topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

02/08/2008

"Affaire Kieffer" vs "novembre 2004"

0f7277be46d73b5cda1961b2c8a9a60f.jpgDans le premier cas, un mort supposé. Un journaliste français travaillant comme consultant à Abidjan dont le corps n'a jamais été retrouvé.
Dans le deuxième cas, neuf morts nommément cités côté français, un mort nommément cité côté américain, et 64 morts nommément cités côté ivoirien - dont un correspondant de presse, Antoine Massé.
Dans le premier cas, un juge qui a la liberté d'aller et de venir entre la Côte d'Ivoire et la France, qui a interrogé des dizaines de témoins et de bonimenteurs, qui a réussi à exfiltrer tous ceux qui lui permettaient d'étayer sa thèse, si peu sérieux soient-ils.
Dans le second cas, l'Etat français n'a cessé de créer des obstructions à la manifestation de la vérité au sujet de la mort de ses propres soldats. Il a refusé de procéder à des autopsies, a fait disparaître des preuves, a laissé filer des coupables présumés, refuse la déclassification de toutes les archives pouvant faire avancer le dossier... à tel point que l'avocat des victimes finit par croire que l'Etat français a pu tuer ses propres soldats pour avoir un prétexte pour renverser le président ivoirien.
Dans le premier cas, il y a un crime qui pourrait éclabousser des personnalités ivoiriennes, si la thèse du juge Ramaël, qui ne repose sur rien de solide, prospère. Dans le second cas, il y a visiblement une des affaires d'Etat les plus délicates de la France contemporaine.
La presse française ergote à n'en plus finir sur l'affaire Kieffer - et c'est son droit, même si on peut lui reprocher d'enquêter trop peu et d'affirmer trop vite. La presse française se tait de manière quasiment unanime sur novembre 2004. Lorsque Mediapart fait des révélations centrales, elles ne sont quasiment pas reprises ailleurs, dans les médias où les fameux "journalistes spécialistes de politique africaine" verrouillent tout et jouent les courroies de transmission au service des "réseaux". Lorsque les dépêches d'agence annoncent le refus de déclassification de pièces centrales pour la manifestation de la vérité, elles sont traitées comme des faits divers banals de banlieue.
Les démocraties bananières ne se trouvent pas que dans le Tiers-Monde.

Commentaires

Ainsi le grand frère Théo se plaint du fait que la France prépare pour bientôt le dossier contre ses "parrains" ???

Il sera difficile pour vous (Théo et les quelques médias français proches de la gauche ), de convaincre l'opinion publique française que La Licorne a elle même bombardée le camp français ou qu'elle aurait procédé à un montage fictif et grossier dans le but d'avoir des arguments valables pour le renversement de Gbagbo.
La France et ses connections médiatiques font un "bon travail" ( c'est selon) en entretenant le mystère et le secret autour des bombardements de Bouaké, et à l'opposé , jouent la caricature en faisant du tapage autour de l'affaire Kieffer.
Évidemment, c'est à dessein, et j'ose croire que dans quelques mois le dossier sera élargi à la question globale des escadrons de la mort, des tueries de Mars 2004 de sorte à avoir un dossier solide contre le régime Gbagbo qui soit "éligible" au TPI.
la menace TPI date de l'époque de De Villepin qui n'hésitait pas à l'utiliser comme l'idéal chiffon rouge qui faisait plié Gbagbo dans la signature de certains accords avec la rébellion.
Gbagbo sait que ces réseaux , ma foi, très rancuniers vont se réactiver s'il vient à quitter la Présidence Ivoirienne.

Qui a mis l'eau dans Coco ??? Je réserve la réponse à Jacques Chirac et son engeance politique.

En fait, cette guéguerre médiatico-judiciaire entre la "Grande" France" et la "prétentieuse" Refondation ivoirienne tombe à point car elle me rappelle le fait d'actualité qu'est le procès médiatisé de ce Radovan Karadzic qui croyait avoir des "amis" aux Etats-Unis.
La France va vous ( refondation et affiliés) démontrer ses réelles capacités à manipuler, à souhait, les instances internationales et "hautainement" vous étaler sa stature de grand pays dans ce monde.
La prétention et la "grande gueule" des "petits" dirigeants africains n'a jamais connu d'issue favorable face aux stratagèmes monstres ficelés par les "Grands Pays" qui orientent le débat à leur guise.

Celui qui avale une noix de Coco a confiance à son appareil digestif; espérons pour la Reb-fondation (rebellion et FPI) que l'épisode "Hollandais" (voir la Haye) ne sera pas de sitôt même s'il semble inévitable que la question sera abordée d'ici à quelques années ( voire des mois).
C'est dommage que la politique dans ce monde soit aussi cruelle et injuste pour certains.

Ah Politiki magni deh (lol)

Écrit par : Krathos | 02/08/2008

d'abord physiologiquement il est impossible d'avaler une noix de coco sans la "démonter"! ceci donne déjà l'indice de fiabilité de tes propos!

comme tout bon africain conditionné sur la suprématie du blanc, tout propos tout terme utilisé par celui ci est considéré comme la vérité absolue!

a partir de quoi parle t'on d'escadron de la mort? qu' y a t il de comparable entre de pauvres hêtres assassinés au bresil par des policiers incapables de juguler la criminalité et ce qui semblait être une guerre secrète avec des rebelles servant de pont à une infiltration à abidjan? quelle crédibilité accorder à un allassane tapis dans l'ombre et inspirateur de tueries?


a partir de quelle enquête dilligentée par quel juge affirme t on de gbagbo ira au tpi? un villepin empêtré dans des affaires de corbeau? un blaise assassin de ses opposants?

n'est il pas cocasse de voir bush réclamer le tpi pour le soudanais mais luttant de toutes ses forces pour soustraire tout americain (à commencer par lui) à ce tpi? cette guerre du pétrole qui a occasionné tant de mort et de désolation sous couverture de chasser un dictateur en train de fabriquer des armes de destruction massive ne mérite t elle pas le tpi?


ce n'est pas parce que la france ne veut voir que sa vérité que nous devons nous en contenter aussi! pour être cynique on pourrait dire, eux au moins, ils font bloc pour préserver les intérêts de la france, pas comme certains...

L'avantage avec les pays comme la france, c'est que seul le temps retarde la manifestation de la vérité.

et puis kratos, dans les propos de theo je ne vois aucun paragraphe où il cherche à convaincre l'opinion française! il invite simplement les adeptes de la paresse intellectuelle à la reflexion: pourquoi tant d'obstacle dans l'enquêrte sur le bombardement de bouaké et autant de médiatisation sur l'autre monsieur"au corps pas retrouvé"! soit tu es interressé par la verité et tu te poses des questions soit tu es dans une logique de propagande et dans ce cas, toute désinformation est la bien venue!

il ne t'es jamais venu à l'idée de savoir qui a exterminé une bonne partie des populations de l'ouest? moi chaque fois que je vois ce flatulent de soro guillaume j'y pense!

au fond je prend plaisir à te lire kratos, car manifestement on ne vois pas les couleurs avec la même retine! cela élargi l'esprit

Écrit par : marianne | 02/08/2008

Marianne, laisse Krathos. C'est un apprenti-politicien. Il manie déjà très bien l'art de la démagogie.

Seulement voilà. Le terrain sur lequel Théo vient de nous conduire (affaires Kieffer et bombardement (?) de Bouaké) est essentiellement juridique. Tout démagogue qui s'y engage va à l'aventure. Parce que l'administration de la preuve est une exigence fondamentale en justice. Les affirmations gratuites sont inopérantes.

Ce qui est indécent dans ces deux affaires, c'est le fait de nous présenter la vie de ces minables petits blancs comme étant supérieure à celle des valeureux patriotes tombés devant l'Ivoire.

J'ai mal à l'Afrique quand je lis des jeunes Africains comme Krathos faire l'apologie de "ceux qui ont appris à vaincre sans avoir raison" (dixit Cheikh Hamidou Kane). Krathos chanterait les louanges de la colonisation que je ne serais pas surpris.

Mais comme il est un inconditionnel de BEDIE, je dois lui rappeler qu'il y a un Ivoirien, au plus fort de la crise, qui avait déclaré détenir des preuves compromettantes contre BEDIE. Le leader politique le plus rancunier de Côte d'Ivoire aurait armé Félix DOH à l'effet de s'attaquer aux parents de GUEI à l'Ouest, selon notre compatriote. Ces graves affirmations n'ont pas été démenties par le mis en cause, ne serait-ce que par principe.

A ce rythme, il risque d'y avoir embouteillage à la porte de la Haye.

Écrit par : Demos | 02/08/2008

Déjà , je déments FORMELLENT l'une des rumeurs favorites du "FPI et affidés" qui consiste à trouver en Bédié un financier de rebelle !!!
Vraiment, arretez d'attaquer le pauvre Monsieur ; il a pris ses responsabilités en décembre 1999, ceux (ils se reconnaitront) qui ont jugé que la démocratie avancerait doivent assumer aujourd'hui.
Arretez de donner dans la rumeur !!!
l'escadron de la mort, les enquêtes ont mené vers la garde républicaine, vers un groupement d'individu où le nom d'un "corps habillé" proche de l'entourage présidentiel a été cité, l'identité des assassinés et disparus également...

Bref, revenon à la question de la guerre médiatico-judiciaire que se livre la FRANCE et la minuscule "Refondation"...


Demos et Marrianne, relisez moi à nouveau car vous ne m'avez pas compris.
Je ne suis pas "fan" de la France mais je connais les méthodes de son système répressif.
la France , c'est une grosse machine et en face, il y'a des démagogues qui ont les mains tachées de sang, les mains très sales ....de quoi nourrir l'appetit judiciaire de la France qui ne tardera pas à conduire les procédures au TPI lorsque le moment viendra.

Bemba,Thomas Lubanga et peut-etre Laurent Nkudabatwaré bientôt ..... là, c'est la Belgique qui opére comme parrain des procédures.

El Bechir le soudanais et Taylor, c'est le tout puissant "patron" Américain qui opère assez efficacement d'ailleurs.

La France est en général clémente car elle préfère la méthode du chiffon rouge qui a fait fléchir beaucoup de Françafricains ( Voir au Congo Brazza avec le cas de Ndengué qui a manqué de peu l'emprisonnement en France avec l'affaire du Beach).
Même le vieux Hissein Habré n'a pas le sommeil facile actuellement; les bourreaux de la Françafrique sont à ses trousses.

En fait, j'observe les soubresauts de la justice internationale et je ne vois que la main des puissances derrière des scénarios montées de toutes pièces. c'est déplorable mais c'est ça la vraie POLITIQUE dans ce monde.

En fait,je ne juge pas la justesse des revendications de Gbagbo ou de qui que ce soit, je ne défend guère les puissances dans leurs scénarios mais je révèle simplement le fruit de mon analyse "impartiale" des faits et de l'histoire de la justice internationale.

Soro( qui "couvre" parfaitement le véritable parrain ) et ses lieutenants, ce n'est qu'une affaire de temps pour rejoindre la Haye mais je vous demande de prier tous les jours pour Gbagbo et compagnie parce que ça risque d'être assez "mouvementé" pour eux s'il advenait que Gbagbo perde les élections de Novembre 2008.
Vous ne pouvez pas grand-chose face à la puissante machine française qui déroulera bientôt le scénario idéal pour assommer judiciairement et médiatiquement Gbagbo. Vous aurez des documentaires alarmistes, des reportages passionnés sur la question des assassinats de Mars 2004, les escadrons de la mort et le célèbre "chiffon rouge" Guy Kieffer... tout ça pour discréditer médiatiquement Gbagbo afin d'en faire un "criminel " qui mérite le TPI.

C'est un scénario qui s'est toujours répété.

priez, priez ... avec Koré Moise, le prophète des Nations.... c'est cela qui POURRAIT sauver Gbagbo !!!

Soro, lui il est déjà "cuit" mais Gbagbo ............la prière des évangélistes offre un espoir .

Écrit par : Krathos | 03/08/2008

Krathos, j'ai l'impression que tu es de bonne humeur aujourd'hui ? Ou bien ?

Écrit par : Théo | 03/08/2008

Oui, je viens de recevoir une prophétie Chiraquienne (lol)

Écrit par : Krathos | 03/08/2008

Chirac, c'est bien le gars qui a des soucis avec la justice de son pays et qui n'est nullement inquiété par le TPI pour son "irresponsabilité" d'un certain mois de novembre?

Écrit par : Djé | 03/08/2008

Bonjour Krathos et bon dimanche !

Ecoute, je vais essayer de résumer ta position dans ce débat: le recours devant la justice internationale est toujours politique, sélective, orienté et finalement à géométrie variable. Il intervient toujours à l'initiative des puissances occidentales. C'est bien ça ta compréhension de la justice internationale?

Si oui, eh bien elle est très juste.

Mais, faut-il se réjouir de cette "injustice internationale" parce qu'on n'aime pas Gbagbo, ou faut-il être en l'espèce, défenseur des droits de l'homme, de tous les hommes tombés pendant la tentative de coup d'état en Côte d'Ivoire ?

Quand je lis le passage ci-après, j'ai mal au coeur: "Vous ne pouvez pas grand-chose face à la puissante machine française qui déroulera bientôt le scénario idéal pour assommer judiciairement et médiatiquement Gbagbo."

J'ai mal quand je constate qu'il y a encore des Africains au sud du Sahara, comme Krathos, qui croient dur comme fer que la peau noire est une malédiction impossible à conjurer. Pourtant, l'Afrique n'est pas la seule à avoir été colonisée. L'Asie aussi l'a été. Mais il n'y a que les enfants africains qui continuent regretter l'époque coloniale. Au même moment, c'est la Chine qui menace et intimide la France.

Je me souviens que pendant la longue mais vaine tentative de coup d'état de la France en Côte d'Ivoire, certains chefs d'Etat africains avaient "conseillé" à Gbagbo de démissionner. Le Woody leur avait rétorqué que s'il démissionnait, la Côte d'Ivoire allait plonger dans une guerre civile qui durerait au moins 10 ans. Certains de ses interlocuteurs n'ont pas pris cette déclaration au sérieux. Mais ils ont dû en avoir une idée lorsque des manifestants aux mains nues ont empêché la "puissante armée (?)" française (qui n'a jamais gagné une guerre) de renverser Gbagbo. C'est un fait rare dans l'histoire des coups d'état.

Les partisans de Gbagbo sont débout et déterminés. Après avoir chassé une junte militaire, ils ont réussi à faire échec à la "Grande France." Les Ivoiriens attendent le garçon qui viendra chercher Gbagbo (même s'il est dans l'opposition) pour le traduire devant une quelconque Cour internationale !!! C'est ce jour-là il saura qui a mis du sel dans la mer !!!

Pour en revenir au débat proprement dit, voici ce que je pense des deux enquêtes judiciaires.

1. Affaire Kieffer:
il y a trop de méprise dans cette affaire. Au regard du droit, Guy André Kieffer est ABSENT. Il n'est pas MORT, il n'a pas DISPARU.

Un homme est MORT lorsqu'on a vu son corps.
Un homme a DISPARU lorsqu'on est sûr qu'il est mort, mais qu'on n'a pas retrouvé son corps. (exemple: un avion s'écrase. il n'y a aucun survivant. Ceux dont on a retrouvé le corps sont morts, et les autres ont disparu).

Un homme est ABSENT lorsqu'il a cessé de paraître au lieu de son domicile ou de sa résidence, et que depuis QUATRE ANS il n'a pas donné de ses nouvelles.

En attendant que Kieffer reapparaisse ou qu'on retrouve son corps, sa famille peut déjà engager la procédure prévue par le code civil en cas d'absence. Les dispositions juridiques applicables en la matière sont les mêmes en France comme en Côte d'Ivoire, puisqu'inspirées du même code napoléonien de 1804.

Maintenant, si le juge Ramaël ne peut pas ou ne veut pas rechercher son compatriote là où il peut le retrouver, qu'il arrête de nous distraire. Nous sommes concentrés sur la sortie de crise, après avoir fini d'enterrer nos morts à nous.
Après, nous allons chercher à savoir qui a armé et entretenu la rébellion ivoirienne pour causer tant de pertes en vie humaines, pour rien, finalement !

2. Bombardement de Bouaké:
La France connaît la vérité sur ces faits gênants pour elle. Elle a peur de sa propre opinion nationale (elle au moins en a une, chez nous il n'y a que des opinions partisanes). La France a aussi peur que ses interventions militaires ne soient définitivement discréditées (si elle ne l'est déjà) sur la scène internationale.
Certains chefs d'Etat ont compris le jeu et se méfient désormais des "agents" exagonaux spécialement chargés de semer la mort et la désolation à travers le continent. Le LIDEC vient d'être chassé d'Antananarivo, à juste raison.

Avant même d'ouvrir une enquête, la France a rendu ses conclusions et a pris ses sanctions extra-judiciaires (avions détruits, 64 personnes tuées). L'objectif de cette escalade était de renverser Gbagbo, mais ça n'a pas marché. Que recherche-t-elle encore? C'est nous qui avons un intérêt à agir en justice, pour être dédommagés. Et ça, croyez-moi, ça va venir, quand on aura fini de débarrasser le pays...

Écrit par : Demos | 03/08/2008

Mon ami Krathos est-il fatigué ? Dois-je interprêter ton silence comme une approbation muette de mes derniers développements ?

Nous sommes ici sur le terrain juridique. Et en droit, le silence ne vaut pas acceptation, dans le principe.

Si tu as approuves mes analyses, il faut l'avouer pour une fois. Ne crains rien, personne ne va te traiter de "juda". Du moins je l'espère ! Parce qu'avec le Vieux Parti des Vieux, on ne sait jamais (lol).

Bon début de semaine, où que tu te trouves !

Écrit par : Demos | 03/08/2008

Excellente analyse.

Écrit par : Fred | 04/08/2008

Un proverbe africain dit que tu ne peux pas danser et en même temps apprécier ta danse. Le dicton se vérifie dans le cas de la Cote d'Ivoire. Ce que nos frères ivoiriens ont fait en 2004 là, eux-même ils savent pas ce qu'ils ont fait. C'est nous dehors-là, qui voyons.
Nos frères ont démontré que l'africain n'est pas condamné. On a vu un peuple se lever et lutter à mains nues contre les fusils, lutter et gagner. C'est un acquis qui dépasse même la Cote d'Ivoire, pahé victoire là, c'est même plus pour vous seuls. Nous tous on enjaille là dedans.
Mai'nant quand je vois comment certains, pour de basses querelles de clocher, sont prêts à tout foutre en l'air, ou puent la mauvaise foi, uniquement parce que la tête de Gbagbo ne leur plaît pas, eh bien je dis attention deh. Il y'a un temps pour tout. Il y'a un temps pour les querelles familliales, il y'a un temps pour faire front commun et défendre la famille.
Et quand c'est le temps de défendre la famille, querelle familliale là, on oublie d'abord. C'est comme ca on fait!
Voilà, je tenais à faire ce petit rappel, au regard de la tournure que prennent parfois les arguments ici.

Écrit par : Eddy | 04/08/2008

Avec un peu de recul je constate que le frere Krathos a vraiment un serieux probleme avec LG. Je l'ai soutenu pendant la guerre ce qui n'est pas le cas maintenant mais franchement d'ou vient cette haine viscerale de Krathos envers le PR? En ce qui concerne le sujet du jour je dirais que c'est bien dommage pour l'Afrique car je constate que c'est le seul continent ou les gens sont divises quand il faut etre uni et vice versa. Pourquoi les journaux Francais sont solidaires quand il s'agit de la politique africaine e.g. ne pas rependre dans la presse un sujet qui par exemple toucherait au important de leur pays? Je vis a Londres et c'est pas different mes freres. J'ai ete amene a reflechir sur un cas banal juste avant la guerre en Irak. Les Labour et les Tory etaient divises quant a la conduite a tenir, les uns voulaient attaquer les autres voulaient un peu plus d'informations. Cette division etait palpable au niveau meme de la presse Le Mirror (Labour) et le Sun (Tory). Mais quand la decision a ete prise par Blair d'attaquer; surprise Union totale de la presse Anglaise a tel enseigne que le depute Labour paix a son ame (Robin COOK) qui etait encore reticent a ete traite de tous les maux par both le Mirror et le Sun qui lui reprochait en temps de guerre tout le cabinet devrait etre Uni voila. Revenons a notre pays la Cote d'Ivoire. Regardez la une des journaux ivoiriens comment des journalistes ivoiriens sont fiers quand on tue des ivoiriens pcq ils sont du FPI ou du RDR ou du PDCI. Quand "notre voie" justifie le fait que Mr Ekra est assez riche pour s'octroyer une voiture de 500 millions; quand le Patriote souhaite que LG finisse devant le TPI. je vais m'arreter la. Prions que cette guerre finisse, que les elections aient lieu et que les Ivoiriens puissent manger, se soigner, etudier, avoir un emploi sans forcement enlever la culotte pour les filles, etre admis a des examens sans forcement payer des millions.

Écrit par : Zephir | 04/08/2008

Pour être honnête avec toi, Demos, je n'ai pas lu plus d'une fois tes écrits car tu fais du HS(Hors-sujet)...
Il y'en a qui me présente comme haineux envers Gbagbo, mais Gbagbo m'a fait quoi personnellement ? il ne m'a rien fait? je n'ai rien contre Koudou Laurent mais j'ai des griefs contre le politicien .
dans ce billet, je ne vois même pas où j'attaque Gbagbo , je ne vois pas où je voue une haine à Gbagbo.
Toi, qui dis être à l'étranger certes, tu ne dois pas avoir la tête plongé dans l'actualité politique.

Informe toi sur le combat de Radovan Karadzic et de son "lieutenant" Radko Mladzic, d'où il prenait leurs soutiens diplomatiques et logistiques ? la réaction actuelle de la Russie et des Etats-unis quant au sort de Karadzic ?

Voila un exemple qui montre autant que celui de Hissein Habré que les puissances sont rancunières envers leurs ex-bourreaux et versatile quant il s'agit de pérenniser le soutien à l'ex-pion .
je n'ai rien dit de mauvais contre Gbagbo, arrêtez vos caricatures à la fin.
Çà fait très puéril d'ailleurs !!!
dès qu'on s'exprime , vous déballez votre récital à deux balles !!!

Si des politiciens ivoiriens ont manigancé , si sur leur chemin se trouvent les morts d'Octobre 2000 médiatiquement transformés en Charnier de Yopougon, les tueries de Mars 2004, les escadrons de la mort, les déchets toxiques qui ont tué des ivoiriens...... si vous ne le savez pas, je vous apprends que ce sont des pièces "à conviction" que vont utilisés certaines puissances occidentales pour faire fléchir les dirigeants africains ou autres qui ont osé leur tenir tête.

Et c'est l'histoire qui se repete inlassablement.
quand un(e) représentant(e) de l'ONU était venu mettre en cause l'amnistie de Gbagbo, vous pensez que c'est pourquoi ???
mais réfléchissez !!!!!!!!

Zephir, où est la haine envers Gbagbo ? où est le viscéral ? où ??????

je n'ai pas demandé à des politiciens de se salir les mains, Blé goudé, s'il est "garçon" qu'il sorte de la côte d'ivoire, il va voir ????

la Politique ,la vraie politique, la varie Géopolitique dans ce monde, ce n'est pas faire la grande gueule quand on n'a pas les muscles adéquats .

Khadaffi qui fait le dur contre les Suisses parce qu'ayant les moyens de sa posqture, que peut -il par contre faire devant les USA ??
l'iranien Ahmadinejad qui s'est rebiffé après les menaces militaires a peine voilées des Américains, aujourd'hui il demande le dialogue !!!

Les gens qui "gueulent" en Afrique, les gens qui se salissent au passage les mains dans leur quête du pouvoir, s'ils réfléchissaient convenablement aux conséquences de leurs propos et actes, je crois qu'ils se méfieraient !!!
Ne pensez pas pas que ce monde est un espace de justice, de Droit de l'homme à l'eau de rose !!

C'est tout ce que j'ai à dire , et maintenant ceux qui y voient de l' Anti-Gbagboisme , je m'en balance les coui..... !!!

C'est De Villepin qui a menacé Gbagbo plusieurs fois de TPI, ce n'est pas ma PETITE personne; allez demander à César Etou de "Notre Voie", il va vous le confirmer !!!!
Or vous deviez savoir que Sarkozy est le témoin de mariage de Dramani Ouattara avec "sa Blanche" depuis les années 90, ce qui devrait accélerer certaines manigances.

je n'ai pas pris partie dans cette affaire là, je constate et j'interprete l'evolution des faits.
Vous parlez comme ça OHH OHHHH OHHH ...... mais Gbagbo lui même sait à quel niveau se situe la rancune de Chirac à son encontre .
Vous croyez donc que Sarkozy va s'opposer à une machination DE Villepiniste ou Chiraquienne pour liquider JUDICIAIREMENT Gbagbo, lorsqu'il ne sera plus président ???
Ouais, Revez seulement !!! revez votre vie et le sort de notre pays !!!!
je suis jeune , encore même un "enfant" mais ne pensez pas que ce monde est POETIQUE !!!!!!!!!!!!!!!!!


Méditez sur cette question : "Qui a part les Africains a intérêt que le grenier du monde se développe ????"


Vous n'avez rien compris à ce monde -là !!!! rien de rien !!!!

Écrit par : Krathos | 04/08/2008

Théo, comment est mort Antoine Masse?

Notre voie a publié un article où ils racontaient le premier massacre de Guitrozon en novembre 2004. Selon eux, l'armée francaise a tiré sans provocation (resultat 6 morts), Antoine Masse a été bléssé, identifié, poursuivi puis achevé d'une balle dans la tête.

On connait les capacités d'affabulation de Notre Voie mais c'est le seul récit de cet événement, ormi les déclarations politico-militaires venues de France (pas d'affrontements à Duékoué, puis riposte à des tirs provenant de militaires ivoiriens à Duékoué).

Comme Antoine Masse était correspondant du Courrier, je suppose que vous devez savoir ce qu'il c'est passé ce jour là à cet endroit là.

Écrit par : wobebli | 04/08/2008

Krathos, tu dis ne pas me lire plus d'une fois, et tu affirmes que je fais du hors sujet !!!

Penses-tu être dans le sujet lorsque tu prends tes fantasmes pour de la réalité ?

Je suppose que tu es mon jeune frère (puisque tu appelles Théo "grand-frère") à l'égard de qui j'ai été suffisamment courtois.

Je tiens à te faire savoir que tu n'as pas le monople de la dérive verbale !!!

Il nous a été demandé de commenter deux affaires: kieffer et novembre 2004.

Au prix d'une contorsion cérébrale et d'une dialecte alambiquée, tu as réduit le débat à une supposée menace qui peserait sur Gbagbo, à la lumière, prétends-tu, d'une pratique constante de "l'injustice internationale".

Moi, je t'invite à la méditation :

1. habituellement, les militaires africains confisquent le pouvoir et il ne se passe rien. Gbagbo a chassé une junte militaire du pouvoir.

2. la France a délogé Patassé du pouvoir (entre autres) et y a installé Bozizé. Les partisans de Gbagbo ont mis l'armée française en déroute le 09 novembre 2004 alors que le ciel, la terre et l'eau d'Abidjan étaient sous controle exagonal.

C'est le signe des temps qui...changent ! Chaque Peuple a son destin...

Au regard de ces faits, rien ne me dit que la macabre bésogne qui a bien fonctionné ailleurs peut forcément être rééditée en terre d'Eburnie.

Arrête donc cette masturbation intellectuelle, homme de peu de foi !

Théo, je m'arrête là. Je n'ai pas envie de contribuer à transformer ta plate-forme en un champ de pugilat stérile.

Merci à ceux qui ont bien voulu lire mes textes.

Écrit par : Demos | 04/08/2008

Il n'y a pas de dérives verbales mais à chaque fois que je ferai une analyse, vous ressortirez les mêmes litanies de haine, de je ne sais quoi !!!
je m'excuse auprès de vous Mr Demos si mes mots vous ont offensés.

La posture que Gbagbo adopte actuellement à l'égard des Français , il y'a plein de dirigeants qui ont agi ainsi envers les puissances occidentales et le sort n'a pas été vraiment reluisant pour la majorité d'entre eux.

Quand vous dites, Demos, que j'ai "réduit" le débat à une menace contre Gbagbo , c'est tout à fait faux !!!!

j'évite de m'axer sur le développement des propos du grand frère Théo qui a bien fait ressortir, assez efficacement d'ailleurs, la problématique du billet qui se résume aux rapports de force entre les Grandes puissances et les petits pays . Et oui, dans ce billet il est question de rapport de force entre Regime Gbagbo et la déferlante médiatique et judiciaire actionnée par la France.
Et le constat des cas précédents de dirigeants africains "hostiles" à la France me rend pessimiste sur la vie judiciaire de Gbagbo après son mandat.
Ce n'est pas une question de haine ou de quoique ce soit, mais une interpretation des cas similaires antérieurs.
VOILA.
En fait, bon nombre de pro-Gbagbo aurait voulu que je vienne dénoncer la mainmise des puissances occidentales sur les régimes africains, les différents moyens de pression adoptés , le déséquilibre médiatique mais , je pense qu'il faut réfléchir à tous ces déséquilibres dans le rapport de forces avant de se lancer dans des bras de fer , souvent très justes pour l"honneur de son pays !!!
S'il n'y avait pas matière à de PROBABLES procès contre Gbagbo, je ne vois pas où iraient les dossiers que vont bientôt ficeler les cercles françafricains du côté de Paris.
Mr Demos, vous trouvez que ce sont des fantasmes anti-Gbagbo mais je n'évoque que ce nom comme acteur et non comme Coupable ou Innocent.
je ne dis pas que les français ont raison alors pourquoi me coller de fausses étiquettes ???

j'ai pris le risque de conjecturer le sort judiciaire de certains pontes de la REB-FONDATION ( Rébellion et Refondation ), espérons que l'avenir me donnera TORT.

Espérons le !!!!

Moi, j'ai commencé à prier Mon DIEU, le Dieu des Bossonistes . Pourquoi pas vous, Demos ???

Écrit par : Krathos | 04/08/2008

Théo,

Ce n'est pas la première fois que je viens sur ton blogue, et tu le sais.

Ce n'est pas la première fois que nous sommes en désaccord sur certains points, et il nous est même arrivé de nous expliquer "d'homme à homme" par Rue89 interposée.

Je me permets toutefois d'attirer ton attention sur un point : tu n'avais pas dix ans lorsque je connaissais Guy-André, son épouse Osange et leur bébé (j'étais alors correspondant du Monde à la Guadeloupe, mais pendant cinq ans, pas qu'un transit)… Famille Kieffer que j'ai perdu de vue au milieu des années 90.

Depuis fin octobre 2006 que j'ai créé mon blogue, une rubrique est consacrée à GAK, et exclusivement à lui et ce qui tourne autour.

Alors que j'étais loin de chez moi (donc sans mes photos "maison"), j'ai publié ceci :
http://menilmontant.noosblog.fr/mon_weblog/2008/07/la-justice-ivoi.html#comments
qui comportait deux fautes dans la précipitation et sans mes dossiers. L'un de tes amis, lecteur attentif, n'en a repéré qu'une.

Alors, permets-moi de décortiquer ce que tu as écrit, mais uniquement la partie Kieffer, car je ne prétends pas connaître suffisamment la CI pour le reste, même si, dans mon fil Kieffer, j'ai diffusé des infos que je n'ai trouvées ni dans la presse française, ni dans la presse ivoirienne, toutes deux si dociles. Je pense que les points de vue de Krathos sur la situation dans votre pays ne doivent pas être loin de la réalité.

• Dans le premier cas, un mort supposé. Un journaliste français travaillant comme consultant à Abidjan dont le corps n'a jamais été retrouvé.
===> « ayant travaillé comme consultant » aurait été beaucoup plus proche de la réalité.

• Dans le premier cas, un juge qui a la liberté d'aller et de venir entre la Côte d'Ivoire et la France, qui a interrogé des dizaines de témoins et de bonimenteurs, qui a réussi à exfiltrer tous ceux qui lui permettaient d'étayer sa thèse, si peu sérieux soient-ils.
===> je présume que tu parles du juge Ramaël. Non seulement il y a un certain nombre de personnes qu'il n'a jamais pu entendre (dont six sont décédées dans d'étranges circonstances à Abidjan) de façon sereine, mais tu sais pertinemment qu'il ne peut pas "aller et venir" autant que le président Sarkozy l'avait promis à la famille… qu'il avait reçue comme par hasard au moment des rencontres de Montreuil, ce qui permet d'être bien avec tout le monde au cas où…). je ne sais pas qui tu appelles "bonimenteurs" ni ce que tu entends par "exfiltrer".

• Dans le premier cas, il y a un crime qui pourrait éclabousser des personnalités ivoiriennes, si la thèse du juge Ramaël, qui ne repose sur rien de solide, prospère.
====>comment peux-tu dire que la "thèse" de Patrick Ramaël ne repose sur rien ? tu as accès au dossier d'instruction présentement, ou tu fais dans la désinformation pro-Gbagbo ?

• La presse française ergote à n'en plus finir sur l'affaire Kieffer - et c'est son droit, même si on peut lui reprocher d'enquêter trop peu et d'affirmer trop vite.
====>je crois que je lis plus que toi "la presse française" (sauf si tu ne lis que Rue 89 lorsqu'il s'agit de Jack Lang ou de GAK) et je n'ai jamais remarqué la moindre avalanche de sujets sur l'Affaire Kieffer. sinon, je présume que la page wikipédia de GAK ne contiendrait pas essentiellement des éléments de moi (automatiquement mis à jour) et, plus récemment, des éléments de Rue89, ainsi que quelques fautes, comme sur le patronyme de Baudelaire.

A bon entendeur.

Écrit par : Fabien | 04/08/2008

Théo, permets moi de poster un billet vite fait bien fait sur ton blog.

Affaire Kieffer Vs Novembre 2004 (2) : Le match sur "google"
ou un franco-canadien vs 64 ivoiriens (sans aucune considération partisane)

1- Taper affaire Kieffer sur google vous obtiendrez 44 pages et les résultats sont pertinents jusqu'à la page...44. Les sites français sont les plus représentés mais les sites ivoiro-africains ne sont pas en reste.

2- Taper novembre 2004 sur google vous n'obtiendrez rien en rapport à la Côte d'Ivoire sur les deux premières pages

3- Taper "novembre 2004 côte d'ivoire révélations général poncet" sur google vous obtiendrez 20 pages, les résultats les plus pertinents se concentrent sur les deux premières pages (et je très généreux) et ce sont les médias ivoiro-africains qui relaient majoritairement.

Conclusion et je repasse la parole à Théo :
"La presse française ergote à n'en plus finir sur l'affaire Kieffer - et c'est son droit, même si on peut lui reprocher d'enquêter trop peu et d'affirmer trop vite. La presse française se tait de manière quasiment unanime sur novembre 2004."

Paix aux 64 ivoiriens et à Guy André Kieffer.

Écrit par : Djé | 04/08/2008

Je ne sais pas qui a vu que "la presse française ergote à n'en plus finir sur l'affaire Kieffer" ! Certainement pas nous, membres de la famille de GAK, qui nous battons depuis 4 ans pour que cette affaire ne soit pas enterrée par les media, ni par les politiques. Je ne sais pas non plus qui permet à M. Kouamouo, qui connaît bien mal le dossier, de dire que le juge Ramaël fait ce qu'il veut, où il veut et quand il veut dans cette affaire quand on sait que les autorités ivoiriennes lui ont refusé le remise temporaire de Michel Legré, d'une part et quand on connaît ses difficultés à entendre un certain nombre de protagonistes ivoiriens du dossier, d'autre part.
Je crois que M. Kouamouo devrait éviter de parler de ce qu'il ne connaît pas. Cela nous éviterait de perdre notre temps à lire ses âneries et à lui répondre.
Bernard Kieffer, frère de Guy-André

Écrit par : bernard kieffer | 04/08/2008

Pour ma part, je regrette que la presse française n'en fasse pas assez, au goût de certains, sur l'affaire Kieffer. D'autre part, je voudrais savoir si les principaux protagonistes français de l'affaire Kieffer ont déjà été mis temporairement à la disposition du juge Ramaël (affaire de ne négliger aucune piste).
Ceci dit, dans un souci d'honnêteté personnelle, je suis obligé de constater le vide journalistique qu'il y a en France à propos du drame des 64 morts aux mains nues de novembre 2004.

A notre époque, il ne faudrait pas donner à penser qu'il y a des morts insignifiantes.

Écrit par : Thabo | 04/08/2008

Ce qui heurte le bon sens juridique (ou le bon sens tout court) dans ces deux affaires, c'est le fait d'affirmer avant d'enquêter:

1. Affaire Kieffer:
les Français et la coalition ivoirienne anti-Gbagbo partent du postulat selon lequel Guy André Kieffer a été enlevé par un commando proche du Palais présidentiel d'Abidjan. Dès lors, toutes les autres pistes possibles sont exclues par Mr Ramaël.

2. Bombardement de Bouaké:
là aussi, c'est la même démarche incongrue. On part du fait que les Sukhoi ont pulvérisé le cantonnement français. Ensuite, on ouvre une enquête pour savoir qui a donné l'ordre aux pilotes. Personne ne se pose la question de savoir si le Lycée Descartes a effectivement été bombardé par l'aviation ivoirienne, étant donné que ce supposé fait déclencheur de l'hostilité française est très loin d'être prouvé.

Tout se passe, dans les deux cas, comme si on cherchait à atteindre coûte que coûte Gbagbo. Michel Légré n'a aucune personnalité juridique propre tant qu'on ne précise pas qu'il est le beau-frère de Simone Gbagbo.

Le donneur d'ordre pour "bombarder" le camp français n'est pas important tant que les pilotes biélorusses n'affirment pas que c'est Gbagbo. Eux, les "exécutants", peuvent filer tranquillement sans être inquiétés. Veut-on nous faire croire que la DGSE a été inefficace durant le déroulement de tous ces faits ? Bien sûr, les "services" français ont bien travaillé (selon Maître Jean Balan, Avocat des familles des victimes) mais on ne cherche pas la vérité, c'est Gbagbo on cherche. La juge Brigitte Renaud cherchait la vérité, elle a échoué...

C'est mesquin, minable et misérable !!!

Alors, "la presse française ergote à n'en plus finir" pian !!!

Écrit par : Youzan | 05/08/2008

Krathos réagit comme les chiens de Pavlov.tu as développé ce qu'on appelle un "réflexe conditionné" si bien que dès l'annonce du nom de LG, une de tes glandes secrete une antiphatie maladive à l'égard de ce Monsieur. Je suis convaicu que tu coupes au moins 100 fois la tête de ce Monsieur avant de pouvoir trouver le sommeil. pauvre de toi, ce complexe du blanc qui viendra te délivrer avec son TPI prouve que tu n'as rien compris de la politique , comme l'a dit l'autre tu es un politicard, evite donc de te faire trop remarquer.
sais tu qui on enterre aux invalides ?

Écrit par : kouassi | 05/08/2008

@ Bernard Kieffer,

Je respecte votre douleur mais j'ai aussi appris que la douleur ne donne pas tous les droits. Et, à ce que je sache, vous êtes le frère de GAK et non du juge Ramaël. Je m'étonne donc que vous sortiez de vos gonds parce que je conteste sa méthode. Je vous pose deux questions :

- Est-ce que le juge Ramaël a déjà été empêché d'arriver en Côte d'Ivoire ou d'y interroger quelqu'un ?
- Un juge normal sait très bien que pour faire avancer ses enquêtes, il doit les faire dans le respect des procédures. Pourquoi Ramaël, dans ses effets de manche médiatiques, fait-il si peu de cas de la convention judiciaire franco-ivoirienne ? Par exemple, elle ne lui donne pas le droit de "déporter" Légré en France, ni de convoquer à Paris des personnalités ivoiriennes comme il l'aurait fait. Je dis "il l'aurait fait" puisque les fameuses convocations ne sont jamais arrivées à leurs destinataires...
@Fabien de Ménilmontant,
- La thèse du juge Ramaël ne repose sur rien parce qu'il n'a aucun instrument matériel réel qui pourrait confirmer sa thèse. Il a des témoignages, or dans cette affaire il y a malheureusement eu de nombreux témoignages farfelus, et Bernard Kieffer ne le sait que très bien. Ce n'est pas à un débiteur d'âneries de le lui rappeler. Je la compare à novembre 2004 où nous avons des autopsies des morts ivoiriens, par exemple. Ou nous savons que la France officielle a fait disparaître du dossier les éclats des roquettes qui ont détruit le cantonnement français, qu'elle a empêché les autopsies des morts français, qu'elle a fait disparaître du dossier les boîtes noires du Sukhoi, qu'elle a "encadré" la fuite des mercenaires biélorusses. N'oublions pas que je faisais une comparaison entre deux affaires !

Écrit par : Théo | 05/08/2008

@ Wobebli,

Massé a été abattu à bout portant alors qu'il était dans une foule et qu'il ne portait aucune arme d'aucune sorte.
Les témoins sont encore vivants.

Écrit par : Théo | 05/08/2008

Tout d'abord je compatis a votre douleur.
Questions a Bernard Kieffer:

1/ Avez-vous explore la piste de l'entourage (ou ex-entourage) sulfureux de votre frere. En effet certains de ses ex-collaborateurs ne se sont pas prives (cf la presse ivoirienne) de dire tout le mal qu'il pensait de votre frere ?

2/ les tergirversations des politiques francais au sujet de la recherche de la justice dans l'affaire des morts de Bouake ont conduit de nombreux observateurs a enterine la these que la suite de ces malheureux evenements a ete manipulee pour declencher la chasse a LG. Cf Mediapart.

Vu le contexte qui prevalait a l'epoque, avez-vous envisager la piste du "coup tordu" tres populaire chez les services (qque soit le pays d'ailleurs). En effet ceux-la meme qui sont capable de manipuler des evenements tristes pour atteindre qqu'un sont bien capables de pareil methode dans le cadre de l'affaire qui vous touche.
A votre place j'aurais engage une enquete parallelle et privee. L'avez-vous fait ?
Cf: Dans l'affaire Borel, la perseverance de la famille a faire sa propre enquete a fini par reveler les fissures de la version officielle.
3/ oui la presse francaise "ergote" car elle ne parle depuis le debut que d'une seule piste. Et surtt l'affaire est toujours ressortie dans les journaux a des moments cruciaux du processus de paix. D'ailleurs depuis que la paix a ete scellee, ca devient complique cote francais de brandir cette affaire.
Vous vous battez depuis 4ans, et alors comment expliquer que c'est la seule piste de LG qui est dans les journaux ? avez-vous pris du recul par rapport a ce qui est dit et ecrit dans les journaux en France ? je vous sens a fond en phase avec l'unique piste LG!
je rappelle que ds l'affaire de Bouake, l'unique piste pdt longtemps fut aussi LG qui aurait donne l'ordre. cette these fut repetee a longueur de journee dans les medias francais. Aujourd'hui tous ceux qui suivent ces affaires savent qu'il n'en est rien (meme si le grand public lui est reste sur la these initiale), et c'est plutot les politiques et la justice franciase qui tergiversent. La aussi Cf Mediapart.
Malgre tout ca, vous ne prenez pas de recul ?
A moins que vous ayez des preuves irrefultables (la liaison familiale n'est pas une preuve suffisante, vous l'aurez remarque je l'espre) a nous faire partager!

L'autre drame de cette affaire Kieffer est que cela a ete politisee a outrance.
Vous ne le voyez pas ca ?

cdlt

Écrit par : hormheb | 05/08/2008

@Théo : vous confirmez donc en partie l'article de notre voie (tué à bout portant donc intentionnellement). J'ai demandé à RSF pourquoi A Masse n'apparraissait pas comme journaliste tué dans le bilan 2004 ou 2005, il m'aient répondu que Masse n'a pas été tué en tant que journaliste mais dans le cadre d'affrontement...

@Bernard Kieffer : pouvez vous me communiquer les articles de GAK sur la Cote d'ivoire. Si on l'a enlevé pour le faire taire, alors il me faut le lire.

Écrit par : wobebli | 05/08/2008

Je suis traité de chien de Pavlov par je ne sais qui !!! mais même si je suis margouillat d'Abidjan, aulacode de Toumodi, ce n'est pas aussi grave que de perdre le sens critique lorsqu'il s'agit d'une affaire qui éclabousse à outrance l'entourage Gbagbo.

Au début , j'ai évité de tomber dans les détails de l'Affaire pour essayer de conjecturer l'issue de cette affaire.
Je reviens donc à l'affaire à proprement parler: les cas des 64 morts pour moi bien évidemment est un cas de légitime défense de l'armée française.
Je me fous bien du récital de patriote, d'amour de la patrie Bla Bla Bla dont usent les pro-Gbagbo dans cette affaire.
Si vous estimiez quand sacrifiant des civils parce que la Légion Etrangere française avait monopolisé votre pays, notre pays en moins de d'une journée alors il faut en payer le prix.
La position strategico-militaire que les Français ont prises à l'hotel Ivoire montre bien qu'il s'agissait d'une opération très planifiée et vicieuse or face à ces militaires français au lieu d'opposer une armée ivoirienne, on choisit de sacrifier des civils, du fait de propos de lâche tenus par Blé Goudé.

J' ai minutieusement suivi la vidéo de John Jay et je vois des soi-disant militaires ivoiriens qui aident les manifestants à avancer , d'autres même viennent balancer des injures aux français, essaient de toucher l'armement.
Des gens qui ont reçu une formation militaire adéquate comprennent bien la supercherie et le risque , raison pour laquelle ils interviennent pour se départir de l'étau de civils qui commençait à les étouffer, avec la grande COMPLICITÉ de l'armée lâche des ivoiriens.

ceci pour dire que la thèse de la légitime défense est plausible en procès , Canal Horizons a déja montre les images à la France et je ne crois pas que les Français auraient été fier de voir leur armée lycnché par des civilc , des CIVILS .....Quand même !!!!

alors lorsque les médias et des politiques français choisissent de faire pression sur le dossier Kieffer , je vous dis que c'est hautement stratégique et ça répond au fonctionnement habituel de la machine française lorsqu'il ya des crises de la sorte.

Et parce que je fais cas de mon analyse, on me traite de chien de Pavlov, voire des menaces implicites .
Mais si Tony Oulai n'avait rien fait, que ferait-il en taule en France ? si la piste Michel légré et les connections familiales de la présidence ivoirienne n'etaient pas une bonne piste, pourquoi autant de panique dans le camp ivoirien ?
si le procureur télécommandé ne savait pas la vérité sur cette affaire, pourquoi n'a t-il pas agir avec célérité comme dans l'affaire Assalé Antoine ?

On n'a pas besoin d'être aux renseignements généraux pour interpréter les actions et réactions du procureur ivoirien; En temps normal, il ne fait pas d'effort pour "creuser" l'affaire GAK et essaie de fricoter quelques pistes seulement parce que le Juge Ramael essaie de mettre la pression afin de savoir la vérité.

Si des français étaient à l'origine de la mort du Journaliste , je crois qu'une semaine après sa mort, le procureur ivoirien aurait élucidé le dossier mais là la nature des activités du journaliste GAK et les découvertes faites dans la filière café-cacao montrent bien qu'il y'a une piste à privilégier dans cette affaire.
Et malheureusement la piste en question fait opposition à l'éolution des enquetes , quoi de plus normal pour conjecturer...
Comment des Français vont tuer ou faire disparaitre en Côte d'ivoire sans que les services de renseignements ivoiriens aient eu échos de l'affaire ???


Vraiment, j'arrête de parler à cause de menaces à peine voilées de "Kouassi" mais au moins arrêtez de manipuler le verbe pour satisfaire vos contrats alimentaires ou affectifs.
j'ai voulu conjecturer le sort judiciaire de certains antagonistes dans cette affaire mais je ne peux aujourd'hui omettre que dans les 2 affaires mises en opposition, l'un des camps à plus de pièces judiciaires en sa faveur tandis que l'autre qui a joué le jeu de l'étouffement et de la réaction dispersée et se trouve donc en train d'improviser des pistes.

les quelques journalistes cooptés essaient tant bien que mal de faire diversion alors que le procureur ivoirien, lui-même manque APPAREMMENT de stratégie et de pièces convaincantes.

La JUSTICE FRANÇAISE aura "ces" coupables coute que coute, eux ils sont patients et savent jauger leur stratégie, Il y'a egalement une famille biologique de GAK qui a besoin de savoir la vérité.

En Côte d'Ivoire, qui pense réellement au srot des familles de victimes apart les discours populistes où il s'agit de plastronner et de faire diversion ???
personne ne respecte ces droits élémentaires mais ne pensez pas que les Français badineront avec cette affaire, surtout s'il peuvent faire d'UNE PIERRE , 2 COUPS !!!

surtout ça !!!

Écrit par : Krathos | 05/08/2008

Kratos peut-il nous donner quelques liens vers les articles de GAK et les découvertes faites dans la filière café-cacao par ce dernier ?

Si c'est pas possible d'effectuer vos recherches assez rapidement, donnez-nous au moins un date approximative de divulgation de vos résultats. Merci d'avance.

Écrit par : Thabo | 05/08/2008

J'aimerais également savoir dans quelle posture me demandez vous ces informations ???
Si vous avez des éléments à ce sujet, pourquoi ne pas nous en faire part au lieu d'attendre que nous le fassions ?

Écrit par : Krathos | 05/08/2008

Tu t'attends à ce que la presse française défende Gbagbo ? Arrête la démagogie.

Toi même au nom de l'APO défend la corruption du régime. Donc !

Écrit par : Eppix | 05/08/2008

Le grand-frère Théo est en face d'une réplique des concernés dans l'affaire Kieffer et, paradoxalement il se fait moins critique à l'endroit d'un pouvoir ivoirien qui a les mains très sales du fait des escadrons de la mort qu'il est soupçonné de parrainer et de coordonner.
Pourquoi pas des enquêtes de notre "journaliste international" au cœur même du réseau qu'il est supposé connaitre ?

les détournements dans la filière café-cacao ne date pas de l'affaire Fulton mais bien avant, au moment même où l'inspecteur Kouadio François se faisait tabasser par des hommes armés parce qu'il a fait des révélations qui méritaient l'attention des journalistes comme Kouamouo et des pouvoir publics .
Aujourd'hui, il est obligé de s'exiler parce que sa vie a été à maintes fois menacé par les "tueurs" de l'ombre, les fameux escadrons de la mort.

Etait-ce encore la famille Kieffer qui essayait de couvrir les soi-disant déboires financiers (Selon les propos de Tony Oulai) de GAK dans ce cas précis?

Monsieur Kouamouo quand on veut faire du journalisme d'excellence , on ne s'appuie pas sur une seule thèse pour argumenter ou on n'essaie pas de mettre dans une balance "64 morts" coté ivoirien et Une mort probable, celle de GAK coté français !!!
C'est très malsain à mon avis et ça n'obéit pas à la logique qui voudrait que ce soit vous, "le journaliste d'investigation improvisé", implanté à Abidjan de surcroit qui donniez plus d'éléments dans le dossier qu'un juge français qui vient furtivement à Abidjan.
Pourquoi vous voulez que la Presse française s'intéresse au dossier de l'hotel ivoire, alors que vous faites preuve de langue de bois sur le dossier Kieffer.
Vous ne faites que remettre en cause les pistes du Juge Ramael, mais que fait le procureur ivoirien et vous , par exemple , pour faire avancer le dossier GAK respectivement au niveau judicaire et au niveau médiatique?

RIEN , RIEN ..... à part faire tacles aux pistes avancées par le juge Ramael.
Qu'est ce que vous avez à nous faire partager comme investigations personnelles sur cette question Kieffer à part le fait d' "essayer" de démonter les pistes françaises, , vous KOUAMOUO THÉOPHILE qui êtes au cœur d'Abidjan et des arcanes du pouvoir FPI ?

Hélas, ce type de journalisme me dégoute !!!

Écrit par : Krathos | 05/08/2008

Quand je lis Krathos, j'ai le net sentiment d'avoir affaire à un individu frappé d'une déchéance mentale !!!

Lui qui déraisonne si gravement et si dangereuseument en employant des termes dépourvus de sens, tels que: "armée lâche", "thèse de légitime défense", "ne pensez pas que les Français badineront avec cette affaire", mérite-t-il d'être pris au sérieux par les rares internautes qui avaient encore quelque sympathie pour lui ?

"Comment des Français vont tuer ou faire disparaitre en Côte d'ivoire sans que les services de renseignements ivoiriens aient eu échos de l'affaire ???", interroge-t-il.

Je lui renvoie la question: comment des Français vont disparaître ou être tués en Côte d'Ivoire sans que la DGSE en ait eu échos ?

"on choisit de sacrifier des civils" = des niaiseries de dadais !!! Affirmation totalement ignoble et abjecte !!!

Sait-il le rôle joué par les Civils français face à la machine de guerre allemande ?

Se souvient-il du rôle joué par des Civils sud-africains face à l'oppression de l'Apartheid ?

Et si par hasard, un proche de Krathos s'était retrouvé sur la trajectoire des balles françaises, serait-il en train de "conjecturer" le sort judiciaire de Gbagbo et de son entourage ? Aurait-il déjà oublié la séparation déchirante d'avec cet être cher pour verser des larmes de crocodile sur le sort de petits blanc ?

La fierté personnelle de Krathos réside-t-elle dans sa posture de "victime résignée" face à l'injustice française, laquelle injustice est indiscutable, à bien lire Krathos ?

Si le Peuple de Côte d'Ivoire se lève comme un seul homme pour dire "Non" à la France, je ne vois pas comment cette France-là pourra triompher !

Malheureusement, il y a encore de nombreux Krathos, de mauvaise foi et de mauvaise vie, sur qui la France peut compter encore longtemps pour nourrir sa suprématie sur l'Afrique. Ils sont disposés à offrir "leur service" contre leurs propres frères et faire croire que le Blanc est trop fort et que de toute façon, le Nègre ne pourra rien contre lui !!!

Quelle Nègrérie !!!!

Écrit par : Youzan | 05/08/2008

Voilà on dit graçon !


KIGALI (AFP) - Le Rwanda a accusé mardi la France d'avoir "participé à la mise en exécution" du génocide de 1994, réclamant que 13 hauts responsables politiques et 20 militaires français soient poursuivis, dans un communiqué du ministère de la Justice résumant les conclusions d'une commission d'enquête.

(Publicité)
Le ministre de la Justice rwandais, Tharcisse Karugarama, a présenté à la presse mardi les conclusions du rapport de 500 pages de la commission d'enquête rwandaise sur le rôle de la France dans le génocide, qui avait entamé ses travaux en avril 2006.

Selon ce rapport rédigé en français, la France était "au courant des préparatifs" du génocide, a "participé aux principales initiatives" de sa mise en place et à "participer à sa mise en exécution".

"Des militaires français ont commis eux-mêmes directement des assassinats de Tutsis et de Hutus accusés de cacher des Tutsis (...) Des militaires français ont commis de nombreux viols sur des rescapées tutsies", accuse le communiqué du ministère de la Justice diffusé à la presse.

"Vu la gravité des faits allégués, le gouvernement rwandais a enjoint les instances habilitées à entreprendre les actions requises afin d'amener les responsables politiques et militaires français incriminés à répondre de leurs actes devant la justice", poursuit le communiqué.

Le génocide rwandais a fait, selon les Nations unies, environ 800.000 morts, parmi la minorité tutsie et les Hutus modérés.

Écrit par : Eppix | 05/08/2008

Le "kratos" fait semblant d'argumenter et quand on lui demande simplement ses sources, il s'énerve. Mais comment vérifier autrement les fadaises dont il est l'un des spécialistes sur cet espace.
Autrement dit, cet individu ne nous propose que la répétition des thèses qu'il espère nuisibles au Président de la république ivoirienne.

Écrit par : Thabo | 05/08/2008

A tous les partisans de la dictature communiste et socialiste aux ordres de moscou !

Je constate que la censure est une vérité quotidienne sur ce site. Les points de vue contradictoires sont immédiatement livrés à la vindicte populaire !

A croire que il y a les bons d'un côté et les méchants de l'autre ! Ce site est donc un ramassis de partisans inconditionnels de la rebfondation ?

A partir du moment où M. le journaliste publie des éditos sur l'actualité ivoirienne, à partir du moment où il porte un regard critique sur les sujets de société, il s'expose lui même à la critique de sa plume.

Ce monsieur est lui même adepte de la critique sur rue8ç ou sur agoravox, donc en quoi devons nous avaler bêtement tout ce qu'il écrit ?

Pourquoi au nom de la guerre devons nous accepter de réculer dans la misère, la pauvreté et le vol....pire le crime organisé d'état ?

J'ai été pendant longtemps l'un des seuls à pourfendre ce régime de voleurs, mais aujourd'hui la justice nous donne raison !

Pourvu que ça s'étende à tout le gouvernement et aux sociétés d'état !

Merci Khratos pour tes répliques ! Merci !

Écrit par : Eppix | 05/08/2008

Youzan, je ne vais me répandre en injures mais te demander de relire mes propos. Tu peux m'insulter mais ça glisse sur mon corps parce que de peu d'intérêt.
je dis que je ne discute pas de la culpabilité ou de l'innocence d'un clan ( Français ou Clan Gbagbo).
Mon cher Youzan, j'ai des infos privilégiés sur les crises en côte d'ivoire seulement parce que je recherche là où il faut.
Je connais beaucoup de choses même au PDCI seulement par curiosité intellectuelle.OUi, il faut être curieux dans la vie, non pas s'intéresser aux futilités mais être intellectuellement curieux !!

Je ne vais pas de dire combien de personnes dans ma famille élargie ont péri dans cette crise, si j'adoptais cette posture j'aurais pris le chemin de la Lybie pour rencontrer un potentiel parrain à mon INSURRECTION ARMÉE.Je ne suis pas dans cet état d'esprit belliciste. Je réfléchie d'abord.
Je ne sais pas si vous confondez patriotisme et suivisme moutonnier, mais moi je sais faire la distinction.
Je n'ai pas dit que des officiels français ne savaient pas ce qui s'est passé ce 16 Avril puisque le matin des faits , deux diplomates débarquaient à Abidjan pour tenir une réunion : BRUNO JOUBERT et NATHALIE DELAPALME.
Récemment, je crois que le juge Ramael a pu en savoir quelque chose.
Voila, je ne prends pas partie mais je rapporte des faits et je m'insurge du comportement de certains pro-Gbagbo qui n'apportent aucune avancée au dossier, ils attendent une piste du juge français pour essayer de la saboter.
C'est quoi donc ce comportement ? où est le sérieux ?


Je n'offre mon service à personne , je ne suis ni un "vendu" (comme certains qui se reconnaitront) ni COLLABO .

Arrêtez d'agir dans le psittacisme, à chaque fois répétez les mêmes mots à mon endroit. Ça ne me fait ni chaud ni froid.

J'analyse les faits sans états d'âme et j'ai posé des questions au grand frère Théo :
POURQUOI au lieu de faire des investigations pour déceler la vérité dans la mort "probable" de KIEFFER, il se prépare toujours à tacler les efforts et les pistes du juge français ??
Kouamouo est si proche des cercles politique et médiatique de Gbagbo, qu'est ce qui l'empêche concrètement d'élucider l'affaire si c'est réellement son souhait et qui s'est apparemment produite à Abidjan au lieu d'attendre que le juge Ramael agisse ?
ces questions méritent des réponses précises parce qu'étant objectives et pleinement relatives au sujet.

Les récitations de sorbonnards m'exaspèrent à la fin !!!!

Écrit par : Krathos | 05/08/2008

Thabo, si vous n'avez jamais lu les écrits de Kieffer dans la presse, alez vous informer !!!
je ne suis ni votre bibliothèque ni votre attaché de presse et puis quand on ne sait rien, ou on fait semblant de ne pas savoir, on se tait !!!

Les questions sont posées, et vous entêtez à retarder l'évolution du débat.
Si vous pensiez que Kieffer n'était pas au parfum des machinations de la filière , alors taisez-vous et lisez simplement?
Connaissez vous CCC du sieur de Vaucelles ? savez vous qui a coordonné les audits de la filière et sa structuration en organismes tentaculaires? le rôle qu'a joué Kieffer au sein de cet organisme ??

Quand vous saurez tous ces détails, revenez dans le débat parce qu'on suppose que les intervenants ont des pré-requis de connaissances avant d'échanger leurs opinions.

Écrit par : Krathos | 05/08/2008

Dis moi Krathos, une simple question, tu reconnais quand même qu'en novembre 2004, il ne s'agissait pas "que de tirs de sommations?"

Écrit par : Djé | 05/08/2008

Au sujet de CCC, ceci est paru :
http://news.abidjan.net/article/?n=299769
qui semble moins partiel et plus pertinent que ce qui a pu être écrit dans Notre voie (entre autres), que j'aurais tendance à appeler "Notre voix", le 14 juillet dernier.

Mais, une fois de plus, je le répète, novembre 2004 je ne prétends pas connaître.

Pour moi, le grand "bordel", si vous permettez l'expression, remonte à l'été précédent l'envoi de la Force Licorne, lorsque Villepin a parlé sur un certain ton à Gbagbo, qui en a fait part à Chirac. Avant, je ne connais pas grand-chose et les événements n'ayant pas trait à GAK, je ne les suis que par hasard, parce que certains de mes voisins, vos compatriotes, m'en parlent dans les rues de mon petit secteur.

Écrit par : Fabien | 05/08/2008

Toujours le psittacisme du "kratos". Enfin, il faudra bien apporter des preuves pour une fois, au lieu de répéter encore et encore la vulgate à la mode dans les médias dominants.
J'ai très humblement demandé que vous apportiez un seul article de GAK qui viendrait conforter vos accusations contre l'entourage du Président ivoirien.

Pour le reste, il faut savoir échanger en restant dans le sujet... en argumentant aussi, bien sûr !

Écrit par : Thabo | 05/08/2008

Djé, je ne sais pas si c'est seulement des tirs de sommation mais les jeunes ivoiriens qui défiaient les militaires et qui montaient sur les chars l'ont bien cherché.
Novembre 2004 est un retournement de situation en faveur de l'armée française qui consistait , bien entendu, à confisquer le pouvoir ivoirien et à trouver une situation où un "ivoirien"( dont j'ignore l'identité) prendrait le pouvoir...Et comme les pontes du régime FPI le savaient et se sachant militairement très très faible, ils ont opté pour la solution du soulèvement populaire comme en Octobre 2000.
Le "ministre de la rue" a réussi avec brio sa mission en convoyant des civils ignorants et mal informés des desseins du FPI sur les lieux , afin de servir de couverture et comme on l'a constaté, ils se sont se faire "trucider" malheureusement ....
On parle de martyrs mais il s'agit d'humains VOLONTAIREMENT sacrifiés par le FPI .
Je ne dis pas que c'est mauvais ou que c'est bien, mais reconnaissons que c'était la seule voie de sortie du FPI ; au niveau judiciaire les Militaires français ont les couvertures idéales et entièrement justifiables.
Guia Bi poin , par la mission qu'on lui a assigné, savait que pour protéger Gbagbo, il fallait déloger les militaires français ???
Non pas avec les militaires ivoiriens friands de bakchichs et incapbles mais avec des ignorants qui allaient obliger les militaires à décamper par l'effet d'envahissement.
Tout ça , c'était su et pré&paré par le "ministre de la rue".
Il n'y a pas eu de martyrs en Novembre 2004 mais des humains VOLONTAIREMENT sacrifiés par un régime qui n'a pas pu ASSUMER DIGNEMENT sa grande gueule.

Voila, les Français ont agi avec les couvertures idéales dans cette affaire de novembre 2004, alors que le régime FPI fait de l'improvisation dans le dossier Kieffer.
Peut-être qu'il s'agit de cacher ou d'étouffer des faits.
Peut-être ........ sinon on ne comprend pas la passivité des autorités ivoiriennes , voire certains qui semblent banaliser l'affaire Kieffer (voir interview de France 24).

Écrit par : Krathos | 05/08/2008

Thabo, "En argumentant" ??? comme si tu savais ce que cela voulais dire !!!

Je n'ai pas affaire à toi ; si c'est maintenant que tu cherches les articles de Kieffer relatifs à la filière Café-Cacao, tu peux aller fouiller dans tes toilettes !!!

Kouamouo crée un "Versus" entre 2 faits qui ont été , selon lui, traités de manière injuste par la presse française.
Pourquoi lui, il ne nous donne pas un article équilibré , pour montrer qu'il n'est pas comme cette presse Française qui agit sélectivement(selon ses propres dires) ?

Écrit par : Krathos | 05/08/2008

@ Fabien
le terme "bordel" que tu emploies est un doux euphémisme pour désigner la mort de 64 personnes, même si la mort de ces personnes ne t'attirent pas autant de compassion que GAK, avec des armes de combats lourdes, je te conseille de lire la convention de genève et les traités de La haye, pour voir ce que dit ces textes sur cette situation de "bordel". donc soit tu fais preuve de la même intransigeance lexicale que sur l'affaire GAK, soit comme tu le dis si bien, vu ton ignorance ou bien ta connaissance factuelle basée sur les oui-dire, évites d'évoquer un sujet que tu maîtrises mal et concentres toi sur l'affaire GAK.

@ Krathos

Écrit par : befaz | 05/08/2008

On peut valablement donner libre cours aux échanges fructueux, à condition qu'on ne nous serve pas des inepties du genre:

- "Vous ne pouvez pas grand-chose face à la puissante machine française..." ou encore
-"les cas des 64 morts pour moi bien évidemment est un cas de légitime défense de l'armée française".

Si Krathos affirme avoir perdu un membre de sa "famille élargie" pendant cette barbarie française, il y a lieu de déplorer la voie la plus abominable que le frangin aura choisi pour honorer la mémoire du sien !

Dans l'affaire Kieffer contre l'affaire novembre 2004, il y a une similitude frappante: les magistrats français laissent les étapes les plus faciles de l'enquête pour chercher le sexe des anges ailleurs:

1. Un homme cesse de donner de ses nouvelles. Quelques jours après, des témoins de l'entourage immédiat affirment que l'intéressé a fait l'objet de menaces de morts quelques mois auparavant. On n'interroge pas la personne qui a proféré ces menaces. On préfère inventer un autre mobile: il a été enlevé parce qu'il enquêtait dans la filière café-cacao. Pourtant, nos propres frères sont allés dire à l'étranger que ce sont les enfants esclaves qui produisent le café et le cacao de notre pays. A ces frères-là, on n'a rien fait. Et puis, quelle bonne enquête il menait même?

2. Les militaires français disent que l'aviation ivoirienne a bombardé leur camp. Ils disent déplorer 09 morts. Les morts ne sont pas autopsiés. On n'interroge pas les auteurs du crime, on préfère rechercher les co-auteurs et complices. Drôle de procédure judiciaire !!!

3. Les magistrats français défilent entre Paris et Abidjan à la recherche de "personnes ressources" à interroger. Pourtant, il est plus facile de demander au Quai d'Orsay de déclassifier le rapport de mission de LE LIDEC. A ce niveau, on leur oppose le secret-défense. C'est sur les autorités ivoiriennes ils viennent baver ici. Nous, on n'a pas de secret ou bien ?

4. Après les mensonges publics de MAM (surnommée par Théo, à juste titre, "Mensonge Après Mensonge") l'Assemblée nationale française a demandé une enquête parlementaire. Les députés UMP s'y sont opposés de toute leur force. Pourtant cette enquête aurait pu "blanchir" la France de tout soupçon. Ne serait-ce que ça. Mais cette question, et celle relative aux activités de la rébellion, encadrée par l'armée française, seront élucidées après la crise. Que personne ne s'y méprenne !

Face aux bizarreries de la démarche judiciaire française, je m'autorise à poser un certain nombre de questions:

N'est-ce pas parce que les familles des victimes font pression que les juges français se croient obligés de faire semblant qu'enquêter alors qu'ils savent déjà la vérité ?

N'est-ce pas qu'il serait plus avantageux de rendre l'Etat ivoirien coupable dans la perspective d'un futur paiement de dommages et intérêts plus consistants aux familles des victimes, à la manière lybienne ?

N'est-ce pas que la France veut utiliser ces affaires comme instrument de chantage sur les autorités ivoiriennes, n'ayant rien d'autre à reprocher à Gbagbo après que celui-ci ait gagné son procès dans l'affaire des escadrons de la mort ?

J'invite Krathos à lire les articles 100 et suivants du code pénal ivoirien. Ensuite, il pourra revenir au débat pour dire si un hélicoptère qui tire sur une foule désarmée est en situation de légitime défense.

Écrit par : Youzan | 05/08/2008

D'abord je n'ai pas dit que c'est dan l'épisode de Novembre 2004, je dis dans la crise en général depuis 2002.
je ne vois personne dans mon entourage aussi fou que ça pour se sacrifier face aux chars français, non pas pour défendre une NATIOn mais un pouvoir calamiteux qui vole, qui pille les deniers publics.

Tu confirmes le fait que les ivoiriens attendent les initiatives françaises pour les "tacler" au lieu de faire des enquêtes également surtout dans l'affaire Kieffer.
Votre nouvelle stratégie lorsque les Français font pression dans l'affaire Kieffer, c'est d'opposer l'affaire de Novembre 2004.
Mais le juge Ramael lui s'occupe de l'Affaire Kieffer et non de Novembre 2004; Novembre 2004 c'est une autre instruction assez sécrète d'ailleurs .

Le procureur ivoirien, lui il fait quoi ???
Il attend toujours des ordres apparemment pour faire des déclarations.
Le pouvoir ivoirien semble avoir des choses à cacher dans l'Affaire Kieffer, alors que les Français eux, ont des alibis solides dans l'histoire de Novembre 2004.

Après les recommandations du "ministre de la rue", Les gens sur le pont de Gaulle allaient NUITAMMENT "Libérer" l'aéroport (selon leurs propres termes) et s'attaquer au 43eme Bima , tu voulais que les légionnaires français fassent quoi ? qu'ils regardent des civils et des miliciens les submerger sur leur base et sur leurs positions militaires?
les Français PEUVENT donc dire qu'ils étaient en situation de légitime défense, ils ont les éléments pour ça .

L'armée française se fait envahir par des civils, et reste là impuissante???

je sais que Youzan, tu trouves légitime les réactions des ivoiriens mais en face, il y'a des militaires français qui ont aussi des alibis pour justifier le carnage de Novembre 2004.

D'ailleurs l'armée Française n'est pas venue d'elle-même en Côte d' Ivoire , c'est Gbagbo lui-même qui l'a appelée à l'aide. Ils vont donc en profiter pour assouvir leurs plans françafricains et là, je préfère ne pas choisir de camp car la Côte d'Ivoire, à mon avis, n'y gagne rien de POSITIF.

Écrit par : Krathos | 05/08/2008

"Guia Bi poin , par la mission qu'on lui a assigné, savait que pour protéger Gbagbo, il fallait déloger les militaires français ???
Non pas avec les militaires ivoiriens friands de bakchichs et incapbles mais avec des ignorants qui allaient obliger les militaires à décamper par l'effet d'envahissement.
Tout ça , c'était su et pré&paré par le "ministre de la rue"."

Voici l'un des plus gros mensonges de ces événements de novembre 2004. Dans la nuit du 06 au 07 novembre 2004, 35 blindés français se sont retrouvés nez à nez avec Gbagbo, mais ces chars n'ont rien pu faire... Les "ignorants" n'y étaient pas à cette heure-là. Les hélico français qui ont détruit la couche anti-aérien de la Résidence d'Etat de Gbagbo n'ont pas été empêchés par les "ignorants" d'aller au bout de leur macabre dessein. Je ne te parlerai pas des commandos parachutistes français qui, cette nuit-là, ont été "repoussés", selon le jargon militaire.

A l"instar de leurs rébelles de protégés, qui ne se sont pas vite aperçu de l'échec de leur coup d'état, les militaires français se sont maintenus à l'Ivoire, croyant avoir le Peuple ivoirien à l'usure, alors qu'ils avaient déjà échoué dans la nuit du 06 au 07 novembre 2004.

Finalement, le vrai ignorant, c'est toi Krathos. La guerre ivoirienne livrera ses secrets quand le fruit sera mûr !!!

Écrit par : Youzan | 05/08/2008

@ Krathos
Tu sembles avoir une notion de la légitime défense qui est propre à toi à défaut d'être celle qui régit les rapports entres militaires civils ! (sic)

Bon je ne vais pas ergoter sur ces points car tu as ton opinion plus politicienne que factuelle sur la lecture des événements, mais juste deux questions, j'imagine que tu connais bien la topographie d'une ville comme abidjan. Si oui, peux m'expliquer que représente réellement comme menace une foule qui se trouve à des kilométres, à savoir le pont de gaulle, des points à s'emparer un aeroport sécurisé par des militaires et d'un camp militaire -BIMA- retranché derrière un dispositif de défense que même la force de police locale qui sert d'armée ne peut même pas égratigner. deuxième question un hélicoptère militaire est il en situation de légitime défense quand il arrose un pont de civils.

l'affaire GAK en CIV est instruite comme une affaire de disparition alors que dans le dossier du juge d'instruction français, il y'a bien longtemps que l'instruction glisse vers le meurtre, sans pour autant avoir des éléments tangibles. la manifestation de la vérité judiciaire n'est pas un jeu de courtes pailles, elle demande des preuves. pour l'instant ceux qui avancent telle ou telle piste n'apportent pas ces éléments décisifs nécessaire pour la manifestation de cette vérité. Je note avec une pointe d'ironie que le nouveau gvt français qui au lendemain de son arrivée au pouvoir claironner tout haut à depuis réduit la voilure, mais bon chacun ses secrets. c'est l'histoire de la poutre et de la paille.

Maintenant pour ce qui est de la présence de l'armée française sur le sol ivoirien, tant bien même qu'elle le soit sur demande ivoirienne, cela lui octroie t'elle le droit de se comporter à sa guise ? de ne pas se conférer à l'objet de l'appel ?

Écrit par : hermeister | 05/08/2008

"Tu confirmes le fait que les ivoiriens attendent les initiatives françaises pour les "tacler" au lieu de faire des enquêtes également surtout dans l'affaire Kieffer."

Cette affirmation n'a pas de sens juridique. En droit, on dit : "pas d'intérêt, pas d'action". C'est un principe général de droit. Ceux qui ont intérêt à agir, ce sont les français. Ce sont eux qui disent avoir perdu de vue l'un des leurs. Pas nous. Et s'ils ont des informations qu'ils classent secret-défense, qu'ils ne viennent pas nous emmerder. c'est tout ! Pourquoi eux devraient avoir des secret-défense et pas nous ?

Et si malgré cet affront, nos juges acceptent de coopérer, par courtoisie et dans le respect de l'accord bilatéral ivoiro-français, pourquoi les juges français veulent-ils en rajouter en méprisant la procédure internationale ?

S'agissant de la question relative à la légitime défense, je comprends que tu n'as pas le temps de lire l'article que je t'ai indiqué. Mais sache que pour invoquer la légitime défense, l'attaque à laquelle on est supposé riposter ne doit pas être future ou imminente. Elle doit être actuelle. Les manifestants qui se trouvent sur le pont De Gaulle ne sont pas en train de perpétrer une attaque. Donc les hélico qui tirent des balles traçantes sur eux ne sont pas en état de légitime défense. Les moyens utilisés (hélico de combat) ne sont pas proportionnés à cette attaque qui n'existe même pas encore.

Devant l'Ivoire, les militaires étaient en face d'un mouvement de foule. Dès lors que les manifestants ne sont pas armés, quelle que soit l'attaque qu'on peut craindre de leur part, les armes de guerre ne sont pas appropiées pour la riposte. Face à une foule, on utilise des moyens anti-émeutes, tels que les gaz lacrimogènes ou les pompes à eau. Si eux ils sont venus faire la guerre à la Côte d'Ivoire et qu'ils n'ont pas de moyens de maintien d'ordre, qu'ils dégagent de là ! Ils n'avaient qu'à lier bagages, puisqu'ils n'avaient rien à faire devant l'Ivoire. Ils pouvaient bien rassembler leurs compatriotes à l'Ambassade de France si c'était ça leur mission. Et puis, l'appel de Blé Goudé faisait clairement la distinction entre les militaires français et les civils "français qui (étaient) chez eux et qui n'(avaient) rien à voir avec ce qui se (passait)".

En droit, la légitime défense est l'un des quatre faits justificatifs d'une infraction. Ce sont des dispositions universelles. La France n'a pas d'autres alibis. Et elle paiera tôt ou tard ses crimes de l'Ivoire. Pour l'instant, on ne veut pas "rester dans magnan pour enlever magnan".

Écrit par : Youzan | 05/08/2008

J'aurais voulu avoir affaire à des arguments juridiques, mais face aux développements de Demos sur ce point, je n'ai rien vu venir. Theo a rédigé son papier, très équilibré par ailleurs, sur de solides bases en Relations Internationales. Dans ce domaine malheureusement, après Marianne et Youzan, j'ai lu de bien tristes contradicteurs.

Comment rebondir dans ces conditions ?
En fin de compte, pour rester gentil avec le prétentieux qui m'a quelque peu perdu mon temps, je ne dirai pas "vrai ignorant", mais polémiste au stade primaire de sa formation.

Écrit par : Thabo | 05/08/2008

Youzan, tu m'as trop fait rigoler (lol)...tu crois que tes plaisantins de militaires ivoiriens ventrus sous-équipés peuvent quelque chose devant l'armée française , l'une des meilleures sur cette terre ( parmi les 5 premieres je crois )

Laisse moi rigoler !!! les chars français ne sont pas venus tuer ou attaquer Gbagbo mais plutôt le "neutraliser" ( c'est un terme très technique) et c'était le cas jusqu'a ceux les sacrifiés de Blé Goudé viennent jouer leur partition , le but c'était de confiner Gbagbo dans la prière, surement dans son sous-sol avec sa femme et le prophète des nations : KORE MOISE.
l'intention des militaires français n'était pas de tuer Gbagbo, non ce n'est même pas intelligent de faire ça. Ils voulaient plutôt avoir la latitude d'opérer les changements que la France Chiraquienne voulait à la tête du pays .
Gbagbo était neutralisé par la position stratégique des militaires sur la tour de l'hôtel ivoire et aussi le blocage terrestre plutôt avec les chars français faisant semblant de s'être perdus.
Pour un pro-Gbagbo,celui qu'il y'a à féliciter dans le clan Gbagbo, c'est bien sûr le ministre de la rue qui a été le seul à avoir fait capoter le plan des Français sinon la grande gueule de ceux qu'on a l'habitude de voir a été réduite au néant pendant de bons jours.

Youzan, tu ne peux pas me distraire en insinuant qu'il y'a eu combat militaire entre les français et l'armée ivoirienne . Si c'était le cas "TV refondation", pardon la RTI aurait présenté les images des traces de combat dans la résidence présidentielle.
QUAND MÊME !!! qui vous a endoctriné même ????? il est très fort celui-là ??? (lol)

A ceux qui font mine de ne pas le comprendre, je ne suis pas l'avocat du camp Gbagbo ou Français mais j'analyse sans passion.
Qui vous a dit que la France est militairement présente en Côte d'Ivoire pour faire de l'humanitaire? quand ils se permettent des écarts, ils s'arrangent à avoir les couvertures et alibis nécessaires.
Et c'est le cas dans cette affaire de novembre 2004 ; ils savaient tout depuis la préparation des militaires biélorusses et leurs assistants ivoiriens ?

Youzan, merci pour les cours gratuits de Droit (???) mais cela n'enlève rien à la justesse de mes questions au grand frère Théo quant à ce billet assez déséquilibré pour un journaliste dans les arcanes du régime FPI.
L'affaire Kieffer est bien une énigme coté ivoirien, on a l'impression que le pouvoir ivoirien a intérêt qu'elle ne soit pas élucidée. Aucune initiative coté judiciaire, aucune avancée du procureur ivoirien télécommandé comme un jouet .... et c'est ce qui me gêne tout de même dans le réquisitoire du grand frère Théo.

Ps: je ne suis ni pro-Gbagbo, ni pro-Français dans cette analyse !! je suis juste observateur.

Écrit par : Krathos | 06/08/2008

Une autre question Krathos, si la rue ivoirienne était si malléable comme tu le prétends, pourquoi l'appel de 1999 n'a t-il point mobilisé la foule?

Et montrer de la compassion à l'égard de tes compatriotes massacrés par une armée étrangère, dont toi même reconnais les vélléités déstabilisatrices , ne fera pas de toi un pro-Gbagbo.

Écrit par : Djé | 06/08/2008

De 1999 à 2004, beaucoup d'eau a coulé sous le pont.
Une femme violée pour la première fois et une autre qui a l'habitude d'être violée ne développe pas les mêmes réactions psychologiques.
Je connais le récital des agoras et parlements alors sachez poser vos questions ; en plus, ça n'a rien à voir avec le sujet.

Je n'ai "aucune" compassion à l'égard de ceux qui ont choisi SCIEMMENT de se sacrifier pour Gbagbo mais plutôt pour ceux qui ne savaient pas à quoi ils se livraient en Novembre 2004, j'ai aussi une compassion vécu intimement pour tous les assassinés du RDR juste après les élections d'Octobre 2000 , les pauvres ivoiriens tués par la rébellion, les morts de Mars 2004, les morts des déchets toxiques et toutes les victimes des escadrons de la mort...

Je sais qu'avec le temps , tous les politiques ivoiriens parrains d'assassinats et de meurtre le payeront ; que ce soient les "patriotes fictifs" ou les rebelles .
Je l'avoue, je suis impatient que le TPI se saisisse de CERTAINS dossiers relatifs à la Côte d' Ivoire. Voila qui est dit .

Écrit par : Krathos | 06/08/2008

@krathos
c'est moi qui ai demandé à lire les articles de Kieffer et Thabo n'a fait que demander la même chose.

En effet, selon les journalistes francais, Kieffer aurait publié sous pseudonyme dans la presse ivoirienne et "la lettre du continent". Malheureusement, ils ne reproduisent jamais ces articles, ne les citent pas, ne donnent pas les pseudos qu'il a utilisé ni le nom des journaux ivoiriens où il aurait été publié. C'est pourquoi, il est difficile pour une personne non initié d'en prendre connaissance.

Toi, tu parles comme si tu faisais partie de ces initiés qui ont lu Kieffer. Donc, il n'y a rien de mal a nous donner accés à ses écrits. Au contraire, en dissimulant les revelations de Kieffer, tu aides ceux qui l'ont fait disparaitre à effacer son oeuvre.

Écrit par : wobebli | 06/08/2008

Je me perds finalement dans tes analyses, cher Krathos. A vouloir polémiquer à tout prix, tu te laisses surprendre par des contradictions humoristiques.

Nul part, je ne t'ai dit qu'il y a eu combat à la Résidence du chef de l'Etat. Comme toi, je suis un simple observateur attentif des événements.

Quand Henri Poncet déclare avoir fait tirer sur la Résidence de Gbagbo parce que ses hélico ont essuyé des tirs défensifs qui lui ont fait penser à la chute du faucon noir en Somalie, ça veut dire quoi ?

Quand MAM ("Mensonge Après Mensonge") déclare sur les antennes de RFI (Radio France Intoxication) avoir perdu 80 éléments lors des événements de Novembre 2004, ça veut dire quoi? Mais comme le mensonge est son sport favori, je n'accorde pas trop de crédit à ses propos.

Sois patient, Krathos. Il y aura, un jour ou l'autre, des révélations époustouflantes sur la guerre en Côte d'Ivoire. Ce jour-là, tu sauras (et tu croiras, je l'espère) que ceux qui ont été enterrés aux Invalides sont morts au combat, bien avant Novembre 2004. Ce n'est pas le moment du grand déballage !

Je me réjouis que, dans une période de lucidité relative, tu aies reconnu le mérite de Zady Gbapê lors de ces événements. Lui que tu n'as jamais cessé de ruer dans les brancards !!!

Quand tu auras fini de rigoler, il faudra me dire pourquoi la France n'a pas réussi à "neutraliser" Gbagbo comme projeté. Ou bien, croyait-elle pouvoir le neutraliser en encerclant sa Résidence avec des blindés et en le confinant "au sous-sol ? C'était peut-être mal connaître l'homme !!!

Tu ne taris pas d'éloges à l'égard de la puissance de feu de la France. Dans le même temps, tu traites nos soldats de "lâches". Mais je vais te dire que de toutes les puissances militaires occidentales, la France est la plus lâche !!! Elle préfère toujours utiliser les Africains contre les Africains, en exacerbant les antagonismes ethniques ou réligieux, au lieu de prendre ses responsabilités. Les USA par exemple, ont ignoré les Résolutions du Conseil de sécurité et sont allés frapper l'Irak. Acte condamnable en soi, mais révélatrice de la Grandeur d'un Etat qui se dit puissant !!!

La France qui agit comme un voleur en Afrique, est toujours en train nier les faits, même quand elle est prise la main dans le sac: Destremeau dit que ses soldats se sont perdus dans Abidjan pour se retrouver devant la Résidence de Gbagbo. Ce en quoi même Krathos ne croit pas !

Tu poses des questions à Théo, comme s'il était un juge d'instruction. Comme tout observateur honnête, Théo est simplement dérouté, lui-aussi, de l'incongruité de la démarche française, une démarche qui tend à enjamber les étapes les plus simples de la procédure pour chercher le diable dans le lit du Pape !

Et puis, ne me dis pas merci pour mes cours de droit. Tu vas me les payer le jour où toi et moi allant nous croiser. Aucun savoir n'est gratuit !!!

Écrit par : Youzan | 06/08/2008

Mr Wobebli , lisez bien thabo et vous verrez qu'il ne cherchait que l'invective.
Il s'en est prit à moi alors qu'il y'a des articles de journaux en Côte d'Ivoire où on peut encore retrouver ces écrits de Kieffer.
Il y'a aussi la lettre du Continent , organe de presse dans lequel Kieffer était pigiste malheureusement les articles y sont payants sur le net.

Mr Wobebli, malheureusement je n'ai PERSONNELLEMENT pas encore trouvé des "ressources" sur le Web pour vous en faire part.

Je comprends finalement pourquoi Monsieur Wobebli, vous posez cette question mais j'ose vous dire que Kieffer a travaillé dans le cabinet CCC ( Commodites Corporate Consulting), cabinet sous la conduite de Mr De Vaucelles qui a réalisé l'audit et la restructuration/reforme de la filière café-cacao.
De Vaucelles qui travaillait à HSBC , vu le contrat attractif proposé va monter un cabinet pour bénéficier d'un marché que va lui accorder le gouvernement AFFI du moment. c'est là qu'il fait appel à Kieffer qui va jouer un rôle de consultant dans ce cabinet et donc avoir des informations privilégiés bien sûr puisque c'est cette boite qui réalise le montage structurelle de la filière café-cacao et c'est Monsieur de Vaucelles , son patron du moment qui a réalisé l'audit dans la filière de 2000 à 2001.

Pour moi, ce simple fait suffit à accorder du crédit aux interventions de Kieffer car étant dans le cœur de la filière avant sa disparition en 2004.
Quant aux articles, j'espère que Mr Kouamouo, un journaliste averti, répondra à vos doléances.

Écrit par : Krathos | 06/08/2008

Youzan, qui a écrit ça : "Les hélico français qui ont détruit la couche anti-aérien de la Résidence d'Etat de Gbagbo n'ont pas été empêchés par les "ignorants" d'aller au bout de leur macabre dessein."

c'est toi ou moi ?
et je t'ai bien signifié que le but des Français n'était pas de tuer Gbagbo mais de le NEUTRALISER, je dis bien NEUTRALISER.

En fait Youzan, tu ressembles un peu à Don Quichotte, tu t'inventes des adversaires imaginaires.
Je ne suis pas ton adversaire dans ce débat mais je dis que les français voulaient faire telle chose ou poser tel acte mais lemessage de Blé Goudé a eu l'effet surnois escompté sur les populations.
Et je dis que pour un PRO-GBAGBO, il devrait avoir du mérite or moi je ne suis pas un pro-Gbagbo, tu le sais.

Si tu en eux aux Français , ce n'est pas à moi que tu vas t'en prendre mais à celui qui les a envoyé dans notre pays et qui bénit actuellement leur présence.

Ce que je demande à Théo, en résumé, c'est ce que lui en tant que Journaliste en Côte d'Ivoire a produit comme investigations dans cette affaire KIEFFER au lieu de s'attaquer promptement aux pistes françaises.
Je crois que c'est une stratégie qui ruinera ceux qui sont visés par les pistes de Ramael, qui je précise, n'est pas mon AMI ou mon PÈRE.

Voila !!!

Ps: Youzan, tu me hais autant ? (lol)

Écrit par : Krathos | 06/08/2008

Krathos, je suis d'accord avec toi que la France n'avait pas pour intention de tuer Gbagbo, sinon il suffisait de placer un navire de guerre en haute mer et viser la Résidence de Cocody. ça, on n'a pas besoin de sortir de l'école de guerre de Saint-Cyr pour le savoir. Mais la France est trop lâche, elle ne le fera jamais. Elle préfère utiliser les SORO et autres KRATHOS pour le faire.

"Les hélico français qui ont détruit la couche anti-aérien de la Résidence d'Etat de Gbagbo n'ont pas été empêchés par les "ignorants" d'aller au bout de leur macabre dessein."

Oui, c'est moi qui ai écrit cette phrase, pour te dire que nos militaires ne sont pas restés faiblards devant la couardise française comme tu le prétends. Les patriotes ont été extrêmement décisifs, mais la Garde de Gbagbo n'était pas spectateur passif dans la nuit du 06 au 07 novembre 2004, à un moment où les vaillants patriotes, prêts à mourir pour les causes justes, n'étaient pas encore chez Gbagbo.

Il y avait des militaires français devant et au-dessus de la Résidence. Il y a eu des tirs d'hélicoptères sur cette Résidence. Avec des desseins que tout le monde dévine, y compris toi. Mais je ne suis pas allé plus loin en te parlant de "combat à la résidence".

Cependant, je te pose la question de savoir pourquoi Poncet n'a pas réussi à "NEUTRALISER" Gbagbo comme prévu ?

Rassure-toi, nous ne sommes ni adversaires, ni ennemis. C'est arguments contre arguments !!!

Pourquoi dis-tu que je te hais ? Parce que je t'ai dit qu' "aucun savoir n'est gratuit" ?

Écrit par : Youzan | 06/08/2008

@ Hermeister,

si la justice française ne peut (légalement) pas parler de meurtre, c'est qu'il n'y a pas de cadavre et que le juge Ramaël ne reproduit pas des erreurs qui ont pu se faire voici 70 ou 80 ans.

en revanche, en CI, n'y a-t-il pas eu une inculpation pour assassinat dans l'affaire GAK ? d'une personne qui ne s'est pas évadée lors d'une massive évasion ? et que bien entendu la France souhaite pouvoir entendre, dans les formes, cela va de soi.

Écrit par : Fabien | 06/08/2008

Youzan, s'il te plait moins de passion !!!
tu as affirmé en ces termes:"Et puis, ne me dis pas merci pour mes cours de droit. Tu vas me les payer le jour où toi et moi allant nous croiser".

Comment comptes-tu me les faire payer alors ces soi-disant cours de Droit(lol) ??

je crois qu'on commence à se comprendre et je te dis que toutes les opérations au dessus et aux alentours de la résidence de Gbagbo, c'était pour détruire toutes velléités de résistance dans cette résidence.
Et le pari des Français a été effectivement tenu car , n'eut été l'envahissement populaire subit par la Force Licorne à l'hôtel ivoire, "Gbagbo et sa clique" seraient toujours recroquevillés sur eux-mêmes dans le sous-sol de la résidence présidentielle.
Malheureusement la connexion divine de Koré Moise n'a pas vu venir ce retournement de situation depuis le montage "presque évident" du camp DESCARTES à l'épisode de l'hôtel ivoire.

ce régime a eu de la Baraka en Novembre 2004 et je ne crois pas que ce sera à nouveau le cas, puisque les Français attendent soit leur part ÉCONOMIQUE et GEO-STRATÉGIQUE du "gâteau ivoirien" soit le départ de Gbagbo avec les mêmes manoeuvres obscures qui vont se répéter et cette fois avec un changement capital au niveau de la manipulation de la MASSE POPULAIRE.

Je ne suis pas devin mais je crois que c'est ce qui se passera.

Wait and see !!

En attendant mieux vaut changer de stratégie dans l'affaire Kieffer car le régime Gbagbo fonce tout droit dans le mur en restant inactif et poussif sur cette question.

Écrit par : Krathos | 06/08/2008

Krathos, tout ce souhait macabre, c'est ce que Demos a appelé "fantasmes anti-Gbagbo".

Tu déclares de façon hasardeuse que le régime Gbagbo a eu de la baraka en novembre 2004. En le disant, tu ignores tristement qu'UNE GUERRE SE GAGNE AVEC DES ALLIES. Les Alliés de Gbagbo ?

- Dieu
- Le Peuple et son armée, et puis bien sûr...
- Nos Amis...

Chacun joue sa partition en temps opportun.

Evidemment, ceux qui ont le complexe du Blanc et qui, à la moindre sécousse, ne pensent qu'à la fuite, ne peuvent rien comprendre à cette orchestration dont le résultat apparaît à leurs yeux comme le fruit de la chance.

Non, non, ne t'en fais pas. Quand je dis que tu vas me payer mes cours de droit, c'était plutôt amical. Aucune arrière-pensée que ce soit.

Écrit par : Youzan | 06/08/2008

A Fabien
Pourquoi si peu de crédit de crédit en la justice ivoirienne? Pensez-vous que Ramael puisse faire triompher la vérité sans le Procureur Tchimou et le juges ivoiriens?
S'il vous le fait croire, il y a abus.
De manière général, je pense que la famille et les amis de GAK ferait mieux de s'assurer de la collaboration des ivoiriens.
L'enquête en cours dans les milieux du café cacao montre qu'en matière de détournements il y a œucuménisme. Toutes les chapelles politiques sont représentées à la MACA. Que la presse d'opposition qui n'a que trop peu marqué son zèle moralisateur dans l'enquête sus évoquée soit , en première ligne pour accusé de concert avec le juge Ramael le "clan présidentiel" doit faire ouvrir les yeux.NOus sommes dans le champ politique!!
Une enquête de GAK qui menacerait seulement le "clan présidentiel" dans une affaire de café cacao me semble très discutable!!

Écrit par : Djignab | 06/08/2008

Le debat me semble tres animé entre Krathos et Youzan! C'est interessant, tout comme l'est le blog et ses nombreux sujets d'actualité internationale qui y sont abordés quotidiennement et qui motivent ma connection spontanée et presque automatique tous les matins.
Bravo à Théo pour cette initiative et cette ouverture d'esprit sur le monde.
Encore bravo à Théo

Écrit par : Carbey | 06/08/2008

Youzan, tu vois qu'on se comprend de mieux en mieux ...

J'attends l'après 30 Novembre 2008, s'il y' a effectivement les élections présidentielles, pour vérifier l'authenticité des amitiés militaire, spirituelle et populaire de Gbagbo.

Il n'y a pas de souhait macabre, cher Youzan ...il n'y a qu'un simple constat car militairement je ne vois pas une force armée sur le terrain ivoirien qui peut opposer une résistance actuellement à la Force licorne en Côte d'ivoire. c'est un constat évident .
sachant bien sûr que L'ONUCI est sous la coupole des manipulations internationales ( rappelons nous le Rwanda avec la MINUAR).
Ils savent d'ailleurs tout des déplacements de Gbagbo et de sa clique, des mouvements militaires du pays et donc des caches d'armes des miliciens de la Refondation, des mouvements et tutorats des milices arémes par les Refondateurs...

En tous cas, vous savez le ver de Licorne dans le fruit de la Refondation alors sachez qu'en cas de confiscation du pouvoir ou de manipulation de foules, les donnes risquent de changer puisque cette fois-ci on saura qui dans la foule est soutien de Paul ou de Pierre, soutien de Dramane , de Bédié ou de Gbagbo.

L'argument vague de la "Côte d'ivoire embrigadée" vous a déjà sauvé à 2 reprises mais je ne crois pas que cela se répétera.
On saura que valent les 3 candidats majeurs en terme de caution populaire .


Quant à l'intervention de Mr Djignab, il faut lui rappeler que la justice ivoirienne ne fait rien pour faire avancer le dossier Kieffer, et c'est seulement lorsque le Juge Ramael exploite ses fameuses pistes , que le procureur ivoirien gribouille quelque chose pour tacler les initiatives de Ramael. Idem au niveau médiatique avec les réactions de Kouamouo .

Quand Mr Djignab dit : "Une enquête de GAK qui menacerait seulement le "clan présidentiel" dans une affaire de café cacao me semble très discutable!!"

On aimerait bien qu'il étaye ses propos et nous donne par la même occasion les différentes pistes crédibles sur lesquels le procureur ivoirien peut avancer dans le dossier Kieffer.
et oui, peut-être que Mr Djignab pourrait être utile à la justice ivoirienne par ses réflexions.
Ou bien ?

Écrit par : Krathos | 06/08/2008

Merci Carbey.

Écrit par : Théo | 06/08/2008

Krathos, la France ne pourra jamais réussir un coup d'Etat en Côte d'Ivoire sous l'ère Gbagbo ! Un passage en force de Licorne n'est pas souhaitable pour la Côte d'Ivoire, parce que le Viet-Nam ne sera rien à côté de ce qui risque de se produire.

Tu veux me pousser à te livrer certains secrets-défense, mais je suis au regret de décevoir ton attente. J'attire néanmoins ton attention sur un fait:

Totalement isolé à la Rue Klébert en hiver 2003, Gbagbo a renversé la vapeur pour devenir le Maître du jeu à Ouaga...

Comment en est-on arrivé là ? Comment le Woody a-t-il tissé sa toile ? Comment des LOUPS (rebelles) et leur parrain de la frontière nord ont-ils pu, d'un tour de bras, devenir des Agneaux au point d'accepter le dialogue direct comme par enchantement ?

Une seule réponse à toutes ces interrogations : la politique est un métier,
et une guerre se gagne avec des Alliés !!!

Tu as dit quoi ? Coup d'Etat ?

Triste transition pour passer au sujet suivant, proposé par l'excellent Théo !

Écrit par : Youzan | 06/08/2008

@ Djignab

Je ne mets pas particulièrement en doute la justice ivoirienne, puisqu'elle a prononcé une inculpation pour assassinat (sans preuve ni cadavre) et enfermé un ressortissant ivoirien à la MACA. Mais je m'interroge sur les revirements soudains du procureur d'Abidjan-Plateau, au lendemain de la convocation (paraît-il jamais arrivée) à « Mme la Présidente » Simone Ehivet G.

J'ai subitement l'impression, à lire ses déclarations (du moins pour une partie d'elles) de me retrouver à Paris en avril 2004, plus précisément au Quai d'Orsay. Or entre avril 2004 et maintenant, il s'est passé beaucoup de choses, dans les deux pays sur le plan judiciaire (et à la Commission européenne sur l'enquête cacao), et pas mal de choses récentes en CI en matière de cacao (sur ce point précis, je te rejoins).

Patrick Ramael n'a pas particulièrement besoin du procureur Tchimou, mais de l'appui des autorités politiques et judiciaires des deux pays, et c'est là que ça coince.

La première (et pour l'instant unique) fois que la famille Kieffer a été reçue à l'Elysée coïncidait avec les Rencontres de Montreuil. A part sur mon blogue, je n'ai repéré nulle part cette coïncidence pour le moins troublante. Le président français avait fait des promesses, pour l'instant sans suite.

Je n'ai aucun contact avec le juge Ramaël, contrairement à (au moins) un de mes confrères français, qui se rend souvent en CI. Mes contacts principaux sont chez vous et chez moi, essentiellement ivoiriens, et quelques confrères.

Tu écris : "De manière général, je pense que la famille et les amis de GAK ferait mieux de s'assurer de la collaboration des ivoiriens." Si tu me considère comme un ami, alors que je l'avais perdu de vue depuis près de dix ans, je suis en contact, sauf avec les autorités. J'ai toujours eu, depuis vingt-cinq ans, mes méthodes et une certaine indépendance.

Tu écris : "L'enquête en cours dans les milieux du café cacao montre qu'en matière de détournements il y a œucuménisme. Toutes les chapelles politiques sont représentées à la MACA." J'en ai l'impression, même si je ne connais pas tous les noms et que je ne lis pas les journaux tous les jours.

Tu écris : "Une enquête de GAK qui menacerait seulement le "clan présidentiel" dans une affaire de café cacao me semble très discutable!!". Je ne peux pas te répondre sur le "seulement", son ordinateur ayant été détruit, comme sans doute tu le sais.

Écrit par : Fabien | 06/08/2008

Ok Youzan, les secrets défense ?????

Vraiment, tu dois être un caïd de la fameuse Refondation mais en attendant entrainez-vous encore à plonger par dessus le pont de Gaulle comme dans la fameuse nuit de Novembre 2004 !!!
Si vous estimiez ne pas être bien préparé pour le déroulement NORMAL des élections, j'espère que vous jaugerez convenablement l'équation Française qui, comme en Novembre 2004 vous réservera d'énormes surprises...sans oublier que le peuple sera divisé sur la question de la manifestation populaire.

Ah bon, la politique est un métier, voire le seul métier de certains ex mendiants-pillards ivoiriens qui se font appelés Refondateurs mais, dans l'évolution naturelle des choses, l'exil et la capitulation seront bientôt une réalité pour les incompétents-irresponsables de la Cote d' Ivoire.

Écrit par : Krathos | 07/08/2008

A Fabien
Je ne suis pas dans les secrets des Dieux. Mais, j'ai la distance qui me permet de penser que le Juge Ramael brasse de l'air et que la finalité de son action n'est pas la manifestation de la vérité. Il cherche le clash avec les autorités ivoiriennes pour mieux masquer l'impasse dans laquelle il se trouve.Il veut être déclaré personna non grata en cote d'ivoire.
Quelles dispositions pratique le juge a pris pour que Madame Gbagbo réponde à sa convocation. A-t-il acheté un billet d'avion? A-t-il obtenu un visa pour elle? A-t-il réservé une chambre d'hotel? Espérait-il que Madame Gbagbo avance ses deniers ou que le contribuable ivoirien paye?
Pour finir si Madame Gbagbo avait répondu à la convocation du juge le compte rendu de son audition n'aurait aucune valeur dans le dossier à cause du vice de procédure.
Quand à la famille aux amis de GAK je répète et c'est ma conviction qu'ils ont plus à tirer des ivoiriens que de l'enquête française en cours.

A Krathos
je prends note de ce que tu dis mais je crois savoir que le Procureur Tchimou a avancé ses pistes.

Écrit par : Djignab | 07/08/2008

@ Djignab,

Moi non plus je ne suis pas dans les secrets des Dieux. Maisje ne me permets pas de juger un juge… avec les bâtons qu'on lui met dans les roues au Maroc (Ben Barka) et en Cote d'Ivoire (Hélène et Kieffer).

Il n'a pas à prendre la moindre disposition pour qu'une personne réponde à une convocation. Et puis quoi encore ! Plusieurs fois, lorsque je travaillais à la Guadeloupe, j'étais convoqué à Paris : Le Monde s'occupait de mon transport. Pour le reste, je me débrouillais seul, que je passe deux nuits ou trois semaines. Ne me fais as croire que l'épouse d'un chef d'Etat a besoin d'un visa, je vais mourir de rire.

Tu écris : "Pour finir si Madame Gbagbo avait répondu à la convocation du juge le compte rendu de son audition n'aurait aucune valeur dans le dossier à cause du vice de procédure." Quel vice de procédure ?

Écrit par : Fabien | 07/08/2008

@ Fabien,

Le vice de procédure tient à ce que la convocation du juge (qui n'est jamais arrivée à destination) n'a pas respecté la convention judiciaire entre les deux pays.

Écrit par : Théo | 07/08/2008

Je pense que la fortune colossale accumulée par le couple Gbagbo depuis 2000 doit permettre à Madame de faire un saut à Paris. Mais peut-être craint-elle de ne pas repartir librement du palais de justice ? Si la convocation n'est pas arrivée dans les délais, j'ai déjà dit dans la presse que l'on doit pouvoir lui faxer sans que cela ruine qui que ce soit. Idem pour M. Bouabré.
La piste française avancée par le procureur Tchimou ne résiste pas à l'analyse de ceux qui connaissent un tant soit peu le dossier. Elle ressemble beaucoup aux affabulations dont nous avait inondé un vrai-faux témoin ivoirien qui m'avait contacté voilà deux ans et qui a tout fait pour ne pas me rencontrer lorsque je suis allé à Abidjan en août 2006 (idem pour Michel Legré qui n'est pas venu au RV dont nous étions pourtant convenus). Curieux, non, ces témoins qui prétendent détenir de vraies informations mais se dérobent au moment de les confirmer en direct ? ou qui se disent avoir été l'ami de GAK, mais ne viennent pas au RV pris avec son frère (Legré).
Je rappelle à ceux qui ne le sauraient pas que c'est le président Gbgagbo lui-même qui, lorsqu'il m'a reçu au palais présidentiel début mai 2004, nous a immédiatement orientés vers la piste ivoirienne.

Nota: l'ordinateur de GAK n'a jamais été détruit, mais retrouvé quelques semaines après son enlèvement chez une amie de Legré chez laquelle celui-ci l'avait dissimulé. Ceci est parfaitement connu de ceux qui connaissent le dossier. Le contenu de l'ordinateur est entre les mains des juges d'instruction.
Bernard KIEFFER

Écrit par : KIEFFER Bernard | 08/08/2008

@Bernard Kieffer,

Je vous renvoie à l'accord de coopération judiciaire France Côte d'Ivoire. Vous verrez que les choses ne se passent pas par un "simple fax" mais qu'il y a une vraie procédure qu'il faut respecter.

Écrit par : Théo | 08/08/2008

Voila qui est intéressant dans le débat : l'intervention de Mr Bernard Kieffer, personne qui a des informations de taille dans le dossier de la disparition de GAK et qui en élucide quelques unes d'entre elles ici.
Face à cela , la branche journalistique de la Refondation n'oppose pas d'autres arguments aussi claires que ceux de Mr Bernard Kieffer pour nous convaincre de l'in-opportunité de la piste avancée par Ramael, mais plutôt des crocs -en-jambe pour dénigrer les méthodes françaises..

La stratégie apparente de Mr Kouamouo, qu'on retrouve évidemment chez le procureur ivoirien est de s'appesantir sur des vices de procédures , d'improviser des pistes peu convaincantes, d'essayer de tacler/saboter les efforts de la justice Française qui, apparemment, manifeste son intention d'aller au bout de la vérité.

Si le vice de procédures est un obstacle à la vérité, en a -t-il été ainsi lorsqu'il a fallu "livrer" Youssouf Fofana du gang des Barbares ?

Même si la procédure était respectée , arriverait-elle à bout ? n'y aurait-il pas des mains obscures pour la saboter comme c'est le cas actuellement ?

Comment peut-on être convaincu que le Juge Ramael fait fausse route en privilégiant la piste ivoirienne avec les noms du cercle présidentiel que nous connaissons tous, vu la frilosité qu'on ressent dans la Refondation et ses tentacules ?

Écrit par : Krathos | 08/08/2008

Théo, s'il te plaît, rends moi un service: je voudrais le contact telephonique ou e-mail... de Joel G. Barouan. Il aborde un un sujet qui m'interesse particulierement et je souhaiterais vivement le contacter.

Excusez-moi d'être sorti de l'interet du sujet.

Écrit par : Carbey | 08/08/2008

@Carbey,

Envoie moi un mail et je te transmettrai le mail de Baroan. kouamouo(arob)yahoo.com

Écrit par : Théo | 08/08/2008

A Krathos,

EXTRADITION DE YOUSSOUF FOFANA
REPONSE DU MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES,
M. PHILIPPE DOUSTE-BLAZY,
A UNE QUESTION D'ACTUALITE
A L'ASSEMBLEE NATIONALE





(Paris, 7 mars 2006)

Q - (…) Pouvez-vous nous informer sur la qualité du processus et sur celle de la coopération entre la France et la Côte d'Ivoire dans cette affaire ?

R - La coopération a été parfaite et s'est opérée dans le plein respect des droits respectifs des deux pays. L'interpellation de Youssouf Fofana a eu lieu le 22 février, son extradition a été décidée le 3 mars par les plus hautes autorités ivoiriennes, avec lesquelles s'était entretenu le Premier ministre, Dominique de Villepin. Youssouf Fofana a été remis aux officiers de police français le 4 mars.

Je me réjouis de cette action commune, rapide, concrète et menée dans le respect des accords judiciaires entre nos deux pays.

L'extradition étant réalisée, il appartient maintenant à la justice française de reprendre son cours. Nous le devons à la mémoire d'Ilan Halimi, à sa famille et à ses proches. Permettez-moi d'avoir une pensée particulière pour sa famille, aujourd'hui plus que jamais./.

(Source : site Internet de l'Assemblée nationale)

A part ça, si tu sais que quelqu'un veut utiliser des arguties juridiques, pourquoi ne pas lui enlever tout argument en respectant la procédure judiciaire. Quand on a raison dans le fond, on fait tout pour ne pas avoir tort sur la forme. A moins que...

Écrit par : Théo | 08/08/2008

Affairage. Je ne résiste pas à la tentation de vous rappeler cet article du Figaro intitulé "Et si Fofana était ivoirien ?"
Surtout la fin : "Du côté français, on rappelle que la procédure est désormais entre les mains de la justice, et «à 100% ivoirienne». Mais on se montre relativement confiant, du fait de la bonne volonté politique affichée par les autorités politiques à Abidjan, en particulier par le président Laurent Gbagbo. Et on met en avant dans le débat juridique l'article 52 du code de la nationalité ivoirien, qui stipule que «l'Ivoirien qui se comporte en fait comme le national d'un pays étranger, à la condition qu'il ait également la nationalité de ce pays», perd d'office sa nationalité ivoirienne. En clair, M. Fofana, qui a agi toute sa vie en citoyen français, ne peut subitement se revendiquer Ivoirien."
Si on avait utilisé ce fameux article 52 contre ADO, qu'aurait-on dit à Paris ? Ivoirité ! Xénophobie ! lol...

Écrit par : Théo | 08/08/2008

Est-il nécessaire de te rappeler ceci Théophile ?

http://rfi.fr/actufr/articles/075/article_42334.asp

Ne tiens pas compte de la photo : elle n'est plus à la même place depuis le 16 avril dernier, mais les médias français, contrairement à ce que tu dis dans ton fameux billet, n'ont parlé de rien ce 16 avril.

Écrit par : Fabien | 08/08/2008

Alors, Grand Frère Théo, vous nous confirmiez que contrairement à la coopération ACCÉLÉRÉE et ZÉLÉE sur l'affaire Youssouf Fofana, votre attitude sur le dossier Kieffer montre bien que vous (le clan Refondation)avez des raisons de vous opposez à l'avancée du dossier en usant de tous les arguments possibles.


Pensiez vous , Grand Frère Théo, que la justice ivoirienne coopérera parfaitement avec le juge Ramael s'il satisfait aux accord de coopération judiciaire entre les 2 pays ?

Êtes-vous satisfait du travail réalisé par la presse proche du pouvoir dans cette affaire, sachant bien sûr que les journaux proches de l'opposition ont déjà "leurs présumés coupables"?

Écrit par : Krathos | 08/08/2008

Krathos,

Dans l'affaire Youssouf Fofana, la justice et l'exécutif en France ont respecté les accords de coopération judiciaire. Ce n'est pas le cas dans l'affaire Kieffer. Le juge Ramaël annonce des actions par voie médiatique sans pour autant avoir impliqué les autorités diplomatiques de son pays qui sont pourtant les seules autorisées à contacter les autorités diplomatiques ivoiriennes qui elles mêmes doivent saisir la justice ivoirienne.
Par exemple, sur la convocation de Simone Gbagbo, l'ambassadeur de France dit n'avoir rien reçu. Et même s'il l'avait reçue, il aurait fallu qu'il transmette au gouvernement ivoirien, lequel devait statuer, transmettre à la justice, laquelle devait transmettre aux concernés, lesquels devaient aller prendre leur billet et leur perdiem au consulat (pas parce qu'ils sont sans le sou, mais parce que c'est la procédure). Ramaël a dit lui même avoir utilisé des voies "non conventionnelles". Mais dès lors qu'un juge s'affranchit de la loi, d'où tire-t-il sa légitimité ? Veut-il faire aboutir son affaire ou fait-il de simples effets de manche à usage politique ?
J'aimerais que Bernard Kieffer et Fabien m'expliquent pourquoi, selon eux, Ramaël mine lui même ses procédures...

Écrit par : Théo | 08/08/2008

Krathos s'interroge: "Même si la procédure était respectée , arriverait-elle à bout ? n'y aurait-il pas des mains obscures pour la saboter comme c'est le cas actuellement ?".

Théo y a déjà répondu: "...si tu sais que quelqu'un veut utiliser des arguties juridiques, pourquoi ne pas lui enlever tout argument en respectant la procédure judiciaire. Quand on a raison dans le fond, on fait tout pour ne pas avoir tort sur la forme."

Je voudrais simplement ajouter que la violation fragrante de la procédure par le juge Ramaël ne me surprend pas. Cette violation est caractéristique de l'arrogance française vis-à-vis des pays dits "petits".

Écrit par : Youzan | 08/08/2008

A Fabien
Vous semblez être sur de choses qui ne sont nullement établies. D'abord, que Gak soit mort et secundo que le coupable soit connu.
Si c'est vrai que GAK est mort et que le coupable est connu qu'attend le Juge Ramael pour le mettre en examen? Il doit prendre à deux main son courage pour mettre en examen la personne en question. De quoi a-t-il peur, si c'est sa conviction?

Vous me reprochez de juger un Juge mais en oubliant que vous aussi vous portez un jugement sur le Procureur ivoirien. Ils sont tous les deux magistrats!! Mais c'est (je ne vous vise pas en personne) tellement facile de dire qu'en Afrique la justice est aux ordres. On a pas besoin de le démontrer!
L'exemple de Jean Hélène n'est pas bon, son meurtrier est connu, le procès a eu lieu (selon les normes d'un procès libre et équitable) et on a pu se faire une idée nette des circonstances de son meurtre, la famille du défunt a été satisfaite du verdict.
Je répète ma question, quelles sont les dispositions pratiques prises par le juge pour convoquer Simone Gbagbo? Quand on convoque quelqu'un on s'assure du minimum pour qu'il ne trouve aucun prétexte pour se débiner. C'est une question de bon sens! Serions nous face à un amateur? Non ,on est pas vice président du TGI de Paris par hasard! C'est pour cela que je pense qu'il brasse du vent.

Écrit par : Djignab | 08/08/2008

Donc la stratégie de la justice ivoirienne est tout à fait explicite alors !!!

tacler, saboter, user des arguties judiciaires tant qu'on gagne du temps, attendre les actions de Ramael pour voir comment les contourner......Si ça continue comme cela, je crois bien qu'à force de parer ou de saboter, la justice ivoirienne ne fera que confirmer la justesse des pistes de ce juge, même s'il est vrai que l'accord de coopération judiciaire n'est pas respecté dans ce cadre précis.

Cependant est-ce qu'il y a des initiatives de la justice ivoirienne pour élucider cette disparition ?

apparemment NON , juste du théâtre pour donner des impressions d'enquête judiciaire.

Écrit par : Krathos | 08/08/2008

@Djignab

Je ne suis certain de rien, je crains à 99 % depuis mai 2004 que GAK ne soit décédé en avril. Par qui ? je ne sais pas. Même si j'ai quelques idées. En France, un juge d'instruction doit instruire à charge et à décharge. t comment pourrait-il mettre en examen (éventuellement) des personnes qu'il demande à entendre et dont on retrouve les six cadavres (nus et sans papiers) 48h après ? comment peut-il mettre en examen des personnes qu'il n'entend pas ?

Un procureur obéit au pouvoir en place, ce n'est pas un juge. Du moins en droit Français (calqué dans beaucoup d'anciennes colonies) ; donc s'ils sont « tous les deux magistrats », ils n'ont pas les mêmes fonctions.

En France, un procureur est aux ordres !

Je lis : « L'exemple de Jean Hélène n'est pas bon, son meurtrier est connu, le procès a eu lieu (selon les normes d'un procès libre et équitable) et on a pu se faire une idée nette des circonstances de son meurtre, la famille du défunt a été satisfaite du verdict. » et je sais que vous avez de nouveau RFI… je suis la situation.

Je lis les même choses (ou presque) : “ Je répète ma question, quelles sont les dispositions pratiques prises par le juge pour convoquer Simone Gbagbo? Quand on convoque quelqu'un on s'assure du minimum pour qu'il ne trouve aucun prétexte pour se débiner. C'est une question de bon sens! Serions nous face à un amateur? Non ,on est pas vice président du TGI de Paris par hasard! C'est pour cela que je pense qu'il brasse du vent. ” Et je réponds qu'elle n'a pas à "se débiner" et qu'il n'a pas à "prendre des dispositions". Pourquoi pas affréter un jet privé ?


@ Krathos,

je crois que, de ce que j'ai lu des commentaires précédents, tu es le plus persévérant dans la moins mauvaise voie (et peut-être la bonne). Merci pour cet ami rencontré voici plus de vingt ans !

Écrit par : Fabien | 09/08/2008

@ Fabien,

Imagine que je t'envoie un mail pour te dire que Krathos t'invite à son mariage à Abidjan. Krathos lui-même, qui a ton numéro de téléphone, ton mail et a pris l'habitude de t'envoyer des SMS, ne te dit rien et ne t'a rien dit. Paierais-tu le billet d'avion pour aller à un mariage dont tu n'as pas reçu l'invitation ?
De plus, tu peux tout à fait être méfiant vis-à-vis de Simone Gbagbo et reconnaître tout de même que la démarche du juge est curieuse et improductive, non ? C'est pas contradictoire !

Écrit par : Théo | 09/08/2008

A Fabien
Je ne suis pas ivoirien et je ne vis pas à Abidjan. Je ne m'intéresse à la situation politique en Cote d'ivoire que depuis sept ans. Mais je vais vous faire une confidence, tout ce que vous verez dans la presse française sur ce pays n'est que mensonge( je pèse mes mots). Sur la Cote d'ivoire et son gouvernement: RFI ment, Le Monde et Libération mentent. Idem pour l'Express et le Point et le Nouvel Observateur. Tous ces gens étaient à Abidjan en novembre 2004 lorsque l'armée fraçaise tirait à l'arme de guerre sur des manifestants civiles, ils n'ont rien dit!! Ils n'ont pas témoigné! Les missionnaires,au moins, le faisaient! Tous ces gens qui se réclament d'une citoyenneté mondiale n'ont pas vu les pauvres bougres ivoiriens canardés par l'armée françaises. La prese française à été à la solde de l'aventure néo coloniale initiée par le tandem Chirac Villepin( celui qui est accusé de complicité de génocide) en cote d'ivoire. Elle n'est pas sorti de cela!!
Laissez tombé cette histoire de cadavres retrouvé sans pièce d'identité. C'est du pipeau!!!A-t-on besoin de tuer pour empêcher un témoignage accablant!!! Sortez de vos schémas sur une Afrique barbare où seule la violence extrême est de cours.
Pensez un seul instant , si votre hypothèse est la bonne, que les commanditaires du meurtre sont des gens tant soit peu rationnels!!! Les six en question il faut combien de personnes pour s'occuper de leurs éliminations? Cela commence à faire beaucoup de complices pour une affaire de disparition!!

Pour en revenir à notre débat, j'ai comme l'impression que vous n'en cerner pas certains aspects. N'avez pas la certitude que tout dans l'enquête française ne vise qu'à impliquer le couple présidentiel ivoirien? Cela saute à mes yeux et à ceux de bons nombre d'observateurs.Et vous voulez que Madame Gbagbo se prête à ce jeu et paye aussi de sa poche. Sauf si vous avez la certitude comme Bernard Kieffer " que la fortune colossale accumulée par le couple Gbagbo depuis 2000 doit permettre à Madame de faire un saut à Paris."
On ne lui demandera pas de démontrer cela puisque cela n'est pas nécessaire dès lors qu'il s'agit de l'Afrique.

Écrit par : Djignab | 09/08/2008

@ Fabien,

Je n'ai jamais entendu parler de ces six morts. Tu peux nous en dire plus et nous donner des liens ?

Écrit par : Théo | 09/08/2008

@ théophile,

pour les cadavres, demande à l'armée ivoirienne s'il ne manque personne dans les troupes (au hasard un mois de septembre, pourquoi pas 2006 ?)… évidemment qu'il n'y a rien : aucun journal n'en a jamais parlé. mais tu ne traînes jamais dans les rues d'Abidjan alors ? ça te ferait drôle de voir des gens nus et morts.

je ne vois pas pourquoi j'irai à un mariage auquel je ne suis pas convié. mais un juge me convoque, j'y vais, sauf empêchement auquel cas je m'arrange. j'ai toujours fait ainsi, presse ou pas.

@ Djignab,

je ne connais la CI que par mes voisins ivoiriens. j'évite la presse française, comme la presse ivoirienne. je les lis sur l'Affaire Kieffer, je m'en sers parfois. c'est tout. la piste proche de la présidence, j'étais dessus avant la justice je crois, mais n'avais pas de noms. et pas le même nombre que le juge (pas les mêmes moyens non plus).

pour ce qui est des massacres (je crois que c'est le terme idoine) il y a eu un livre à ce sujet, dont, tu m'excuseras, je n'ai pas les références. je n'ai pas ce genre de choses comme livre de chevet.

Écrit par : Fabien | 09/08/2008

@ Fabien,

Je me permets de relever votre adresse à Krathos:

" je crois que, de ce que j'ai lu des commentaires précédents, tu es le plus persévérant dans la moins mauvaise voie (et peut-être la bonne). "

Vous avez sans doute l'excuse de l'éloignement pour trouver cohérents les effusions émotionnelles de Krathos. Je vous comprends. Loin du théatre des opérations et influencé les médias "aux ordres" des acteurs externes de la Crise ivoirienne, probablement que je réagirais comme vous en bien des points.

Nous, nous sommes les téléspectateurs directs et suffisamment éclairés ( ce n'est pas de l'orgueil prétentieux) de ce "spectacle" grandeur Nature. Nous avons vécu des choses que vous êtes à des années lumières d'imaginer. Personnellement, j'ai découvert des choses ahurissantes et ma plus grande honte réside dans la facilité avec laquelle nous donnions du crédit aux médias occidentaux qui, depuis notre enfance, ont façonné notre esprit de tant de mensonges; nous avions fini par croire que les arabes étaient des terroristes.
Aujourd'hui, nous savons mieux, en Côte d'Ivoire en tout cas, qu'à 99%, lorsque les occidentaux dénigrent un régime, c'est qu'il est bon pour les intérêts objectifs de son peuple!!!

L'affaire GAK: tout ceci n'est qu'un jeu d'échec où lé vérité est le dernier souci des acteurs, surtout hexagonaux. tous les flots de commentaires médiatiques .

Méditez cette phrase que j'aime bien citer en référence pour expliquer le jeu politique. Elle est de Balladur "LA POLITIQUE EST UN JEU CONVENU ENTRE INITIES QUI PARLENT UN LANGAGE CODE (...) ET LES SIMPLES HOMMES ONT DU MAL A LA COMPRENDRE ET A TROUVER, DERRIERE LE MIRAGE DES MOTS, LA VERITE DES CHOSES"

Dans notre crise, bien d'affaires médiatiques sont des mirages. Il y a splmt un régime qui essaie d'en abattre un autre. C'est tout. Tout le reste n'est que stratégie. Quand à Krathos, c'est un garçon intelligent mais qui se perd justement dans ce mirage. Nous connaissons sa démarche pour l'avoir pratiqué depuis belle lurette!

Écrit par : HARRIS | 09/08/2008

@ Mr B.Kieffer,

Dans vos nombreuses pérégrinations, à la recherche de la vérité, je suis certains que, des choses incohérentes, vous en avez rencontrés. Certainement, vous savez des choses et avez vécu des situations qui vous édifient.

Pour nous observateurs, essayant d'analyser avec le plus d'objectivité, nous ne voyons toujours pas quelle intérêt, un régime qui survécu à des attaques médiatiques plus graves, comme le " fameux charnier de Yopougon" aurait à faire disparaître GAK pour une affaire "moins grave" de gestion de filière café-cacao. Notre logique nous dit qu'un régime qui a survécu à des accusations de Massacres, n'a cure de piqûres de moustique comme les éventuels scandales de gestion d'argent. D'ailleurs, dans de tels cas, une accusation n'est rien d'autre qu'une parole contre une autre.

Voilà, en ce qui me concerne, pourquoi je ne trouve pas crédible tout ce mic mac des autorités françaises. D'ailleurs quelle crédibilité voulez-vous que nous donnions à un régime qui est en pleine escalade militaire à Abidjan, qui a dû lui même mettre le pied dans le plat aux yeux du monde, pour dégommer un régime que ses valets locaux ont échoué à balayer?
Alors qu'il est notoire que les intentions de paris à l'égard d'Abidjan sont des plus funestes, quel crédit voulez-vous qu'on accorde à des actions pilotées par votre gouvernement soi disant pour faire éclater la vérité??
La Nature même des relations entre Paris et Abidjan ne plaide pas pour la manifestation de la vérité.
Votre douleur est devenue un instrument politique dont se sert votre gouvernement. Observez vous même les "rebondissements de l'affaire GAK; ils interviennent toujours en coïncidence avec des questions diplomatiques.

J'abonde donc dans le même sens que l'intervenant ayant stipulé que vous avez plus de chance de résoudre cette affaire dans une relation apaisée avec les ivoiriens plutôt qu'en vous inscrivant dans les velléités belliqueuses de Paris qui, comme vous le savez est ici UN OGRE DIABOLIQUE BOULIMIQUE ET SANGUINAIRE qui a perpétré ici des hécatombes auprès desquelles votre douleur ne représente qu'une piqûre de moustique.
Avec tout le respect que nous devons à votre douleur, permettez-moi de vous dire que nous ne participerons pas aux effusions émotionnelles sélectives que veut nous imposer Paris. Nous avons ici, nos propres morts et disparus à gérer!

Écrit par : HARRIS | 09/08/2008

Mr Harris, je vous ai toujours dit que ma seule arme , c'est évidemment ma cervelle.

Moi, je lis tous ceux qui contre-attaque les propos de Mr Fabien et de Mr Bernard Kieffer et je ne vois que du sabotage argumentatif , et ça s'arrête là.
Je ne vois pas des gens qui comme la famille de GAK cherche à trouver la vérité.

Moi ce billet m'a fait lire des articles de presse où Mr Tony Oulai ( "l'emprisonné" actuel, à tort ou à raison, du juge Ramael)disait que Kieffer a bien pu se cacher pour régler des problèmes financiers.
Ce Tony Oulai essaie de présenter G.A. Kieffer comme un misérable qui a demandé 10 000 F CFA ( 15 euros !!!)à Michel Legré mais si ce sont des éléments poignants, pourquoi la justice ivoirienne ne les utilise pas ?
Où Tony Oulai, l'innocent présumé a-t-il eu toutes ces informations détaillées ?

Il a écrit plusieurs articles où il essaie de montrer l'imposture de GAK mais du côté ivoirien, il n'y a aucune réaction.
la justice ivoirienne ne dit rien.
Michel Légré, il est où ? qu'a-t-il donné à l'enquête ivoirienne comme éléments d'avancée dans le dossier ?
lui Michel Légré la dernière personne qui a apparemment vu GAK ?

la justice ivoirienne est amorphe sur le dossier et pendant que la justice française met en place des initiatives, c'est donc le débat des arguties judiciaires et les tacles /sabotages qui s'en suivent.

Mais, Monsieur Kouamouo, vous qui avez écrit le billet, avez-vous dans vos prérogatives journalistiques fait des enquêtes pour comprendre l'inertie latente de la justice ivoirienne sur le dossier GAK ? avez-vous tentez d'authentifier les nombreuses pistes évoquées par Tony Oulai, un ex- agent secret ivoirien, à ce qu'il parait,et dont l'Etat semble s'être débarrassé.

Un ivoirien croupit peut-être injustement dans les geôles de la justice Ramael à cause de l'enquête française , et vous, journalistes et sympathisants du FPI, ne trouvez pas cela scandaleux ?
qu'un ivoirien soit injustement ( si c'est vraiment injuste) emprisonné en France ? qu'un ivoirien soit victime de ce que vous considerez comme un diktat du colon ?

Drole de réactions pour des patriotes épidermiques !!!
Drole de réaction pour des journalistes dont l'éthique semble être indiscutable !!!

Le procureur ivoirien ne voit donc pas la nécessité d'agir pour Tony Oulai, un ivoirien qui croupit peut-etre injustement en France ? ou bien, c'est le "mouton de sacrifice" qui paiera pour que le silence soit pérennisé et que la méthode des arguties judiciaires soit optimisée ?

Drole de patriotisme à l'ivoirienne !!!

Encore une fois, Mr Kouamouo avez vous des éléments d'information "abidjanais"sur le dossier GAK, vous le journaliste d'investigation et du "sérail", à part la stratégie-fétiche du sabotage et du "tacle" des pistes françaises que vous pratiquiez "excellemment" ici ?

C'est la énième fois que vous ne répondez pas à la question, peut-être qu'il y'a un secret-défense en vigueur.
Ou bien ?

Ps: Mr Harris, si vous pouviez aussi répondre aux questions posées, je crois bien que vous authentifierai ALLÈGREMENT vos insinuations à mon encontre.

Écrit par : Krathos | 09/08/2008

Harris, tu entretiens un mirage mais ta citation est une citation d'un ex-ministre Français (Balladur), crois-tu que ton mirage réussira à éclipser le sien ?

Et puis , pourquoi à chaque fois, qu'il y'a des sujets bien précis, vous essayez inlassablement d'étaler le récital rébarbatif des pro-Gbagbo ??

la disparition de GAK s'inscrit encore dans votre mirage, Mr Harris ?

Écrit par : Krathos | 10/08/2008

@ Krathos,

Vous me demandez de répondre à des questions que vous avez posées à un autre. Je suis plus apte à défendre les points de vue que j'émets moi-même . Si vous m'interrogez sur une idée que j'ai émise alors pas de problème!

Écrit par : HARRIS | 10/08/2008

@ Krathos,

j'ai fait un développement dans lequel vous avez retenu le mot "mirage " que j'ai emprunté à une citation d'Edourd Balladur dans son oeuvre "DES MODES ET DES CONVICTIONS" P12. Et je constate que vous avez réagi d'une manière qui laisse penser que vous n'avez pas cerner le fond de ma pensée. Je crois même que maniez maintenant la dérision plutôt que l'analyse. Avez-vous épuisé vos stéréotypes?

Écrit par : HARRIS | 10/08/2008

puisqu'il faut defere aux instructions d'un juge, qui peut m'expliquer pourquoi les autorités françaises sont prises d'urticaire après la publication par la justice rwandaise de ses "responsables français" dans le génocide rwandais?

je pense avec kratos qu'ils vont repondent très rapidement aux convocations de la justice rwandaise, cela sera plus facile car ils n'ont pas d'accord de cooperation judiciaire et leur responsabilité est un secret de polichinelle! (ils étaient aux rwanda au vu et au su du monde entier, ils avaient une opération turquoise et cerise sur le gateau les morts ont été...retrouvés), pas vrai?

Écrit par : marianne | 10/08/2008

Marianne, va encore lire des documents sur la crise au Rwanda !!!
la France n'etait pas seule dans le soutien aux belligérants.
le juge Bruguiere avait convoqué Kagamé dans son implication dans l'attentat d'Habyarimana, et il a crée une crise diplomatique pour ne pas repondre.
aujourd'hui, c'est Kagamé qui demande a entendre les Français.
Bizarre comme coopération. ( Marianne, vous pourriez lire des enquêtes de Charles Onana sur cette crise rwandaise).


Quant à Harris, vous reprenez les propos de Balladur et pensiez vous lorsqu'il parle de mirage , il donne du crédit aux mirages de mots africains.
Que peut le mirage de mots africain face à celui des grandes puissances.
Les stéréotypes et le récital habituel, ce n'est pas moi.

le fond de votre pensée ,c'est quoi ? parler "d'effusions émotionnelles" là où les autres apportent des arguments liés au sujet bien précis.
qu'est ce que vous avez dit sur l'évolution de l'enquête GAK à Abidjan ? quels éléments informatifs liés à l'enquête GAK vous nous avez donné à part essayer de comparer l'enquete spécifique à GAK avec "vos" morts de Novembre 2004?

Écrit par : Krathos | 10/08/2008

la filière café cacao n'était pas la seule préoccupation de kieffer, il avait aussi des démêlés avec ses associés!!!
dans un cas tu trouves normal que le juge se concentre sur le couple présidentiel dans l'autre tu "suggères" que la justice rwandaise explore toutes les pistes, on appelle cela le raisonnement dirigé.

Écrit par : marianne | 10/08/2008

Marianne, qui sont les associés de Kieffer à Abidjan ? et dans quel secteur ces associés travaillaient -ils ?

Écrit par : Krathos | 10/08/2008

A Fabien
J'ai pris note de votre position. Je ne la partage pas. Je serai positif en soulignant le dialogue qui a pu s'instaurer à l'occasion de ce post de Théo.
Je reste convaicu que c'est par la collaboration sans à priori avec les ivoiriens que la lumière sur cette disparition sera faite sur cette affaire.
Cordialement

Écrit par : Djignab | 10/08/2008

c'est un secret de polichinelle tes questions. Ou s'agit il de sous entendus dont je ne saisi pas les subtilités? je te ramène justement à la conférence de presse du procureur de la republique.

A part les hommes politiques (donc public par définition), j'éprouve des scrupules à citer des noms de gens ordinaires.

ils travaillaient dans le negoce du cacao. Mais rien n'empêche de travailler avec des gens sur un projet sensible et "ne pas te faire retrouver" parceque tu te sucrais avec l'argent de ta société...

Ce qui me gêne dans cette affaire kieffer tout de même, se sont les sorties du procureur qui curieusement coincident toujours avec un mouvement de la justice française! un peu comme des conférences téléguidées!

De toutes les façons, ce qui m'interesse dans cette histoire c'est la vérité et que le coupable, le vrai paye. mais ne pas me laisser entrainer dans une enquête unidirectionnelle...

Tu n'as pas remarqué que quand les kosovars se révoltent contre la serbie, ils sont soutenus au nom du droit à l'autodétermination des peuples, mais quand une province de georgie se révolte, c'est normal qu'elle soit matée au nom de l'intégrité des états?

Écrit par : marianne | 16/08/2008

Je présume que des gens comme ci-dessus Marianne, ou Théophile, vraisemblablement Djignab, et quelques autres encore, sont surpris, comme le dit Marianne, des « sorties du procureur qui curieusement coincident toujours avec un mouvement de la justice française »… Et celle-ci :

http://www.rfi.fr/actufr/articles/104/article_70598.asp

qui date d'hier, vous en pensez quoi ? N'est-ce pas une façon supplémentaire, sous couvert d'opération mains propres, de ralentir la justice française ? De faire attente, encore et encore, au moins pour voir qui sortira des urnes ?

Le président français a reçu une fois la famille Kieffer, je vous le rappelle. Pour les assurer tous de leur soutien. Coïncidence étrange : les Rencontres de Montreuil se tenaient au même moment !

Depuis ? Lorsque le juge français se déplace, il n'a pas ses policiers habituels, mais des gendarmes qui ne connaissent pas le dossier. Et vous allez longtemps croire le discours français “L'Afrique de papa, c'est fini !” ?

Vous n'avez donc pas lu ceci :
http://menilmontant.noosblog.fr/mon_weblog/2007/11/lafrique-de-pap.html
ni cela :
http://menilmontant.noosblog.fr/mon_weblog/2007/11/un-lien-entre-l.html
apparemment…

Notre président fait comme le vôtre : il joue la montre. Et après on verra. Hélas.

Écrit par : Fabien | 16/08/2008

A Marianne
Pour le dernier développement en date, le Procureur Tchimou avait annoncé une conférence de presse pour rendre compte de son voyage en France avec le juge(ivoirien) chargé de l'affaire. A la suite, RFI nous apprend que le juge aurait convoqué Gbagbo et Bohoun Bouabré.
A Fabien
La police judiciaire a refusé d'accompagner le juge Ramael parce qu'il prenait- selon elle- des libertés avec le code de procédure pénal et la convention judiciaire entre la France et la Cote d'ivoire. Ce qui forge la légitimité de toute action judiciare , c'est le droit. Les magistrats sont formés à cet effet!
Pendant sa conférence de presse , le Procureur Tchimou a mis au défi le juge Ramael de confirmer la convocation à Madame Gbagbo. On attend toujours sa réponse

Écrit par : Djignab | 26/08/2008

@ Djignab,

je suis surpris de voir qu'il s'écoule DIX JOURS sans nouvelles, pour reprendre une partie de ce que j'avançais. une partie seulement (mais je n'ai jamais annoncé Gbagbo), car le reste -sur l'Afrique de papa- je vois que ça reste sans commentaire, hélas.

je ne connais pas les "défis" lancés par le procureur d'Abidjan-Plateau : je n'y suis pas et ne connais pas l'individu. lorsque Ramaël s'est rendu en CI avec des gendarmes, c'est parce que la PJ était officiellement indisponible. je le dis et le maintiens.

Écrit par : Fabien | 27/08/2008

A Fabien
Je maintiens également ma version.
Je commente selon ma disponibilité . Le développent de l'affaire (la disparition de GAK) ne dépend pas des "nouvelles" que je peux donner. D'autre part, d'être compté parmi "les gens ci dessus ... et quelques autres " n'incite pas au dialogue.
Je ne "crois" pas. C'est pourquoi je ne me suis pas senti concerné pas les discours sur la fin de"l'Afrique de Papa".
Sortez de votre francocentrisme et imaginez un seul instant que les ivoiriens peuvent être guidés par la volonté de faire la lumière sur la disparition de GAK.

Écrit par : Djignab | 27/08/2008

Que des Ivoiriens veillent faire la lumière sur la disparition de GAK, je n'en doute pas. Que LES Ivoiriens en aient le souhait, je me permets d'être plus que réservé, comme je suis persuadé qu'un certain nombre de Français ne veulent pas que l'on sache ce qui a pu se passer en CI, au Rwanda ou ailleurs.

Hélas pour les deux continents, je crois que vous devez vous sentir concernés, vous tous, par les discours de M. Sarkozy et son entourage, et bien décortiquer les contradictions.

Certaines choses sont affreuses. Et pas que sur l'Afrique.

Il me semble que nous ne sommes pas sur la même longueur d'ondes, hélas.

Pour ce qui est du temps de réaction, je pensais que vous étiez "abonné" au fil de discussion de ce sujet précis. Désolé.

Écrit par : Fabien | 27/08/2008

Les commentaires sont fermés.