topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

19/03/2008

Global Witness dénonce Soro et les FN

e9304d1b2d29d0b4f90dd11edc4a00d0.jpgL'ONG a bien décidé de ne pas lâcher les baskets du Premier ministre ivoirien. Nous ne pouvons que la féliciter pour ces pressions utiles, à un moment où Soro semble avoir neutralisé toute la classe politique ivoirienne : le pouvoir ne veut pas fragiliser un processus globalement porteur d'espoir dont Laurent Gbagbo est l'initiateur, et l'opposition ne veut pas prendre le risque de voir basculer l'ex-secrétaire général de la FESCI définitivement dans le camp présidentiel.

Un an après l’accord de Ouagadougou, les rebelles FN continuent de percevoir des taxes
Une mission de Global Witness en Côte d’Ivoire en février 2008 a constaté que le groupe des rebelles des Forces Nouvelles (FN) continue de percevoir des taxes sur le cacao et les diamants, malgré le processus en cours de réunification du pays.

Global Witness a notamment constaté que les camions de cacao continuent d’être escortés vers le Burkina Faso par les FN. Ses enquêteurs ont également pu confirmer sur le terrain que les FN continuent de délivrer des laissez-passer pour circuler dans leur zone et de maintenir des barrages routiers, et à cette occasion, commettent fréquemment des abus des droits humains.

« Ce système parallèle et illégitime de taxes, de laissez-passer et de barrages institué par les FN ne fait que favoriser la corruption. C’est de fait une économie de guerre qui retarde la réunification du pays » affirme Patrick Alley, directeur de Global Witness.

En juin 2007, Global Witness avait publié le rapport « Chocolat chaud : comment le cacao a alimenté le conflit en Côte d’Ivoire », qui dénonçait notamment la stratégie employée par les FN pour se procurer environ 30 millions de dollars par an en taxant le cacao transitant par le nord.

Un an après y avoir signé un accord politique, le Président de la Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo, et son Premier Ministre, Guillaume Soro, se retrouvent aujourd’hui à Ouagadoudou au Burkina Faso pour évaluer les progrès dans l’application de l’accord.
En dépit de cet accord, du démantèlement de la zone de confiance, et du progressif redéploiement de l’administration nationale sur l’ensemble du territoire ivoirien, les FN continuent d’administrer le nord de la Côte d’Ivoire, comme ils le font depuis 2002.

Global Witness appelle Guillaume Soro, en sa qualité de Premier Ministre et Secrétaire Général des Forces Nouvelles (FN), à mettre fin à ce système d’extorsion. « Toutes les taxes perçues par les FN dans cette zone devraient être abolies, les recettes générées par toutes ces taxes divulguées et des informations sur la façon dont cet argent a été utilisé jusqu'à présent publiées. Finalement, l’entièreté des taxes collectées à ce jour devrait être reversée à l’Etat, lequel se doit d’être transparent dans son utilisation de cet argent », précise Patrick Alley.

Commentaires

Conclusion: une rébellion, ca se mate tout simplement !

Si Dieu n'a pas négocié avec lucifer, auteur de la première rebellion connue, le chemin nous est donc tout indiqué.

A bon entendeur salut !

Écrit par : Eppix | 19/03/2008

ya vraiment des gens du passé sur ce blog!

soro vit dans l'illusion d'un destin national. il oubli qu'en assumant la rebellion ivoirienne, il joui naturellement des avantages financiers et honorifiques mais et surtout il en porte la première responsabilité sur tous les actes criminels posés par ses ouailles. Qu'il ne viennent pas nous dire après que allassane ou ib est le veritable pere de cette balafre.

Le passé a toujours rattrapé une rebellion, seul le temps compte.

en revanche, je me mefie de ces organisations qui n'étaient pas aussi critique envers la rebellion quand elle pourrissait la vie à l'état ivoirien

Écrit par : marianne | 20/03/2008

Le fait d'avoir pendant des années jouit de la complaisance de la France et des institutions internationales qui n'avaient de critiques qu'à l'endroit du pouvoir loyaliste, Soro Guillaume et ses amis ont bien sûr prit de l'assurance dans la corruption institutionalisée dans la zone Nord de la Côte d'Ivoire. Le mutisme même de l'opposition ivoirienne devant l'état de fait relaté ici, celui des ONG et de la presse française promptes hier à pourfendre l'intransigeance du pouvoir loyaliste, celui enfin des institutions internationales comme l'UA, montrent que Soro et ses rebelles jouissent toujours de la bienveillance de leurs anciens amis. Demain, vous entendrez dire sur les chaînes de radio et de télévision étrangères que Gbagbo ne veut pas organiser les élections parce que la situation actuelle l'arrange. Aucune institution internationale, aucune presse européenne ne se posera la question de savoir si les rebelles ont cessé réellement de gouverner le nord comme au temps de la folle guerre. Personne n'osera accuser les rebelles parce qu'il est plus aisé de s'attaquer à Laurent Gbagbo.

Écrit par : St-Ralph | 20/03/2008

1) Tiens, l'info semble avoir échappé à certains médias et autres Hofnung, qu'on croyait pourtant vigilant question cacao...
2) La remarque d'Eppix me semble bien pertinente - reste que cela a été tenté, notamment par une opération aérienne stoppée pour cause de coupure de nez des avions après (ou avant ?) la perte d'un pneu au passage d'une ornière à Bouaké (les routes sont si mal entretenues...)... qui a tout de même fait neuf morts à Bouaké et plus de 60 à Abidjan...

Écrit par : delugio | 20/03/2008

Salut,

Avec du recul, l'on se rend compte que le FPI a manqué de stratégie. LG est l'initiateur de l'APO. Il va donc sans dire qu'il ne peut le pourfendre à longueur de journée; principe participatif oblige. Il ne peut que tenter de le mettre sur les rails quand les rebelles tentent de jouer aux coupeurs de route ou alors aux limiteurs de vitesse. d'où les réamenagements de l'APO de temps à autre.

C'est ici justement que l'on attend le rôle du FPI. je me rappelle de ces belles phrases de Koulibaly: "ce n'est pas parce que Gbagbo est d'accord que je serai d'accord". une telle "défiance" permettrait au FPI de souffler le chaud et le froid; et partant, tâcler Soro quand il le faut.

Malheureusement, le FPI a crû en la fin prochaine de la recréation. Dès lors, il faut assurer ses arrières. Quand on est si préoccupé à refonder son compte, faire durer cette transition ne peut qu'être votre meilleur allié!

Les rebelles n'arrêteront pas d'eux-mêmes de piller cette partie de la CI. la guerre me semble loin de nous. Il revient à la famille politique de LG d'utiliser tous les moyens que lui permet la Constitution pour secouer Soro et sa bande!

Écrit par : Lévy | 21/03/2008

Lévy, il me semble que la dernière interview de Affi dans Notre Voie laisse apparaître justement l'option de défiance du FPI envers le PM. Ou bien ?

Écrit par : Théo | 21/03/2008

Justement, là-dessus, je les attends à l'oeuvre. Car, même s'ils sont nombreux à décrier la gestion de nos cadres today (moi-même y compris!), je reconnais au moins la capacité des stratèges du Parti à le faire rebondir (surtout) lorsque nous sommes acculés.

...A moins que la bourgeoisie soit passée par-là

Écrit par : Lévy | 24/03/2008

Les commentaires sont fermés.