topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

13/02/2008

Discours de Dakar : l'Afrique répond à Sarkozy

Ce livre, qui vient de sortir, va sans doute alimenter nos débats. C'est une bonne chose que des intellectuels africains se mettent ensemble pour dire la parole du continent après le fameux discours de Nicolas Sarkozy au sujet de "l'homme africain". Plus bas, la couverture du livre et le texte de présentation de l'éditeur.

3bf0c78886356e0dc77ebf6f53922b05.jpg


Le 26 juillet 2007 à Dakar, lors de sa première visite en Afrique subsaharienne, Nicolas Sarkozy a prononcé son discours fondateur de la nouvelle politique africaine de la France. Le ton se voulait amical, un salut fraternel adressé aux jeunes d’Afrique. Mais derrière les paroles lénifiantes sur « l’âme de l’Afrique » ou la « Renaissance africaine » qu’il appelait de ses vœux, le président français a tenu des propos qui ont profondément blessé les Africains. Il y a eu, bien sûr, le désormais légendaire « paysan africain », selon Sarkozy, qui « ne connaît que l’éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles »… Mais aussi, comme certains l’ont noté, dans le ton parfois conciliant du discours, une manière sournoise de réévaluer l’œuvre de la colonisation : « [Le colonisateur] a pris, mais je veux dire avec respect qu’il a aussi donné. Il a construit des ponts, des routes, des hôpitaux, des dispensaires, des écoles. » Aucun signe de repentance qui aurait libéré le dialogue… Par contre le ton, à la fois paternaliste et arrogant, avait surpris et irrité...

Passé ce moment d’exaspération, un groupe d’intellectuels africains ont décidé de donner la réplique en attirant l’attention sur les vrais enjeux, sur les questions essentielles qui interpellent le vieux continent... Quelle est la responsabilité réelle des Africains dans les souffrances intolérables qu’endurent les populations (violences génocidaires, guerres fratricides, dictatures, gaspillage et pillages des ressources, persistance du pacte colonial, etc.) ? Quelle place pour l’Afrique dans la mondialisation ? Comment lutter contre la collusion de l’État français avec les dictateurs du continent ? Comment mettre un terme aux affreuses manipulations des Indépendances par la classe politique française? Comment combattre le révisionnisme sournois qui réécrit l’histoire de la Traite négrière et de la colonisation ? Pourquoi des arguments racistes peuvent-ils être développés en terre africaine par le chef d’État d’une puissance moderne, d’un pays colonisateur de surcroît ? Quels effets de tels propos peuvent-ils avoir sur la jeunesse africaine en risquant de l’enfermer dans des clichés éculés ?

Ces vingt penseurs et artistes ont décidé de combattre avec vigueur (et rigueur !) les arguments de Nicolas Sarkozy et, surtout, d’élargir le débat aux véritables défis pour l’Afrique d’aujourd’hui et de demain.

Liste provisioire des auteurs

• Zohra Bouchentouf-Siagh : professeur de linguistique et de littérature française et francophone (Alger, Vienne)
• Demba Moussa Dembélé : économiste (Dakar)
• Mamoussé Diagne : essayiste, professeur (Université Ch. Anta Diop, Dakar)
• Souleymane Bachir Diagne : essayiste, professeur (Dakar, Chicago)
• Boubacar Boris Diop : écrivain (Dakar)
• Babacar Diop Buuba : professeur (Université Ch. Anta Diop, Dakar)
• Dialo Diop : médecin biologiste (Dakar)
• Makhily Gassama : essayiste (Dakar)
• Koulsy Lamko : écrivain, professeur (N’Djaména)
• Gourmo Abdoul Lô : avocat, professeur (Nouakchott, Le Havre)
• Louise-Marie Maes Diop : géographe (Dakar)
• Kettly Mars : romancière (Haïti)
• Mwatha Musanji Ngalasso : essayiste, professeur (Université Montaigne, Bordeaux)
• Patrice Nganang : écrivain, essayiste, professeur (Cameroun, USA)
• Djibril Tamsir Niane : écrivain, historien (Conakry)
• Théophile Obenga : égyptologue, linguiste, historien, professeur (France, Université d’État de San Francisco USA)
• Raharimanana : écrivain (Madagascar)
• Bamba Sakho : docteur en sciences, chercheur (France)
• E. H. Ibrahima Sall : économiste
• Mahamadou Siribié : doctorant en Science politique (Nice, France)
• Adama Sow Diéye : professeur (Université Ch. Anta Diop, Dakar)
• Odile Tobner : professeur (Cameroun, France)
• Lye M. Yoka : professeur (Kinshasa)

Commentaires

Domage que je ne pourrai guere me le procurer avant longtemps !

Écrit par : ismosanga | 14/02/2008

Où sont passés les penseurs et autres intello ivoiriens?

Écrit par : Djè Bi Mahan Frédéric | 14/02/2008

Les penseurs ivoiriens ont pensé qu'on n'avait pas à "lyncher" ce type. Le jour où un des intello ivoirien estimera qu'il faut répondre au petit Nicolas, il le fera, dans un combat singulier, sans mercenaire, sans fantassin. Regarde comment Gbagbo a géré Chirac, sans coalition ni consortium. Seul il a "têguê" le gahou. Donc sois serein, y a rien.

Écrit par : Edgar | 14/02/2008

Salut,

"Le tigre ne chante pas sa tigritude". Tant que nous ne serons pas citoyens de pays développés, nous ne pourrons qu'essuyer des discours arrogants de ce type. ce n'est pas en situant les responsabilités des uns et des autres que la famine cessera, que le système éducatif retrouvera une certaine vivacité...

Qu'avons-nous eu, en termes de considération, depuis que nous dénonçons les pratiques malsaines de la colonisation? Je prendrai bien le soin de lire cet ouvrage pour savoir s'il n'est pas l'oeuvre de quelques ainés pleurnichards (en quête de publicité)!

De vous à moi, Sarkozy peut-il tenir ce discours en Chine? Plus près de nous, en Afrique du Sud? En Tunisie? Le terrain sénégalais coacher par "le-vieux-mendiant-expert-en-démocratie" (quand il s'agit de s'attaquer à la CI) lui était sérieusement favorable.

Cherchons à développer notre Continent, c'est la meilleure reponse au petit arrogant!

Écrit par : Lévy | 14/02/2008

Bon l'initiative est intéressante. Attendons d'en parcourir le contenu avant de nous prononcer fermement. Je salue l'initiative, parce que les choses ne doivent pas rester sans réponse et les frustrations se doivent d'être exprimées.

Écrit par : Kwaame | 14/02/2008

SARKOZY A RAISON...
Je surprendrai tout le monde, en disant que Sarkozy a raison de nous traiter de la sorte. Que faisons-nous pour nous émanciper de l'ex-puissance coloniale? Pas plus tard que cette semaine, quand le professeur d'économie, Mamadou Koulibaly a dénoncé la dépendance des pays francophones à travers le franc cfa, il s'est trouvé des gens pour le désavouer.
Que faisons-nous pour échapper aux griffes de la France? N'est-ce pas nous,qui pour l'exercice du pouvoir, sommes prêts à susciter et à soutenir des rébellions pour massacrer nos compatriotes?
Tout évolue positivement autour de nous sauf en Afrique parce que nous ne cherchons pas à nous remettre en cause.
Que faisons-nous pour échapper aux éléments naturels?
Il est facile d'écrire mille livres pour contredire le président français même si de façon concomittante des chaînes de télévision étrangères montrent des images de jeunes africains désespérés entrain de se noyer par dizaine, en mer, parce que cherchant à atteindre l'Europe sur des embarcations de fortune ou celles non moins humiliantes de squelettiques africains de la Somalie, du Darfour, de la RDC...mourant de faim ou tendant la gamelle pour recevoir les aliments transgéniques venus d'ailleurs.
Qu'on le veuille ou non, nos relations avec les ex_puissances coloniales resteront pour longtemps encore celles de l'esclave et du maître tant que nous ne ferons pas un diagnostic sans complaisance de nos actions.

Écrit par : oscar | 14/02/2008

Je serai ravi s'ils ( les penseurs) pourrais secouer ces " chefs d'estats qui envoie tout l'argent des africains francophones en france par le CFA à ouvrir les et à sortir leurs peuples de la chaine neo colonialisme permanante... mais c'est eux que Sarkozy insulte et non l'Africain moyen qui subi l'ignorance de ces dits chefs

Écrit par : mlan.fr | 15/02/2008

Il faut répondre à Sarkonul par des actes et non des discours creux. Si les hommes étaient des molécules et les pays des éprouvettes, j'aurais fait l'expérience suivante: Envoyer tous les Africains au Japon et tous les Japonnais en Afrique pour une période de 100 ans. Je suis sûr que la pauvreté et la misère changeront de continent en même temps que nous.
la pauvreté de l'Afrique est d'abord mentale, car la richesse du sous-sol n'à jamais engendrée le developpement.

Écrit par : xada | 16/02/2008

Un Africain demolit le discours raciste de SARKOZY via "L'Appel de Londres: Ma Reponse a Sarkozy" Voici un excellent et epoustoufflant article que tous les Africains devraient ...

Voici un excellent et epoustoufflant article que tous les Africains devraient lire. L'intelligentsia Africaine se reveille enfin pour apporter la replique a l'arrogance et a la condescendance du President Francais a l'egard du continent Africain. Nous sommes tous fier de cet ivoirien, si different, si original et si savant. Merci Monsieur-La-Science! Dieu te benisse! L'Afrique reconnaissante.

Cliquer sur le lien ci-dessous pour deguster!!!


http://www.afriquechos.ch/spip.php?article3074

Écrit par : Mor Talla | 10/03/2008

Les commentaires sont fermés.