topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

10/08/2008

Profonde question philosophique

Y aurait-il eu Barack Obama sans 24 heures chrono et David Palmer ? Un article de Rue 89 ici.

Commentaires

cela voudait dire que les américains blancs (il faut le rappeler sont très majoritaire aux états unis) se mefieraient des noirs plus par préjugés d'incompétence et de non patriotisme qu'à cause de la couleur de leur peau! ce cas de figure laisse des chances à OBAMA.

En afrique on en est encore à quel est ton ethnie ou "mieux" d'oû viennent tes parents.

car si bedié pense être élu, c'est d'abord parcequ'il s'appui (ou ses stratèges) sur le vote genique, sinon côté bilan: zéro pointé! le seul président ivoirien à avoir servi aux ivoiriens un coup d'état sans effusion de sangcomme cadeau de noel. Idem pour le sanguinaire-lâche en col blanc...

Écrit par : marianne | 10/08/2008

je parlerai plutôt de préparation psychologique et non philosophique.
A travers le film qui il faut le rappeler a connu grand succès aux USA, les différentes catégories d'age aux USA ont été confrontés à cette interrogation pas forcement explicite et discutée ouvertement mais surtout analysé dans le subconscient : je parlerai alors de psychanalyse pour soutenir mes propos.

Je crois que toute personne ayant regardé le film et l'ayant apprécié, le rôle "réussi" qu'aurait tenu David Palmer même si celui-ci n'était pas vraiment sous les feux des regards, a influencé , sans le vouloir ou sans forcement y penser, le jugement que les téléspectateurs ont de Barack OBama à un niveau subjectif selon bien sûr d'autres caractéristiques ( la race, la tranche d'age, les convictions politiques ... ).

Si on se met dans le canevas de la psychanalyse, de la psychologie ou même de la philosophie, je crois qu'on peut lier scientifiquement la popularité de Barack Obama à la série télé 24 Heures Chrono.

D'ailleurs, peut être qu'il y'a eu des réseaux de financements du film qui sont liés au Sénateur Obama.

On ne sait jamais !!!

Écrit par : Krathos | 10/08/2008

"Pas de Barack Obama sans David Palmer "? Là n'est pas la bonne question, selon moi. L'interrogation intéressante ce serait, à mon avis, "Pas de David Palmer sans Barack Obama" ?

A cette dernière question, je repondrais par l'affirmative. Parce qu'en supposant même qu'il y ait eu des moyens "occultes" de la mise en fiction de Palmer, l'on crédibilise la théorie d'un Barack Obama, condition d'existence de David Palmer et non jamais l'inverse.

Subordonner l'existence de Barack Obama à celle de Palmer me parait une théorie invalide car elle présente le postulat - de toute évidence erroné - qu'Obama serait une sorte de petit opportuniste profitant d'un accidentel succès cinématographique. Ce qui est loin d'être vrai, puisqu'Obama est nécessairement actif avant son apprition sous les feux de la rampe, de sorte que le fameux film, pourrait justement n'être qu'une résultante de son activité.

On peut, à tort, supposer que le succès de Palmer participe du processus d'acclimatation des blancs des Usa à la figure d'un président de race noir. Cette position transparait en filigranne dans le bavardage de Mc Cain, cette semaine, à propos de David Palmer. Le procédé de Mc Cain consiste à suggérer qu'un bon président de couleur est un président de fiction.

Ma théorie sur ce sujet, c'est que les Usa sont déjà prête à recevoir un président noir. Le film, n'en a été qu'un identicateur. De même qu'une échographie ne peut être considérée comme la cause d'une grosesse, on ne peut penser un seul instant que c'est Palmer qui engendre Barack.

Ce pays aurait encore été hostile à la présidence d'un noir que le film aurait provoqué une levée de bouclier.

David Palmer n'aura été que l'une voix qui crie(ent) dans le "désert", la venue de celui qui devait arriver !!!

Écrit par : Edgar | 10/08/2008

"David Palmer n'aura été que l'une voix qui crie(ent) dans le "désert", la venue de celui qui devait arriver !!!"
Espérons fortement que les prophéties "Obama-isées" de "l'ancien testament " ne prendront pas fin sur un crucifix dans le Golgotha électoral des États-unis.

je crois que Mr Edgar a bien résumé la problématique d'antériorité ou de postériorité qu'aurait Obama, le politicien sur Palmer, la fiction cinématographique ou vice versa.

En fait, à mon humble avis, le débat d'antériorité/postériorité se situe a ce niveau qui a existé avant qui ? qui influence qui ?c'est -à-dire le rôle de Palmer existait -il avant l'annonce officielle d'Obama à sa course avant la présidentielle?

Lorsqu'on est dans le champ politique, on peut dire que le rôle de Palmer est une jauge ( involontaire à priori) pour voir si l'Amérique est prête à accueillir un noir comme président or au début de la Série " 24 Heures Chrono ( depuis le 06 Novembre 2001), je ne crois pas que la candidature du Sénateur de L'Illinois était d'actualité.

Je crois même que c'est peut-être l'indifférence, la curiosité et l'enthousiasme suscité dans certaines catégories d'age et couches sociales qui ont peut être convaincu Obama de l'opportunité de sa candidature.

Ainsi, je peux dire que l'antériorité du succès de la série a influencé l'appréciation qu'on a actuellement de la candidature d'Obama(postérieure à la série).

et comme par hasard dans le film,dans la Saison 1 qui débute( je le rapelle) en 2001, Palmer est sénateur avant de devenir Président.
quelle coincidence avec la candidature d'Obama plus tard, également Sénateur avant de postuler à la présidence.

Mon intuition qu'il y ait des financiers actuels d'Obama dans le financement de cette série est donc à prendre au sérieux.

En communication, Rien ne se fait au hasard et le boom actuel autour d'Obama montre qu'on a joué , depuis des années, sur la communication et certains valeurs psychologiques, voire psychanalytiques.
Obama représente une figure idéal en Marketing politique pour une plus grande frange de la population, vu les catégories d'age qu' il influence ainsi que les couches sociales et raciales.

Obama représente une figure politique beaucoup plus qualitative que le rôle de Palmer, c'est clair ; l'acteur Palmer représentait juste la légitimation cinématographique du NOIR comme président.


OR le CINÉMA influence évidemment LA PSYCHOLOGIE de la masse mais je tiens à préciser que le lien entre Palmer et Obama n'est que RACIAL.
rien à voir avec les programmes politiques .

Mc Cain a évidemment de bons conseillers , raison pour laquelle il s'attaque à ce coté idéalisé du rôle réussi de Palmer, qui est PSYCHOLOGIQUEMENT attribué à Obama dans l'imaginaire collectif.
Mc Cain veut tuer cet effet psychologique qui peut influencer l'électorat. C'est légitime et de bonne guerre; d'ailleurs, c'est ça la vraie politique de nos jours.

En conclusion, je crois qu'il n'y a pas de hasard entre " l'effet Palmer sur Obama". tout s'explique scientifiquement.

Écrit par : Krathos | 10/08/2008

@ Krathos,

Je viens de vous lire. Vous voyez combien de fois vous pouvez être objectif et pertinent quand vous ne vous implquez pas émotionnellement dans vos analyses. Essayez la même attitude quand vous analysez Gbagbo !!!

Cordialement !!!

Écrit par : HARRIS | 10/08/2008

@ Krathos,
(suite) C'est cela, l'abstraction dont je parlais dans mon adresse!

Écrit par : HARRIS | 10/08/2008

Au delà de la question de l'antériorité ou de "l'ultériorité" de Palmer à Obama ou vice versa, ce sujet ramène à l'ordre du jour la question de "l'exploitation de la psychologie du peuple à de bonnes ou de mauvaises fins.
LA PSYCHOLOGIE est le centre de l'homme, car ce qui se passe dans son esprit détermine les actes qu'il pose. L'homme peut donc se programmer comme on le ferait pour un ordinateur; et de la nature de cette programmation dépendent les actes des citoyens. En Côte d'Ivoire, nous avons connu les deux : - le premier cas avec Houphouët, qui, à force de rappeler à tout bout de champ la nécessité de préserver la paix a réussi à faire des ivoiriens des gens réellement pacifiques; et le second cas avec une nouvelle race de politiciens, qui ont une étrange façon de démontrer leur amour pour leur pays en appelant publiquement à « le mélanger » ou en battant campagne pour convaincre des ivoiriens qu'ils sont exclus par d'autres ivoiriens. Les deux schémas ont fonctionné.
Anecdote : à l'ouest de la CI où j'étais au début de l'embrasement de cette région par la rébellion. On a vécu une chose touchante; je ne sais plus si cet état d'esprit existe encore depuis. A Bloléquin, alors que les rebelles avaient été chassés après 4 jours d'occupation, de pillage et d'assassinat, les populations, au moment du ratissage ont capturé des rebelles égarés. Je vous assure, ces braves gens conduisaient aux Loyalistes ces gens qui leur avaient fait tant de mal parce qu'ils ne savaient pas ce qu'il fallait en faire. Ils n'en avaient pas la culture! Ce n'est plus le cas aujourd'hui, car la rébellion a bouleversé la psychologie ivoirienne. Maintenant, est-ce en bien ou en mal que les ivoiriens soient devenus plus belliqueux dans un monde qui est lui même belliqueux? A chacun d'apprécier.

Merci Théo pour ce sujet, il m'offre l'opportunité de lancer un débat avec la question suivante:

" De quelle manière devons-nous influencer la psychologie des africains face aux défis du développement et à l'adversité d'un monde impitoyable???"

CORDIALEMENT

Écrit par : HARRIS | 10/08/2008

Merci de me dire merci, Harris. Je constate que là on parle de psychologie changée grâce à une série télévisée. Mais quelles sont donc les valeurs que véhiculent nos séries télévisées à nous ?

Écrit par : Théo | 10/08/2008

Harris, donc je suis un peu malade (lol); Dès que j'entends la syllabe GBA , je suis déjà en transe et le visage d'ange , de républicain , de démocrate, de patriote qu'aurait l'individu se transforme en faciès de Lucifer ???(lol)
Non je ne crois pas .

Mais quelles sont donc les valeurs que véhiculent nos séries télévisées à nous ?

Concernant l'interrogation de mon très cher "Grand Frère Théo", je ne vais dire "psychologie changée" mais plutôt "influencée".

En effet, les séries que diffusent notre télé influent sur la psychologie de la MASSE.
Je me rappelle bien lorsqu'on était des bambins, on diffusait le dessin animé Benjamin et juste après avoir regardé l'épisode, on se ruait sur le terrain pour essayer de copier le tir de l'aigle, le tir du feu ....pour copier cette ferveur du football et jusqu'à aujourd'hui, je peux dire que le succès du dessin animé à influencer la tendance générale de notre génération et aussi le coté SPECTACLE du style "footballistique" des joueurs "pro" ivoiriens.

Prenons les séries ou téléfilms américains dans lesquels sont souvent vantés des plans de Braquage qui réussissent la plus part du temps et faisons une corrélation avec le Génie et les méthodes qu'a eu Sia Popo dans le Braquage de la BCEAO.
De nos jours, presque tous les braquages de Banque en Côte d'ivoire commence dans le domicile du chef d'agence avec une connexion interne et ça c'est une influence cinématographique Américaine.

Les séries brésiliennes qu'on diffuse depuis quelques années ont influencé la mentalité "pécuniaire" des jeunes filles à Abidjan, le côté Bling Bling et l'argent rapide ou facile pour ressembler aux héroïnes féminines de ces films. Raison pour laquelle, on a des Wollosso, des mange-mils, des "copines de refondateurs " avec des RAV 4.

Enfin, même le succès musical de la Côte d'ivoire est lié aussi à la diffusion télévisée à outrance de tout ce qui est danse , chant et spectacles musicaux .
sur TV Refondation ( ou RTI), il n'y a que ça : Panache, Tempo, Wozo Vacances, Varietoscope, Podium, Star Tonnerre, Tonnerre, Vidéo à la Carte, Plein air, Samedi ça me dit etc ... : Une vraie République de TOGUHÉ-SIABLÉ (chanter-danser)en activité dans la guerre (lol)

Tout ça est très PSYCHOLOGIQUE et je crois personnellement que c'est volontaire pour "endormir" les vrais problèmes du peuple ; le média visuel a une influence non négligeable sur les téléspectateurs surtout lorsqu'il est répétitif ( Cas des séries et autres émissions quotidiennes ou périodiques).

Écrit par : Krathos | 11/08/2008

Au cours d'une journée, tant que Krathos n'a pas lancé des flèches à la Refondation, il ne peut pas retrouver son équilibre métaphysique.

Même quand il fait une analyse imparable sur les séries télévisées, il se croit obligé d'attribuer des émissions à "TV Refondation", des émissions qui sont nées, pour certaines, au temps du parti unique et de la pensée unique.

En dehors de cette allusion, je partage pleinement son analyse. Une fois n'est pas coutume !!!

Écrit par : Youzan | 11/08/2008

Youzan, c'est vrai qu'au temps du PDCi on s' amusait mais il faut rappeler les caractères quantitatif et aussi qualitatif de ces émissions qui n'étaient pas vraiment les mêmes qu'actuellement. Avant , il y' avait Podium (émission très instructive musicalement) et Tempo le Samedi.
Moi, aujourd'hui, je déplore au passage la prolifération désordonnée de certaines émissions et une caution implicite que donne le CSA ou CNCA je crois ( Organe de régulation audiovisuelle) à toutes ces émissions dont l'excès nuit.

Je ne veux pas trop sortir du sujet lié à Obama et l'effet du média visuel sur sa candidature, sinon je t'aurais expliquer comment GBAGBO encourage (peut-être) INVOLONTAIREMENT les ivoiriens, voire la jeunesse à régler leurs problèmes ou fêter leurs succès à la rue Princesse, juste par le Média.

Je crois qu'on doit faire attention aux effets psychologiques que la télé( ou encore Internet ) a sur les populations.
Déjà, au niveau de la publicité audiovisuelle , c'est indéniable mais l'effet n'est pas pour autant moindre là où il n'y a pas "explicitement" désir de publicité.

Écrit par : Krathos | 11/08/2008

Krathos, il est tout à fait indiscutable que l'audio-visuelle a des effets psychologiques sur les populations.

Mais attribuer toutes les tendances déviationnistes des émissions de la RTI à Gbagbo, je ne suis pas d'accord.

On peut élargir le débat en l'ivoirisant, comme tu sais si bien le faire.

Et je souhaite vivement que tu m'expliques "comment GBAGBO encourage (peut-être) INVOLONTAIREMENT les ivoiriens, voire la jeunesse à régler leurs problèmes ou fêter leurs succès à la rue Princesse, juste par le Média."

Écrit par : Youzan | 11/08/2008

Dnase avec Jack Lang à la rue princesse avec le prétexte qu'on veut montrer aux ivoiriens que la paix est de retour.
Ok, je suis un adolescent de 14 ans et je regarde la télé, involontairement le fait que le président se rende dans ces endroits peut m'encourager, m'inciter par curiosité ou légitimation PRÉSIDENTIELLE que la Rue princesse est un bon endroit où on peut fêter les bons évènements comme le PRÉSIDENT le fait si bien.

Connaissant personnellement la Rue princesse de ces dernières années et les risques de tout genre( sexuel, sécuritaire, moeurs etc...)auxquels on s'y expose, je crois que Gbagbo a mal agi sur le plan "communication".
je ne sais pas qui a bien pu lui filer ce "poison".

l'influence psychologique de la visite de Gbagbo à la RUE PRINCESSE est plus négative que positive.

Côté responsabilité du pouvoir , je crois que la RTI ou TV REfondation (parce que entièrement contrôlé par la machine FPI) doit éviter de faire "à outrance" la promotion exagérée de ce côté danse/chant dans ces programmes et aussi réguler les séries brésiliennes/mexicaines, séries à l'eau de rose, qui sont au moins au nombre de 4 dans la semaine.
Comme je le disais peut-être que c'est VOLONTAIRE.

STAR TONNERRE par exemple, pour moi malgré le génie du concepteur, je crois que c'est une vraie NEGRERIE. Et il y'a même un ministre (de l'intégration je crois) qui les a reçues pour les féliciter.

Quelles sont les valeurs qu'elles véhiculent en minijupe ou mini-culotte noire , maquillage à outrance, avec des cuisses souvent dépigmentées à l'air ... pour qu'elles soient reçues par un ministre de la soi-disant Republique ???

et ça se fait dans l'indifférence générale !!!!

Voila en quoi je parle de RESPONSABILITÉ du pouvoir en place.N' y voit pas forcement Gbagbo ; la notion de pouvoir peut être abstraite car ce sont les conseils que j'ai reçus (lol).

j'espère bien qu'on fait la différence entre RESPONSABILITÉ du pouvoir(Abstrait , je précise !!! ) et CULPABILITÉ.

Écrit par : Krathos | 11/08/2008

J'ai 14 ans, je lis Tiburce Koffi, Venance Konan et l'excellent silver konan du réveil tardif, c'est sûr que je m'interdis d'aller à la Rue Princesse parceque j'y ai vu Gbagbo .

Or, si la présence de Koudou a la rue Princesse contribue à promouvoir la Rue, c'est quand même dommage, pour ceux qui sont payés pour nous convaincre que Gbagbo doit être systématiquement pris à contre-pied...

Comment après les brillantes sorties de , Koffi, Konan et Konan, il en est qui en soit encore à s'identifier au "faciès de l'incompétence" ?

Franchement, y a des gens qui font pas leur travail !!!! Et ça c'est pas bien.

Écrit par : Edgar | 11/08/2008

Je suis d'accord, pour le coup, avec Krathos quand il dit que le pouvoir est responsable des modèles promus par la TV et doit faire attention à ce qu'il s'y passe. Laisser prospérer le "coupé décalé" par exemple, musique des arnaqueurs et de la vie facile, en permanence sur la TV nationale, ce n'est pas sérieux.
Mais le problème est global et sociétal, dans le fond. Déjà, je fais remarquer que Kébé Yacouba, dès qu'il est arrivé, a suspendu les débats très intéressants de l'époque Aboké. Et puis, il n'y a qu'à regarder comment les théâtres sont vides et les lieux de bouffonnerie pleins pour se rendre compte que notre télé à l'image du peuple.
Pourtant, il doit bien y avoir une culture élitaire dans un pays. Gbagbo aurait pu, par exemple, créer une chaîne culturelle et de documentaires (une sorte de TV3) pour compenser les niaiseries de la RTI et de TV2. Je ne suis pas sûr que les gens qui peuvent le faire manquent. Même si peu de gens la regardent... combien de Français regardent Arte ?

Écrit par : Théo | 11/08/2008

Cher ami, la renommée de la Rue princesse a déchiré nos frontières avant que Gbagbo n'y prenne pied. Et je suis sûr que Mr Jack Lang a dû entendre dire beaucoup de bien de cette rue. Ce qui l'a certainement poussé à s'y rendre, par curiosité.

L'endroit a besoin d'être assaini, c'est de cela q'il faut parler. Sinon, que le président se rendre à un tel endroit, je n'y décèle aucun mal. Bien au contraire, c'est un acte de grande humilité... Il ne s'agit pas d'interdire aux Ivoiriens de se rendre à la Rue princesse, il faut plutôt inviter le Maire de Yopougon et les propriétaires de maquis de cette rue à rendre l'environnement un peu plus sain. C'est tout !

En ce qui concerne l'audiovisuel, je crois qu'il existe dans notre pays des organes de régulation, non inféodés au FPI, qui prennent leurs décisions en toute souveraineté. Il n'y a pas très longtemps, le spot publicitaire "se salir pour mieux apprendre" a été interdit de diffusion parce que pas très éducatif pour les enfants. Je m'en suis personnellement réjoui. C'est un exemple parmi tant d'autres.

Il convient d'encourager ces organes de régulation tout en appelant leur attention sur d'autres déviations. C'est à ce prix que nous pourrons ensemble redresser notre société. On est moins écouté lorsqu'on s'érige en moralisateur forcené.

Si on veut ramener toutes les tares de notre société à la seule Refondation, on cesse d'être crédile et on est donc très peu écouté, même si parfois on est dans le vrai.

C'est dans cette même Côte d'Ivoire que le MAPOUKA s'est très vite transformé en Mapouka dédjà... A l'époque, le Refondateur ABOKE avait fait prendre des mesures contre les excès de cette danse. N'empêche, le Mapouka Dédjà s'est déporté à Paris et s'est mué en prestation pornographique.

Le Coupé-décalé et son cortège de "travaillement" se sont imposés à nous, et parfois sans nous et malgré nous. "TV Refondation" même n'y pouvait rien. Un pays dans lequel on dit que 70% de la population n'a qu'un repas par jour alors que d'autres citoyens "versent" de l'argent dans les maquis, comment peut-on expliquer cela ?

Faut-il prendre un décret pour interdire que les jeunes se réjouissent dans les maquis ? Ce serait ça prendre ses responsabilités ?

Cherchons ensemble les causes de la dégradation des moeurs dans notre société. Et arrêtons d'accuser les pouvoirs publics. Ce n'est pas Gbagbo qui a accouché les "boucantiers" !!!

Écrit par : Youzan | 11/08/2008

Mon exemple sur l'enfant de 14 ans etait anonyme. En aucun cas je dis que mes visites , datant de Juillet 2007, ont été influencées pas l'apparition gaie de Gbagbo à la rue princesse qui, elle date de 2008.
Certaines réalités de l'age(curiosité) et amicales m'y ont conduit sans qu'un politique ou homme public ait influencé mon acte .

D'ailleurs, je n'ai surtout pas envie de discuter de FPI ou PDCI dans ce billet ô combien instructif. FPI vs PDCI vs RDR ..... C'est du rébarbatif qui "tue" à la longue mon activité intellectuelle et je n'aime pas ça.

Je parlerai désormais de notion abstraite du pouvoir dans ce billet.
D'abord je me réjouis de l'intervention du grand-frère Théo qui trouve, à raison, que les autorités concernées ont le devoir de réguler et de contrôler ce qui est offert comme programme télévisé aux populations parce qu'à la longue, cela influe sur les habitudes sociales de ces dites populations.

Quand le grand Frère Théo évoque le cas du théâtre "classique" qui meurt au profit, d'une bouffonnerie ou pièce comique, montée dans le seul but lucratif, je crois qu'il y'a urgence à contrôler les messages qu'on veut faire passer dans notre Télévision parlant de séries TV, d'émissions culturelles et de divertissement...voire le cadre religieux, puisqu'on oublie très souvent les Bossonistes et "animistes" à la Télévision(lol) tout en faisant la part belle au évangélistes de tout acabit qui nous pompe l'air , chaque midi, avec leur programmes interminables de prière.
Pour revenir au Théâtre, le coté éducatif du théâtre est relégué au second plan pour peut-être faire la promotion d'un Cauphy Gombo (rôle d'escroc et d'arnaqueur); à l'époque Cauphy Gombo était l'idole des enfants et ça, c'est très grave pour leur éducation.
Évoquons aussi le cas de ces personnages apparemment homosexuels , qui malgré les arguments dont usent les acteurs en question (Jimmy Danger et Doh Kanon), on a l'impression que c'est plutôt l'apologie de l'homosexualité et des escroqueries sentimentales qui est faite.

Lors des spectacles payants, ils font salle comble parce que le support Télévisé leur sert parfaitement d'outil de PROPAGANDE et de LÉGITIMATION et lorsqu'on compare au spectacle HEREMANKONO dont le grand frère Théo a fait la pub sur ce Blog , le gap est évident et déplorable à mon avis.

La télé joue donc un rôle capital dans les habitudes des populations.

Ce n'est pas le pouvoir (notion abstraite je précise) qui accouche les "boucantiers" mais le pouvoir, peut "légitimement" , contribuer à inhiber socialement ces phénomènes malsains en les boycottant des médias d'État et en régulant la promotion de ce type de musique sur les radios et autres médias privés.

J'étais en vacances 2006 je crois, et j'ai vu le Fameux DOUKSAGA inonder la scène de TEMPO de billets de banque et même l'artiste à l'honneur ( Bailly Spinto) a été oublié du fait de cet afflux de billets de banque sur la scène.
on relègue donc le talent musical au second plan pour de la fanfaronnade "nègre" et avilissante au niveau de l'éducation de masse.

Lorsque que la télé publique( voire privé) promeut ce genre d'abominations, on peut donc blâmer les autorités concernés jusqu'à la plus haute représentation du POUVOIR (notion abstraite).


Comme quelqu'un l'a dit, l'organe de régulation de l'audiovisuel a beaucoup à faire dans ce sens.
Je peux aussi dire que le constat de ces dernières années est quand même ALARMANT en terme d'influence négative de la télé sur la PSYCHOLOGIE de la masse.

Il y'a urgence .

Ps: Je n'ai pas parlé du mandat politique de Pierre ou de Paul même si il n'est pas impossible de situer les responsabilités des uns et des autres.
ce genre de sujet de "haute voltige" mérite plus d'intellect.
Merci au grand frère Théo pour "ces sujets" qui témoignent aisément en sa faveur, même si nos avis politiques divergent en général.

Écrit par : Krathos | 12/08/2008

Mon exemple sur l'enfant de 14 ans etait anonyme. En aucun cas je dis que mes visites , datant de Juillet 2007, ont été influencées pas l'apparition gaie de Gbagbo à la rue princesse qui, elle date de 2008.
Certaines réalités de l'age(curiosité) et amicales m'y ont conduit sans qu'un politique ou homme public ait influencé mon acte .

D'ailleurs, je n'ai surtout pas envie de discuter de FPI ou PDCI dans ce billet ô combien instructif. FPI vs PDCI vs RDR ..... C'est du rébarbatif qui "tue" à la longue mon activité intellectuelle et je n'aime pas ça.

Je parlerai désormais de notion abstraite du pouvoir dans ce billet.
D'abord je me réjouis de l'intervention du grand-frère Théo qui trouve, à raison, que les autorités concernées ont le devoir de réguler et de contrôler ce qui est offert comme programme télévisé aux populations parce qu'à la longue, cela influe sur les habitudes sociales de ces dites populations.

Quand le grand Frère Théo évoque le cas du théâtre "classique" qui meurt au profit, d'une bouffonnerie ou pièce comique, montée dans le seul but lucratif, je crois qu'il y'a urgence à contrôler les messages qu'on veut faire passer dans notre Télévision parlant de séries TV, d'émissions culturelles et de divertissement...voire le cadre religieux, puisqu'on oublie très souvent les Bossonistes et "animistes" à la Télévision(lol) tout en faisant la part belle au évangélistes de tout acabit qui nous pompe l'air , chaque midi, avec leur programmes interminables de prière.
Pour revenir au Théâtre, le coté éducatif du théâtre est relégué au second plan pour peut-être faire la promotion d'un Cauphy Gombo (rôle d'escroc et d'arnaqueur); à l'époque Cauphy Gombo était l'idole des enfants et ça, c'est très grave pour leur éducation.
Évoquons aussi le cas de ces personnages apparemment homosexuels , qui malgré les arguments dont usent les acteurs en question (Jimmy Danger et Doh Kanon), on a l'impression que c'est plutôt l'apologie de l'homosexualité et des escroqueries sentimentales qui est faite.

Lors des spectacles payants, ils font salle comble parce que le support Télévisé leur sert parfaitement d'outil de PROPAGANDE et de LÉGITIMATION et lorsqu'on compare au spectacle HEREMANKONO dont le grand frère Théo a fait la pub sur ce Blog , le gap est évident et déplorable à mon avis.

La télé joue donc un rôle capital dans les habitudes des populations.

Ce n'est pas le pouvoir (notion abstraite je précise) qui accouche les "boucantiers" mais le pouvoir, peut "légitimement" , contribuer à inhiber socialement ces phénomènes malsains en les boycottant des médias d'État et en régulant la promotion de ce type de musique sur les radios et autres médias privés.

J'étais en vacances 2006 je crois, et j'ai vu le Fameux DOUKSAGA inonder la scène de TEMPO de billets de banque et même l'artiste à l'honneur ( Bailly Spinto) a été oublié du fait de cet afflux de billets de banque sur la scène.
on relègue donc le talent musical au second plan pour de la fanfaronnade "nègre" et avilissante au niveau de l'éducation de masse.

Lorsque que la télé publique( voire privé) promeut ce genre d'abominations, on peut donc blâmer les autorités concernés jusqu'à la plus haute représentation du POUVOIR (notion abstraite).


Comme quelqu'un l'a dit, l'organe de régulation de l'audiovisuel a beaucoup à faire dans ce sens.
Je peux aussi dire que le constat de ces dernières années est quand même ALARMANT en terme d'influence négative de la télé sur la PSYCHOLOGIE de la masse.

Il y'a urgence .

Ps: Je n'ai pas parlé du mandat politique de Pierre ou de Paul même si il n'est pas impossible de situer les responsabilités des uns et des autres.
ce genre de sujet de "haute voltige" mérite plus d'intellect.
Merci au grand frère Théo pour "ces sujets" qui témoignent aisément en sa faveur, même si nos avis politiques divergent en général.

Écrit par : Krathos | 12/08/2008

"FPI vs PDCI vs RDR ..... C'est du rébarbatif qui "tue" à la longue mon activité intellectuelle et je n'aime pas ça."

Est-ce Krathos qui écrit cela ? Si oui, ma journée est gagnée !!! (lol).

Je viens de lire avec grand intérêt la réflexion de mon ami Krathos. Je la partage à bien des égards, tout en émettant des réserves.

En effet, le phénomène "boucantier" reste pour l'instant la plus grosse déception de la jeunesse ivoirienne. Je ne vais pas m'attarder là-dessus, surtout que Krathos a déjà tout dit, ou presque.

Je vais donc directement formuler mes réserves en ce qui concerne le spectacle humoristique et la promotion qui en faite par la télé.

On a connu les Adjé Daniel, Diallo Ticouai Vincent et autres. ça, c'était du spectacle, de l'art qui présentait la société dans toute sa nudité et qui nous faisait réfléchir.

Aujourd'hui, on ne réfléchit plus, on rit à gorge déployée devant les "bouffonneries". Là-dessus, nous sommes d'accord.

Mais, faut-il jeter la pierre à ses acteurs, du reste, talentueux ? Ils sont des artistes qui souhaitent vivre décemment de leur art. S'ils n'y a personne pour les aider à faire du vrai théatre éducatif, eux ils font quoi ? Ils sont obligés de produire des sketches à moindre coût pour continuer à vivre.

Si Adrienne Koutouan et Gohou Michel ont été récrutés pour camper des rôles dans "les éléphants se battent" (film burkinabé ayant remporté un prix au FESPACO), c'est non seulement parce que ces acteurs ont du talent, mais aussi et surtout parce qu'il s'est trouvé, au pays des hommes intègres, des gens capables d'aider les artistes.

Il en va de même pour les longs métrages, courts métrages, et que sais-je encore ?

Au total, je pense que la prolifération des scènes comiques au détriment du vrai théatre éducatif n'est pas un fait imputable aux artistes.

Maintenant, faut-il laisser passer ces boufonneries à la télé nationale ? Chacun a son avis là-dessus.

Moi je pense que ce n'est pas un mal en soi. Dans toutes les télé du monde, il y a des espaces réservés pour le rire. Les gens en ont parfois besoin pour évacuer la mauvaise humeur de la journée. Il faut simplement le faire sous contrôle... du pouvoir "abstrait" (clin d'oeil à Krathos lol).

Et puis, la question est rendue complexe par le statut juridique de la RTI. Si notre télé doit produire sa propre richesse, elle doit d'abord et avant tout compter sur les annonceurs... Si tu payes, ton message passe. Dans ces conditions, on peut filtrer les messages, mais jusqu'à quelle hauteur ?

Mon ami Krathos a parlé du défilé des Evangélistes à la télé. Mais, ces gens que nous voyons chaque midi sur le petit écran, ils payent de fortes sommes d'argent pour accéder à "Midi Première". Si les "Bossonistes" payent, ils passeront, les boudhistes également.

Souvent, il y a des gens qu'on n'a pas envie de voir à la télé (moi, je déteste particulièrement ceux qui campent le rôle de Félicia et Manan Kampès) mais qui y sont quand-même. La télé ne fait pas leur "promo", elle a surtout besoin de leur argent. C'est ça qui est la vérité. Et c'est ça qui est dommage !

Sarkozy a supprimé la publicité sur les chaînes publiques françaises, mais il est obligé de compenser le manque-à-gagner de ces chaînes sur fonds publics.

On peut en arriver là en Côte d'Ivoire, pourvu que le contribuable mette la main à la poche pour aider sa télé...

Écrit par : Youzan | 12/08/2008

Krathos, arrêtes d'appeler Théo "grand-frère", il n'est pas ton grand-frère.

Je ne vois pourquoi on devrait toujours donner dans l'inflation, lorsqu'il s'agit de décrire des choses qu'on ne porte pas dans le coeur. Je n'étais pas spécialement "fan" de Douksaga, mais je ne vois pas ce qu'il faisait de plus abominable que notre Kimi la bouteille nationale, des années "emBoignysées".

Qu'on nous épargne donc ce discours intégriste qui est bien trop bien souvent la dissimulation (hypocrite) de stupres.


Cela dit, de l'abomination, il y en a à la télé. Mais , cela remonte au moins à notre chérie Tshala Muana qui se déhanchait déjà sous les yeux émerveillés du Papa National et de son homonyme, le Tout-puissant-Nanan. Ils salivaient à l'unisson (Afaka ya !!! ) devant les déhanchements de la bonne congolaise.

Alors aujourd'hui on me parle de quoi ?

Variétoscope de ses pas lascifs et graveleux a pourri pendant 20 ans des générations d'ivoiriens, et l'on voudrait qu'en un coup de baguette magique tout ne soit que charme, sainteté et félicité ?

Le Mapouka, Tina spencer, Kimi la Bombe et autres calamité cul-turelles ont germé en des temps (d'antenne) autres que ceux dits de la Refondation, et au moment de la moisson , on me parle de TV Refondation ? C'est malhonête !!!!! C'est quoi ça ?????

Merci au petit-frère Théo, qui nous laisse intervenir sur sa page. Je pense que s'il nous laisse gloser sur sa page c'est aussi parce que nous savons ne pas le traiter d'imbécile. "Grand-frère Théo", c'est quand même plus agréable à entendre qu'autre chose ! On se connait dans ce village.

Ps :Je trouve irresponsable qu'on prétende parler sans arrière-pensée politique quand on nomme la télé ivoirienne TV Refondation. Il faut avoir le courage d'aller au bout de ses premisses, c'est aussi cela l'intellect.

Écrit par : Edgar | 12/08/2008

Moi, je crois qu' il y a des gens qui ont des problèmes particuliers !!! (lol)
J'appelle Théo "Grand frère" et "ça" se plaint or Théo , lui même , n' a jamais balayé de la main ce titre affectif et surtout de RESPECT dans le jargon ivoirien.
Quand même !! si en plus, vous appelez Théo "petit frère" , je ne comprends plus cet acharnement puéril à n'en point finir sur ma PETITE personne .

Sachons dépassionner le débat quand il le faut, ici ce n'est pas guéuerre habituelle entre FPI vs PDCI ou FPI vs RDR(lol) !!!

Pour poursuivre dans le sillage de Mr Youzan qui disait :" Sarkozy a supprimé la publicité sur les chaînes publiques françaises, mais il est obligé de compenser le manque-à-gagner de ces chaînes sur fonds publics."

Je crois que pour nous qui n'avons que 2 chaines publics (pas encore de chaines Télé privés) , il faille que l'État puisse avoir un véritable contrôle sur ce qui passe aux antennes.
On ne peut pas pousser la Télé à mercantiliser à l'excès ses plages de diffusion, sinon on risque de privilégier le "pécunier" au détriment de l'éthique.
Et c'est ce qui se passe actuellement, la Télé ivoirienne est devenue la CAUTION PREMIÈRE de tout ce qui est amoral, incivique et dévalorisant.

La responsabilité directe est celle de la RTI, qui elle peut trouver d'autres responsabilités légitimes au niveau des pouvoirs publics qui ont presque coupé les ponts du côté FINANCES.
L'organe de régulation aussi est à plaindre, et puisque ce n'est pas JEAN LUC BÉDIÉ (l'ex-importateur de riz)qui signe les décrets de nomination à ces postes-là, on peut à raison situer les responsabilités au plus haut niveau de l'État lorsque le travail à la base est mal fait.
Il faut se rendre compte que l'influence de la télé actuellement sur la psychologie de la masse est plus que négative.
Les citoyens, toutes les couches d'age confondues, "absorbent " malheureusement les mauvais exemples que la TÉLÉ IVOIRIENNE leur sert dans l'indifférence générale, et souvent avec un certain engouement PUBLICITAIRE pour récolter des "sous".
Le caractère publique de la Télé Ivoirienne l'empêche d'être une boite à sous exclusivement.

Faire ce constat est le plus important or il n'en est rien au niveau des pouvoirs publics actuellement.

On en parle AUJOURD'HUI parce qu'il y'a urgence et on ne demande pas aux dirigeants actuels de faire des cours d'histoire sur le passé politique dit-on CATASTROPHIQUE qu'ils sont censés "RE-FONDER" depuis 8 ans.

C'est l'excès NÉGATIF d'aujourd'hui qui interpelle et je crois qu'il faut en discuter afin de déceler comment la Télé Nationale pourrait corriger ses erreurs et être instructive, éducative, ludique dans les normes ......... en clair, bénéfique aux populations.


Quand le "grand Frère Théo" (pian !!!) posait la question, il ne demandait pas de retracer l'histoire de la Télé ivoirienne et d'en ajouter les agréments impudiques dont raffole certains.
Le "grand frère Théo" (pian !!!) posait cette question : "Mais quelles sont donc les valeurs que véhiculent nos séries télévisées à nous ?"

"Que véhiculent", le verbe "VÉHICULER" est donc au présent de l'indicatif et non passé composé de l'indicatif ou encore passé réinventé du "Refondu" (lol).


SANS PASSIONS et surtout SANS NERVOSITÉ , Bon débat à tous !!!

Écrit par : Krathos | 12/08/2008

Krathos, c'est justement parce que nous n'avons que deux chaînes de télé que la tâche est difficile. Sarkozy a supprimé la pub sur les chaînes publiques, mais les annonceurs se rabattront sur les chaînes privées. Chez nous, ce n'est pas encore le cas.

Et puis, la critique est aisée, mais l'art est difficile. Que propose Krathos à Brou Amessan ? Qu'est-ce qu'il propose aux organes de régulation ?

Moi, j'observe comme Edgar, que de Houphouët à Gbagbo, en passant par Bédié et Guéi, les programmes de la RTI sont restés les mêmes. Ce sont les noms et les animateurs qui changent.

De "Dallas" à "Au coeur du péché" en passant par "Santa Barbara" et "La tour de Babel", les séries brésiliennes sont les mêmes qui nous sont toujours servies, aux heures habituelles. Quand je vais sur le satellite, je retrouve les mêmes séries brésiliennes et mexicaines sur les chaînes maliennes et sénégalaises.

Depuis Barthélémy Inabo jusquà Innocent Foto, les invités de "Midi première" ont toujours la même qualité.

Pour dépouiller notre télé de tous ces déchets, que proposons-nous (je reviens sur le question) ?

Théo a parlé d'une sorte de TV3. Pour moi, l'urgence c'était de libéraliser l'espace audio-visuel, chaque chaîne devant naturellement avoir un "cahier de charges" précis. Je crois que cela a été fait, et John Jay a annoncé sa télé. Je ne sais pas ce qu'il en est actuellement.

Si nous passons tout notre temps à critiquer sans rien proposer, si nous regrettons les conséquences sans observer les causes, notre télé continuera d'avoir les mêmes effets psychologiques néfastes sur les masses, avec notre complicité tacite.

Écrit par : Youzan | 12/08/2008

Le problème de la RTI, à mon avis, n'est pas financier. Ils ont un monopole énorme et en ces temps de concurrence dans les télécoms, des revenus conséquents. Il faut, à mon sens, mieux contrôler l'utilisation de leur argent.
Maintenant, il faudrait qu'ils aient un cahier de charges en matière de contenus éducatifs et culturels. C'est pour cette raison que je plaide pour une TV3, plus "propre", pour ceux qui veulent sortir de la boue.

Écrit par : Théo | 12/08/2008

Voilà revenu, le Krathos du parc zoologique, il n'est jamais très loin, vous savez. Et ça donne des choses du genre : "Je l'appelle grand-frère, Pian !", Et puis quoi, encore ! Toujours content de te chambrer.... Appelle-le Papa même si tu veux.

La question de notre capacité à fonder une télévision plus éducative nous pousse à analyser le statut de notre télévision nationale. Cette télé a eu ces dernières années plus d'un statut.

Pour le citoyen lambda, la RTI puisqu'elle occupe toujours les mêmes locaux est restée la même. Pourtant en huit ans, que changements et de mutations.

En octobre 2003, alors qu'elle était société d’économie mixte de type particulier, elle devenait par la force des armes et de certains appuis diplomatiques à peine voilés, une société anonyme !

Observez par vous même le ballet "statutaire" qu'a eu la RTI en si peu de temps et vous verrez vous-même qu'elle n'est pas la boite cathodique à télécommande refondatrice qu'on veut nous servir.

Les pouvoirs publics ont-ils les coudées franches pour mener à bien leur politique éducative à l'écran ?

Pour la seule année 2003, par exemple, au moins 3 changements ont été opérés dans l'ordonnancement statutaire de cette structure. Sous l'impulsion des signataire de l'accord de Marcoussis. Si mes souvenirs sont bien exacts :

12 septembre 2003, transformation de la RTI en société
anonyme, 15 septembre 2003, soit 3 jours plus tard, retour au statut de sociétéd’économie mixte de type particulier,
16 octobre, retour au statut de société anonyme !!!

Alors avec de telles perturbations, est-ce qu'un projet éducatif cohérent peut-être mené ?Le jeu permanent des politiques ne brouille-t-il pas la possibilité de la mise en selle d'une télé réellement éducative, mieux, la télé nationale n'échappe-telle pas au contrôle des pouvoirs publics, sous le couverts des réformes liés aux accords dits de paix ?

Pour moi on ne peut aujourd'hui analyser les programmes de la RTI dans l'oubli de sa structuration juridique, elle-même fortement tributaire des bouleversements politiques.

Demander à un architecte de rebâtir une maison, en lui imposant une main d'oeuvre opposé à ces plans, c'est être tout simplement de mauvaise foi !

En 8 ans, tout le monde la sait que les "pouvoirs" ont eu très peu les de coudées franches. Et cela se conjugue bien encore au présent tout simple. Il faut savoir ce qu'on veut.

Oui bien-sûr, on me dira, gouverner c'est prévoir, ils auraient dû prévoir qu'ils seraient attaqués. Mais on en serait simplement retourné, à cette bonne ritournelle PDCI VS RDR VS FPI...

Notre télévison véhicule une éducation anonyme. C'est le statut autour duquel nos figures emblématiques se sont accordées. Refondateurs, emboignysés et autres. Ils assument collectivement cette responsabilité !

Nous citoyens, sans ancrage partisans, pouvons, en toute honnêteté dénoncer les tares qu'on nous sert, mais on ne pourra faire porter le chapeau à une seule chapelle de décideurs.

Ce qu'est la télé aujourd'hui, c'est le résultat à 80 % des accords de Marcoussis et de Ouagadougou !

Les 20 % reviennent à Brou Amessan et à Honoré Guié.

Tres bon débat à tous !!!!!

Écrit par : Edgar | 12/08/2008

Éducation anonyme ( voire contenu visuel anonyme) parce que le statut juridique de la RTI serait celui de la SA ????
Vraiment je me demande bien d'où il tient sa conception du droit commercial !!!


Et puis, si le pouvoir actuel n'a pas de contrôle sur le contenu de diffusion qu'est ce qui explique les censures insensées du Sieur Amessan à la RTI ???
le caractère de SA (société anonyme) le lui permet ?
Expliquez nous Monsieur l'expert en droit commercial

Youzan, comme tu le dis, j'aurais bien envie de proposer des alternatives mais au moins, il faut que j'ai confiance aux compétences de certains.
Balancer un présentateur de "Journal Télévisé" à la direction Générale sans Etapes successives dans la Hiérarchie administrative et sans compétences manageriales théoriques , je crois que l'environnement d'assistants "politisés"qu'on connait à ce Brou Amessan ne peut empêcher la catastrophe.

Comme d'habitude, le syndrome " ce n'est pas Nous, ce sont les autres" est d'actualité pourtant Brou Amessan peut décider du BOYCOTT EXCLUSIF de certaines "clips Vidéos"( voir Yodé et siro , voir Tiken Jah) et de certaines manifestations politiques sans en faire de même pour le TOGUHÉ-SIABLÉ de Kpangor et de coupé décalé qui passe en boucle dans la journée et qui abêti évidemment la jeunesse, sans le faire pour la suppression de certaines negreries musicales ( Music Mix, Atalaku dj, des "conneries" comme ça !!!!).

tout ça ne gêne pas Brou Amessan mais le jour on dit Bédié a créé l'émeute à Soubré , on censure... Meeting véridique de Gnamien Konan, on censure ... Agression présumée de Dagri Diabaté , on censure ... mais les émissions "NÈGRES", "ABÊTISSANTES" et IDIOTES qui passent en boucle ne gênent pas Brou Amessan...là, il ne censure pas et "ça" vient nous dire accords de marcoussis, structuration juridique bla bla bla ....

En quoi le statut juridique d'une société, signé par je ne sais qui, influence le droit de contrôle qu'a un DG sur ce qui se passe dans son "Entreprise" ???
c'est le statut juridique de la RTI qui empêche Brou Amessan de faire de l'auto-régulation et d'adopter une politique OPTIMALE de sélectivité?

On ne propose pas des solutions à un DG télécommandé depuis le palais présidentiel, on s'adresse directement à ses "tuteurs" qui d'ailleurs n'ont aucune éthique à revendiquer.

Parlons-en scientifiquement et intelligemment mais pourquoi exiger ce qui semble, encore une fois, hors de leur responsabilité ?
Toujours, ils disent :" nous n'avons rien à nous reprocher , demandez à ceux d'à côté".
Et avec de telles irresponsabilités, "ça" se considère "citoyen, sans ancrage partisan"... vraiment, je n'arrête pas de rigoler avec ces gens-là (lol).

ps: et oui Mr Edgar, en ma qualité de médecin-soignant-psychologue, j'étais au parc zoologique pour diagnostiquer les âneries, les singeries et les moutonneries auxquelles un ANIMAL HYBRIDE "Ed-garé" s'adonnait.
Hélas .... Hélas, malgré mes COMPÉTENCES, le cas était vraisemblablement désespéré . Prions pour lui (lol).

Écrit par : Krathos | 12/08/2008

Théo, de quelle(s) source(s) de financement pourra jouir TV3 ?

Écrit par : Youzan | 12/08/2008

De la pub et de la redevance, comme TV2.

Écrit par : Théo | 12/08/2008

Amen. C'est déjà bon que tu t'en remettes à la prière, vétérinaire autoproclamé !

NÈGRES", "ABÊTISSANTES" et IDIOTES ???? On avait dit pas de gros mots non?

Bon je vois que "ça", n'a plus rien à dire.

Allez, bonsoir !

Écrit par : Edgar | 12/08/2008

Non Krathos, laisse ces histoires de "censure", "incompétence", "conneries" et fais-nous des propositions, s'il te plaît. En le faisant, c'est ton "grand-frère Théo" que tu honores, puisque c'est sa plate-forme que tu enrichis. Pour un grand-frère, on peut quand-même consentir ce sacrifice, non ?

Si nous nous attardons sur les questions de censure, on risque de sortir du débat. Parce que la RTI, qui a toujours vécu au rythme de la censure, n'a jamais été aussi démocratique qu'aujourd'hui. C'est maintenant qu'on voit des gens qui ont le temps de faire le décompte des minutes accordées à chaque parti politique à la télé !!! ça me fait rire.

Laurent Gbagbo lui-même a été longtemps censuré au temps de la pensée unique. Il a été censuré en pleine campagne présidentielle en 1990. Sa campagne télé a été brutalement interrompue. Alors, tu vas me dire quoi ici ?

Arrêtons de jauger la compétence des autres, c'est trop prétentieux !

La RTI a, de tout temps, été le réflet de la société ivoirienne. Au temps où les Adjé Daniel étaient sur les planches, ce sont les Adjé Daniel que la RTI présentait. Aujourd'hui, si nos artistes sont abandonnés à eux-mêmes et qu'ils deviennent des bouffons, ce sont ces bouffons que la RTI nous présentera.

Au temps où Seri Simplice et Amédée Pierre étaient au sommet de leur art, ce sont eux qui avaient l'antenne. Aujourd'hui, si notre société produit des Atalaku DJ, les Atalaku DJ passeront à la télé.

Si nous nous attelons à faire de la purge à la télé, ce ne sont pas les émissions seulement qu'il faudra supprimer, mais les animateurs aussi parce que ces émissions ne valent que par l'esprit de créativité de ceux qui les animent. Le temps de RFK (Roger Fulgence Kassi) et du Studio 302 est loin derrière nous. Ce n'est plus l'époque de la bande enthousiaste des NG10.

Mais, si nous bannissons nos animateurs d'aujourd'hui, allons-nous récruter des talents au Guatemala ou en Papouasi-Nouvelle-Guinée pour venir animer les émissions de la RTI ? Ces animateurs que nous avons maintenant, devraient-ils sortir des cuisses de Jupiter ?

Non, évidemment ! Ils sont sortis de notre Université de cinq mille places pour 65 mille bachéliers. Oui, ces "génies" de notre temps sont ceux-là qui, à la Fac, prenaient des cours assis à même le sol, sur la pélouse de l'Université, faute de place en Amphithéatre... Ils ont terminé leurs études à l'ISTC et non à la Panthéon Sorbonne.

Penses-tu que ton grand-frère Théo, dont j'admire le talent, a obtenu son diplôme de journalisme professionnel à Yaoundé ou à Douala ? Non, c'était à Lille.

Si on forme au rabais, on produit au rabais !

Pour paraphraser l'autre, je dirai: "chaque société a la télé qu'elle mérite".

On ne pourra jamais tout dire en une page !

Et puis, Krathos, en insultant les Refondateurs, n'empêche pas qu'on te rappelle que c'est le passé qui influence le présent, et le présent qui détermine l'avenir. Tu ne peux pas tout le temps chanter tes mêmes cantiques du genre: "on parle d'eux et ils parlent de leurs prédécesseurs...".

Personne n'est "propre" dans ce pays !

Écrit par : Youzan | 12/08/2008

Théo, penses-tu que TV3 pourra survivre avec seulement la redevance audiovisuelle et les recettes publicitaires ?

Si elle est une chaîne publique, il faudra également (et peut-être nécessairement) une "petite" subvention de l'Etat. ça ferait trop pour la population qui paye déjà une redevance, trop également pour l'Etat qui verrait ses charges s'accroître.

Pourquoi ne pas penser à une chaîne privée, à péage par exemple ?

Écrit par : Youzan | 13/08/2008

Je crois que j'ai assez dit sur la fuite de responsabilité des pouvoirs publics dont l'abstraction,, je le reconnais, m'a échappé du fait des mensonges que "quelqu'un" déblatère à l'excès ici.
L' éthique professionnelle(lol) m'empêche d'euthanasier le fameux animal Hybride sinon, Youzan, je partage une grande partie de ton constat, de tes remarques sur le reflet de notre système éducatif dans nos médias.

Mais au moins comprenons qu'il y'a des problèmes dont l'ampleur va crescendo, situons également les responsabilités et les manquements pour mieux les enrayer dans l'avenir.

Ne nous trompons pas car dès que la Télévision nationale publique va mal , on indexe en premier lieu son directeur; ensuite, dans la hiérarchie, l'organe de régulation, son ministère de tutelle et finalement le sommet du pouvoir public quand les problèmes touchent l'ossature de notre identité nationale.

Si à chaque fois qu'on va situer des problèmes qui empirent, on nous rabat aux oreilles les mêmes ALIBIS qui consistent à déléguer lâchement les RESPONSABILITÉS aux "gens d'avant", ne vous étonnez pas qu'aujourd'hui les gens d'avant soient en train d 'être plébiscité à cause ce déni de "responsabilité minimale" chez ceux qui tiennent actuellement la barre.

Vous voyez que les Refondateurs même à travers leurs déclarations et frasques relayées dans les médias ont influencé la PSYCHOLOGIE de la classe moyenne du pays.

Même l' "excès de Gbagbo" à la Télé n'est pas forcement positif , les censures exagérées de l'opposition ont de mauvaises influences sur ceux qui politiquement ont déjà une mauvaise appréciation de Gbagbo, la gestion de la communication lorsqu' éclatent les scandales et autres détournements.

ce sont des détails très importants qui sont très mal gérés par le FPI qui ne pense qu' à creer une strategie pour convaincre ceux qui lui sont déja acquis.
Le FPI gère mal sa communication, ça se voit tous les jours or en étant intelligent et "averti", on peut renverser des tendances qui naturellement sont en notre défaveur.

Tout cela nécessite une vraie POLITIQUE de communication mais peut-être que ça n'intéresse pas les miliciens et autres "excités" du FPI qui s'échauffent déjà à l'Est du pays.

Quant à la proposition du grand frère Théo (pian !!!), je crois que TV3 ou chaine culturel doit être plutôt une structure au sein de la RTI (un département promotionnel de la culture ) qui s'occupe à insérer dans les programmes respectifs de" la Première et de TV2 des émissions qui vont contre-balancer, voire remplacer le trop plein de "negreries" musicales qui nous avilit.
Au lieu de créer de nouvelles exigences budgétaires, on peut optimiser en transformant tout le département musical (RTI Music) en structure culturelle qui s'intéressera à promouvoir des émissions musicales qui assurent tant bien que mal la rentabilité financière avec une censure minimale côté "mœurs et valeurs" et aussi d'autres émissions culturelles qui vont ré-éduquer véritablement les téléspectateurs dans le bons sens.

D'ailleurs quant au gout prononcé des animaux que j'ai (lol), à part les histoires imprimées sur papier lues ça et là, je crois que l'émission "Mensonges d'un soir" avec la qualité indiscutable des conteurs nous a beaucoup instruits.
" 90 minutes" avec le grand Thomas Bahinchi où le Phénoménal et éloquent Boga Doudou rabrouait Dembélé Al Seni du "patriote" à l'époque, avec aussi le "Faux Logo" et son "griotisme" légendaire: " le Président Bédié peut dormir tranquille, il n'y a pas feu dans la maison ...."
Ça c'est l'héritage culturel que je ne retrouve PLUS chez les hédonistes par excellence du FPI.

Bref, le grand frère Théo (pian !!!), ainsi je répète PÉDAGOGIQUEMENT pour l'autre que je partage ton idée de troisième chaine mais je crois que les coercitions budgétaires apparentes , nous obligeraient à remodeler ce projet en structure départementale qui remplacerait RTI music, tout en conservant la dynamique de rentabilité financière qu'on combinera à une utilité éducative en "dispatchant" les émissions conçues ou repensées par le département sur les 2 chaines publiques déjà existantes(la UNE et TV 2).

C'est possible dans la réalité, il faut juste valoriser les ressource humaines méritantes et non les liens "clientélistes" de parti politique ou de famille.

Voila qui est scientifique et qui satisfait presque pleinement l'optimum de WILFREDO PARETO.

Youzan, tu vois que j'ai proposé mais en toute honnêteté je ne crois pas que la VOLONTÉ de DYNAMISME peut naitre avec ceux que je vois actuellement à la tête de la RTI.

ps: "L'épistémologue", on attend votre apport SCIENTIFIQUE et surtout CONTEXTUEL.

Écrit par : Krathos | 13/08/2008

Je persiste et je signe : il y a assez d'argent à la RTI pour financer la culture et les oeuvres exigeantes. La RTI a le MONOPOLE de l'espace audiovisuel et capte près des trois quarts du budget publicitaire national. Elle a les tarifs les plus chers de l'Afrique de l'Ouest francophone. Au Bénin, au Cameroun, au BF, partout... la manne publicitaire est éclatée.
Le problème est la transparence. Le cinéma, le docu, le théâtre, la formation doivent être subventionnés. Il n'y a aucune raison que la RTI, que l'Etat aide en biaisant les règles de la concurrence dans un secteur où la pub n'a jamais été aussi haute, pleure de faim.
Laissons les affaires partisanes. Les mairies, les Conseils généraux, les ministères ont des budgets com et culture. Qu'en font-ils ? Qui est-ce que Bédié nous a envoyé comme ministre de la Culture ? La catastrophique Anne Messou, qui a failli se battre en public lors du MASA.
Sommes-nous d'accord qu'il faut encourager une culture exigeante, quoique minoritaire intrinsèquement ? Parce que le problème de l'argent n'est pas un problème. Il y a d'ailleurs pleins de programmes de qualité quasiment gratuits. La RTI ne les diffuse pas parce que ça ne rapporte pas. Il y a une logique exclusivement commerciale, c'est le problème. Et une logique consumériste, c'est-à-dire qu'on n'investit pas dans le matos. C'est la caisse de la présidence qui paie quand la RTI doit diffuser la CAN. Franchement...
L'ONUCI a lourdement subventionné la RTI de Kébé. Où est passé l'argent ? Avez-vous entendu parler d'un scandale financier qui a fait partir Issa Sangaré ?
Il y a de l'argent à la RTI. Assez pour diffuser trois heures de programmes dignes de l'intelligence ivoirienne par jour. Assez pour diffuser de bons dessins animés pendant les vacances et des émissions de vulgarisation scientifique pour les enfants. Assez pour produire un "Génies en herbe".
Et puis, s'il n'y a pas d'argent à la RTI, des secteurs comme la loterie ou les tabacs peuvent subventionner la culture forcé. Ils mettent des sommes conséquentes dans le foot. Ils ne sont pas à la rue.

Écrit par : Théo | 13/08/2008

eh bien, c'est tout simplement passionant votre affaire là :-)
quelques mois que je lis de temps en temps ce blog et aujourd'hui j'ai beaucoup appris et réappris sur la télé ivoirienne...merci à tous
et hop, dans mon flux rss !!!

et quand même une précision sur un truc qui m'a fait tiquer à plusieurs reprises dans votre débat: la suppression de la pub sur les télés publiques françaises n'est toujours pour l'instant qu'à l'état d'idée/promesse/lubie du prési Sarko et les moyens nécessaires pour compenser son financement sont loin (très très loin) d'être trouvés...
en attendant comme dans de nombreux pays, développés ou non, refondés ou non, une partie de la population ne se satisfait pas (et ne se satisfera jamais?? ) de sa télé publique...le débat est interessant mais pas terminé...

bon, et puis pour ce qui est de Barack Obama, je crois que c'est plus le sujet, non ?!? :-)

au plaisir

Écrit par : kkg | 13/08/2008

Bonne intervention "grand frère Théo" !!!
Alors tant qu'il y'a des fuites dans le circuit financier de la RTI, je crois qu'il faut d'abord penser à y remédier avec les hommes qu'il faut.
Le problème, c'est que très souvent la stature politique du manager est plus importante que ces compétences techniques et professionnelles.

Si on faisait fonctionner les Entreprises à utilité publique comme dans le privé avec une obligation de résultats annuels ou périodiques, je crois qu'on aura lus tendance à l'excellence que cette nullité promue à la RTI.

La maison manque de sérieux, on y remarque trop de querelles intestines d' obédience politique, et déjà c'est une sclérose évidente de sa compétitivité.

Écrit par : Krathos | 13/08/2008

Cher kkg, bienvenue au débat. Concernant la pub sur les chaînes publiques françaises, l'idée a été reçue par l'opinion. Quant à la faisabilité, c'est une autre paire de manches. De toute façon, Sarko décise avant de reflechir, tellement il est pressé... Bon, ça c'est une affaire franco-française.

Le débat relatif à Barack Obama a été transporté au plan ivoirien après ces mots de Théo : "Je constate que là on parle de psychologie changée grâce à une série télévisée. Mais quelles sont donc les valeurs que véhiculent nos séries télévisées à nous ?"

Krathos, merci d'avoir entendu mon appel à contribuer de manière objective.
Tu vois que dans la confrontation d'arguments non-partisans, on s'enrichit mieux mutuellement.

Théo a l'avantage d'être un journaliste professionnel, il maîtrise mieux les arcanes des masses média. A travers son argumentaire, je me laisse convaincre que la RTI est plutôt confrontée à un problème de moralisation, à l'instar de toute la société ivoirienne d'ailleurs.

La situation est devenue plus dramatique lorsque Marcoussis a dépécé le pays et que chaque parti politique et groupement rebelle a pris son morceau.
Avec l'APO, il faut sortir de ce schema, au plus vite !!!

Le débat continue sur Ivoire-blog !

Écrit par : Youzan | 13/08/2008

Les commentaires sont fermés.