topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

07/05/2008

La France pour des systèmes d'assurance maladie dans les pays pauvres

Visiblement, en 2000, le candidat Laurent Gbagbo a eu un très bon nez en proposant de créer un système d'assurance maladie universelle en Côte d'Ivoire, où les fonctionnaires bénéficient déjà d'une couverture maladie à travers la MUGEFCI. La France officielle, à travers Bernard Kouchner, valide cette piste de lutte contre la pauvreté. Ci-dessous un extrait de dépêche sur le sujet et un lien vers la vidéo où Kouchner s'explique plus largement.


La France a prôné mercredi au cours d'une conférence internationale à Paris la création de systèmes d'assurance maladie dans les pays pauvres, notamment en Afrique, mais des ONG ont défendu de leur côté la gratuité des soins afin d'aider des millions de personnes.

"Chaque année, plus de 100 millions de personnes passent en dessous du seuil de pauvreté pour cause de maladie et d'invalidité", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner.

Le chef de diplomatie française s'adressait aux représentants de 65 pays, institutions internationales, organisations non-gouvernementales et entreprises privées au cours d'une conférence sur le financement des système de couverture maladie dans les pays pauvres.

Rappelant que la santé était "la condition première du développement", M. Kouchner a estimé qu'il fallait "impérativement impliquer les populations".

"Leur initiative, leur participation y compris financière quand c'est possible, sont indispensables", a-t-il ajouté.

"Le monde en développement ne peut pas vivre de la charité", a affirmé l'ancien "French Doctor".

"Une fois opérationnels et bien contrôlés par les populations elles-mêmes, les systèmes d'assurance ne coûtent pas cher", a poursuivi le ministre, soulignant la nécessité de "mécanismes de financement innovants", en faisant appel au secteur privé et à la micro-finance.


La vidéo de Kouchner ici.

Commentaires

Humm,
Après l'aide au développement, voici venu l'assurance maladie !

J'attends déjà la réponse à "Qui doit payer", mais aussi une réponse à la question "Qui va en profiter?"

Après la taxe sur les billets d'avion (qui a capoté, car ce sont les pays riches qui auraient payé), maintenant l'assurance-maladie.
Les laboratoires pharmaceutiques vont payer, mon petit doigt me dit que leur lobby n'est pas loin de cette affaire.

Hélas, je suis désormais très sceptique.

Écrit par : Nino | 07/05/2008

Tu as raison, Nino, d'être sceptique. La France veut sans doute être à l'origine de l'organisation du secteur de la santé pour fourguer des médicaments à des Etats "bancables". Mais ce qui est sûr, c'est qu'il faut organiser les systèmes de santé, et ce n'est pas parce qu'on est pauvre qu'on ne doit pas être couverts. ça coûte plus cher de ne pas cotiser quoi !

Écrit par : Théo | 08/05/2008

Bonnes intentions de Kouchner ?... Qui fait toutefois partie d'un gouvernement qui a commencé à démanteler la sécu en France. Quand on la démantèle là où elle existe, il n'en est que plus remarquable de la souhaiter là où elle n'est pas ! Si elle vient à prendre place, il sera toujours temps de la livrer à son tour aux groupes privés, sans négliger au préalable de mettre en place la carte vitale qui leur permettra d'accéder au dossier médical de tout un chacun !

Écrit par : delugio | 08/05/2008

Théo,
Le débat que vous suscitez par la mise en épingle de la conférence de Paris sur « couverture du risque maladie dans les pays pauvres : qui doit payer ? » est extrêmement important. Évacuons l’aspect rhétorique du thème de la conférence. Comme le souligne opportunément Delugio, quand on participe à démanteler certains aspects de la Sécu historique on ne peut financer à l’extérieur des dépenses de couverture maladie. Il n’ y a que les états concernés qui peuvent financer le risque maladie !!
Comment le faire quand il y a la double contraintes de l’évolution de la médecine qui propose des techniques de plus en plus sophistiquée et onéreuse et la réalité économique de la rareté des ressources ? D’autre part ne l’oublions pas, il existe, dans la majorité des pays pauvres, une couverture du risque maladie pour les élites. Comment mettre en place une solidarité qui permet de mettre à la disposition de tout un chacun le minimum en matière de couverture maladie sans que les « privilégiés » du moment ne se sentent lésés ? Comment financer un tel système dans l’équité et la justice ?
Je donnerai bientôt mon avis sur tout cela dans mon blog.

Écrit par : Djignab | 10/05/2008

Les commentaires sont fermés.