topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

17/02/2008

Célestin Monga : de la prison de New-Bell à la Banque mondiale

c64e1ce9bb5eed198ac2a7761b773acf.jpgIl y a des attentes qui vous semblent insupportables. Après avoir appris par le net la publication du dernier livre de Célestin Monga, "Un Bantou à Washington", et l'avoir commandé dans une grande librairie de la place d'Abidjan, il a fallu plus de deux mois pour qu'il arrive - je ne sais pas pourquoi. Mais je l'ai finalement eu, et je l'ai dévoré en moins de deux jours. Un régal ! Un régal esthétique d'abord, parce que Célestin Monga écrit très bien.


Mais le plus grand plaisir pour moi a été de revisiter l'histoire récente de mon pays, le Cameroun, et surtout de lire le témoignage d'un acteur majeur de tout le mouvement démocratique et populaire du début des années 1990. Les Africains francophones ont un défaut : ils ne témoignent que rarement, par écrit, sur leur histoire récente ; et rendent possible toutes les impostures. Monga, lui, a écrit, et nous permet de réfléchir sur le passé et d'évaluer le chemin parcouru.
Pour ceux qui ne le connaissent pas, Célestin Monga a marqué l'histoire du Cameroun par sa plume acérée. Jeune banquier plein d'avenir, il se met en danger en commençant à exprimer sa passion pour l'écriture à la fin des années 1980 avec quelques essais - dont le très remarqué Un Bantou à Djibouti - et des publications dans des revues panafricaines. Une passion liée à un malaise diffus face à la situation globale du Cameroun postcolonial. Monga écrit :

"J'étais particulièrement troublé par la conjonction des silences qui pesaient sur le pays. Silence social lié à une sorte de pudeur mal placée : nos sociétés n'aimaient pas trop parler d'elles-mêmes. Silence politique à cause du déficit d'idées nouvelles qui caractérisait le débat public au sein d'une élite obsédée par le pouvoir et la jouissance. Silence académique parce que ceux qui élaboraient les programmes scolaires et universitaires étaient écrasés par de vieux complexes coloniaux. Ces silences conjugués nous empêchaient de voir que nos difficultés économiques et politiques n'étaient que les reflets de miroir d'une crise plus profonde des systèmes sociaux, et donc de chacun d'entre nous. (...)
Autour de moi, les familles étaient souvent déshumanisées par l'intériorisation de la conscience de la misère matérielle, ou hantées jusqu'à l'obsession par le syndrome du dénuement. Fort logiquement, la fin justifiait les moyens. Un comportement récurrent que je considérais comme le symptôme de cette indigence psychologique collective était le traitement réservé aux malades au sein des familles : c'était à peine qu'on leur accordait une quelconque attention. Retranchés derrière le fatalisme qui gouvernait les consciences, on leur rendait rarement des visites à l'hôpital. En revanche, lorsqu'ils décédaient dans un grand déficit d'amour et d'attention, c'était le grand cirque : chacun se déchaînait pour manifester bruyamment sa compassion. On organisait de gigantesques concerts de pleureuses, barrant les rues du quartier et de la ville comme preuve de chagrin. On courait acheter le meilleur costume et le cercueil le plus cher pour l'enterrement. On organisait des funérailles non pas à la noix de kola et au vin de palme mais au vin rouge, au whisky et au champagne. Des millions étaient dépensés auprès des restaurateurs-traiteurs pour des orgies collectives. Certains allaient même s'endetter pour animer le spectacle. Car c'était l'occasion non pas vraiment de célébrer la mémoire des personnes décédées, mais de montrer à tout le village qu'on n'est pas n'importe qui, et qu'"un grand n'est pas un petit". Cette étrange économie de la mort me confirmait bien l'étrangeté de nos priorités. (...)
L'inanité du système éducatif s'énonçait avec d'autant plus d'acuité que la production des idées tardait à se libérer de l'héritage philosophique encombrant de la colonisation et de la lutte contre l'oppression. Rechignant à faire l'inventaire du nationalisme et de ses obsessions idéologiques, beaucoup de chercheurs restaient prisonniers d'une dichotomie stérile : soit ils concentraient leurs efforts à hurler leur dépit superficiel aux anciens colons français notamment, soit ils ambitionnaient simplement de séduire et de mimer l'action de leurs anciens oppresseurs. (...)
Les quelques rares vrais intellectuels qui me semblaient avoir pris la vraie mesure de la situation évoluaient trop souvent en solo. Enfermés dans leurs minuscules tours d'ivoire, communiquant rarement entre eux, ils jouaient chacun sa partition et apparaissaient comme des singletons qu'on écoutait par inadvertance. Repus de leur gloire solitaire et dérisoire, ils se contentaient de pérorer chacun dans son coin, comme des âmes damnés.
Le Cameroun m'apparaissait comme le miroir brisé de mes ambitions naïves, comme le résumé d'une Afrique paralysée par un face-à-face tragique : d'un côté, l'hédonisme et le cynisme de la petite élite ayant réussi à tirer son épingle du jeu ; de l'autre, l'autopessimisme et le nihilisme des personnes pauvres. (...)
Les deux camps étaient cependant d'accord sur quelques urgences : la libération des désirs et la course effrénée aux plaisirs immédiats, à l'enrichissement facile et à la prédation."


9cf752ff8e5a24db8c0a08f859355799.jpg
Si je vous assène une si longue citation, c'est pour vous montrer la profondeur de la réflexion et de la lucidité de Monga face à l'ampleur de la crise que vivent nos postcolonies, qui expliquent aussi les impasses des "alternances sans alternative" dans d'autres pays africains.
Célestin Monga arrive sur le devant de la scène presque malgré lui. En décembre 1990, sur un coup de tête, il écrit un papier d'humeur qui sera diffusé dans l'hebdomadaire privé "Le Messager" sous le titre "Lettre ouverte à Paul Biya." Le papier déplaît. Monga est arrêté. Un vaste mouvement de solidarité de la société civile se mobilise pour lui, pour réclamer sa libération et le soutenir lors d'un procès historique, qui a marqué ma génération. Face à la pression et après quelques mois de prison, Monga est condamné à six mois de prison et à un demi-million de FCFA d'amende. A sa sortie de prison, Monga découvre le vertige de la célébrité. Il le décrit avec beaucoup d'humour. Mais il est très vite congédié de la banque pour laquelle il travaille. N'ayant plus de ressources au pays, il accepte la proposition de l'ambassadrice des Etats-Unis dans son pays, Frances Cook, qui lui permet d'intégrer un programme d'études et de recherche à Harvard.
Pourquoi Monga va-t-il aux Etats-Unis, plutôt qu'en France ?

"Si je devais me faire tuer en exil, cela ne se passerait pas en France. Je n'irais quand même pas me livrer pieds et mains liés aux nostalgiques de la coloniale. Je n'aurais alors tiré aucune leçon des erreurs de jugement de Mehdi Ben Barka et de Félix Moumié. Si je devais me faire "suicider" par le pouvoir d'Etat, cela se passerait en un lieu où il y aurait au moins un semblant d'indignation. Paris et la France ne furent donc pas parmi mes destinations possibles. Ma mémoire était exagérément lucide."


Dans son livre, Monga évoque une diaspora peu impliquée au pays et "les transes du nombrilisme". Il fait également le bilan de la "défaite" du mouvement démocratique des années 90, au Cameroun et dans d'autres pays africains. La première explication qu'il trouve est "le mépris souverain de l'Occident à l'égard des transformations sociales en Afrique". Un mépris dont une des illustrations est l'engouement des intellectuels français pour Lech Walesa en Pologne et leur désintérêt suspicieux pour un opposant comme Laurent Gbagbo en Côte d'Ivoire. Mais l'attitude de l'intelligentsia occidentale n'explique pas tout.

"Malgré l'instauration d'un multipartisme administratif, le discours public est demeuré unidimensionnel : les acteurs politiques de tous les bords partageaient le même imaginaire. Incapables de susciter des idées nouvelles, les opposants ont rejoint les gouvernements qu'ils dénonçaient avec fureur ou se sont noyés dans l'aigreur. Ils ont bâti des partis politiques centralisés et rigides qui ne se différencient des anciens partis uniques ni par le degré d'exigence éthique, ni par le mode de fonctionnement, ni même par la puissance idéologique. Cette similitude avec l'ordre ancien a suscité le sentiment que le multipartisme africain n'est en fin de compte qu'un système de multiples partis uniques."


L'heure est donc, plus que jamais, à "l'urgence de la pensée", selon l'expression du professeur camerounais Maurice Kamto. L'heure est à la création patiente de "majorité d'idées". Comment le faire ? Monga y répond en s'impliquant dans le projet d'une université communautaire privée, l'Université des Montagnes, à Bangangté, dans l'ouest du Cameroun.

Le principal regret que j'ai eu en lisant ce livre qui a coûté plus de 10 000 FCFA est que de nombreux Camerounais et Africains n'auront pas les moyens de le lire. L'éditer (aussi) localement aurait divisé son prix par trois et lui aurait donné une chance de pénétrer profondément son marché naturel.

Cela dit, j'invite tous ceux qui en ont les moyens à acheter, à lire et à faire lire "Un Bantou à Washington". C'est un livre essentiel pour la réflexion sur l'Afrique contemporaine et ses défis. Aucun compte-rendu de lecture ne pourrait remplacer le livre lui-même.

Commentaires

Salut Théo,

Je retiens ceci:
Le principal regret que j'ai eu en lisant ce livre qui a coûté plus de 10 000 FCFA est que de nombreux Camerounais et Africains n'auront pas les moyens de le lire. L'éditer (aussi) localement aurait divisé son prix par trois et lui aurait donné une chance de pénétrer profondément son marché naturel.
et je pense que c'est un vrai problème auquel on doit s'attaquer dès maintenant.


En effet, quel intérêt de coucher de belles idées dans un livre inaccessible à 95% des principaux concernés (surtout qu'on le sait avant même d'initier la publication du livre)?
Je pense définitivement que la publication traditionnelle n'est pas un moyen de diffuser la pensée en Afrique.

J'entends sa critique des intellectuels qui soit concentraient leurs efforts à hurler leur dépit superficiel aux anciens colons français notamment, soit ambitionnaient simplement de séduire et de mimer l'action de leurs anciens oppresseurs. (...)
Les quelques rares vrais intellectuels qui me semblaient avoir pris la vraie mesure de la situation évoluaient trop souvent en solo.

Alors, dit-il dans son livre dans quelle catégorie il se situe lui-même?

Écrit par : Nino | 17/02/2008

Celestin Mouanga, l'homme fait beaucoup parler de lui en ce moment et en bien.
L'Afrique ne manque pas de talents et de cerveaux. Dommage que les élites noirs, à cause de quelques dysfonctionnements de nos sociétés d'origine, soit obligé de briller en occident.

D.

Écrit par : Destinée | 17/02/2008

A Nino... Durant la crise ivoirienne, bcp d'ouvrages ont été édités localement. Prix moyen : 3000 FCFA, c'est-à-dire un numéro double de Jeune Afrique. A ce prix là, les étudiants peuvent acheter un livre, les petits fonctionnaires aussi - en se serrant la ceinture.
Il faut aussi valoriser le e-book, peut-être. Mais Internet n'est pas très démocratique.
Je suis prêt à aider Monga et quiconque d'autre à faire un livre à 3000 F vendable au Cameroun. Si un de ses amis passe par ici...

Écrit par : Théo | 17/02/2008

Salut,

"...à lire et à faire lire...". Théo, tu serais prêt à me le faire lire? Question sans inconnue!

Écrit par : Lévy | 18/02/2008

Lévy, toi-même tu sais...

Écrit par : Théo | 18/02/2008

"Ils aiment trop cadeau, ivoirien aime trop cadeau!!!"
Lévy, fais l'effort de t'acheter l'ouvrage en question! Pardon, faut acheter un jour!

Écrit par : Esther G | 18/02/2008

Ah oui, théo cette quête de sens nous manque et je te fais suivre ma petite note de lecture publiée sur notre site...

http://www.aeud.fr/Un-Bantou-a-washington.html

Écrit par : romuald MOMEYA | 18/02/2008

Les commentaires sont fermés.