topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

21/01/2008

Salomon Kalou : le but qui vaut absolution ?

7f6b062eac13b0d40fef15767fb8c918.jpg
Je ne suis pas un passionné du ballon rond. Mais comme tout Africain, je suis accro à la CAN. Comment ne pas l'être ? Le catalogue de mes souvenirs d'enfance est plein d'images des différentes Coupes d'Afrique des nations, depuis au moins 1984 (il n'y avait pas encore de télévision nationale au Cameroun, et mon frère et moi avions les oreilles vissées au transistor paternel, et le coeur accroché aux lèvres d'Abel Mbengue et de Zacharie Nkwo, qui pouvaient se permettre des récits enjolivés - personne d'autre qu'eux ne voyait les matchs en direct).
Je chroniquerai donc cette CAN, mais à la marge de la technique footballistique et du sport en lui-même. Je parle de la "geste sportive", comme d'une sorte de "commedia dell'arte" qui met en branle émotions et postures caricaturales mais révélatrices des vécus, des imaginaires et des aspirations de nos peuples.
Le premier post de la rubrique que j'ai appelée "CAN à sucre !" sera consacré à Salomon Kalou. Ces dernières années, il a été l'ennemi public numéro un des supporters des Eléphants de Côte d'Ivoire. Salomon Kalou était l'homme qu'il fallait détester. Les maquis s'échauffaient, les salles de rédaction s'indignaient lorsqu'un "courageux" osait trouver des circonstances atténuantes au rénégat qui osait quémander la nationalité néerlandaise alors que son pauvre pays en guerre, humilié, déprimé, l'appelait à la rescousse. Des chroniqueurs venimeux disaient pis que pendre de Jacques Anouma, président de la Fédération ivoirienne de football, qui continuait à courtiser l'impudent alors que la Nation outragée le vomissait.
Salomon Kalou : un désamour qui englobait son frère Bonaventure, accusé de ne pas se donner assez pour son pays, alors qu'il mouillait le maillot pour le PSG. Les frères Kalou symbolisaient le manque de patriotisme. Dans des discussions enfiévrées, après quelques litres de... "Drogba", les rumeurs les plus folles bruissaient sur leur mère, coupables de leur inculquer la haine de leur pays.
Et voilà que Salomon Kalou, capable du meilleur comme du pire à l'image du roi Salomon de la Bible, a fait trembler la terre ivoirienne. Un but magistral, un "one-man-show", une action individuelle, un exploit. "Est-ce bien lui, mon fils, mais l'enfant a changé, on l'a trop critiqué, les gens sont mauvais", ont répété les mamans abidjanaises, promptes à pardonner aux héros leur inconduite passée.
Kalou, le rachat ! Le retour prodigieux du fils prodigue ! Qui osera encore l'insulter ? N'est-il pas déjà pardonné ? Sa mère n'est-elle pas bénie d'avoir donné naissance à un tel fournisseur de bonheur brut ?
Brasseur de passion, le foot n'aime pas la mesure. Je propose aux "anti-Kalou" qui ne veulent pas ravaler leur langue un argumentaire. Dieu parle à Kalou pour lui montrer l'énormité de la bêtise qu'il aurait fait en reniant la terre de ses pères. Il lui montre l'étendue de la gloire qu'il peut avoir aux côtés des siens. Les aventures humaines enrichissantes ne sont pas seulement occidentales. C'est bien grâce et avec les siens que Kalou fait aujourd'hui les titres du JT de TF1, et fait la "Une" de la presse mondiale.

Voici, oh! qu'il est agréable, qu'il est doux Pour des frères de demeurer ensemble!
C'est comme l'huile précieuse qui, répandue sur la tête, Descend sur la barbe, sur la barbe d'Aaron, Qui descend sur le bord de ses vêtements.
C'est comme la rosée de l'Hermon, Qui descend sur les montagnes de Sion; Car c'est là que l'Éternel envoie la bénédiction, La vie, pour l'éternité. (Psaumes 133)

Commentaires

je le découvre dans cette CAN et je succombe

Écrit par : cartunelo | 21/01/2008

super.
passionnant.

Écrit par : Jerome | 22/01/2008

La désaffection momentanée des populations ivoiriennes pour le plus jeune des frères Kalou se comprend comme vous l'expliquez vous-même, pourquoi voulait-il, à ce point, la nationalité néerlandaise? Maintenant,il nous a fait oublier cette honteuse parenthèse et c'est tant mieux!....

Écrit par : oscar | 22/01/2008

Bon article et qui résume bien la mentalité ivoirienne :

1) l'intérêt personnel prime sur la loyauté à la nation, et ce jusqu'au sommet de l'état.

2) le pardon est bien vite accordé au péager qui se répand. Merci kalounho. Soro , ib et consort, merci d'en faire autant.

Vive la can

Écrit par : Eppix | 22/01/2008

Théophile, c'est toujours un plaisir de te lire et je me suis encore une fois délecté de ces lignes sur ce blog (que je m'empresse d'ailleurs d'incrire dans mes favoris!).
Je suis franchement bien content pour Kalou et pour la CIV que nous aimons tant. Je dois dire que je ne comprenais pas comme beaucoup en Côte d'Ivoire pourquoi J. ANOUMA s'acharnait tant à vouloir absolument faire porter le maillot national à quelqu'un qui le refusait quand beaucoup d'autres auraient tout donner pour ne serait-ce que le porter une seule fois!? Mais je dois dire au vu de ses prestations que je me suis vite ravisé et ai compris l'entêtement du Président de la FIF (Fédération Ivoirienne de Football).
Comment ne pas pardonner à un tel joueur. Et il est tellement charmant quand il s'adresse à la presse. Je me suis finalement dit que c'est son manque de maturité qui l'a certainement poussé à vouloir faire ce choix. Comme tu l'as dit: "l'enfant prodige est de retour." Donnons-lui à boire (suite tirée d'un morceau "Prodigal Son" du Groupe reggae Steel Pulse)
Peace.
RT

Écrit par : Risinlion | 22/01/2008

Merci RT de m'inscrire dans tes favoris. A plus.

Écrit par : Théo | 22/01/2008

C'est toujours pour moi un plaisir de courrir sur ton blog dès que possible et pas besoin de dire que ton mode de rendre la notice est assez sympa et frise avec l'ironie dans certains cas.J'ai particulièrement aimé ces quelques lignes sur le petit kalou, auquel je tire le chapeau en passant.
Théo, continu de nous battre de ce tam-tam .Merci.

Écrit par : S. Bah-monké | 22/01/2008

Je découvre ce blog par hasard, et cet article... très bien écrit. Bravo, et que ce fut agréable de te lire Théo.

Écrit par : N'zi | 23/01/2008

c'est un joueur de qualité, c'est vrai, mais soyons honnete. La SEULE ET UNIQUE raison pour laquelle il a revêti le maillot orange des Elephant est parce qu'il n'a pas pu revêtir celui de la Squad batave du Netherland. Point..
Malgré les belles paroles agrémentées de faute d'ortographe, ce beau texte n'effacera pas le fait que la "Séléphantõ" n'est pour Salomon "Van Persie" Kalou qu'une roue de secours pr un joueur soif de gloire mais avide de bon sens qui a fini par regarder la coupe du monde devant sa télévision. Erreur à mettre sur le compte de sa jeunesse ou du mauvais example de son frère? n'eût été le refus du ministre de l'imigration hollandais, S. Kalou n'aurait surement pas hésité à coller un but au fond des cages de JJ Tizié au mondial 2006. Ne l'oublions pas.
Je salue le joueur, mais pas la personnalité.

Écrit par : W. Essoh | 03/02/2008

Les commentaires sont fermés.