topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

20/09/2008

Pendant ce temps, l'ANC se déchire

mbeki zuma.jpg
Maintenant que Jacob Zuma a réussi à passer à travers les fourches caudines de la justice sud-africaine, ses proches, qui ont noyauté l'ANC, passent à la vitesse supérieure et demandent la démission du président Thabo Mbeki, ouvrant la voie à une scission d'un parti tellement solide qu'il apparaissait comme un parti unique. Que fera Mbeki, qui vient d'enregistrer une victoire diplomatique au Zimbabwe mais qui est fondamentalement affaibli ?
Une impression désagréable me traverse l'esprit : on dirait que Zuma veut prendre la justice de vitesse, et devenir président avant que l'aboutissement d'une autre procédure le rende inéligible. Pour cela, l'ANC impose à l'Afrique du Sud une crise politique inutile et très mauvaise pour son image, dans un contexte où les "négrologues" voient un début de Rwanda partout en Afrique dès lors que des problèmes surviennent. Rien que pour cela, il faudrait peut-être que ce parti s'affaiblisse et cesse de transformer ses crises internes en problèmes nationaux. Dans un tout autre contexte, on a vu où la "guerre civile" à l'intérieur du tout-puissant PDCI-RDA a conduit la Côte d'Ivoire...
Au fait, que pensez-vous de Jacob Zuma ? Personnellement, il ne me rassure pas. Je ne pense pas que l'Afrique du Sud d'aujourd'hui a besoin, sur le plan international, d'un président qui traîne avant son élection autant de casseroles. Je comprends toutefois que son côté "insider", vétéran de la lutte armée anti-apartheid et proche du peuple puisse séduire après près de dix ans d'une présidence Mbeki qui cultivait l'art de la distance, du secret et de l'intellectualisme.
Pour aller plus, un article de Rue 89 et la plateforme de blogs sud-africaine Thought Leader.

Commentaires

J'aurai laissé passer ce billet si on n'avait pas fait cas du PDCI-RDA. En Plus , Théo parle de "guerre civile" au sein du PDCI-RDA qui auraient conduit à la chienlit "Gbagboenne" actuelle , pourtant pour ceux qui savent l'histoire de la Côte d'Ivoire, on comprend difficilement que ce soient les crises intestines au sein du PDCI qui aient conduit au cercle vicieux des crises armées en Côte d'Ivoire. Bref, Je ne partage évidemment pas l'avis du grand frère Théo sur la "parenthèse illustrative" ivoirienne. ( c'est un autre débat d'ailleurs)

Quant à l'ANC, je ne crois pas qu'il s'agisse d'un parti qui se "déchire" mais plutôt d'une simple crise de Leadership. France 24 a heureusement relayé une belle analyse à ce propos. Je ne suis pas un "fan" du suspicieux Jacob Zuma mais il faut reconnaitre que par les règles du jeu démocratique , il a réussi à s'accaparer le pouvoir au sein de l'ANC. Oui, la majorité l'a soutenu dans le parti et M'Beki ne voulant pas de lui à la présidence essaie de lui mettre les bâtons dans les roues , en influençant la justice. Et oui, le Juge, en charge du dossier de corruption impliquant Zuma, a reconnu qu'il y'avait des interférences au plus au niveau de l'Etat dans le procès de Zuma. Il a été acuqitté mais des risques judiciaires subsistent contre lui.
Zuma n'étant pas "idiot" sait bien qu'il a intérêt d'éjecter Mbeki par la pression DÉMOCRATIQUE s'il veut conserver la possibilité d'etre candidat aux élections.

Il n'y a rien d'illégal , d'anti-juridique dans les récentes déclarations des pro-Zuma à propos de la démission de Mbeki.

Alors, à mon sens, L'ANC ne se déchire pas mais subit "temporellement"une crise de Leadership entre Mbeki et Zuma. Des exemples sont légions. En Grande-Bretagne, par exemple, certains travaillistes font pression sur Gordon Brown, on l'invite à la consultation interne sans qu'on dise que le parti travailliste se déchire.

Alors je ne comprends pas le vocable "déchire" quand bien même un Porte-parole de Mbeki a annoncé que ce dernier démissionnerait.
S'il advient que la scission s'opère ultérieurement, cela témoignera de l'immaturité politique de ce vieux parti jusuqe là exemplaire en Afrique.
J'ai encore en mémoire les charognards-hédonistes du FPI qui ont eu malheureusement raison du modèle Houphouetiste, j'espère qu'il en sera pas de même pour l'Afrique du sud.

Quant à la moralité des uns et des autres, je ne me crois pas capable d'opérer un jugement comparatif entre Zuma et M'Beki. Pour moi, il est claire que Mbeki a été un très mauvais successeur de Mandela, trop occupé qu'il était à satisfaire des cercles affairistes et ses intérêts personnels ( ces médiations africaines foireuses et partisanes en disent long sur le politicien). Zuma semble aussi avoir une réputation sulfureuse et peu crédible . la preuve même que Mandela aurait été une sorte d'exception dans ce pays "rempli" de politiciens affairistes.
Les "négrologues" n'ont peut-être pas tort d'emboiter le pas au million de Sud-africains blancs ayant quitté le pays .
Wait and See.

Écrit par : Krathos | 20/09/2008

Qu'est-ce qui prouve que ce n'est pas Zuma, aujourd'hui plus puissant que Mbeki et assuré de lui succéder si un juge lui fait un petit coup de pouce, qui influence la justice ?
En parlant du bilan de Mbeki, il est contrasté mais économiquement l'Afrique du Sud est plus riche aujourd'hui qu'après le début de l'ère Mbeki. Maintenant, la grande question des inégalités n'a pas été résolue, ce qui explique un certain nombre de rancoeurs au sein de l'ANC.

Écrit par : Théo | 20/09/2008

Ah le grand frère n'a pas totalement tort sur la question dela collusion probable entre le tout-puissant Zuma et le juge !!!
Mais si le juge affirme qu'il a été "pressé" par le sommet du pouvoir sans qu'un proche de M'Beki ne démente , je me vois plus dans l'obligation d'accorder le bénéfice du doute aux propos du juge dans le contexte de ce procès.

C'est vrai qu'il ait pu avoir des relations avec Zuma mais malgré cela, il faut respecter la séparation des pouvoirs. LMbeki n'a pas à influencer les décisions du juge Contrairement à la Côte d'ivoire " for example", un président (pouvoir exécutif) n'a pas le droit d'influencer le pouvoir judiciaire (un juge).

L'Afrique du Sud est certes plus riche économiquement; statistiquement, c'est clair tout comme la Côte d'Ivoire est macro-économiquement plus riche qu'en 1999 mais la richesse n'est pas que statistique. elle peut-etre aussi plus globale en termes d'infrastructures économiques et sociales, en terme de pouvoir d'achat et de niveau de vie. Ceci pour dire que M'Beki aurait pu faire mieux que ce bilan socio-économique assez nul.
Bon nombre d'observateurs estiment que l'économie de l'Afrique du Sud doit son dynamisme aux fondamentaux de l'Economie et non aux politiques maladroites menées par M'Beki contrairement au Maroc par exemple où le nouveau Roi ( après 99)a clairement défini son programme économique et sociale(INDH) qu'il met clairement en œuvre. Aujourd'hui, le taux de croissance tourne autour de 6.5 %, la pauvreté a nettement reculé , le chômage a baissé jusqu'aux alentours de 10 %. Voila la preuve d'une influence directe du pouvoir sur l'économie.

Ceci pour dire que Economiquement, 'L'afrique du Sud ne doit rien à Mbeki; encore moins sur la situation sociale si on fait allusion aux récentes émeutes des township

Quant à l'ANC, je ne parlerai pas de rancœurs au sein du parti mais de bons alibis que les adversaires de M'beki optimisent pour mieux l'écarter, comme c'est le cas aujourd'hui. C'est un jeu politique sain et raisonnable. ( voir exemple de Gordon Brown avec le parti travailliste).

Sincèrement , je crois plus à une lutte intestine pour "monopoliser" l'ANC et "déblayer la route" qui mène au pouvoir présidentiel. Zuma, peu importe l'appréciation subjective que je peux avoir de lui, accélère juste les choses par sa stratégie politique qui n'est pourtant pas anti-constitutionnelle.
Ou bien ?

Écrit par : Krathos | 20/09/2008

A quoi a servi la lutte d'indépendance menée par les sudafricains si au final ils doivent doivent agir comme leurs frères moins nantis des autres contrées africaines, c'est-à-dire, se mettre derrière quelqu'un parce qu'il est de votre région?
Le président M'béki a eu l'outrecuidance de sanctionner les actes de corruption de N'zuma dont le conseiller financier a été condamné à une peine d'emprisonnement de 15 ans pour la même affaire.
La morale de cette affaire est que partout en Afrique noire, on est hors d'atteinte lorsque l'on est d'une tribu majoritaire.
L'histoire retiendra de monsieur M'béki comme celui qui a oeuvré pour la dignité de l'Afrique comme le prouvent sa médiation dans la crise ivoirienne et plus récemment dans celle du Zimbabwé. Ce qui prouve qu'il est incorruptible ce qui ne semble pas être le cas de N'zuma qui a commencé à manger des deux mains avec les blancs alors qu'il n'a pas encore tous les léviers du pouvoir.
Wait and see!...

Écrit par : oscar48 | 20/09/2008

Je crois que le camp de Jacob Zuma vient de commettre une erreur qui risque de lui couter cher. Il donne l'impression d'agir dans la précipitation et de se monter peu respectueux des formes.
Si c'est un juge qui a invalidé l'action contre Zuma , aucun juge n'a encore affirmé Thabo Mbeki est responsable de ses malheurs judiciaires. Le fait qu'il se précipite pour demander la démission du Président( acte peu banal) pour des choses nullemenent prouvées va le faire passer pour irresponsable.
Je pense que Zuma a peu de chance de devenir Président (c'est un pronostic) et que c'est par pur cynisme politique qu'une partie des cadres du partile soutiennent.
Il reste quand même qu'une scission au sein de l'ANC est inscrite au calendrier et normal.

Écrit par : Djignab | 20/09/2008

Mbeki:

1/ Il a toujours defendu L'Afrique Noire et milite pour son independance politique et economique. En cela il a poursuivi avec success la politique de Mandela.
Mandela a joue un role majeur dans la transition Mobutu-Kabila en obtenant une resolution africaine de la transition dans ce pays. Souvenez-vous du navire de guerre "utenika" si ma memoire est fidele. tous les pbms par la suite au Congo resulte simplement du fait que les leaders africains concernes (kabila, Kagame, Museveni, Dos Santos, Mugabe, etc..) n'avaient pas tous la meme vision de l'Avenir de l'Afrique que mandela.
Mbeki a reussi avec maestria a imposer la meme idee de traiter les problemes entre africians, dans le cas du conflit ivoirien.
N'en deplaise a Krathos et les autres, si la Cote d'ivoire n'est pas redevenu un departement francais a ce jour, c'est bien grace a Mbeki! Inutile de revenir sur ses prouesses a L'ONU pour faire dejouer ce plan chiraquien. cela a ete evoque largement sur ce blog.
D'ailleurs pour la presse francafricaine et neocoloniale angalise, Mbeki est le symbole de l'echec meme en matiere de politique internationale et meme domestique. Rapellez-vous: lorsque les ex-maitres (qui n'ontjamais abandones l'idee de redevenir maitre tout court) encensent un leader Africain, il faut rester vigilent. Et quand ils n'en disent que du mal, alors il y a certainement du bien dans ce qu'il fait!

2/ Sur le plan de sa politique domestique.

Je n'ai pas suivi cela de tres pres.
mais L'ANC sous le leadership de Mbeki a certainement echoue dans sa politique de reduction de la pauvrete. Ils n'ont pas su faire profiter aux populations les dividendes economique et "marketing" du black emporwement. Tout comme la corruption generalisee ds les service sociaux du pays n'a pas ete combattue avec rigueur (cf. un article de Mbembe surle blog de Mabanckou). Consequence: coupure totale entre les elites politiques et economiques du pays et le peuple.

ZUMA

Il traine pas mal de casseroles. Deja!
Le plus inquietant des griefs pour moi est la corruption. AUCUN pays africain ne peut survivre s'il tolere la corruption a ce niveau de l'executif!
Regarder le paysage de la Francafrique si on se limite a ce perimetre africain.
Zuma inquiete donc.
Comment va-t-il utilise son cote homme proche du peuple ? impulser une politique economique et sociale qui va finalement sortir le pays de la misere ? ou plutot organise du clientelisme ? On verra bien...
je fais partie des sceptiques tout en esperant que le regime s'en sortira.
Le contraire, nous ramenera au moins 3 generations en arriere et pour toute l'Afrique.
je finirai en rappellant 2 choses:
A- un des arguments, outre l'economie assechee par les sanctions internationales et les actes de resistances internes de l'ANC, avances par les strateges anglais et americains pour convaincre les racistes sud-africains de lacher le pouvoir, est que les negres n'ont jamais su gerer un pays. ca finira ds le sang entre eux, et vous n'aurez meme pas a justifier votre retour aux pouvoirs. Et cette fois-ci les pleins pouvoirs! Car le monde aura vu ce que vos adversaires sont capables de faire en pire!
Mandela et Mbeki ont reussi a dementir cette prediction. Et ZUMA ?

B- l'Ambassadeur Andrew Young, ex-maire d'Atlanta, USA. leader des droits civiques et compagnon de MLK, apres un long periple africain en 2007 pour le tournage d'un documentaire special sur l'Afrique qui change (docu paru sur HBO aux USA), nous confiait ceci lors d'une conference a Atlanta en Novembre 2007:
- le pays qui inquite le plus en Afrique ?
reponse: l'Afrique du Sud. Il precise a cause de la tres grande disparite entre riches et pauvres chez les noirs, le trop grand nombre de noirs non-eduques et SURTOUT l'apres Mbeki. Les successeurs ne partagent pas les meme valeurs morales.
j'avoue cela a ete un choc ! Bien sur il ne pouvait pas donner plus de details techniques pour des raisons evidentes.
- le pays qui va emerger dans les 10 ans:
reponse: le Nigeria sans aucun doute.
il precise, le leadership politique et economique plus visionaire que dans le passe et que ce qu'on voit ailleurs sur le continent. Et surtout on voit concretement l'impact des politiques menees sur les populations. Les details sortent du cadre du fil de ce sujet.

En conclusion, nous devons monitorer L'Afrqiue du Sud de plus pres encore que par le passe.

Écrit par : hormheb | 20/09/2008

Hormheb, ce n'est pas une histoire de "n'en déplaise à qui que ce soit"...
M'Beki n'a pas réussi ces différents médiations : le cas de la Côte d'Ivoire où on a dû passer par Ouaga est déjà probant. Le Zimbabwé dont la partialité de M'Beki en faveur de Mugabé a été déja un obstacle à une sortie honorable de la médiation...
Je ne suis sur ce billet pour remuer les casseroles ivoiriennes ... M'beki, dans son pays, l'opinion publique lui reproche l'échec de sa politique sociale. 9a n'a rien à voir avec Abidjan !!!
M'Beki n'a plus de force représentative dans son parti, ça n'a aussi rien à voir avec Abidjan et ses déchets toxiques...
Vos "kpin Kpin Kpin" , Vos récitals ...garder les pour la campagne présidentielle qui s'approche.


Quant à Djignab, Dire que Zuma ne sera pas président , c'est surement mal connaitre la structure politique en Afrique du Sud qui met confère quasiment le statut de "monopole politique" à L'ANC , sans énumérer d'ailleurs la popularité de Zuma dans la couche sociale des noirs défavorisés.

Le bilan social désastreux de M'Beki joue en faveur de Zuma qui a noyauté l'ANC. Il y'a eu une sorte de bras de ferà la tête de l' ANC et de cela , Zuma est en train de sortir vaincu.
La constitution prévoit également une procédure de destitution du président par le parlement , si M'Beki joue l'honneur en choisissant de démissionner moi je trouve que le processus démocratique et constitutionnelle n'a pas été biaisé.
Soyons donc conscients de cela.

Je n'aime aucun des deux politiciens mais cela n'occulte pas pour autant l'esprit critique "neutre".Je le rappelle, le bilan social de M'Beki est désastreux, il n'y a rien à dire à cela. c'est donc un argument politique pour ses adversaires au sein de l'ANC.

D'ailleurs, on peut aimer M'Beki et détester Zuma mais reconnaissons que Zuma a eu raison de lui politiquement et loyalement.
Ici il est question de la procédure des pro-Zuma qui n'a rien d'anticonstitutionnel. Je ne crois pas qu'il faille pour cela provoquer la scission de ce parti historique , ce serait vraiment puéril et immature d'agir ainsi.Cela se produit aussi dans certains pays. Il y'a eu le Pakistan où Musharraf a démissionné du fait de la pression des opposants au parlement. En Angleterre, Gordon Brown est à l'épreuve au sein du parti travailliste et il y joue son avenir de "prime minister". En Israël, Ehud Olmert a démissionné sous la pression des siens pourtant il n'est pas le seul corrompu de Kadima (son parti). tout ceci n'est pas anti-réglémentaire, ce n'est pas anticonstitutionnel...
Et je ne crois pas que Gordon Brown va scissionner le parti travailliste s'il vient à être éjecter. Je ne crois pas aussi qu'Olmert va torpiller Kadima parce qu'il a été éjecté.
Pourquoi crier alors à la division parce que celui que vous aimez a été éjecté DEMOCRATIQUEMENT par celui que vous detestez ??

CHERS AFRICAINS, apprenez à respecter les institutions.
CHERS NEGRES, arrêtez vos NEGRERIES à la fin !!!

Si Zuma doit se "fracasser" la face, cela viendra dans sa gestion du pouvoir. Les bellicistes , les trouble-l'ordre-publique, les oiseuax de malheur doivent se garder d'inciter à la chienlit. Ça ressemble à une véritable nègrerie de souhaiter cela.
Un "négrologue"(néologisme du granf frère Théo) ne serait surement pas offusqué de la scission prochaine de l'ANC car il trouverait cela très typique de la mentalité nègre.
Ou bien ?

Écrit par : Krathos | 21/09/2008

Personne ici n'a crié à un coup d'Etat. Une pratique peut être légale et inélégante. Un parti ne doit pas instrumentaliser le Parlement pour créer régler des comptes internes qui ne remettent pas en question la probité du président... à part de vagues propos d'un juge ambitieux.
Maintenant, que l'ANC se scinde en deux, franchement, why not ? On aura au moins une clarification idéologique, et il n'y aura plus de "parti des Noirs". Cela ne voudrait pas dire que le pays va s'effondrer. Mieux vaut des débats démocratiques entre adversaires, plutôt que des conspirations et des "petits meurtres entre amis".
Maintenant, les Ivoiriens de tous bords devraient avoir de la reconnaissance pour Mbeki. C'est lui qui a mis fin au "noeud" Ouattara. C'est lui qui a suscité les accords de Ouaga qui, aujourd'hui, ont fait que le Burkina Faso et la CI ne sont plus des ennemis. Bien entendu, le travail n'est pas fini.
Les PDCistes comme Krathos devraient être reconnaissants à Mbeki : c'est lui qui a convaincu Gbagbo de donner une sur-représentation terrible à l'opposition au sein de la CEI. C'est à lui que Mambé doit son poste.
Ce qui irrite l'opposition ivoirienne, c'est que Mbeki a émis ouvertement quelques vérités très claires sur les hommes politiques ivoiriens ne respectant pas leurs institutions, leur préférent les mises sous tutelle onusiennes...
Les Africains, n'est-ce pas, devraient apprendre à respecter leurs institutions.

Écrit par : Théo | 21/09/2008

Non, le Grand Frère Théo, il ne s'agit pas bien sur de ton opinion. Il s'agit de Djignab qui a dit que :"une scission au sein de l'ANC est inscrite au calendrier et normal."
Une grande partie de ma réponse précédente lui est destinée.

Maintenant quand le grand frère Théo dit :"Un parti ne doit pas instrumentaliser le Parlement pour créer régler des comptes internes qui ne remettent pas en question la probité du président... à part de vagues propos d'un juge ambitieux."

C'est la question de la probité qui est donc mise en valeur par les adversaires internes de M'Beki. Tu juges que sa probité ne souffre d'aucun doute (c'est assez subjectif d'ailleurs), c'est le contraire chez les pro-Zuma qui sont majoritaires dans les instances du parti et aussi dans la représentation parlementaire de l'ANC.

Quant au mérite de M'Beki dans la crise ivoirienne, je crois là encore que le problème est subjectif. M'Beki n'a, à mon avis, pas grand mérite dans le processus itératif des accords en Côte d'ivoire sinon on en serait pas à L'APO.Sa partialité envers Gbagbo a été le point de rupture d'ailleurs avec les rebelles.
Imaginons qu'on soit au soir du 30 Novembre sans qu'Alassane Dramane soit candidat.
Crois-tu, grand Frère Théo, que cela soit possible au vu et au su de la crise ivoirienne ???

Quant au respect des institutions , je crois que les Africains doivent en faire une religion. Si c'était le cas, ne serait-ce que chez Gbagbo, celui-ci ne célébrerait pas les coups d'Etat en 1999 et c'est évident qu'il ne serait jamais président d'un pays qui organise des élections transparentes et démocratiques.
Bref.
J'ai envie d'être optimiste sur l'appréciation que les africains se font des institutions. les problèmes de personnes (M'Beki Vs Zuma), c'est vraiment secondaire lorsque la constitution ( socle d'une nation) ne s'en trouve pas biaisée. ceci pour dire que les "coups en politique" sont permis mais de grâce, qu'ils restent dans le canevas du légal, du constitutionnel, du réglementaire ou de la politique politicienne.

cette maturité, j'en ai foi, est encore à venir en Afrique Noire. travaillons-y !!!
Ou bien ?

Écrit par : Krathos | 21/09/2008

J'ose intervenir ce jour,
Car les négrologues sont de sortie, ici et là j'entends Mbaïki n'a rien fait, il n'a pas de mérite
Monsieur MBEKI a planté profondément dans nos cœurs et dans nos raisons un avenir, Comme il a dit, ce n'est pas parce l'avenir néfaste par les néologues que nous ne pouvons pas construire une alternative
Merci Monsieur MBEKI
Accepter la démission c'est encore nous monter que l'avenir qui nous est imposé (modification de la constitution du Cameroun sponsorisée par les négrologues, n'est pas forcément le nôtre
L'histoire que nous, vos enfants qui croyons en vous, construisons de Jobourg à Atlanta, de Haïti où vous avez su représenter l'Afrique digne lors de la création du premier Etat des descendants d'Africain jusqu'à Abidjan, vous réserve la plus haute des places
Dans 50 ans, quand enfin les livres d'histoire du Cameroun seront écrits au Cameroun par des Camerounais et pour les élèves Camerounais?
Dans 5o ans, quand les livres d'histoire du mali seront écrits au Mali par des Maliens pour des écoliers Maliens,
Ces livres traceront un jalon important, "La Renaissance Africaine" une philosophie, une idéologie, une espérance, combattue par des négrologues et leurs prolongations africaines mais durablement installée dans la nouvelle génération d'Africains et de descendants d'africains qui ont par la suite amené nos peuples à la révolution sociale et politique et au développement
Merci Monsieur MBEKI
Vous écrivez notre histoire

Écrit par : orossa | 21/09/2008

Krathos,

Je suis heureux de voir que tu parles de constitution :

"La constitution prévoit également une procédure de destitution du président par le parlement , si M'Beki joue l'honneur en choisissant de démissionner moi je trouve que le processus démocratique et constitutionnelle n'a pas été biaisé.
Soyons donc conscients de cela."

Au moins tu sais qu'une constitution n'est pas faite pour être violée mais respectée...on a déjà eu un débat bien nourrit sur ce sujet :-)))

Le peuple sud-africain doit faire une analyse de la situation, quand on fait un parallèle avec la Cote d'Ivoire (un exemple encore dans le feu de l'actualité). Tout le monde parle de la gouvernance calamiteuse du FPI, donc de Gbagbo mais on ne reclame pas que Gbagbo parte mais on demande que le FPI quitte le pouvoir. Meme si ceux qui le crient fort sur tous les toits mangent en ce moment dans la poilitique courageuse de Gbagbo. (Désolé du parti pris)

Aujourd'hui tout le monde, ici, parle de combat entre Zuma et MBEKI mais on ignore totalement le peuple qui peut dire mais c'est un echec total de l'ANC, et donc la meilleur solution dans ce cas serait une scission, l'ANC serait plus crédible.

Je pense sincèrement que connaissant ce que MBEKI a fait durant son mandat, cela va permettre de donner plus de crédit aux dirigeant africains qui croient en leur peuple avant mais qui savent que le combat commence d'abord et avant tout sur le plan économique.

Je suis convaincu que effectivement, c'est un risque que Zuma a pris mais avec lui l'ANC, au niveau national, on a beau être le parti le plus puissant le influent et le plus riche, si le peuple a décidé y a rien qu'on peut faire, ou bien??

Écrit par : metu | 21/09/2008

Salut,

Pour nous autres jeunes Africains qui rêvons d'un certain avenir pour l'Afrique, il va sans dire que la démission de Mbeki ns laisse un arrière-goût amer. Je ne vois personnellement pas Zuma attirer sur lui une qlconque autorité en dehors de la Zulu Land.

Je ne puis prétendre, pr autant, aimer plus l'Af du Sud que les Sud Africains. Ce débat me rappelle un peu les lendemains de l'élection présidentielle d'Octobre 2000 lorque ns recvions les leçons du monde entier ns disant QUI est mieux placé pr gouverner la CI!

Je pense cpdant que l'afrique vient de perdre son leader. Un peu le cas du Nigeria où l'élu fait bien de se taire; le fauteuil président bien trop grand pour lui.

Qui parlera en NOTRE nom dorénavant? Bien sûr, la voie/voix est dorénavant libre pr le Guide Lybien. Ce n'est pas Wade et son éternelle fanfaronnade, encore moins le rigolo de Libreville qui ns défendront.

Une question cependant: et si les Zulu voulaient s'accaparer de "leur" chose?

Écrit par : Lévy | 21/09/2008

salut je suis content car cela faire des mois que je suis a votre recherche je voudrais correspondre avec vous je voudrais etre dans ton ecole
je suis en inde bangalore

Écrit par : gueyo toty yves | 19/11/2008

Les commentaires sont fermés.