topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

06/08/2008

Encore un coup d'Etat en Mauritanie

Cela ne s'arrêtera-t-il donc jamais ? Après une parenthèse démocratique d'un an, la Mauritanie replonge dans le cycle infernal des coups d'Etat. Visiblement, l'armée considérait qu'elle avait "donné" le pouvoir aux civils et qu'elle était en droit de le récupérer. Le plus triste est que des civils ont donné leur onction à ce putsch, y compris dans le parti du président.



98bf59f99b6f662f27a1a6d828e27376.jpgDes militaires putschistes ont renversé le président civil élu de Mauritanie et annoncé la formation d'un Conseil d'Etat dirigé par l'ancien chef de la garde présidentielle.


Des soldats ont capturé le président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi après l'annonce par le chef de l'Etat du limogeage de plusieurs militaires.

La propre fille du chef de l'Etat, Amal Mint Cheikh Abdallahi, a confirmé à Reuters que la garde présidentielle avait mené un putsch et capturé son père dans la matinée.

L'Union africaine, l'Union européenne et les Etats-Unis ont condamné ce putsch dans ce pays semi-désertique de trois millions d'habitants qui produit depuis peu du pétrole mais dispose aussi de fer, de cuivre et d'or.

Jusqu'ici, on ne signale pas de violences majeures à Nouakchott, où des militaires à bord de jeeps montés de pièces d'artillerie lourde gardent les abords des édifices publics. L'aéroport international est fermé.

Toutefois, les forces de l'ordre ont fait usage de grenades lacrymogènes pour disperser une cinquantaine de partisans du président déchu réunis dans le centre-ville, a rapporté un correspondant de Reuters.

Le Conseil d'Etat dirigé par l'un des officiers limogés, l'ancien chef de la garde présidentielle Mohamed Ould Abdelaziz, a annoncé qu'Abdallahi n'était plus chef de l'Etat et a annulé le décret de ce dernier limogeant Abdelaziz et les commandants de l'armée et de la gendarmerie.

Le communiqué numéro 1 du Conseil a été retransmis par la chaîne de télévision Al Arabiya, basée dans le Golfe.

La radio et la télévision mauritaniennes ont toutes deux cessé d'émettre en début de journée.

CONDAMNATIONS DU PUTSCH

A Paris, le ministère français des Affaires étrangères a dit suivre la situation "avec la plus grande attention", "en liaison avec l'ensemble" des partenaires de la France.

Il a souligné l'importance qu'attache la France à la "stabilité" de la Mauritanie. Interrogé sur les raisons du coup d'Etat, un porte-parole a jugé prématuré de "qualifier cette situation", mais il a rappelé "l'attachement de la France à la préservation de l'Etat de droit en toutes circonstances et son hostilité à la prise du pouvoir par la force".

"Des mesures sont prises localement pour veiller à la sécurité des ressortissants français", ajoute le Quai d'Orsay.

La Commission européenne a condamné le coup d'Etat militaire à Nouakchott, réclamé le rétablissement du président Abdallahi et fait savoir qu'elle pourrait remettre en cause sa coopération avec la Mauritanie.

"La Commission européenne est très préoccupée par la situation en Mauritanie, qui remet en question les progrès remarquables sur la voie de la démocratie réalisés dans ce pays", a estimé l'exécutif européen dans un communiqué.

"La situation pourrait remettre en cause notre politique de coopération avec la Mauritanie", a ajouté le commissaire européen à l'Aide et au Développement, Louis Michel.

A Paris, la présidence de l'UE a fait part de sa "plus ferme condamnation du coup de force mené par le général Abdel Aziz".

L'Union africaine a elle aussi condamné le putsch et réclamé le retour à la légalité constitutionnelle.

Le commissaire de l'UA chargé des questions de paix et de sécurité, Ramtane Lamamra, va se rendre sur le champ à Nouakchott pour faire le point de la situation.

SECRET DE POLICHINELLE

Abdallahi a été élu l'an dernier à l'occasion du retour à un régime civil en Mauritanie, une ancienne colonie française à cheval sur le monde arabe et l'Afrique noire.

Il a succédé à une junte qui dirigeait le pays depuis le renversement du président Maaouya Ould Sid'Ahmed Taya en 2005, lors d'un coup d'Etat sans effusion de sang.

Un responsable de la présidence a confirmé sous le sceau de l'anonymat que le président, le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur avaient été arrêtés et emmenés vers une destination inconnue.

En mai, Abdallahi avait remanié son gouvernement, critiqué pour ses réactions face à la hausse des prix des produits alimentaires et à des attentats revendiqués par Al Qaïda au Maghreb islamique.

Mais à la mi-juillet, le Premier ministre Yahya Ahmed El Waghef avait formé une nouvelle équipe pour mettre fin à deux semaines de crise politique, le précédent cabinet ayant démissionné le 3 juillet sous la menace d'une motion de censure au Parlement.

A la différence du précédent, le nouveau gouvernement ne comportait pas l'Union des Forces pour le Progrès (UFP, opposition) et le parti islamiste Tawassoul.

Cette semaine, la plupart des parlementaires appartenant au parti PNDD-ADIL d'Abdallahi ont quitté cette formation avec, selon certaines sources politiques, la bénédiction de militaires de haut rang.

"C'est dommage que nous en soyons arrivés là avec un coup d'Etat militaire mais je soutiens complètement le changement qui s'est produit", a commenté Mohamed Ali Ould Cherif, député PNDD-ADIL. "Il y a eu une tentative de domestication du pouvoir législatif par le président, qui paie le prix du blocage qui existe entre l'exécutif et le pouvoir législatif."

"Des rumeurs circulaient il y a une quinzaine de jours sur un possible coup d'Etat. C'était un peu un secret de Polichinelle que deux officiers supérieurs encourageaient cette scission au sein du parti au pouvoir", explique Ruairi Patterson, analyste chez Congrol Risks.

Commentaires

C'est vraiment désespérant que ce pays ait été incapable de gérer une crise politique autrement que par un coup d'Etat. Mais faut-il s'en étonner pour un pays qui n'a pratiquement jamais eu d'autre culture que celle des coups d'Etat dans l'acquisition du pouvoir? C'est vraiment à se demander si la démocratie est vraiment le régime qu'il faut à certains pays?
Par ailleurs, puisque les voies de la politique sont très souvent insondables, je ne peux m'empêcher de me demander si les raisons officiellement évoquées sont les seuls et vrais motifs? Attendons pour voir!

Écrit par : HARRIS | 06/08/2008

(lol) Pauvre Afrique !!! Avec tous ça on espère être respecté par l'occident.

Aucune organisation Africaine, Aucune organisation internationale comme l'Onu ne viendra retablir l'ordre et retablir le président élu jusqu'a de nouvelles élections démocratiques et propres. Nimporte quoi ...

Question:
{CONDAMNATIONS DU PUTSCH

A Paris, le ministère français des Affaires étrangères a dit suivre la situation "avec la plus grande attention", "en liaison avec l'ensemble" des partenaires de la France....}
Pourquoi le point de vue des "gaulois" demeure t'il si important dans ce genre de situation ? Ahhhhh bébé Africa, quand grandiras tu ?

Écrit par : Claudus | 06/08/2008

Je ne crois pas que ce serait ainsi si la force Licorne se trouvait dans ce pays.
Quand on a des brebis galeuses prêtes à rompre les accords pour (re)prendre le pouvoir par les armes, je crois qu'il y' a un général PONCET qui ferait bien l'affaire dans ces cas précis.
Pilonner ces généraux véreux, les confiner dans leur résidence ....voila des méthodes qui ramèneraient de tels putschistes sur le droit chemin.

En fait, ces généraux n'apprécient pas le travail de rétablissement des droits de la communauté noire et les importantes réformes adoptées par ce président , qui est d'ailleurs prédisposé à la cohabitation intelligente des maures "épiciers à Abidjan"(lol) et des mauritaniens d'origine noire.
Il y'a une psychose que l'hégémonie traditionnelle des maures soit brisée au bénéfice d'une véritable cohésion raciale dans ce pays, qui pratique encore l'esclavage des noirs.

C'est une Abomination !!!!

Il faut plaindre ce départ du président Ould Cheick Abdallahi car les avancées sur les questions d'esclavage, de discrimination raciale accentuée et des reformes économiques sont compromises par ces méthodes dignes d'un ère préhistorique. Peut-être que c'est la reprise d'une dictature et de ses corolaires habituelles au détriment du bien-être du peuple.

En fait, la maturité d'un peuple se juge évidemment sur ces détails là.
Méditons encore une fois sur le discours Sarkozien de Dakar, ça nous aidera.

Écrit par : Krathos | 07/08/2008

ah kratos, au fond tu es un type "bien".

quelqu'un a dit que les peuples n'ont que les dirigeants qu'ils méritent! cela se vérifie surtout en afrique.

Le problème à mon avis en afrique c'est comment l'opinion publique est gérée en afrique. Car manifestement dans tous ces pays où il ya des coups d'état, cela part d'abord de l'impopularité du pouvoir (même élu démocratiquement) pour diverses raisons (conjoncture économique défavorable, désinformation, mauvaise gestion des problèmes politiques...).

Parcequ'il n'existe pas de mécanisme de surveillance démocratique des gouvernants (élections à mi mandat, absence de culture de l'alternance, pas d'opinion publique crédible, pas de force sociale la fameuse société civile forte, pas de sondage ou avis du peuple banalisé, incapacité des gouvernants à provoquer des élections anticipées ou à remanier leur gouvernement pour faire sauter des fusibles) certains en profitent pour prendre des raccourcis. Le peuple soit apeuré soit soulagé de voir la mauvaise gouvernance soit ayant perdu toute confiance dans l'élite politique ne réagit pas.

Il faut condamner les coups de force mais il faut surtout les prévénir en encourageant dans tous les pays en quête de démocratie l'émergence de veille de la bonne gouvernance (décaler chacune des élections , dévélopper une société civile vraie, des forces sociales vives et enseigner dès l'école la démocratie de façon obligatoire).

Malheureusement il sera difficile de lutter contre les "opposants-dictateurs" , les "militaires-putschistes-dans-l-âme" et les "présidents-autistes"

Contrairement à ce que bédié pense ou même gbagbo (pour faire un clin d'oeil à kratos) aucun président n'est totalement blanc lorsqu'il fait l'objet d'un coup de force! le coup de force n'est qu'une mauvaise reponse à un vrai problème.

Pourquoi ne pas déjà creer un organisme panafricain de sondage pour permettre à tous les peuples africains de se prononcer sur les décisions prisent par leurs dirigeants? au lieu de nous servir la litanie des "retour immédiat à un ordre constitutionnel" (lequel?)

Écrit par : marianne | 10/08/2008

@ Marianne,

Dans nos pays, la pauvreté est tellement forte et les espoirs de changement immédiats tellement fous que l'état de grâce des régimes ne dure pas. En revanche, ils peuvent convaincre sur la durée. La démocratie, c aussi ça. Prendre le temps de laisser celui qu'on a élu gouverner. Les militaires mauritaniens répriment les manifs de soutien au président déchu. On ne saura donc pas s'il était aussi impopulaire que ça.

Écrit par : Théo | 10/08/2008

Pour poursuivre sur la même lancée que Marianne, je crois que l' État , La Démocratie et les République sont des fantasmes en Afrique ; des "poupées gonflables" que des politiques manient à leur guise dans les discours pourtant en réalité il n'en est rien.... sinon moi, je suis adhérent à 100 %, voire 200 % du discours de Sarkozy à Dakar.

Ils ont le "Le Regard tourné vers un passé supposé glorieux", or aucune des valeurs dites GLORIEUSES ou NEGRITUDIENNES de ce passé ne sont insérées dans les conceptions toutes fausses qu'ils se fabriquent en copiant BÊTEMENT et SAUVAGEMENT les systèmes des Blancs, système qui ont été éprouvés et peaufinés par le temps et les successives révolutions des peuples.

Je crois fortement que :

La démocratie en Afrique doit être africanisée.

L'Etat doit être africanisée.

La République doit être africanisée.

Aucune réflexion sérieuse n'est menée à ce propos afin d 'adapter ces conception "modernistes" et occidentales de l'État à la psychologie du Noir, à ces croyances et réalités sociologiques...

Ils vous diront : "Je suis Docteur , professeur agrégé, Maitre de conférences, Universitaire bla bla bla" ... tout ça pour "singer" un système occidental qui s'est construit sur des siècles et qui a connu des révolutions successives.

Après "ça" viendra se tenir sur un piédestal pour soi-disant promouvoir l'État, la Démocratie et la république alors qu'en 1999, "ça" trouvait que les coups d'État faisait avancer la Démocratie.

Negreries de Negreries.

"On ne peut pas prendre un mouton de la Vendée Française pour le jeter sous les tropiques Abidjanaises". IL VA MOURIR !!!!

ps: Merci Sarkozy pour la leçon de Dakar , même s'ils refusent la réalité !!!

Écrit par : Krathos | 10/08/2008

Un extrait du discours de Sarkozy à Dakar:"...les Européens sont venus en Afrique en conquérants. Ils ont pris la terre de vos ancêtres. Ils ont banni les dieux, les langues, les croyances, les coutumes de vos pères. Ils ont dit à vos pères ce qu’ils devaient penser, ce qu’ils devaient croire, ce qu’ils devaient faire. Ils ont coupé vos pères de leur passé, ils leur ont arraché leur âme et leurs racines. Ils ont désenchanté l’Afrique.
Ils ont eu tort."

Honnêtement, la conduite de l'Européen d'aujourd'hui elle-t-elle fondamentalement différente de l'Européen, colonisateur d'hier ? Je réponds NON, à bien des égards !!!

Autant les valeurs occidentales du colonisateur étaient les seules acceptables, autant DEMOCRATIE, REPUBLIQUE, ETAT sont aujourd'hui des valeurs dites "universelles". L'aide au développement n'est-elle conditionnée à la culture de ces valeurs ?

Hier, ils étaient plus forts que nos pères, ils leur en ont imposé par la force. Aujourd'hui, ils sont plus puissants que nous, ils nous en imposent par leur puissance.

Soit on s'adapte à eux et à leurs valeurs, soit on disparait !

Écrit par : Youzan | 10/08/2008

On peut même "ivoiriser" le débat, comme le fait si bien Krathos en écrivant ceci : "Après "ça" viendra se tenir sur un piédestal pour soi-disant promouvoir l'État, la Démocratie et la république alors qu'en 1999, "ça" trouvait que les coups d'État faisait avancer la Démocratie."

Un coup d'Etat est négateur de la démocratie. Il faut le condamner sans réserve et non s'en réjouir. Il est donc regrettable que "ça" (Krathos ne le nomme pas, par mépris sans doute) n'ait pas condamné le coup de 1999, ne serait-ce que de façon hypocrite, comme c'est souvent le cas.

En ce qui concerne le cas spécifique de 1999, il y a lieu de reconnaître que le coup nous a permis de poser des pas décisifs vers la démocratie:
- vote à 18 ans,
- bulletin de vote unique,
- commission électorale indépendante,
- la limitation du nombre de mandat (qui favorise l'alternance politique),
- le plafonnement de l'âge des candidats à la présidentielle (75 ans, qui évite qu'on confisque le pouvoir à vie)
- la dépénalisation des délits de presse
- etc, etc.

Tout ceci n'était pas envisageable avant le coup d'Etat de 1999. Même le "boycott actif" n'a pas servi de leçons pour se remettre en cause.

Et si, à tout cela, on ajoute que les autres ne sont juste bons que pour chanter, danser et faire le commerce et non pour diriger le pays... Allez-y comprendre quelque chose !

Écrit par : Youzan | 10/08/2008

Dans un Etat lorsqu'on cherche à faire avancer le débat politique , il faut faire des coups D'État ?
je crois que, dans ce cas, Youzan, vous devez bénir ce coup d'État en Mauritanie et inévitablement bénir le coup d'État manqué de 2002 transformé en rébellion .
en effet, les rebelles avaient des doléances : les cartes d'identité, la reconnaissance de la nationalité d'ADO, égalité sociale, le développement au Nord : voila des revendications fondées alors VIVE les ARMES, VIVE la Barbarie, ViVE la chienlit, VIVE le désordre puisque toutes ces actions militarisées servent à "faire avancer la démocratie".

Youzan, N'insultez plus les rebelles en Afrique, Bénissez les !!!

allez même leur baiser les mains car ils défendent bien votre conception de la démocratie.

Quand vous n'êtes pas d'accord avec des élections, faites le BOYCOTT ACTIF c'est-àdire massacrez les gens, saboter et empecher le vote des autres, chasser les de leurs plantations, enfermez les entre 4 murs ...et après allez vous faire applaudir pour vos discours poétiques.

C'est ça votre conception de l'État, de la Démocratie et de la République ???

Écrit par : Krathos | 10/08/2008

Personne ne peut faire l'éloge de la violence barbare. Mais cette violence nous rattrapera toujours, si nous n'en tirons pas des enseignements à froid.

Mon analyse à moi (et peut-être aussi celle de bcp d'Ivoiriens) c'est que ce sont les mêmes qui ont fait le coup 1999 qui sont revenus à la charge en 2002 parce qu'ils n'ont pas obtenu le résultat escompté de leur premier putsch.

Au-delà des condamnations de principe, posons-nous des questions.

Cher ami Krathos, tu ne trouves pas que c'est regrettable qu'on ait attendu que la candidature de OUATTARA nous soit "imposée" par la rebellion ? Sans doute aurions-nous fait l'économie de cette guerre stupide si nous faisions violence sur nous pour accepter qu'ADO (et aussi Bédié) soit éligible en 2000. Tu ne crois pas ? Tout notre boucan d' "Ivoirité" aura servi à quoi finalement, puisqu'il sera candidat en novembre prochain ?

Par ailleurs, il y eu le boycott actif parce que le jeu politique était verrouillé. L'élection était gagnée d'avance pour le candidat du PDCI. Avait-on besoin d'obtenir la commission électorale indépendante ou le bulletin de vote unique seulement après un coup de force ?

L'un des problèmes de nos jeunes Etats, c'est de ne pas avoir de la hauteur nécessaire pour anticiper sur la violence politique en vue de l'annihiler.

C'est pourquoi, je suis d'accord avec Marianne quand elle dit que "le coup de force n'est qu'une mauvaise réponse à un vrai problème".

Toutefois, il n'y avait officiellement aucun problème politique en Mauritanie. Faire un coup d'Etat parce qu'on a limogé des chefs militaires, ça n'a pas de sens.

Écrit par : Youzan | 10/08/2008

Bonjour a Tous

Je pense que l'intervention de Théo nous oriente sur les solutions possibles.
Aujourd'hui ce qui fait la puissance et aussi la protection contre ce type de derive, c'est l'education.

Quand vous regardez bien dans les pays en guerre ou en crise, en Afrique evidemment, le plus important pour les beligerants c'est de maintenir le niveau de l'education a 0 voir inexistante.

L'extrait qu'a pris YOUZAN sur le discours du president francais :
"les Européens sont venus en Afrique en conquérants. Ils ont pris la terre de vos ancêtres. Ils ont banni les dieux, les langues, les croyances, les coutumes de vos pères. Ils ont dit à vos pères ce qu’ils devaient penser, ce qu’ils devaient croire, ce qu’ils devaient faire. Ils ont coupé vos pères de leur passé, ils leur ont arraché leur âme et leurs racines. Ils ont désenchanté l’Afrique.
Ils ont eu tort."

Ceci montre a quel point il est important de ne pas donner la possibilité aux populations sous domination une quelconque possibilité d'acces a l'education, a la reflexion, parce que, qui dit education dit comprendre.
Un peuple eduqué ira massivement manifester sa colere, son desaccord, si elle estime que ce qui se joue n'est pas legal et meme dangereux pour sa survie.

@Krathos
Pour une fois je suis d'accord avec toi sur l'africanisation des institutions de nos pays.

Mais ce que je ne comprends pas c'est ton ps : "ps: Merci Sarkozy pour la leçon de Dakar , même s'ils refusent la réalité !!!"

L'Afrique n'est pas assez rentrée dans l'Histoire disait le president francais.
Si on n'a pas d'histoire parce que c'est exactement ce que cela veut dire, comment veux tu Africaniser ces institutions? C'est pas logique!!!

L'Afrique a subit 2 ruptures majeure dans son evolution:
1000 ans d'esclavage et de colonisation par les arabes, puis 500 ans et + de la part des blancs. Quand on sait que les africains sont des etre humains on sait raison garder que rien ne peut se faire en 50 ans mais cela prendra du temps.

On a une histoire et meme on a eu une influence enorme sur les differents continents mais aujourd'hui certaines personnes l'oublient et viennent continuer a nous insulter. Africaniser l'Afrique Ok mais il faut d'abord connaitre notre histoire. Il suffit d'aller dans les musées dans les peyx européens seuelement pour voir qu'il etait de mauvaise foi.

On doit enseigner cela et c'est seulement a partir de ce moment la qu'on va pouvoir prevenir ces genres de derives pas seulement Mauritanienne.

Ici on discute on echange on propose des solutions possibles.
Si plus de 60% de la population dans un pays sait faire ne se reste que la moitié, c'est gagné, l'autre, minoritaire n'imposera pas sa poilitique du fusil.
en tout cas on sera dans d'autre disposition pour repondre a la barbarie.

Écrit par : metu | 11/08/2008

Moi, je vois dans la démarche des Africains le fait qu'on essaie de cacher la plaie avec du tissu et non la soigner.
Quand Sarkozy dit que l'Afrique n'est pas assez entrée dans l'histoire, c'est qu'elle l'a généralement subie.
ce n'est pas que l'Afrique n'a pas eu d'Histoire mais qu'elle a subi l'histoire selon le diktat esclavagiste et colonial imposé par les autres...

L'Afrique a traversé l'histoire comme un passager clandestin, quelqu'un qui n'a pas pu faire valoir ses richesses par lui-même.
Je connais le discours de l'Afrocentrisme tenu par les "élèves" de Cheick Anta Diop mais je crois qu'il se meurt parce qu'étant encore trop borné à l'étape de théorisation, de légitimation internationale...

Nous devons comprendre que c'est en mettant l'africain, non pas le nègre et sa noirceur de peau mais plutôt l'identité culturelle et sociale dans le processus politique.

Nous avons pris le "nègre" de peau pour l'insérer dans la "blancheur" de l'État et de la démocratie.
Non, c'est une erreur à mon avis.
Nous devons noircir la démocratie et l'État pour y insérer le nègre de peau et ,à mon sens, c'est seulement à ce moment que l'Afrique pourra (re)décoller.

Pourquoi nous pensons que le développement modelé par l'occident est celui qui nous sied ?
Nous avons la possibilité de revaloriser nos différentes spécificités autour d'une idée de nation, dans une délimitation géographique bien précise où cohabiterait intelligemment différentes cultures qui pourront se métisser.

même dans le métissage ethnique , nous métissons les corps humains en rejetant la valeur culturelle, identitaire qui se trouve en chaque spécificité.

Nous sommes en train de créer une "race bâtarde", sans repères , sans identité au service de l'opportunisme des Blancs.

Nous créons des "assimilés" en Afrique qui épousent bien la volonté des Blancs de "diviser pour mieux exploiter" , leur plan de "couper l'arbre des racines pour mieux en voler tous les fruits".

et cette PARFAITE assimilation passe également par le religieux, par le mode de vie copiée à 100 %, même les habitudes alimentaires souvent (exemple du pain).

Le coup d'État n'est qu'une infirme manifestation du vaste dégât interne malicieusement causé par le Blanc depuis la colonisation, et je crois que faire l'ébauche des solutions à notre "petit" niveau , c'est bien mais où en arriverons nous si ceux qui sont à la tête des pays africains n'ont que les plans de pérennisation de leur pouvoir à satisfaire.

Le développement VÉRITABLE, je ne crois pas qu'il est forcement dépendant d'une industrialisation à outrance, d'un capitalisme exacerbé car tout cela a aussi des conséquences négatives et influe inéluctablement sur l'équilibre de l'ordre social et culturel dans un pays.

Le développement est à mon avis une notion supplémentaire à relativiser.

il faut que l'africain pense à définir SON juste milieu entre développement "à l'occidental" et son identité ORIGINELLE.

au moins posons cette problématique du développement et de l'africain en tant qu' identité, je crois que le débat sur les maux de l'Afrique évoluera positivement.

Écrit par : Krathos | 11/08/2008

C'est incroyable quand meme a quel point Krathos tu peux etre desordonnées dans ta logique. tu dis tout et son contraire dans la meme phrase.

"Quand Sarkozy dit que l'Afrique n'est pas assez entrée dans l'histoire, c'est qu'elle l'a généralement subie."

Tous les peuples ont subi l'histoire, un jour dans leur existance. En te lisant on dirait que l'africain n'a ete que esclave ou mandiant, capable de rien, n'a pas d'histoire, n''avoir rien créé, et que c'est maintenant que les noirs sont en train de penser a faire leur histoire ....

"L'Afrique a traversé l'histoire comme un passager clandestin, quelqu'un qui n'a pas pu faire valoir ses richesses par lui-même"

c'est absolument ridicule ce passage, ton Histoire commence quand?...

Afrocentrisme, es tu sure d'avoir lu Cheik Anta Diop? Je n'en suis pas sur et puis meme si c'etait le cas je ne suis pas sur que tu es tout compris dans son oeuvre.

Afrocentrisme, c'est le nom que donne les etudiants de HESS a Paris et les pseudo-scientifique qui n'ont jamais trouver un seul argument contre CAD, un africain qui enfin leur apporte la preuve des oeuvres africaines, avant CAD, des noirs americains avaient deja apportés bcp...Tu dois venir de cette ecoles, j'en suis sur...sinon comment ... !!!!!

http://www.cheikhantadiop.net/
Jusqu'a maintenant tu parles d'africanisation mais sur quelle base tu comptes africaniser l'Afrique? On prend un peu de ton imagination celui des blancs ont mixe et on a le Krathocratie? Dis donc tu sors d'ou?

Les occidentaux ont combattu CAD, sur ce qu'il disait de son peuple, son continent, qu'ils etaient mieux placé pour enseigner l'histoire de l'afrique aux africains et toi tu reproduis aujourd'hui au 21 siecles les meme reflexes...

Pourquoi tu ne parle pas de Théophile Obenga, un des plus grands linguiste au monde, et qui continue le travail de CAD, pourquoi tu ne sites pas les noirs americains qui ont etudié les memes problematiques que CAD et qui arrivent aux meme conclusions?
L'africain est aliéné de son histoire, mais bcp se soignent toi tu t'y plais on dirait, ou bien?

"Nous sommes en train de créer une "race bâtarde", sans repères , sans identité au service de l'opportunisme des Blancs."

Une race batarde? tu connais d'autre race que la race humaine, "nous sommes en train de creer"... tu parles de qui? Qui crée quoi?

"Son identité ORIGINELLE"??? un clandestin qui aurait une identité maintenant.

On parle de combattre les mauvais gouvernant et on cherche les solutions possible et toi tu continues a nous envoyer en europe chez les blancs. Qu'on serait complexé, ou qu'on na pas d'histoire, qu'on sors de null part....arrete la diversion, tu n'apporte rien au debat.

C'est quoi tes propositions si tu devais diriger un pays en Afrique, sur quoi mettrais tu l'accent pour ne pas a sauter les murs des ambassades.

Si tu arrives a t'organiser correctement dans tes ecrits fais nous un "si j'etais president voila ce que ferais " :

-
-
-
etc
on attends tes propositions

Écrit par : metu | 11/08/2008

Et c'est reparti pour les sempiternelles lamentations et generalisations sur "l'Afrique" à cause d'un coup d'etat en Mauritanie. Excusez moi les amis, je ne connais vraiment pas grand chose et je me demande si son experience peut ainsi etre transposée à d'autres pays du continent. Nous les Africains sommes apparemment les seuls à prendre cette posture quand il nous arrive des malheurs. Il y a des coups d'etat en dans un pays asiatique et personne ne generalise. Il y a une guerre ouverte entre 2 pays europeens et personne ne vous tient des discours du genre "Pauvre Europe". Par contre s'il y a le moindre conflit quelque part en Afrique, on dira: ah c'est encore les Africains avec leur guerres ethniques! Je ne nie pas l'existence de problemes, mais de grace, prenons chacun d'eux dans son contexte et evitons ces generalisations qui jouent le jeu de ceux qui veulent "noircir" l'Afrique. Comme les autres, nous avons nos problemes et devons nous atteler à les resoudre, sans pour autant en rajouter. Voici un coup d'etat où il n'y a apparement pas eu de bain de sang. De quoi nous plaignons nous au fait? De la mort du processus "democratique" sponsorise par l'UE? Je pense que la Mauritanie est assez complexe politiquement et socialement et si ce coup a pu avoir lieu, alors quelque part cela reflete les forces en place. De toute facon, n'en connaissant pas grand chose, je ne saurais donc m'exprimer plus largement sur ce sujet precis.
Par contre pour ce qui est de la democratie, je partage l'avis de Theo selon lequel l'application des schemas democratiques europeens dans certains de nos pays ne pourrait que mener à l'echec. Je pense que la grande erreur qui a été commise a consisté à detruire systematiquement tous les mechanismes de gestions existant avant la colonisation pour les remplacer par l'etat jacobin sur le modele Francais. Bien-sur, je dis cela pour les pays francophones. Les pays anglophones semblent avoir moins souffert de ce phenomene, bien que je n'en suis pas certain. Je ne pense meme pas qu'on ait besoin d'importer les modeles europeens pour cela. Il faudrait que chaque pays analyse froidement les mechanismes d'une democratie qui prendrait compte des particularites locales avec pour but de favoriser la mise sur pied de solutions aux nombreux defis à relever. Pour cela il faudrait etre pret à mettre meme les concepts d'ethnies, de tribus sur la table et en discuter. Cela afin d'eviter que les politiciens verreux ne puissent l'exploiter par la manipulation. Car c'est quand les regles ne sont pas clairement definis qu'il y a place aux manipulations.
Je finis en passant sur un autre sujet: l'illusion d'un developement VERITABLE auquel les Africains devraient aspirer. Je pense que c'est une illusion parce que comme on dit, si tu arrives dans un village et tout le monde est borgne, alors ferme aussi un oeil. Le monde tout entier est lancé dans une direction. Nous n'avons pas d'autre choix que de s'y mettre aussi. Sinon nous serons ecrasés comme des vermines et n'aurons meme pas le temps de realiser ces reves de developmement VERITABLE. Nous devons nous lancer le plus vite dans cette course pour rattraper notre retard et devenir plus puissants. Sinon nous serons les victimes des prochains holocaustes. Et ceux-là seront à de toutes autres dimensions. Le monde est une jungle qui ne laisse pas de place aux utopies et aux sentiments. Les asiatiques l'ont compris et les Georgiens pourront vous en dire quelque chose.

Écrit par : Cafe | 14/08/2008

Cafe, je viens de te lire et je vois à la fin de ton commentaire , que , tu nous orientes sur une voie.Nous sommes face à une situation à laquelle nous devons apporter des solutions, c'est à dire comment utiliser l'existant et à ce monde où nous ne pouvons nous soustraire,pour réussir notre développement.Mais si nous n'adoptons pas la stratégie des arts martiaux japonais , l'adversaire nous surprendra toujours.Peut être que nous autres crions un peu trop fort, mais c'est parce que nous avons compris la pratique habituelle de celui-ci.

Écrit par : hilaire kouakou | 14/08/2008

Metu, d'où tiens-tu ces réactions épidermiques ???
es-ce qu'il y'a de la honte à dire qu'on ne comprend pas ce que j'ai écrit ?
quand je parlais de "race bâtarde", de "passager clandestin"... ce sont des notions que tu n'as pas comprises et au lieu de demander à travers de nobles interrogations, tu te mets à caricaturer ???

Vraiment, si j'ai cherché ta fiancée ou ta femme, il faut me le dire (lol), d'où vient cette animosité ?
vraiment !!!!!

je résume mon apport à la problématique du développement SELON l'Africain,, selon l'homme NOIR. quelles conceptions se donne-t-il du développement et sur quelles bases identitaire, culturelle, sociale peut-il construire son développement ?

je ne crois qu'il aille tout d'un coup cherche des solutions sans savoir l'étendue du mal, les causes RÉELLES de ce mal...comme d'habitude, nous nous attablons juste à trouver des "analgésiques" pour calmer la souffrance causée par le mal des Africains mais chercher des solutions définitives pour le long terme.

Faudra-t-il puiser dans nos anciens systèmes politiques traditionnelles pour assurer une cohabitation intelligente entre les différentes identités qui se côtoient ?

Voila j'ai posé des questions et je me suis erigé contre ceux qui diabolisent le discours de Sarkozy pourtant il y'a du vrai là dedans.

Quant à Café, je ne comprends pas le fait que vous fustigiez le sens précédent de la discussion( voir "sempiternelles lamentations et généralisations sur l'Afrique") pour vous y frayer un chemin. Vous reprenez la même problématique que je pose en essayant cette fois-ci de répondre aux grandes questions précédemment posées.
Pourquoi vous vous sentez obliger de détruire pour feindre une reconstruction ? Ayez le minimum de respect pour la réflexion des autres.

Et toi Metu, c'est la dernière que vous vous hasardez dans ce ton irrévérencieux avec moi. D'où me connaissiez vous ?
je n'aime pas les lâches. Soyez plus réfléchi et "posé" dans le débat sinon la riposte sur "votre" même ton vous sera surement "fatale".

Écrit par : Krathos | 14/08/2008

kratos, répondre par la force à la force c'est faire preuve de faiblesse si on a foi en la force de ses convictions!

Avec le recul, je crois que le principal problème du noir (dont les coups d'état ne sont qu'une expression de son inadaptation au système occidental) c'est d'avoir honte de son passé.

voyez les chinois ils sont fiers car ils ont une civilisation ancienne reconnu. ils se battent pour faire revivre cette histoire.

Nous, les autres nous ont raconté notre propre passé selon leurs prismes, ils essaient de nous convaincre que nous n'étions rien dans l'échelle humaine et on a fini par le croire!
si on avait plusieurs chek anta diop...

combien d'africains puisent dans leur passé la force d'affronter le présent et le furur?

Si nous sommes le berceau de l'humanité à partir de quel(s) évènement (s) les autres sont partis peupler d'autres continents?

Pensez vous qu'une autre race, après 400 ans d'esclavage de colonisation de maladies et autre catastrophes naturelles aurait pu survivre?

On ne pourra jamais se développer tant qu'on essaiera de mimer le blanc!! si tu fais ce que je fais, tu seras toujours derriere moi puisque tu attendras toujours que je l'ai fait avant de le faire!

Il faut qu'on revienne à nos valeurs millenaires, qu'on les retrouvent qu'on en soit fiers et qu'on les utilisent pour se développer. La liberté de parole est là pour nous y aider.

Écrit par : marianne | 15/08/2008

Marianne, Ok pour la réplique !! je suis d'accord avec vous !! voilà à quoi je voulais aboutir dans le débat.
Nous ne savons pas qui nous sommes pour espérer répondre EFFICACEMENT à nos problèmes d'adaptation au système des blancs.

Écrit par : Krathos | 15/08/2008

Marianne et Krathos, le véritable problème de l'Afrique ne se trouve pas dans le mimétisme.
Et je ne suis pas sûr que le retour à nos valeurs ancestrales pourra changer quelque chose à notre condition actuelle, si nous nous ne savons pas où se situe notre véritable problème.

Ce qui manque à l’Africain pour suivre le rythme des autres peuples, c’est la RIGUEUR et le respect des lois.

Les petits japonais ont appris à copier les Occidentaux à la perfection. Aujourd'hui, l'Empire Nippon est la deuxième puissance économique de la planète, après le pays de l'Oncle Sam. Pourtant, qui ne se souvient pas des drames d'Hiroshima et de Nagasaki ?

Observez vous-mêmes : lorsque tu reviens de l’Europe et que tu veux reproduire la rigueur des Blancs en matière de propreté, de ponctualité, de sérieux dans le travail, etc. , ton entourage te traite avec dédain : « après deux jours seulement passés en Europe, il est devenu Blanc… », insinue-t-on. Or, ce sont ces choses insignifiantes qui précèdent le développement.

Pour aller de l’avant, l’Afrique doit être rigoureuse. Il n’y a pas plusieurs méthodes en cela. Etre à l’heure au travail, en réunion, à un rendez-vous. Avoir un environnement propre (ne pas jeter les ordures ménagères dans les rues et s’en prendre au Maire de la commune), respecter les lois dont nous nous dotons, etc. c’est ce qui nous manque.

Toute société humaine est régie par des lois. Les Africains ne respectent pas leurs propres lois, c'est pourquoi il y a des coups d’Etat, entre autres.

Quand nous prenons les armes pour tuer nos propres frères, ce n’est pas par mimétisme. Ce n’est pas parce qu’il y a eu des guerres en Europe qu’il en faut coûte que coûte en Afrique. La corruption, la prévarication, les gaspillages, la pollution... ne résultent pas de notre difficulté à nous adapter au système importé. Ou bien ?

Bon ok, revenons à nos lois ancestrales. Avant l’arrivée des Blancs, nos sociétés étaient « gouvernées », nous avions nos chefferies et royaumes.

Seulement, dans ces sociétés ancestrales, l’étranger avait tous les droits, il avait tout sauf le droit de gouverner (suivez mon regard). Nos chefs traditionnels et nos rois n’étaient pas traités de « dictateurs ».

Appliquée en Côte d’Ivoire au 21è siècle, cette « loi africaine » pourra-t-elle résister aux tentatives de coups d’Etat ? Pourra-t-elle mettre fin à notre manque de rigueur, de ponctualité, d’assiduité et de sérieux au travail ? Nos valeurs ancestrales pourront-elles éliminer les gaspillages et les enrichissements illicites ?

Non, avançons ! Soyons rigoureux et respectons nos lois, et vous verrez.

Écrit par : Youzan | 16/08/2008

Moi, je crois que lé développement technologique n'est pas le sésame.
C'est rai que le Japon a copié le système occidental et au niveau de l'économie, c'est presque parfait mais la vie n'es pour autant meilleure là- bas.
je ne crois pas que l'aisance matérielle puisse définir le DÉVELOPPEMENT VÉRITABLE.
Je ne vois pas cette notion seulement sous l'angle économique.

Je ne dis qu'il faille que l'africain revienne au mode de vie rustique de l'ère pré-esclavagiste mais qu'il fasse une combinaison gagnante entre ce qui relève de son identité originelle et ce qui relève du modernisme.
Il faut mener des recherches dans ce sens à mon avis.

Écrit par : Krathos | 16/08/2008

Et le manque de rigueur, la désinvolture et la mentalité corrompue de l'Africain, qu'en penses-tu, Krathos ?

Écrit par : Youzan | 16/08/2008

ce sont les effets d'une mauvaise adaptation au système occidental.
Je ne crois pas que l'Africain ait ces défauts comme une tâche indélébile dans le subconscient.
Nous pouvons corriger cela si nous créons un système politique qui mette plus en évidence nos spécificités culturelles et régionales.

Nous pouvons valoriser tout ce qui est régional et ethnique au lieu d'en discuter toujours les mauvais aspects( clientélisme, prévarication ethnique du pouvoir,tribalisme primaire).

C'est cela que j'appelle régionalisation économique , dans une moindre mesure régionalisation politique en créant des districts (comme ceux d'abidjan et de Yakro) où on donnerai plus de liberté administrative et politique au cadres des régions.
Chaque habitant de la région devra comprendre que le développement de celle-ci passe par le contrôle qu'il fait de la vie socio-économique de la réion et son dévouement aux succès des politiques menées.

Il y'a des gens qui pensent que le développement, c'est de construire des châteaux dans des villages dénués de toute infrastructure de base.
Le village ne doit pas être un endroit pour se reposer.
le village ne doit pas être un lieu de villégiature, mais plutôt le socle du véritable développement de nos pays à mon avis.
La question de la revalorisation des cultures doit être au centre de cette politique également.

Il faut reconstruire l'identité du noir en la mettant au centre de l'adaptation aux apports économique et politique du modernisme selon l'occident.

Écrit par : Krathos | 16/08/2008

Ne dit on pas que l'histoire est un éternel recommencement?

Je ne pense qu' être à l'heure à une reunion ou vivre dans un environnement propre soit une qualité occidentale!

Moi dejà tout petit je remarquais que ma grand mère (paix à son âme) commençait sa journée à balayer la maison systématiquement. Pour aller à la chasse, mon grand père se levait tous les jours à la même heure la nuit. pour autant ils n'ont rien d' occidentaux. Cela relève simplement d'une dévalorisation de sa personnalité. en psychologie on dit ta présentation et ton rapport avec ton environnement reflète ton équilibre intérieur! pas celui de ta civilisation.

Personnellement, je n'arrive pas à me projeter à partir de mon passé, car je n'ai rien sur quoi m'accrocher de positif! C'est un peu comme dans une équipe de foot: les joueurs se surpassent quand ils ont des matches de références qui leurs permettent de croire qu'ils peuvent faire de grandes choses.

tu as l'argent, des voitures, des femmes (spécificité africaine), des triplex etc..mais quel objectif de vie tu menes à part mimer le blanc? ils ne te respecteras jamais car il sait que ton seul et unique but c'est le mimer!!!

Ah kratos, heureux de t'entendre dire que construire des chateaux dans son village ou dans celui de sa...femme, ce n'est pas le developpement! qui a dit que tu étais un inconditionnel de bédié?

Écrit par : marianne | 16/08/2008

Moi, je ne suis personne. je défends des idées et des convictions politiques.Le culte de la personnalité, à mon avis, c'est le propre des individus cupides et sans d'idéaux. En général, j'affectionne les politiques pour leurs idées politiques.

Marianne, cette phrase m'a beaucoup intrigué: "Personnellement, je n'arrive pas à me projeter à partir de mon passé, car je n'ai rien sur quoi m'accrocher de positif!".

J'aimerais bien comprendre ce que vous voulez dire .

Écrit par : Krathos | 16/08/2008

un exemple: quand tu fais de la recherche médicale, tes collègues ils savent que plusieurs français ont déjà découvert des trucs reconnus mondialement, l'histoire étant un éternel recommencement, ils ont foi en l'aboutissement de leurs travaux, moi toi sur quoi tu t'appuis à part tes compétences propres?

Écrit par : marianne | 16/08/2008

Les commentaires sont fermés.