topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

15/06/2008

Obama n'est pas Africain, par Diégou Bailly*

c391c7e7fe8d3eb390d6d68f37a9d8ce.jpg
Barack Hussein Obama, Américain de nationalité, Africain d'origine (son père est Kenyan) et Asiatique d'éducation (sa mère Américaine s'est remariée avec un Indonésien) a pris le meilleur à l'investiture du parti démocrate sur Mme Hillary Clinton, l'épouse de Bill Clinton, ancien président des Etats-Unis.
Cette victoire historique fait déjà rêver certains Africains. Beaucoup d'entre nous attendent (encore) la venue d'un nouveau "messie" qui les délivrera enfin de la misère, de la pauvreté et du poids de l'exploitation. Ceux-ci espèrent que Barack Obama sera celui que l'Afrique attend depuis toujours. Hélas, mille fois hélas, il n'est point Africain. A tout le moins, on peut le considérer comme un afro-américano-asiatique. Cette tri- culturalité lui confère l'atout majeur d'une plus large ouverture sur le monde et d'une plus grande aptitude à la tolérance.
Cependant, disons-le tout net: il n'est pas Africain. Il ne sera pas le porte-étendard de la cause de l'Afrique; s'il remporte, en novembre prochain, la victoire finale sur son rival républicain John McCain. Au contraire, il pourrait devenir, pour le continent, le pire des présidents que les Américains n'aient jamais élus. Tant il aura à cœur de montrer qu'il est plus américain que les Américains de souche. L'épisode de sa douloureuse séparation avec le pasteur Jeremiah Wright, son mentor de longue date, nous ramène violemment à cette dure réalité. Le fondateur de la Trinity United Church a eu le malheur de prononcer ces mots terribles pour la mémoire collective américaine: "Le 11 septembre (2001) est un juste retour du bâton; maudite soit l'Amérique!"
En outre, Barack Hussein Obama aura à cœur de prouver à tous les Américains (et à certains journalistes qui le disent déjà) qu'Obama (Lance enflammée en swahili) n'est point Oussama (Ben Laden). Clairement dit, il n'entend être ni le " fils" de son père, musulman de confession ni l'intrépide moudjahidin de la cause de l'Islam. En tous les cas, les Africains-américains authentiques observent d'un œil ébahi (si ce n'est ahuri) ce "petit prince" descendu tout droit de sa lointaine planète. . . noire.
Barack Obama n'est point Africain. Il n'entretient, d'ailleurs, aucune prétention de le devenir. Il est Américain, en son âme et conscience. Toutefois, qu'il le veuille ou non, il demeure un nègre, aux yeux des Américains. Sur ce point, il porte l'espoir et l'espérance de tous les Noirs. Il renouvelle nos droit et pouvoir de rêver.
Mais, ne l'oublions pas. Ils avaient déjà défiguré et décapité les stèles des pharaons noirs de la vallée de Kherma dans l'Egypte pharaonique. Meurtre symbolique! Aujourd'hui encore, ils pourraient trucider Obama (selon la boule de cristal de Dame Clinton) avant ou après sa victoire (que nous souhaitons de tous nos vœux) sur John McCain. Meurtre physique!
Quoiqu'il arrive par la suite, le p'tit nègre aura déjà pris rendez-vous avec son destin: celui de montrer au monde que les Noirs sont de plain-pied dans 1 'histoire (ancienne, moderne, contemporaine et immédiate) sans y être " suffisamment entrés ", selon la fameuse formule du président français Nicolas Sarkozy.
Historiens, politologues, futurologues, négrologues, négrophobes, négrophages... de renommée mondiale auront tout dit et prédit sur les Noirs, sauf imaginer qu'un de leurs congénères serait appelé, un jour, à diriger la plus grande puissance mondiale (après l'Egypte pharaonique, bien sûr).
Nous avons donc raison de souhaiter et d'espérer la victoire de Barack Obama. Nous en serons heureux et fiers. Même si nous restons persuadés que l'Afrique n'en tirera aucun bénéfice matériel. Bien au contraire, elle profitera stratégiquement aux Etats-Unis, en consolidant leur hégémonie sur le monde. Elle donnera aux Américains l'illusion de vivre dans un Etat très démocratique, dans un pays ouvert et tolérant et dans une société multiculturelle et multiraciale. Ou, au-delà des préjugés, ne comptent que la valeur intrinsèque et la compétence de chaque individu. Effectivement, ce pays qui, après le 11 septembre, aurait eu l'audace de porter à sa tête un Obama dont le nom rappelle outrageusement Oussama s'accordera le droit de s'attribuer toutes les vertus et qualités.
Oui, mais... Obama n'est pas Africain. Cependant, il renouvelle l'espoir et l'espérance de la race noire. Vilipendée, humiliée, honnie et vomie à travers les âges. Il rappelle à notre mémoire collective flétrie et flagellée que, si tout n'est pas permis,' "tout est possible ". A qui garde la foi.

*Journaliste ivoirien célèbre, Diégou Bailly est l'ancien directeur de publication du Jour. Il est aujourd'hui président du CNCA, organe de régulation de l'audiovisuel en Côte d'Ivoire. Il s'exprime ici à titre personnel.

Commentaires

article lucide ,profond , et bien écrit ce qui manque a nos plumes ivoiriennes d' aujourdh'ui(de maintenant ).obama n' est africain que par les chromosomes , mercide nous le rappeler.

Écrit par : bose | 15/06/2008

Comment peut-on dire que cet article est lucide et profond?
Le contenu est bourre de speculation et resume dans cette phrase: "Même si nous restons persuadés que l'Afrique n'en tirera aucun bénéfice matériel.."
Vous avez une boule de cristal ?
Obama a-t-il publie sa future politique africaine ? a-t-il meme parle de l"afrique dans cette campagne ? Sur quoi l'auteur s'appuie pour lancer ces affirmations?
Jugeons sur les actes poses et pas sur la speculaion!
En revanche c'est un militant des drots civiques et il a un "tracking record" incontestable a Chicago sur ce point. Il a clame haut et fort qu'il est pour plus de justice et d'equilibre dans les relations des US avec les autres pays.
C'est a nous africains de definir notre propre agenda et voir si les USA d'Obama (s'il gagne) s'inscrive dans la strategie que nous deployons pour obtenir notre independance economique. on le jugera sur les actes.
Et ca ce n'est pas attendre un messie.

Pour terminer Obama ne s'est pas separe de jeremy pour montrer qu'il est plus americain que les americains. Il a soutenu brillament le pasteur dans son fameux et historique discours de philadelphie. Et a clairement dit qu'il ne le renie pas! L'amerioque a recu ce discours de facon tres positive. Et l'affaire etait clos. C'est jeremy qui est revenu a la charge dans des interviews inutiles et desastreux qui ont d'ailleurs devoile qu'il avait un ego plus gros que le seigneur lui-meme.
Beaucoup dans la communaute soupcone qu'il l'a fait pour de l'argent. car oui, comme les "ministers" populaires il est bourre de fric. c'est clair que Obama a eu raison cette fois -la de prendre ses distances avec quelqu'un aussi imbue de lui-meme. S'il aimait vraiment Obama, il n'aurait pas fait ces sorties de trop en pleine campagne presidentielle! je ne peux compter le nombre impressionant d'appels et msg recus dans les radios comme celle de Tomm Joiner pour dire jeremy de la fermer!!
ceci c'est pour retablir la verite et pas ceder aux raccourcis utlises par l'auteur de l'article.

Écrit par : hormheb | 16/06/2008

De l'art de poser de fausses questions, afin de se regarder le nombril en y répondant : Pourquoi l'africanité de Barack Obama devrait-elle être appréciée à l'aune de la quantité d'avantages matériels que l'Afrique tirerait de son élection?????????

A ce train là : peut-on dire que Biya, Sassou, Deby, Bozizé sont des Africains? Le seraient-ils plus et mieux qu'Obama? Car, en suivant les spéculations de Diégou Bailly, BO ne nous apportera pas à manger, mais les potentats que j'ai cités font pire, puisqu'ils nous retirent le manger de la bouche, en aidant à la spoliation de nos ressources économiques en échanges de prébendes, rentes et autres avantages pour eux-mêmes et leurs entourages...

Bref, un brillant exercice de style journaliste sans grande consistance analytique : le fait d'être Africain (d'origine) ne prédétermine en rien l'attitude politique d'un candidat aux élections présidentielles américaines. Ce sont ses propres convictions d'homme politique, et ses compétences en la matière, qui structureront son approche des relations Afrique-EUA...

En revanche, Diégou a bien compris comme nous tous la portée symbolique de ce qu'un non-Blanc soit en passe de devenir le PR du plus grand des Pays-de-Blancs : que des Nègres, il n'y a pas si longtemps, réduits au statut de "chose mobilaire" (art. 40 du Code Noir de 1685), puissent compter un des leurs parmi les présidents des EUA en ce début de XXIè siècle pourrait contribuer à modifier profondément leur propre regard sur eux-mêmes, et le regard des Autres sur eux ; quelque soit le lieu de la planète où ils se trouvent...

Obama entrerait ainsi dans la lignée des Angela Davis, Martin Luther King, Cheikh Anta Diop, Mohamed Ali, Frantz Fanon, Aimé Césaire, Nelson Mandela et autres innombrables Nègres illustres qui n'ont cessé de défaire les chaînes séculaires qui nous entravent individuellement et collectivement...

C'est cette portée symbolique de son "odyssée" qui est profondément ressentie en chacun de nous, au tréfonds de son être-Nègre. Or, cette dimension là transcende les considérations politiques stricto sensu...

Écrit par : ogotemmêli | 16/06/2008

"Barack Obama n'est pas Africain", c'est ce que tente de demontrer ici dans son article, non sans peine le journaliste Diegou Bailly. J'imagine qu'il y'a un pas que Diégou Bailly n'a pas osé franchir dans son article, à savoir si Obama est Noir ou Blanc; il l'aurait écrit dans son article qu'on l'aurait vite traité de crypto-raciste primaire!

Au délà des spéculations de Diegou Bailly sur l'Africanité supposée ou non de Obama dans son article, on peut lui rappeller qu'en dehors d'Obama; il est indiscutable que Gbagbo, Bongo, Biya, Sassou, Compaoré, Mugabé sont sans contexte des Africains. Tous des présidents Africains qui vivent sur le continent africain.

Alors question: Qu'ont-ils fait, ces présidents-là pour leurs peuples et leurs populations?

Devra t-on attendre(d'après Diégou Bailly) qu'il ait un Président(Africain ou d'origine africaine) aux USA pour que tous les problèmes des Africains en Afrique et dans le monde trouvent un debut de solutions?

Il est vrai que Obama répresente beaucoup de fierté, d'espoir et d'espérance pour beacoup d'entre nous, les métis, les Noirs et les Blancs, pour l'Humanité toute entière. Mais quant à nos problèmes d'africains, c'est à nous-mêmes de chercher à les résoudre d'abord. C'est aussi simple que ça!

Écrit par : NZueba | 16/06/2008

Personnellement, je ne vois pas de lien entre Obama, le président métis aux Etats-Unis et l'Afrique .

On ne doit rien attendre d'Obama, en tant qu'Africain comme faveur particulière à notre continent .

Peut-être que Diégou Bailly veut sortir quelques "surexcités" négro-africains du rêve les ayant envahir depuis le triomphe démocrate ou présidentiel (peut-être) d'Obama.

Obama sera, peut-être le président des Étasuniens mais surement pas l'ambassadeur des Africains ou le "défenseur" patenté de l'Afrique aux USA.

Écrit par : Krathos | 16/06/2008

Je pense que Diégou veut mettre en garde les plus naïfs d'entre nous. Durant la crise ivoirienne par exemple, beaucoup attendaient un Sauveur : les Etats-Unis, Israël, l'Afrique du Sud... et pour l'autre bord... Chirac ! Nous devons sortir du romantisme diplomatique, c'est le message du "vieux père"...

Écrit par : Théo | 16/06/2008

C'est aussi le cas dans une autre mesure des nouvelles relations avec la Chine. D'aucuns considèrent que la Chine est notre nouvel eldorado, ça me laisse perplexe, avons nous changé de maître ? Question à tout le village, je sèche

Écrit par : Rabet Zokou Gbeuli | 17/06/2008

Obama n'est pas Africain, il est Américain. Il n'est pas candidat à l'élection présidentielle au Kenya, en Côte d'Ivoire ou au Cameroun, il l'est aux Usa. Alors pourquoi, même pour les plus naïfs d'entre nous, attendre de lui qu'il règle toutes les tares de l'Afrique? Les Hongrois espéraient-ils voir leur condition s'améliorer avec l'élection de Sarkozy en France? Il serait illusoire de penser ou d'espérer que l'avenir de tous les kenyans (encore moins de tous les Africains) puisse s'illuminer par la seule élection d'Obama.
Une chose est certaine, Obama reste et restera Africain de par ses origines, ce qu'il n'a par ailleurs jamais renié. C'est donc une fierté pour l'Afrique de voir un de ses petits enfants être en passe de briguer la plus haute magistrature du pays le plus puissant du monde. Une chance incroyable de voir des situations similaires se reproduire un peu partout en occident. Aujourd'hui, par exemple, il est tout à fait normal de voir l'équipe de France de football aligner une équipe majoritairement "black" mais il est encore inconcevable d'y imaginer un président noir.
Au final, Obama, fût-il l'homme le plus puissant du monde ne pourra pas tout seul changer la face de ce monde cependant, lui seul semble aujourd'hui en mesure de changer la détestable image de son pays dans le reste du monde.

Écrit par : Anicet | 18/06/2008

Bien vu . C'est ce que j'ai plus ou moins dit sur mon blog http://identitegre.blogspot.com

Écrit par : cezé | 21/06/2008

Je vous invite à lire:

http://www.jeuneafrique.com/jeune_afrique/article_jeune_afrique.asp?art_cle=LIN15068obamaniacir0

Un avis que je partage.

D'autre part, je vois des milliers de posts sur des blogs parlant d'afrique faire de la spéculation sur les retombées si Obama était élu.
Or, s'il est bénéfique qu'Obama soit le candidat Démocrate à la présidence pour améliorer la perception qu'on certains blancs vis à vis des noirs, il n'est pas moins important qu'il gagne avant de pouvoir spéculer sur son "programme Africain".

Et si Obama n'était pas élu, serait-ce la fin de l'espoir pour les Hommes noirs ou les Africains?
Le passage par "Obama président" n'est pas le passage nécessaire et suffisant pour que les Hommes noirs et l'Afrique léve la tête!

"Obama n'est pas noir, il perdra les élections!"

Article à lire sur mon blog: http://bantous.wordpress.com/2008/06/20/obama-nest-pas-noir-et-il-perdra-les-elections/

Écrit par : Paul & Mick | 22/06/2008

Bjr à tous,
Pour avoir vécu 25 ans en C I, je comprends Diégou Bailly, que je respecte en tant que plume. Je crois qu'il faut nuancer le cas Barack Obama, mais pas passer du NOIR au BLANC; juste un peu de GRIS même pas foncé.

A la lecture de son texte, moi voilà ce je retire, il est possible de voir plus sur mon Blog : http://allyoungafricanforbarackobama.blogspot.com/

BARACK OBAMA, LE SYMBOLE, LE SIGNAL

Un NOIR, un africain "presque", briguer la magistrature suprême des USA ? OUI, c'est Possible !

Quelle preuve de maturité, mais surtout d’humilité de Barack et du peuple américain ?

Le sénateur Barack OBAMA veut et peut changer l'Amérique, …, même le monde.

Cette énergie positive (divine) qu’est le changement, devrait rapidement se répandre partout dans le monde, comme un virus, rendant possible en Afrique ce qui jusqu’à présent a tenu de l’impossible, de l’irréel : le DEVELOPPEMENT.


UN HOMME et UN PEUPLE DEMOCRATE, riches de leurs diversités et de leurs héritages respectifs mais surtout rempli d’humanisme, toute chose nécessaire pour la JUSTICE et la PAIX, voilà les ingrédients du DEVELOPPEMENT.

Quelle leçon ?

Les africains devraient déjà (avant la victoire finale), tirer les leçons de maturité de Barack Obama et du peuple américain, pour un CHANGEMENT VERITABLE EN AFRIQUE.

Les africains doivent eux aussi, aspirer au développement, pour cela ils doivent être capable de surmonter leurs divisions raciales, culturelles, et économiques ; l’esprit "TRIBAL", en adoptant un changement véritable et profond des mœurs sociales, culturelles, économiques et politiques (parti tribal) englobés sous le vocable de DEMOCRATIE. En somme les africains doivent devenir DEMOCRATE.

Nous les jeunes africains vivant sur le continent ou ailleurs, devons former une chaîne dans toute l’Afrique, sur les cinq continents pour nous approprier ses idéaux et les véhiculer dans nos sociétés, si nous voulons des lendemains meilleurs pour notre continent.

Nous devons savoir que le chemin sera long et semé d’embûches, mais nous devons toujours nous rappeler que quelque soient les obstacles qui se dresserons nous devrons avancer, car rien ne peut arrêter la puissance de millions de voix réclamant le développement, le changement, et quelque soit le temps que ça devra mettre, cela arrivera.


Si vous êtes un jeune africain ou un jeune d’ailleurs et si vous croyez qu'il y a un besoin de changement en Afrique, voir dans le monde et que Barack Obama est le seul candidat qui soit proche de nous et qui soit le symbole de la rupture (changement) aux USA et dans le monde ; le seul qui puisse l’impulser en Afrique, par son exemple ; Il est l’heure de prendre une décision pour votre futur.

Jeunes africains soyons…

Prêt pour l'espoir,
Prêt pour le développement,
Prêt pour le changement
Prêt.


Réveillez vous ! Réveillez les cœurs et les consciences.

Rejoignez le groupe si vous êtes jeune et d'Afrique ou d’ailleurs, parce que c'est l’occasion pour que notre génération amène des jeunes politiciens pas encore corrompus, doués et intelligents à la tête de nos Etats.

Soutenons la candidature de Obama, son arrivée à la maison blanche sera le départ d’une nouvelle ère pour les USA, l’Afrique, le monde.


Je complète ma pensé par cet autre article d'un journaliste :

Que les Africains s’inspirent des Américains !


Nombre d’Africains ont jubilé à l’annonce de l’élection de Barack Obama comme candidat à l’investiture démocrate pour l’élection du 4 novembre prochain aux Etats-Unis d’Amérique (USA).

Leur joie s’expliquerait par le fait que Barack Obama est un Noir, fils d’une mère américaine, Shirley Ann Duham, mais surtout d’un père noir et Kenyan, Barack Hussein Obama.

Quoi de plus normal, sommes-nous tentés de soutenir, après tout, il est plus facile pour un Africain de se sentir plus proche d’un Noir que de quiconque.

Pourvu que ces mêmes Noirs n’accusent pas les Américains, au soir du 4 novembre à l’issue de l’élection qui opposera le Républicain John Mc Cain et le démocrate Barack Obama, d’être des racistes, étant donné qu’un Blanc serait aussi enclin à se rapprocher de son semblable.

Au-delà de ce débat sur le racisme (l'origine, la couleur de la peau) qui pourrait porter un coup fatal au premier Noir qui aspire à la Maison-Blanche, ce sont les leçons que les Africains tireront de cette campagne électorale à l’américaine qui devraient être intéressantes.

Les Africains, en un mot l’Afrique, devrait s’inspirer de l’esprit d’ouverture et de tolérance des USA, car quoiqu’on dise, les Américains semblent moins racistes que les Africains.

Un Noir qui prétend à la Maison-Blanche ! Cela ressemblerait bien à une insulte pour un Africain, dans un Etat africain, si un immigré africain rêvait d’y devenir président.

L’Afrique est ainsi déchirée par des guerres fratricides, claniques, ethnicistes qui ne devraient pas se produire.

Dans certains Etats africains (suivez ma souris ..., pardon mon regard), des lois et des mesures spéciales ont été prises à l’encontre de certains individus pour les exclure de la course au pouvoir soi-disant qu’ils seraient des étrangers.

Dans certaines régions de pays africains, quelqu’un qui n’est pas originaire d’une localité rait du mal à diriger.

Pourquoi ne pas s’inspirer de l’exemple américain avec Barack Obama en allant au-delà des complots qui déchirent l’Afrique et freinent son développement ? Ne serait-ce pas les Africains qui savent bien imiter les autres ?

Il se trouvera des gens pour dire que les USA, c’est plusieurs années d’expériences démocratiques et que l’Afrique n’y est pas encore. Cela est peut-être vrai, mais il est permis de rêver et de tendre vers la perfection !

Et les Africains devraient faire leur le nouveau slogan de Barack Obama : “Yes we can”, autrement dit, et en français, “Oui, nous le pouvons”.

Ali TRAORE traore_ali2005@yahoo.fr
lundi 9 juin 2008 Sidwaya.


Avant de clore je voudrais lancer cet appel :

L'AUTRE AFRIQUE

C'est d'être inutile, que de n'être utile qu'à soi-même.

L'Afrique est souvent perçue comme un continent où règnent la pauvreté, la faim, la guerre, le sida...

Pour contrer cette image, créons une chaîne de vulgarisation de « l’autre Afrique », un projet multimédia qui s’intitulera « l’autre Afrique » et dont l'objectif sera de projeter l'autre Afrique au monde.

Il s'agit d'arriver à une nouvelle perception de l'Afrique, qui doit être vue dorénavant comme un continent où les gens prennent leur sort en main, croient en leurs propres capacités et pensent, à l'instar du Président Thabo Mbeki, qu'il existe des "solutions africaines aux problèmes africains", ou de BARACK OBAMA qui a osé.

OUR MOMENT IS NOW !

CHERIF Abdoul Aziz
Promotion UFR SEG 1996-1997 Université d'Abidjan
Consultant / Formateur
Marketing/Management
Cherif.gn@gmail.com
www.cherif.4t.com

Écrit par : CHERIF | 28/06/2008

Les commentaires sont fermés.