topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

15/02/2008

Sarkozy, la mémoire et la repentance

abac76ae5fc17a78206e675b43a0ba24.jpg
Lors de la campagne électorale qui l'a conduit à l'Elysée, Nicolas Sarkozy est souvent apparu comme un adversaire du "mémorialisme" et de la repentance, qui avait conduit Chirac à demander pardon, au nom du peuple français, pour les rafles de Juifs pendant la Deuxième Guerre mondiale. Le jour de sa victoire, il a dit ceci :

"Je vais remettre à l'honneur la nation et l'identité nationale, je vais rendre aux Français la fierté de la France, je vais en finir avec la repentance qui est une forme de haine de soi et la concurrence des mémoires qui nourrit la haine des autres."


C'est le même Nicolas Sarkozy qui, aujourd'hui, demande que chaque enfant de CM2 prenne en charge la mémoire d'un enfant français victime de la Shoah. Un zèle mémoriel qui a fait bondir Simone Veil, rescapée de la Shoah.

"C’est inimaginable, insoutenable, dramatique et, surtout, injuste. On ne peut pas infliger cela à des petits de 10 ans! On ne peut pas demander à un enfant de s’identifier à un enfant mort. Cette mémoire est beaucoup trop lourde à porter. Nous mêmes, anciens déportés, avons eu beaucoup de difficultés, après la guerre, à parler de ce que nous avions vécu, même avec nos proches. Et, aujourd’hui encore, nous essayons d’épargner nos enfants et nos petits-enfants. Par ailleurs, beaucoup d’enseignants parlent -très bien- de ces sujets à l’école."


L'initiative de Sarkozy relève-t-elle, oui ou non, de la repentance ? Si ce n'est pas le cas, elle relève du pathos le plus morbide. Elle ne peut être que repentance, car ces enfants français ont été livrés à la mort par des Français, encouragés par le gouvernement de Vichy, qui était dirigé par des Français. Sarkozy est donc adepte de la repentance, contrairement à ce que l'on pourrait penser. La repentance le dérange quand elle concerne des "peuplades" naturellement inférieures, anciennement colonisées et qu'il est toujours question de dominer, de manière plus ou moins esthétique.

En tout cas, Nicolas Sarkozy, par ses choix, alimente la "concurrence des mémoires".

22:50 Publié dans Vite dit ! | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

Théo
je pense-et crois ne pas me tromper- que cette plateforme est un espace destiné aux débats africains. Je persiste à croire que si de part notre aliénation, seul les débats concernant en partie ou en totalité la France nous importe, nous devons résister à cette tentation pour notre bien.
La crise ivoirienne a permis de démontrer que nous autre africains francophones pouvons- en certaines circonstances nous affranchir et vaincre la France.
Que sont devenus les théories visant à discréditer le patriotisme ivoirien? Plus personne ne prend au sérieux Jean- Pierre Dozon , Dominique de Villepin , Jacques Chirac depuis leur prétendue dénonciation de l'ethno-fascisme qui aurait existé en CI. Le quotidien français LIbération modère à outrance son forum pour ne pas voir son "spécialiste" Thomas Hofnung ridiculisé. Vous même avez participé à discréditer pour une bonne part la hierarchie du quotidien Le Monde de l'époque et en particulier Stephen Smith. La tribune de Jean-François Bayart à propos du Tchad parue dans le Monde du 13 février 2008 n'aurait pas été publiée si le précédent ivoirien n'avait pas permis de se rendre compte que la liberté n'était pas toujours du coté que l'on crois.
Revenons donc au débat ivoiro-africain
Cordialement

Écrit par : Félix | 16/02/2008

Note intéressante! Nicolas vit vraisemblablement des heures difficiles dans ces appartements de l'Élysée, avec une opinion publique qui a perdu l'enthousiasme des élections.
Alors Nicolas s'essaie une fois de plus à son jeu préférer: émouvoir. Se dérober de manière assez pitoyable en proposant des actions qui comme tu dis si bien Théo alimentent une concurrence des mémoires- si tant est il que nous puissions parler de mémoire pour les écoliers de 10 ans. Après l'appel à la "vigilance Républicaine" lancé par Royal, Bayrou, De Villepin, et la forte critique portée par une femme qui pèse lourd dans le coeur des français (Simone Veil), je me demande quelle sera la nouvelle trouvaille de M. Sarkozy.
Une fuite en avant ?

Pour ce qui est de recentrer les débats sur l'afrique et la Côte d'Ivoire, je suis de l'avis que nous devons faire preuve de citoyenneté planétaire. Observons donc le Monde entier et excitons les débats qui méritent d'avoir lieu. Evidemment notre passé nous lie inéluctablement à la France et donc à M. Sarkozy aujourd'hui. Enfin, parler uniquement de soi n'attire personne. Traiter exclusivement les thématiques ivoiro ivoirienne est je pense une façon de s'isoler. Or je pense que le but est de diffuser des idées et de stimuler les consciences.

Écrit par : Poukoi | 16/02/2008

Pour répondre à pourkoi je veux bien faire un citoyen du monde mais à la condition que cela soit le cas pour le reste de l'humanité.La Cote d'ivoire les français s'en foute.La preuve en novembre 2004 dans l'indifference totale(exception faite de Delugio) l'armée française à tiré à l'arme de guerre sur des manifestants civils en Cote d'ivoire faisant de nombreux morts. Pas de pétitions , la Fédération Internationale des Droits de l'Homme (FIDH), Reporters Sans Frontières aux abonnés absents. Des journalistes de la presse bien pensante de gauche( libé, le monde ,la croix..) embarqués dans les véhicules de Licorne n'ont vu que des français quittant la CI. Plus de trois ans après pour décrire les évènements de novembre de 2004 l'AFP, LIbé, RFI ne parle que du bombardement du camp français de Bouaké, la mort de 9 soldats français et le départ pour la FRance de 8000 ressortissants de ce pays. C'est donc dire que les ivoiriens comptent pour peanuts.

Mon problème est que l'on consacre notre énergie et notre talent à débattre de nos problèmes. Les problèmes des autres on pourrait en débattre lorsque l'enjeu en vaut la chandelle.
Je ne veux pas dire que la mémoire de la shoah n'est pas un sujet important . Mais il faut savoir que ce qui est en jeu dans la polémique actuelle est la responsabilité que l'on peut confier aux enfants français.
Cela n'est pas notre palabre

Écrit par : Félix | 16/02/2008

D'une certaine façon je te comprends Félix. Je veux juste dire que nous ne pouvons pas seulement se borner à ça. Comme tu le dis peu de gens s'intéressent à la Côte d'Ivoire. Ne leur rendons pas la pareille, justement pour éveiller leur curiosité et peut-être attirer leurs regards.

Écrit par : Poukoi | 16/02/2008

Felix dit:"je pense-et crois ne pas me tromper- que cette plateforme est un espace destiné aux débats africains. Je persiste à croire que si de part notre aliénation, seul les débats concernant en partie ou en totalité la France nous importe, nous devons résister à cette tentation pour notre bien."

Je pense que les africains que nous sommes auraient tort de ne pas prendre en compte les mutations qui s'opèrent en France. N'oublions pas que la politique du continent noir dépend en partie de ce qui se passe en hexagone.

Du reste, Théo je découvre votre blog en passant par euh (je ne sais plus.. lol). Très interessant.

Pour revenir à la mémoire shoah! Sarko est un malade mental que la france devrait songer à faire interner.

Le paradoxe que tu soulignes avec ses propos sur la répentance et ses dernières délcarations sur une supposée mémoire pour les disparus relève en effet de la Démence.

Si il veut honorer la mémoire des victimes de la shoah, qu'il honore également celles des esclaves noirs asservis par la France, celle de nos aïeux colonisés et brimés.

On ne peut pas cracher sur la tragédie d'un peuple et acclamer celle d'un autre peuple.

Cela prouve à quel point ce nabot est raciste, mais aussi pro américain (puisqu'en honorant les sionistes, il bénit Israel et qui dit Israel dit Georges Bush) c'est du business tout ça, de la diversion. mais le peuple n'est pas dupe.


D.

Écrit par : Destinée | 17/02/2008

J'aurais des choses à répondre à Félix, mais n'ayant pas de blog sur Ivoire-Blog, je ne suis peut-être pas bien placé pour parler. Alors je me tais.
En ce qui concerne le post, je trouve que pour quelqu'un qui dit lutter contre le communautarisme, il va droit à l'opposé de la direction qu'il devrait prendre. De plus il n'y a encore une fois eu aucune concertation avant l'annonce de cette mesure et je tremble de plus en plus parce que plus ça va, plus je me dis que nous sommes (en France) gouvernés "au feeling" et c'est vraiment inquiétant.

Écrit par : Kwaame | 19/02/2008

Merci Théophile pour ta petite analyse des propos du Président Nicolas sarkozy. Je pensais d'ailleurs publier un article sur mon blog à ce sujet. Tu l'as fait et je m'abstiens à faire un doublon. Je réagis donc ici. Je crois sincèrement que sur la position de Ncolas Sarkozy lors des élections présidentielles, il faut convenir que ce que tu en dis à la fin de ton message est ce qu'il faut retenir. Oui, dans l'esprit de cet homme, la mémoire à laquelle il ne faut absolument pas faire de la place dans l'histoire de la France, c'est celle qui est attachée à des faits qui n'honorent pas la France : l'esclavage et la colonisation. Tout ce qui renvoie au Nazisme semble plutôt accuser l'Allemagne et grandir la France aux yeux des juifs. En clair, cet homme allume le feu de la guerre des mémoires contre laquelle il s'élevait avant son élection pour avoir les voix de l'extrême droite francaise.

Écrit par : St-Ralph | 19/02/2008

Les commentaires sont fermés.