topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

16/12/2008

Mugabe, générateur de passions

robert-mugabe-2.jpg
Aujourd'hui, j'ai lu deux papiers, tout aussi passionnés et affirmatifs l'un que l'autre. Le premier est du journal burkinabé L'Observateur, repris par Rue 89. Il est intitulé : "Le Zimbabwe, entre la peste Mugabe et le choléra".

"N’en déplaise à Robert Mugabe, le libérateur de l’ex-Rodhésie du Sud, le Zimbabwe continue son décompte macabre au cœur de l’épidémie de choléra, qui s’y propage à l’allure d’une marée noire.

Pendant que le cynique Papy Bob clame haut et fort que cette malédiction, un bonus sur la disette qui frappe son pays depuis des décennies, est sous contrôle, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et Médecins sans frontières (MSF) y dénombrent les morts par centaines et des malades par milliers.

Les derniers chiffres font, en effet, état de 800 morts et de quelque 17 000 cas depuis le déclenchement de l’épidémie en novembre dernier. Le choléra, maladie des eaux usées, est à l’image même de la déliquescence économique et sociale dans laquelle est plongée le Zimbabwe depuis que la relique qui préside à ses destinées après le départ du colonisateur anglais en a fait un patrimoine familial." Pour tout lire, cliquez ici.

Le deuxième est de l'essayiste et ancienne ministre de la Culture malienne Aminata Traoré. Il est intitulé "Mugabe, l'insoumis et le bouc émissaire".

"Rien ne justifie l’humiliation de Robert Mugabé et les privations imposées à son peuple afin qu’il se soulève et le renverse. Il n’est pas paranoïaque puisque Gordon Brown et ses alliés après avoir poussé Morgan Tsvangiraï marchent à présent à visage découvert et sans complexe, lui demandant de démissionner. Nommer et défier ses agresseurs n’a rien à voir avec la haine des Occidentaux véhiculée par certains médias qui excellent dans le lavage des cerveaux quant a Robert Mugabe. Précisément parce qu’il se savait le dirigeant d’un pays composé de Blancs et de Noirs il a tenté de les fédérer en nommant des ministres zimbabwéens d’origine britannique dans le gouvernement.

Robert Mugabé n’est en aucun cas ce bourreau qui affame son peuple et le condamne à mourir du cholera et de je ne sais pas quelle autre maladie. Les quinze années durant lesquelles il avait les mains libres il a réussi à réaliser le taux d’éducation le plus élevé du continent en plus des performances économiques enregistrées. On ne peut lui reprocher non plus de s’être enrichi personnellement ; à l’instar de la plupart de ses homologues même si certains excès son reprochés à son épouse.

La persécution dont il est l’objet augure en réalité des difficultés à venir chaque fois qu’un dirigeant africain voudra se démarquer de la pensée unique en revendiquant la souveraineté économique, politique et alimentaire. Nous serons faibles et vulnérables tant que, face a une telle situation les peuples conscients des enjeux et des dangereux rouages du monde actuel ne prendront pas leurs destins en mains et ne défieront pas eux-mêmes leurs dirigeants mais aussi l’Union Européenne, les IFIs les anciennes puissances coloniales en quête de lieux d’ancrage ; de matières premières et de parts de marches. Nous sommes tous des Zimbabwéens face au défi de la nouvelle citoyenneté qui fera de nous les seuls et véritables responsables de l’alternance politique dans nos pays et de la défense de tous nos droits." Pour tout lire, cliquez ici.


Commentaires

nos amis journalistes burkinabés, excellents dans les analyses concernant d'autres chef d'état notamment celui que leur président a attaqué, semblent atteint de cécité pour voir la poutre qu'il ya dans leurs yeux!

Revenons au billet.
Concernant mugabé, il a un talon d'achille qui le rend peu défendable, il ya trop longtemps qu'il est au pouvoir, ce qui donne de sérieux doutes sur ses qualités de démocrate.

Dire qu'on peut être dictateur et rendre son peuple heureux c'est infantiliser les africains.

Ceci dit, personne n'est dupe sur les ambitions anglaises ou occidentales, mais pour moi là n'est pas le problème pour le peuple zimbabween (c'est à lui seul que je pense).

Effectivement, je suis choqué de voir sarko réclamer la démission de mugabé, alors qu'on le voyait avec le dalai lama, cachant rapidement l'écharpe remis et expliquant piteusement sa liberté de recevoir, tremblant à l'idée de subir les sanctions de la chine, le plus grand pays dictateur du monde!

la vraie question est: doit on lancer son pays dans une aventure anti ancien pays colonisateur sans avoir d'alternative crédible, une sorte de troisième voie viable? Car visiblement son modèle de liberté qu'il veut creer ne semble pas viable pour les zimbabwéens!

Écrit par : marianne | 16/12/2008

Salut,

Difficile dans le cas du Zimbabwé d'avoir une analyse tranchée. Peut-être faudra-t-il adopter une démarche qui aille "par-delà le bien et le mal, la gauche et la droite"; la fameuse troisième voie que les philosophes appellent la synthèse; elle-même résultant d'une démarche dialectique!

Mugabe semble ne plus être maître du destin zimbabwéen. Que faire? Céder la place à un "ami" des Occidentaux qui viendra remettre en cause la "vision idéologique" du Sieur Mugabe? S'entêter à rester alors qu'il n'a pas de solution aux différentes crises, aux différentes pandémies que subit le Peuple?

Et si la troisième voie était d'accorder des postes significatifs à l'opposition dans l'actuel gouvernement? C'est vrai, il y aurait des grincements de dent (comme à Abidjan après la nomination de l'éventreur des femmes enceintes comme...premier ministre) mais peut-être que les choses bougeraient un peu!!

Mugabe a eu tout le temps de se préparer un "héritier". Pourquoi n'avoir pas pris le soin de laisser cet "héritier" remporter les dernières élections présidentielles; même de manière truquée? Cela aurait l'avantage d'un peu plus d'ouverture comme ce que nous voyons au Togo présentement!

En général, les "héritiers" sont plus ouverts! Mugabe n'aurait trahi auncune "vision" et il serait sous le parapluie juridique qu'il aurait eu le temps de confectionner avec cet "héritier".

Une chose me paraît certaine: Mugabe ne peut gagner ce combat. Tôt ou tard, le Peuple en aura assez! Il est temps d'engager de franches et responsables discussions avec les acteurs politiques et civils du pays!

Écrit par : Lévy | 16/12/2008

d'accord avec ton analyse levy!
ta prposition de gouvernement d"union" me semble le moindre mal, il faut le temps de digérer "l'humiliation" de la nomination du pire adversaire.
voyez en ci, la licorne fait partie du paysage, les rebelles aussi et meme ado ah le temps véritable ciment d'avenir!

Écrit par : marianne | 16/12/2008

Mugabé si adulé dans un post précédent pour avoir éventré un complot de renversement (sic !) des occidentaux est aujourd'hui sous le feu des critiques sur ce même site!

Décidemment, le boulanger à des adeptes, même sur internet ...!

Une pensée du jour à partager: "derrière un libérateur peut se cacher un dictateur".

Dictateur: Le terme dictateur - étymologiquement « celui qui parle » - désignait sous la Rome antique une magistrature exceptionnelle. C'était une magistrature suprême avec les pleins pouvoirs.

De manière générale, on appelle dictateur un chef d'État qui dispose d'un pouvoir absolu qu'il exerce de manière autoritaire.

Écrit par : Eppix | 16/12/2008

Bonjour Théo,
Bonjour tout le monde,

Tant que ce vieux crocodile de Rambo Mugabe sera aux affaires, on passera notre temps à gaspiller et salive et encre. C’est triste à dire, mais nos frères zimbabwéens (comme ceux d’autres pays d’Afrique) ont raté un virage important : faire partir cet homme qui, dans un certain passé avait énormément apporté mais est arrivé au bout du rouleau. Il faut être réaliste : j’essaie de comprendre ses fans, lucides ou illuminés. Mais force est de constater que l’homme ne peut plus rien donner. Le disque est rayé. On aura beau mettre des millions de litres d’huile dans la mécanique, elle n’avancera pas. Je ne sais pas ce qui lui manque : est-ce un pneu ? Est-ce le moteur ? Est-ce…Ce qui me fait le plus mal, c’est de voir l’Occident dans la danse zimbabwéenne ! Au contraire du 1er frère, je ne suis pas choqué. Ces attitudes de l’Occident ont fini de me choquer. C’est notre incapacité à nous faire respecter. C’est le refus délibéré de nombre de nos dirigeants de reprendre notre destin en mains qui fait mal. Comment, dans ces conditions condamner un Tsvangiraï d’aller pactiser avec Blair ou Brown, si nous-mêmes ne sommes pas capables de l’aider à mettre en place la démocratie dans son pays ? J’apprécie beaucoup, en général, les combats d’Aminata D. Traoré ainsi que ses écrits, mais je ne pense pas que les Occidentaux humilient Mugabe : ils sont en train de jouer avec lui. Ce jeu de rôles est bien connu depuis l’arrivée des 1ers Occidentaux sur notre continent. Si demain, à bout de souffle, le vieillard de 84 ans qui pense qu’il lui faut mourir au pouvoir redevenait d’un seul coup gentil avec ses compatriotes leucodermes, comme par enchantement, tous les griefs qui lui sont reprochés s’envoleront comme par magie.
Dommage, vraiment dommage pour notre continent.
Obambé GAKOSSO, http://obambegakosso.unblog.fr

Écrit par : Obambé GAKOSSO | 16/12/2008

Les média et les dirigeants occidentaux tentent de nous faire croire par tous les moyens que depuis l'arrivée de Mugabe au pouvoir, c'est la désolation dans ce pays. C'est faux. La situation est devenu catastrophique quand il a initié la réforme agraire. Pour punir Mugabé, England & co ont instauré un véritable blocus économique, en espérant que le peuple affamé allait le chasser. Cela resemble étrangement à la méthode américaine vis à vis de Fidel Castro. Les même causes produisant les mêmes effets, cela ne donnera rien!

Écrit par : Brym | 16/12/2008

Vous êtes pour la plupart partagé entre l'évidence que Mugabé ne fait plus l'affaire et le dédin de le voir partir sous la pressioon de l'occident.
Que préconiser vous finalement ?

Écrit par : Claudus | 16/12/2008

Claudus, le vrai problème c'est que nous ne sommes pas au Zimbabwé, et ne savons pas ce qu'en pense rellement le peuple Zimbabwéens!

Écrit par : Brym | 16/12/2008

Moi je dis, Mugabé n'a rien fait, les occidentaux là nous prennent pour des cons.

Les zimbabwéens n'ont pas mourir par milliers, de faim, de choléra, de SIDA, des balles de leur propre armée, ou brulés en Afrique du Sud, ce n'est pas de la responsabilité de leur président.
C'est la responsabilité du président des autres (allez, au pif, le président Blair quand c'était lui, maintenant Brown. A une époque, ça a même été de la faute de Margaret Tchater..)

Mugabé restera au pouvoir, même si tous les zimbabwéens doivent mourir !
Quand les populations meurent par centaines, je pense qu'ils sont contents de leur président, qui fait du bon boulot!

Écrit par : Nino | 17/12/2008

Mugabé restera au pouvoir, même si tous les zimbabwéens doivent mourir !
Quand les populations meurent par centaines, je pense qu'ils sont contents de leur président, qui fait du bon boulot!

Bien dit frere ou soeur Nino !

Écrit par : Gbansé | 17/12/2008

Je veux citer Nino: " Mugabé restera au pouvoir, même si tous les zimbabwéens doivent mourir !Quand les populations meurent par centaines, je pense qu'ils sont contents de leur président, qui fait du bon boulot!"

Voilà comment en quelques lignes et avec un humour tranchant, on résume une situation Zimbabwéenne très tragique.

Écrit par : mohamed billy | 17/12/2008

Moi je dis il faut le pousser vers la porte

Écrit par : Etum | 17/12/2008

Salut,

"Le pousser vers la porte" n'est pas aisé. C'est ce que certains tentent depuis un bon moment!

Je pense qu'un gouvernement avec des postes significatifs aux autres acteurs du champ politique zimbabwéen ferait bouger (un tout petit peu) les choses; en attendant une certaine sortie honorable du Sieur Mugabe!

Mugabe peut accepter de partir mais le clan, les sbires et tous ceux qui ont fait tout le sale boulot nécessaire au maintien du régime ne verront pas les choses de cette manière!

La troisième voie pourrait être, à mon avis, un gouvernement d'union!

Écrit par : Lévy | 17/12/2008

Lévy,

A part en Israël, les "gouvernements d'Union" ne marchent pas. C'est une perte de temps, d'argent et d'énergie.

Obambé GAKOSSO, http://obambegakosso.unblog.fr

Écrit par : Obambé GAKOSSO | 17/12/2008

@ GAKOSSO,

Il ya certainement une part de vérité dans ce que tu écris. Au moins, ces gouvernements d'union arrivent quelque fois à faire baisser les tensions. Et, partant, à permettre une certaine sécurité économique, gage de l'amélioration des conditions de vie et de travail des citoyens ordinaires comme vous et moi!

On pourrait citer, entre autres, le premier gouvernement du "premier Wade", le gouvernement du très adulé et vénéré Nelson Mandela et plus près de nous, l'actuel gouvernement kenyan!

C'est vrai qu'ils ont nombre de dysfonctionnements mais au moins la paix est revenue au Kenya et les touristes ont repris leurs visites!

Écrit par : Lévy | 17/12/2008

Gakosso,
nuancez un peu vos propos. Dire que c'est en Israel seul que le gouvernement d'union marche n'est pas juste. À ma connaissance en Allemagne il y a un gouvernement d'union depuis fin 2005. En suisse, cela fonctionne depuis la "création" de la confédération. C'est le cas également dans plusieurs pays européens ou la constitution n'exige pas de 2ème tour d'élection et donc oblige les partis politiques à former des coalitions pour gouverner (Italie, Autriche, etc.). Peut être que vous voulez dire qu'en Afrique cela ne marche pas, comme dans aucun domaine d'ailleurs. C'est pourquoi certains blancs pensent que les africains sont des extra-terrestres.
Et puis dans l'absolu, on peut dire qu'aucun gouvernement (d'union ou pas) ne marche vraiment, puisqu'il y a souvent des scandales, des remaniements, des démissions, des renvois... En Israel même que vous prenez en exemple la "1er ministre intérimaire" n'a pas réussi à former une coalition viable. Conséquence il y aura de nouvelles elections. Ce n'est donc pas un argument pour ne pas essayer au Zimb.
Ce qui nous manque c'est "l'Agir" sous pretexte que cela ne marchera pas. Mais tant qu'on n'intègrera pas le processus d'essai-erreur dans nos moeurs en afrique, on tournera toujours en rond dans tous les domaines (en science surtout) et ceci de génération en génération

Shalom !

Écrit par : AgirEnAfrik | 17/12/2008

J'aime bien la conclusion de Levy: "C'est vrai qu'ils ont nombre de dysfonctionnements mais au moins la paix est revenue au Kenya et les touristes ont repris leurs visites!"

C'est vrai que nous les africains voulons la paix dans la pauvreté, que dis-je, l'indigence.
Car les enfants kenyans, les touristes ne les scolarisaient pas avant, et ne les scolarisent toujours pas. Ils les prennent en photos, et les exhibent sur Flickr (essayer donc Kenya dessus)

Et puis, merde. Soit on supprime la démocratie, soit on la maintient, mais pas les 2.
Un vote a un gagnant et un perdant. Point barre, il n y'a pas d'union nationale possible, et la paix n'est qu'un prétexte pour perpétuer la corruption, la gabégie, bref l'obscurantisme.

Le développement s'arrache, il se conquiert, et une conquête implique nécessairement une guerre, ou au moins des batailles. Si vous connaissez des pays qui se sont développés dans la paix, on veut leurs noms

Le gouvernement d'union nationale est la plus subtile forme de régression que l'ONU a imposé au Kenya, et tente d'imposer à l'Afrique toute entière. D'ailleurs, on ne voit ça qu'en Afrique.
En ayant dans les gouvernements un courant et son contraire, on s'assure d'avoir toujours l'une des 2 parties à corrompre pour obtenir les richesses qu'on souhaite.

Et puis, il ne faut pas confondre union volontaire, et union forcée.
En Israel, les vainqueurs, parce qu'ils veulent le bien de leur pays proposent des places politiques aux vaincus (qui se reconnaissent et s'assument comme vaincus). L'union vient en général parce qu'on n'a pas la majorité absolue et qu'il y'a des risques de blocages lors de passages de décisions, sinon, personne n'en voudrait. Quand on gagne clairement le vote du peuple, c'est pour suivre la ligne qu'on a proposé. Pas pour proposer à ceux qui ont été rejeté de venir appliquer ce dont le peuple ne voulait pas.

Chez nous, on impose l'union au vainqueur, car le vaincu refuse de céder sa place. Ce n'est une union nationale ça, c'est un leurre national, une dictature bicamérale.

Pas la peine de voter si c'est pour que quelque soit le résultat des élections, les résultats finaux sont le fruit de négociations politiciennes, n'ayant plus rien à voir avec les volontés du peuple.
Autant dire que les 2 premiers partis négocient le pouvoir, et que les populations n'ont qu'à aller se faire foutre. On économisera ainsi du temps et de l'argent.

Écrit par : Nino | 17/12/2008

Lévy,

Faute de temps, je ne pourrai répondre longuement à votre interpellation, que je peux comprendre, mais je maintiens ma position : ça ne marche pas !
Pourquoi ?
Prions les mânes de nos ancêtres pour que j’aie la force et le temps de développer.
Bien à vous, OG

Htpp://obambegakosso.unblog.fr

Écrit par : Obambé GAKOSSO | 17/12/2008

Effectivement, Nino, les gouvernements d'union ne marchent pas. Les guerres et les révolutions non plus. Les ingérences occidentales non plus. Reste l'acceptation par tous des règles démocratiques. Pas gagné !

Écrit par : Théo | 17/12/2008

Accuser Mugabe de tous les maux dont souffre le Zimbabwe, c'est faire une analyse lamentablement partielle!
Mugabé est responsable des malheurs de son peuple, mais il n'est pas coupable!!! Ne vous laissez pas faire un lavage d'esprit par l'armada médiatique occidentale.
Le gros reproche que l'on peut faire à Mugabe est identique à celui qui est fait en ce moment au président géorgien Sakachvili, à savoir affronter de face un géant comme la grande Bretagne pour le premier cité et la Russie pour le second; il y a là un problème de pragmatisme, de réalisme politique. Bien sûr, dans le cas de la Géorgie, il a pu, en désespoir de cause, compter sur l'Amérique; mais à quel prix?!! Mugabe, quant à lui, n'a personne pour lui apporter une aide similaire! Il aurait dû anticiper l'agression souterraine britannique et choisir une méthode de réforme agraire (qui s'imposait pour la paix sociale) qui ménage les intérêts anglais. VOILA? CHERS AMIS BLOGGEURS LE REPROCHE ESSENTIEL QUI PEUT ETRE FAIT A MUGABE. Tout le reste n'est que manipulation politique! Ce sont les anglais qui ont travaillé dans l'ombre, en usant de leur poids pour des sanctions qui, à l'usure, sont en train de porter leurs fruits amères à savoir l'hyper crise qui étrangle le pays. Ce n'est donc pas la réforme agraire qui a ruiné ce pays .Bien au contraire, cela a résolu une bombe sociale.

Pour finir, je déplore maigreur squelettique de certaines analyses africaines comme celle du lamentable évêque sud africain Desmond Tutu, soutenant l'idée d'un usage de la force par la communauté internationale pour renverser Mugabe. Ils ne se rendent pas compte du précédent malheureux pour les africains et le tiers monde en général que cela va constituer. Chers frères, si du jour au lendemain, une prétendue communauté internationale, peut décréter qu'un dirigeant est mauvais et s'arroger le doit de le renverser...ON EST MORT et enterré !!!

Écrit par : HARRIS | 18/12/2008

@ Nino,

Toujours un plaisir de te lire. Quand je parle du "retour des touristes", je fais mention de la reprise économique. Je crois bien savoir que l'économie kényane est redevale au tourisme.

Cela revient à dire que les paysans ont repris la route de leurs plantations en Côte d'ivoire; quand on connait le poids du binôme café-caco.

"Union volontaire" ou "union forcée", je pense que le vivre-ensemble est ainsi fait. L'opposition ne peut décimer TOTALEMENT le "système Mugabe". Il faudra donc tenir compte de ce paramètre et espérer une "évoluation par escalier".

Je suis devenu (par la force des choses) partisan d'une approche évolutive dans nos luttes d'émancipation. C'est malheureux mais c'est ainsi. J'ai beau ruminer en voyant les soldats français qui nous ont tirés dessus se pavaner dans les rues d'Abidjan, je sais que l'armée de mon pays ne peut les vider (comprends comme tu veux/peux)!

Écrit par : Lévy | 18/12/2008

Mugabé a eu le tort de mâter du blanc, un sacrilège pour les dirigeants occidentaux. s'il s'était contenter de massacrer du nègre, il n'aurait pas eu tous ces ennuis.

nous savons tous le mal que les sanctions économiques ont fait au peuple irakien à l'époque. Mugabé était animé de bonnes intentions au départ, mais il a très mal géré sa reforme agraire qui a vite tournée au nepotisme donnant ainsi du grain à moudre aux neo-cons ou neo colons au choix...

Écrit par : xada | 18/12/2008

@@Xada, les intentions d'un responsable, une fois élu, on s'en fout un peu.
Quand vous êtes chirurgien, ce qui compte pour vos malades, c'est si vous réussissez vos opérations ou pas. Vos intentions, je ne sais pas si on vous les demande.
Quand vous êtes pilote de ligne, les passagers attendent que vous les ameniez à bon port, sans anicroche. Point final.

Dans les 2 cas contraires, on vous prie d'aller exercer ailleurs ou d'aller pointer au chômage. Les raisons de l'échec importent peu. Si c'est parce que votre fils est mort, tout le monde est désolé, mais personne n'a à prendre de risque à cause de vous.

Dans le cas de Mugabe, à supposer que ça soit les "blancs" qui oeuvrent contre lui, la réalité montre qu'il n'a pas la stratégie pour les contrer. Eh bien, qu'il se casse, qu'il soit tué, enfin, je sais pas moi, qu'il s'en aille, et qu'il laisse donc quelqu'un d'autre essayer une autre stratégie.

Je tiens à signaler, que l'Algérie a réussi à reprendre en mains la gestion de son gaz en virant GDF, le Nigéria a contourné les barrières de corruption pour remettre en selle la gestion de son pétrole (malgré les sournoiseries des BP, Shell et autres), le Kenya a réussi à faire labeliser une partie de son café pour le revendre plus cher malgré le lobbying de Starbucks, etc..
C'est pour dire qu'il existe des pays où ces combats ne sont pas soldés par des échecs cuisants, mais aussi par des débuts de victoire.

Desmond Tutu n'a pas tort, la raison ici n'étant pas les blancs, mais les conséquences sur les zimbabwéens, qui n'ont pas à enduré de leur vie un bras de fer entre Mugabé et les "blancs".

Quand un responsable, quelqu'en soit les raisons, commence à détruire son oeuvre, il est temps qu'il parte. S'il ne part pas, il faut des gens lucides pour le faire partir. Desmond Tutu a l'air, vraisemblablement lucide, et a la liberté de dire tout haut, ce que l'Afrique du Sud ne peut officiellement dire.
Car, n'oublions pas que le flux d'immigrés zimbabwéens fuyant leur pays, arrive principalement en Afrique du Sud, qui doit en plus de ces problèmes, gérer ceux de l'incapable Mugabe.
ça ne fait plaisir à personne, et il ne faut pas se tromper, l'Afrique du Sud ne soutient pas politiquement Mugabe, mais ne peuvent s'allier aux occidentaux contre un pays africain.
Si l'UA demande le départ de Mugabé, les sud-africains changeront de musique.

Écrit par : Nino | 18/12/2008

Pour les sado-masos, il y'a quelques vomissures ici

http://www.france24.com/fr/20081219-zimbabwe-mugabe-pays-appartient-appels-demission-crise-humanitaire

Écrit par : Nino | 20/12/2008

Cher (e) Lévy,

Avec un peu de retard, je reviens vers vous, afin d'apporter de la nuance comme vous me l'avez demandé au sujet des gouvernements d'Union, auxquels je ne crois toujours pas, c'est un peu long, mais ce sujet est trop sérieux pour que je fasse plus court: http://obambegakosso.unblog.fr/2008/12/20/a-quoi-servent-les-gouvernements-dunion-a-rien-du-tout-a-moins-que/

Très bonne lecture et que du verbe jaillisse des éclaircies!

Obambé GAKOSSO, http://obambegakosso.unblog.fr

Écrit par : Obambé GAKOSSO | 20/12/2008

@ GAKOSSO,

Tu as eu le temps de me consacrer un si long article sur ton blog? Je le visiterai quand je pourrai; à part que je perds cette soif universitaire de parcourir de longs textes où l'on passe d'un paragraphe à un autre sans que l'idée pricinpale ne change!

Pour revenir à ton texte (ta réplique?), certaines informations que tu m'as prêtées viennent de Marianne et AgirEnAfrik. Qu'à cela ne tienne, je te donnerai ma position.

En interrogeant l'histoire, je suis arrivé à cette conclusion: tous les pays développés ont fondé le susbrat de leur développement dans la...dictature, l'absence de droit social. Même avec un regard de Manager, on peut parvenir à cette conclusion (Taylor, Fayol). Il n'y a des pays africains qui soient appelés à se développer avec des constitutions fondées sur...l'Etat de Droit!

Pour un bref rappel, l'Afrique ne pèse que 1,5% dans le comerce international. L'Afrique du Sud, à elle seule, représente la moitié de ce chiffre; soit 0,75%! Et bien, le fondement de ce développement vient de l'apartheid!

Fonder notre développement sur des bases radicales dans l'Afrique actuelle? De quel radicalisme parle-t-on? On ne peut plus décimer ceux d'en face en leur ôtant SIMPLEMENT le qualificatif d'humain comme dans les temps anciens!

Je ne suis pas neutre politiquement en CI où j'occupe des responsabilités politiques d'un certain niveau. J'ai occupé d'autres responsabilités politiques quand j'étudiais à l'étranger. J'étais le 06 novembre 2004 sur le pont De Gaulle quand l'armée française nous tirait dessus. Deux de nos camarades sont tombés devant moi, morts!

Penses-tu sincèrement que nous pouvons engager un bras de fer avec la France (5è puissance militaire mondiale) et l'emporter? Toute reponse affirmative à cette question n'est que de la ...masturbation intellectuelle. Les données objectives, en terme de relations internationales, ne permettent pas, actuellement, une victoire si éclatante!

Tu sembles, cher ami, si épris de "tranquilité". Eh bien, cette stabilité n'existe dans aucune relation; depuis la gestion de la fiancée jusqu'à la nation en passant par l'association du quartier, de la commune, du parti politique, de l'entreprise...Hérablite le disait: "on ne se baigne pas deux fois dans les eaux d'un même fleuve". Le monde est en perpétuel mouvement: depuis que tu lis mon texte, certaines personnes sont décédées et d'autres sont venues au monde. Conclusion: le monde n'est plus le même!

Il faut y aller par coudées; d'où la troisième voie que j'entrevois comme issue à la crise zimbabwéenne. Est-il possible de décimer Mugabe et le "système" mis en place? Non! est-il possible d'annihiler toute trace d'opposition? Non!

Il leur revient à travailler dans un "gouvernement de crabes, scorpions, serpents" (comme on le dit à Abidjan) en attendant que l'opposition ait les coudées franches pour conduire le Zimbabwé sous des cieux autrement plus paisibles socialement, économiquement, politiquement!

C'est cela, l'intelligence sociale: arriver à vivre et à travailler avec des personnes qui ne partagent pas votre vision, votre idéal!!!

Écrit par : Lévy | 22/12/2008

Je partage les positions de Lévy parce ce j’apprécie les positions fondées sur le realpolitik : Mugabé ne peut pas gagner de bras-de-fer contre les occidentaux ! Si les occidentaux veulent s’impliquer physiquement dans le changement des rapports de forces au Zimbabwé, ils trouveront les moyens de le faire, comme par exemple, lui appliquer la tactique de Kolwézi (qui été si efficace à Bouaké). Ils simuleront la tuerie de leurs ressortissants, désigneront un coupable (Mugabé) le matin et, avant midi, leur armée sera engagée pour exécuter leur sentence.
Il faut que les leaders Africains comprennent que les combats de libération peuvent se gagner sur des fronts autres que les guerres/bras-de-fer. Je pense au front de l’Éducation et de Transfert de technologie, par exemple. C’est peut-être trivial mais souvent les choses simples ne sont pas toujours évidentes.
Dans la situation actuelle, il faut que Mugabé compose avec son opposition qu’il ne peut pas faire disparaître du paysage Zimbabwéen par un coup de baguette magique. Donc il faut qu’il compose avec elle.

Écrit par : Alfred Cablan | 25/12/2008

@ Nino
Je ne cherche en aucune manière à excuser Mugabé pour l'état de pourrissement dans lequel se trouve son pays, mais faut reconnaitre quand on a la lucidité du regard sur le monde dans lequel nous vivons que les occidentaux punissent severement ceux qui leur font front.

Quelle analyse ferais tu du cas Gbagbo ? Les ivoiriens vivent dans une noire misère. Quelles sont tes analyses et comentaires sur un pays qui nous concerne directement ?

Gbagbo doit il partir parce que les ivoiriens souffrent ? parce qu'il à été incapable d'assurer la securité et l'intégrité du pays ? Parce que son entourage qui est arrivé au pouvoir pauvre est aujourd'hui riche ?

J'ai vu Allou manger des blissi tebil au siège du FPI, je l'ai ensuite vu au volant d'une BMW 645i neuve de 50 000 000 F CFA. Qu'en dis tu ? Suis je aigri ?

Notre mentalité de nègre est la seule raison qui fait de nous les derniers de la terre!!!

Écrit par : xada | 26/12/2008

Q/Penses-tu sincèrement que nous pouvons engager un bras de fer avec la France (5è puissance militaire mondiale) et l'emporter? Toute reponse affirmative à cette question n'est que de la ...masturbation intellectuelle. Les données objectives, en terme de relations internationales, ne permettent pas, actuellement, une victoire si éclatante! /UQ

Mais ce n'est pas definitif ! LA question est: que faisons-nous pour que ce rapport de force soit en notre faveur ?
le plus important est de comprendre que le rapport de force est dynamique et non statique comme on veut nous le faire croire en Afrique et comme peut le laisser penser l'extrait de ton post ci-dessus.
Il n'y a pas que la quantite (puissance de l'armee et le nombre de contacts influents de la France ds le monde), il y a surtout la qualite (ici la faculte de saisir les opportunites quand il faut et comme il faut pour mettre le rapport de force en notre faveur).
Donc 5eme puissance ou meme premiere puissance militaire ca c'est franchement pour impressioner ceux qui veulent bien l'etre !

Il y a pas mal de pays africains qui ont eu la meme opportunite que le Venzuela sur le petrole ou autre matiere premiere, mais ils n'ont pas adopte la posture internationale d'un Chavez ! Chavez a quand meme en face la premiere puissance mondiale.
Levy, ce que je veux dire est que dans un rapport etat a etat, il y a toujours des elements a utiliser pour s'affranchir. Ca depend aussi de l'audace des dirigeants.
j'ai simplement peur que l'on se contente de regarder les muscles bodybuilder du voisin pour deposer les armes.

Écrit par : hormheb | 26/12/2008

Les commentaires sont fermés.