique binaire, du OU exclusif, du tout ou rien, ou du tout répressif.

Ce sujet de société mérite certe une reflexion plus profonde, j'en conviens; Seulement, je m'insurge contre le fait d'absoudre quelqu'un qui a fraudé et lui trouver des excuses pour justifier ses actes.

Parce que, même si elle existe la corruption, y a des millions de gens qui ne fraudent pas et qui sont honnêtes!

Tolérer de tels actes entrainerait à coup sur une société à double vitesse comme dans les western où il y a les bons et les méchants, et où les méchants ont leurs propres règles la loi du far west.

Tu fraudes, tu paies! c'est pourtant simple, que tu sois de l'administration ou simple citoyen.

Mais il me semble que cela soit difficile à comprendre dans un pays où le PR prétend ne pas lutter contre la corruption parce que il ne peut pas faire deux choses à la fois!

Pour finir, le même Gbagbo a avoué dans un documentaire de la tété française avoir eu le don d'ubiquité lors de son exil et que à cette époque, on dénombrait un gbagbo laurent dans chaque arrondissement de paris;

Tout ceci en dit long sur le personnage!

Écrit par : Eppix | 23/12/2008

Je suis déjà satisfait, car on commence à débattre sur cette épine plantée dans le corps social ivoirien.

je suis de ceux qui pense que ce n'est pas par la répression qu'on règlera le problème de ces personnes "entre ciel et terre", je ne parle que de cette population là. l'avenir dira si la solution était la repression...

on parle de gbagbo, c'est vrai mais c'est aussi vrai que le régime senile d'alors avait distribué des cartes d'identité jaune à ces gens là pour leur permettre de voter pdci, mais là n'est pas le débat.

voila un pays peuplé de moins de 60 millions d'habitants qui bercé par le "miracle ivoirien" pense pouvoir se développer avec cette population là.

Ecoutez les politiques qui malgré leur mauvaise foi savent très bien la réalité. Tous les grands projets de développement présentés par ceux ci aux bailleurs de fonds internationaux comment par: la cote d'ivoire est le moteur de l'intégration en afrique de l'ouest,. Comme pour dire, investir en cote d'ivoire c'est disposer du grand marché de l'uemoa.

objectivement si vous n'êtes pas capable d'intégrer ces personnes "entre ciel et terre", je me demande comment on pourra créer ce vaste marché ouest africain?

au départ moi non plus j'étais primairement contre leur intégration en disant s'ils le veulent qu'ils aillent demander la naturalisation! mais en voyant l'ampleur du problème, en découvrant des gens "au dessus de tout soupçon" concernés, je pense qu'il faut faire quelque chose!

La loi n'est pas inamovible, elle a pour rôle de réguler notre vie! la grâce présidentielle est constitutionnelle, aucune disposition ne lui impose une limite d'utilisation!

On va beau se voiler les yeux, dans dix ce problème sera toujours là avec peut être une plus grande acuité!

Écrit par : marianne | 24/12/2008

maintenant qu'il est gracié, Alafe a quelle nationalité?
Il se ballade dans la ville avec quelles pièces?

Écrit par : Richman | 24/12/2008

personnellement je défend des principes et surtout pas des individus, aussi si la question de richman m'est adressé, je ne peux y répondre.

Écrit par : marianne | 25/12/2008

Bonne question! Si on poursuit dans le droit, Mr Assé Alafé devrait pouvoir conserver sa nationalité ivoirienne du fait de la possession d'état. Un dispositif qui permet de consolider en quelque sorte une filiation, une identité dans le cas ici. je n'en suis pas si sûr mais la question mérite réponse plus claire.

Écrit par : mohamed billy | 26/12/2008

A mon avis, celui qui l'a gracié saura le naturaliser. Prouvant ainsi qu'on peut avoir la nationalité ivoirienne clairement.

Écrit par : Théo | 26/12/2008

Cela sert à quoi d'avoir des lois si on ne les appliquent pas ? :-(

1)Assalé Tiemoko, un an de prison pour delit d'opinion, une honte pour Gbagbo le socialiste...

2)Alafé, grâcié pour faux et usage de faux.

Où est la justice dans tous cela, une vrai honte et il se trouve des personnes pour justifier l'injustifiable ?

Je me demande si Johnny n'avait pas raison:"Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir" quand dans un pays, le vice devient la vertu et la vertu le vice

Ce pays est pourri et le poisson pourri toujours par la tête selon le sage chinois...

Fraudez et volez, avec un peu de chance, vous serez aussi grâcié, mais surtout ne critiquez pas, car vous aurez aucune chance d'y rechapper.

QUELLE HONTE!!!

Écrit par : xada | 26/12/2008

Très bon débat autour de l'affaire Alafé qui démontre encore une fois qu'il y a problème et que c'est seulement sur le plan politique qu'il peut être résolu. Sinon tout le monde sait comment le résoudre, bien sûr si on est de bonne foi. Prenons la peine de lire et de relire les texte fondateur de la Côte d'Ivoire: la constitution, le code de nationalité de décembre 1961 et ce même code modifié en 1972 qui a abrogé certaine disposition de celui de 1961.

Écrit par : DABOU SALIFOU | 22/01/2009

ce que j'aimerais fais savoir a tous ces oiseaux de mauvais augure,quatré dans des pensees figees non evolutives sans aucun discernement que:Toutes les guerres qui ont eu lieu en afrique ou qui ont lieu sont toutes dues cet à ce probleme de nationalite(zaire;sierra-leone;liberia,angola;guinee bissau;cote d'ivoire etc..)
GBAGBO et SORO ONT DIT QUE LE MOMENT VENU,ILS DIRONT LE VERITABLE PROBLEME QUI FREINENT CETTE HISTOIRE D'IDENTIFICATION,donc ils veulent metrre les charrues avant les boeufs dans une partie de poker menteur en voulant se jouer de tout le monde ? Dans quel but?
LES GENS DOIVENT SAVOIR UNE BONNE FOIS POUR TOUTE QUE SI LA QUESTION DE NATIONALITE DES IMMIGRES DE LA PREMIERE,DEUXIEME,TROISIEME GENERATION(qui est la veritable cause de cette rebelion) N'EST PAS REGLEE DE MANIERE DEFINITIVE,LE PAYS NE CONNAITRA Q'UNE PAIX RELATIVE.LES ENFANTS DES IMMIGRES PRENDRONT LEURS RESPONSABILITES POUR QUITTER DANS LE PERPETUEL FAUX COMME CERTAINS VEULENT LES MAINTENIR.ALDI KROMAH.LE GENERAL KUNDA ONT PRIS A UN CERTAINS MOMENT LEUR RESPONSABILITES.NOUS Y SERONT UN JOUR SI...

Écrit par : cheick | 30/05/2009

Je viens de lire le dernier commentaire sur l'affaire Alafé. Disons que cette affaire n'est qu'une goutte d'eau dans un océan d'amertume et de désolation concerant tous ceux, à qui le code de nationalité de décembre 1961 accorde la nationalité Ivoirienne à travers le droit de sol.Ces personnes qui vivent en êncore en Côte d'Ivoire sont connues et identifiables. Il ne s'agit pas seulement d'enfants d'immigrés Burkinabés. Loi de là. Toutes l'Afrique de l'Ouest est concernée. Et les derniers ne demandent qu'une réelecture du code de nationalité pour beaucoup d'entre eux loin des prismes politiques.

Écrit par : DABOU SALIFOU | 01/06/2009

Les commentaires sont fermés.