topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

31/01/2008

A propos du moteur de l'Histoire

277e21bf2d409b2d5aae1232f3d2e51e.jpg
"Le moteur de l'Histoire n'est plus l'argent ni l'exploitation par l'argent, c'est l'humiliation. Il nous amène à considérer que notre monde, celui de Ben Laden et de bien d'autres, est l'héritier de millénaires d'humiliations, dont trois siècles par la faute de l'Occident."

Jacques Attali, Gândhî ou l'éveil des humiliés.

Commentaires

Salut,

Attali, adoptant une posotion de sociologue et donc privilégiant l'approche descriptive, peut considérer l'humiliation comme le moteur de l'histoire.

Je pense que l'on a beau évoquer la thèse de la mondialisation et/ou du village planétaire, les donnes varient d'une contrée à une autre. C'est vrai, l'on dira que les "micro-pas" que nous posons ça et là n'ont pas de grande incidence sur l'évolution de l'histoire du monde.

Toutefois, je pense que nous avons besoin de véhiculer un "autre moteur" à la jeunesse africaine en vue de modeler nos conditions de vie et de travail. Si les Palestiniens, les Irakiens, les Iraniens,...sont essentiellement mus par "l'humiliation" dans leur rapport au monde, les Corééens, les Japonais, les Chinois se sont trouvés d'autres sources de motivation.

Les résultats sont là. Que choisir?

Écrit par : Lévy | 04/02/2008

Les Japonais, les Coréens et les Chinois sont mus par l'humiliation. Mais ils n'ont pas les mêmes référents. Les uns se satisfont de l'esthétisme du suicide, tandis que les autres veulent montrer, par leur travail, à ceux qui les humiliaient qu'ils avaient tort de les humilier et qu'ils pouvaient être des maîtres féconds de leur destin. L'humiliation - ou l'humilité - précède la gloire. C'est une loi spirituelle, tu es bien placé pour voir de quoi je parle.

Écrit par : Théo | 04/02/2008

Salut,

A lire ton commentaire, "l'humiliation" serait le mobile ESSENTIEL de l'agir humain. L'on l'a reproché à Freud son "pan-sexualisme"; l'on pourrait également te reprocher ton "pan-humilialisme"! Passons outre.

Si tout le monde est mu par l'humiliation-humilité, tu fais savoir que cette base à elle seule ne justifie pas notre réagir. Ce qui compte, c'est plutôt le REFERENT. Tant mieux. Tentons donc de toute notre force d'inculquer ce référent à la jeunesse afin que nous devenions maître de notre Destin.

Cela me rappelle la donne psychologique de la grèce antique véhiculée, entre autres, par Platon/Socrate, Homère, Aristote. En l'homme, il y aurait le logos, la doxa mais aussi et surtout le Thymos qui, traduit en français, pourrait signifier le désir d'être reconnu! Tu te rappelles que cet élément sera saisi par Maslow dans ses fameux éléments de motivation ou alors la théorie de la pyramide des besoins par les managers contemporains.

Bref, ce qui distinguerait l'évolution d'un peuple par rapport à un autre serait sa capacité à se faire reconnaitre et donc son "Référent"- Et non pas sa simple dose d'humiliation-humilité.

Je pense qu'à partir de ce niveau d'analyse, ton article gagnerait à mettre l'accent sur la culture du Travail comme REFERENT des différents peuples qui ont arrêté de pleurnicher pour devenir Acteurs de leur Histoire!

Écrit par : Lévy | 05/02/2008

Les commentaires sont fermés.