topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

10/01/2008

Côte d'Ivoire : au sujet de l'affaire Assalé Tiémoko

Antoine Assalé Tiémoko est un jeune polémiste ivoirien rédigeant régulièrement ses pamphlets dans Le Nouveau Réveil, proche du PDCI. Il a été condamné à douze mois de prison ferme pour "outrage à magistrat". Le papier incriminé est intitulé "La justice, les criminels et la corruption". Il accuse, sous des pseudos transparents, de nombreux dignitaires du Temple de Thémis de pratiques mafieuses.
Assalé Tiémoko n'est pas journaliste, ce qui explique le peu de mobilisation autour de lui. Que penser de cette affaire ?
- J'admets sans peine que le délit de diffamation est constitué, si aucune preuve n'étaye les dires du polémiste. Accuser des personnes bien connues derrière une très légère couverture "fictionnelle" est certes une méthode répandue, utilisée par des auteurs comme Venance Konan ("Robert et les Catapila") et André Silver Konan ("L'opposant historique"). Mais il n'empêche que, dès lors que tout le monde reconnaît un acteur politique derrière un "roman à clés", la diffamation peut être facilement plaidée.
- Je pense qu'une peine privative de liberté et l'empressement de la justice à "coffrer" Assalé Tiémoko est un très mauvais signal. La justice ivoirienne n'est pas Blanche-Neige. Ses moeurs ont été dénoncées, ces derniers mois, par des avocats et des magistrats. L'incarcération d'Assalé Tiémoko n'est-elle pas une intimidation destinée à tous ceux qui ont des comptes à régler avec l'institution judiciaire ?

20:10 Publié dans Vite dit ! | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

J'ai lu beaucoup d'articles sur ce quidam qui a publié un pamphlet sur la justice ivoirienne avec dans son viseur le procureur de la république et sa secrétaire. Nous devons savoir que c'est monsieur le président de la république qui a dit qu'il ne mettrait aucun journaliste en prison pour ses opinions. Il n'y a pas une loi qui étend cela au citoyen lambda. Donc pour moi, des gens de cet acabit qui se croient tout permis doivent payer, à raison, pour leur outrecuidance.

Écrit par : oscar | 10/01/2008

Il faut qu'en Côte d'Ivoire nous apprenions à réfuter les arguments portés par des polémistes par des moyens moins drastiques qu'une condamnation à douze mois de prison. Oscar, ce que vous dites là est inquiétant, dans la mesure où vous estimez de manière implicite que le ctoyen qui a des opinions qui ne plaisent pas au procureur de la République mériterait (presque) d'aller en prison... . Comme Théophile le dit, il faut apporter la preuve de ce que l'on affirme dans ce genre de situation. Mais que je sache, Antoine Assalé Tiémoko n'est pas la seule personne enc Côte d'Ivoire à penser que notre système judiciaire est en maints aspects de son fonctionnement problématique, et je suis de ceux-là. Je me souviens que dans les années 1980, une pièce de théâtre avec Adjé Daniel mettait en scène un juge qui se laissait corrompre par les plaisirs de la chair; c'est donc là un vieux sujet...
C'est un grave aveu de faiblesse de la part du procureur Tchimou, et de la part de l'ensemble de notre système judiciaire, de ne répondre à la critique (certes à la limite de l'accusation) que par un moyen aussi disproportionnée.

Écrit par : Enrico | 11/01/2008

Quand tu n'as jamais eu de problème avec la justice on peut te pardonner certaines reflexions.

la justice ivoirienne est corrompue! ça et c'est un euphemisme. Elle est d'autant moins excusable que c'est elle qui est chargée de faire respecter les lois. regardez simplement l'histoire des dechets toxiques, combien de personnes n'ont pas eu leurs papiers remis en cause bien que signés par des magistrats sans qu'aucune enquête interne (à notre connaissance) n'ait été réalisée.

le problème de assalé à mon avis c'est d'avoir posé un vrai problème mais, en utilisant un journal connu pour ses destabilisations de la republique , sa mauvaise foi et ses affirmations sans le moindre début de preuve, il utilisé le mauvais canal strategique (si tant est que son but était simplement de dénoncer un mal pernicieux).

Maintenant, il faut aussi qu'on apprenne à appliquer nos lois et à respecter nos lois! sinon on sera toujours à accuser les gens sur des ont -dits sur la place publique sans aucune preuve.

Écrit par : marianne | 11/01/2008

Les commentaires sont fermés.